Posts Tagged ‘François Legault’

Canada-Le Québec se redéconfine : « Il faut y aller mollo », prévient Legault

janvier 25, 2022

Le premier ministre annonce des allègements en deux phases pour le 31 janvier et le 7 février.

Le premier ministre Legault en conférence de presse.

Le premier ministre François Legault a annoncé mardi certains allègements des mesures sanitaires, même si l’état du réseau de la santé demeure précaire. Photo : La Presse Canadienne/Grahams Hughes

Encouragé par une baisse légère, mais constante, des hospitalisations, le gouvernement du Québec permettra à nouveau à ses citoyens de se réunir en dehors de leurs bulles familiales respectives à compter de lundi prochain, dans les maisons et dans les restaurants, entre autres assouplissements des mesures sanitaires.

Le premier ministre François Legault a fait savoir mardi que les rassemblements dans les résidences privées seront permis à partir de la semaine prochaine. Mais attention : seules les réunions de quatre personnes (ou deux bulles familiales) seront autorisées.

La limite sera la même dans les restaurants, qui poussent un soupir de soulagement. Quatre personnes (ou deux bulles familiales) pourront s’asseoir à la même table. Les salles à manger seront également limitées à 50 % de leur capacité; le service sera interrompu à 23 h; et les clients devront avoir en main leur passeport vaccinal.

M. Legault a procédé à cette annonce lors d’une conférence de presse, mardi après-midi. Il était pour l’occasion accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau.

L’idée, c’est d’y aller graduellement, prudemment, a fait valoir le premier ministre, qui demeure inquiet de l’état précaire du réseau de la santé. Comme on dit en québécois, il faut y aller mollo, a-t-il soutenu.

« Je comprends que les gens sont tannés. Mais en même temps, il faut être prudents. Il faut penser chaque jour au personnel qui est au front depuis longtemps dans nos hôpitaux. Donc c’est pour ça qu’il faut y aller mollo. »— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Des allègements ont aussi été annoncés mardi dans les milieux de vie pour personnes âgées. Le nombre de visiteurs pourra augmenter à deux par jour pour les résidents des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et à quatre dans les résidences privées pour aînés (RPA) à partir de lundi.

M. Legault a également rappelé aux gestionnaires de milieux de vie qu’un maximum de quatre personnes pouvaient déjà s’asseoir autour d’une même table pour partager un repas dans ces établissements, et a déploré que certains d’entre eux obligent leurs résidents à manger dans leur chambre.

La pratique des sports parascolaires et civils pour les jeunes âgés de moins de 18 ans pourra en outre reprendre lundi. Toutefois, les groupes seront limités à 25 personnes et toute forme de compétition sera interdite; seuls les entraînements seront tolérés.

Cette autorisation sera également valide pour les activités parascolaires comme le théâtre ou les jeux d’échecs, a illustré le premier ministre.

Autres précisions : les concessions alimentaires des centres de ski pourront rouvrir dès lundi en fonction des mêmes modalités que celles imposées aux restaurants, et certains lieux intérieurs comme le Biodôme, le Planétarium, les aquariums, les insectariums et les jardins zoologiques pourront rouvrir à 50 % de leur capacité.

Une deuxième phase le 7 février

Quant aux salles de spectacles, aux cinémas, aux amphithéâtres et aux lieux de culte, ils devront patienter jusqu’au lundi 7 février, a indiqué François Legault, qui affirme vouloir procéder par étapes et avec prudence.

La capacité d’accueil de ces établissements sera également limitée à 50 %, avec un maximum de 500 spectateurs dans les lieux culturels et de 250 fidèles dans les lieux de culte. Le passeport vaccinal sera également exigé, sauf pour les funérailles, qui seront limitées à 50 personnes.

En ce qui concerne les gyms, les bars, les tavernes et les casinos, par contre, il est encore trop tôt pour évoquer leur réouverture.

On est sortis du tunnel, a déclaré M. Legault. Par contre, le train de la santé est magané, et il est magané depuis plusieurs années, a-t-il ajouté, réitérant l’intention de son gouvernement de présenter un vaste plan de refondation du système de santé axé sur la formation du personnel et des incitatifs au recrutement.

Ledit plan sera exposé le mois prochain, a précisé le premier ministre.Le Dr Luc Boileau en conférence de presse.

Le Dr Luc Boileau a été nommé directeur de santé publique par intérim à la suite de la démission surprise du Dr Horacio Arruda, plus tôt ce mois-ci. Photo : La Presse Canadienne/Grahams Hughes

Les mesures d’assouplissement présentées mardi constituent un premier pas, mais il ne s’agit pas de la séquence de déconfinement de la santé publique, sur laquelle le Dr Boileau travaille toujours.

« Il faut donner un espace pour permettre de vivre différemment et de continuer à vivre dans cette dimension avec le virus, tout en étant prudent. […] Je pense que c’est un calcul correct du risque de la charge hospitalière qui veut se stabiliser et du besoin pour les gens de socialiser. »— Une citation de  Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim

Le Dr Boileau a par ailleurs annoncé mardi qu’il y aura sous peu des points de presse distincts de la santé publique par rapport au gouvernement – une demande de longue date des partis d’opposition.

Selon le bureau du premier ministre, toutefois, ces points de presse ne seront pas systématiques, et le gouvernement continuera au besoin à inviter le Dr Boileau à ses événements.Un masque médical dans la neige.

« On est tous conscients que beaucoup de Québécois sont tannés des consignes », a déclaré mardi le premier ministre François Legault.

PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-CLAUDE TALIANA

Pour justifier les allègements annoncés mardi, François Legault a notamment évoqué la nécessité de préserver la santé mentale des Québécois.

Cela dit, il manque toujours 12 341 travailleurs de la santé dans le réseau, dont 5719 à Montréal, et l’on compte toujours près de 3300 patients hospitalisés dans les hôpitaux de la province.

Dans son bilan de mardi, le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé une légère baisse des hospitalisations (-21), mais 85 décès de plus dus à la COVID-19.

Cette tendance devrait se poursuivre, a indiqué M. Legault, qui a rencontré lundi soir des experts de l’Institut national de santé publique du Québec INSPQ, de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux INESSS et de la santé publique avec Christian Dubé. Mais il y a encore beaucoup d’incertitude, a-t-il prévenu.

Avec Radio-Canada par

Jérôme Labbé

Jérôme Labbé

Canada-Québec: Le Dr Horacio Arruda démissionne

janvier 10, 2022
Dr Horacio Arruda

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda, a remis sa démission lundi soir. 

Dans une lettre adressée au premier ministre, le Dr Arruda explique qu’il préférait remettre sa démission, puisque ses avis controversés sur la gestion de la pandémie commençaient, selon lui, à nuire à la crédibilité du gouvernement.

«Les propos récents tenus sur la crédibilité de nos avis et sur notre rigueur scientifique causent sans doute une certaine érosion de l’adhésion de la pollution. Dans un tel contexte, j’estime approprié de vous offrir la possibilité de me remplacer avant l’échéance du terme de mon mandat, du moins à titre de DNSP», a écrit le médecin.

«Ne voyez pas en ce geste un abandon de ma part, mais plutôt l’offre d’une opportunité pour vous de réévaluer la situation, après plusieurs vagues et dans un contexte en constante évolution», a poursuivi celui qui était à la tête de la Santé publique du Québec depuis 12 ans.

Cette annonce survient en pleine crise de la vague du variant Omicron, qui a amené le Québec a dépasser la barre des 2500 hospitalisations liées à la COVID-19 lundi.

Figure emblématique de la gestion de la pandémie qui avait suscité l’engouement des Québécois aux premiers mois de la crise en 2020, la gestion de la pandémie par le Dr Arruda était de plus en plus critiquée et les appels à son remplacement se faisaient de plus en plus nombreux, notamment en raison de ses multiples volte-face.

En effet, le gouvernement et son directeur national de la santé publique avaient dû reculer à plusieurs reprises, notamment sur le port du masque, présenté comme inutile en début de pandémie. Plus récemment, l’annonce du retour au travail du personnel de la santé infecté, mais asymptomatique, avait pris tout le monde par surprise.

«Il importe de considérer chacune de ces recommandations dans le contexte des connaissances du moment et de l’époque», a plaidé le Dr Arruda dans sa lettre en assurant avoir fait «les meilleures [recommandations] possibles» avec les connaissances qu’il avait.

Par TVA avec Agence QMI

Canada-Québec: François Legault a reçu sa troisième dose de vaccin contre la COVID-19

décembre 28, 2021
François Legault reçoit un vaccin. On peut voir le vaccinateur à droite.

François Legault a reçu sa dose de rappel lundi après-midi. Photo: La Presse Canadienne/Graham Hughes

Le premier ministre François Legault a reçu sa troisième dose de vaccin contre la COVID-19 lundi à Montréal. Il invite d’ailleurs tous les personnes âgées de 60 ans et plus à prendre rendez-vous.

Depuis lundi matin, les Québécois âgés de 60 ans plus peuvent recevoir une dose de rappel. C’est très important, la troisième dose, a soutenu François Legault, âgé de 64 ans.

Les experts sont très clairs : avec deux doses, on est protégé à 30 % contre le variant Omicron. Avec trois doses, on monte à 75 %.

Les chiffres varient selon les études et les vaccins, mais une dose de rappel offre effectivement une protection plus robuste et plus durable.

Il a une fois de plus invité les Québécois à réduire leurs contacts sociaux au cours des prochains jours. J’ai besoin que tous les Québécois fassent un effort pour que nos hôpitaux ne débordent pas. Donc, je compte sur vous, tout le monde : allez chercher votre troisième dose et soyez prudents.

Comment prendre rendez-vous?

Un homme passe devant un centre de vaccination contre la COVID-19 à Montréal.

Un homme passe devant un centre de vaccination à Montréal. Photo : La Presse Canadienne/Graham Hughes

Pour ce faire, il faut sélectionner l’option Vaccin COVID-19 – 3e dose dans le champ Sélectionnez un service  sur la plateforme de rendez-vous Clic Santé(Nouvelle fenêtre).

Certains centres de vaccination, notamment ceux du Palais des congrès et du Stade olympique de Montréal, offrent aussi un service sans rendez-vous. Cela signifie que les personnes admissibles, y compris les 60 ans et plus, peuvent déjà s’y présenter.

Lors du dernier bilan diffusé par les autorités de santé publique, 28 % des personnes âgées de 60 ans et plus avaient déjà reçu une troisième dose.

D’autres groupes étaient déjà admissibles à l’injection d’une dose de rappel, y compris les usagers des Centre d’hébergement et de soins de longue duréeCHSLD et des résidences privées pour aînés, les travailleurs de la santé et les premiers répondants, certaines personnes dont le système immunitaire est affaibli et les personnes âgées de 65 ans et plus.

La liste complète des groupes admissibles à l’administration d’une dose de rappel d’un vaccin contre la COVID-19 se trouve sur le site web du gouvernement du Québec(Nouvelle fenêtre).

Cette dose de rappel est recommandée afin de permettre au système immunitaire de rétablir un niveau d’anticorps suffisant pour compenser la baisse qui pourrait survenir après quelques mois, peut-on lire sur le site web du gouvernement.

Cette dose augmenterait également la protection contre les nouveaux variants, tels que le variant Omicron.

Avec Radio-Canada

Canada-Québec: Un maximum de six personnes ou «deux bulles» dans les maisons dès dimanche

décembre 23, 2021

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault demande aux Québécois de reporter leurs plans de Noël si possible, tout en permettant à ceux qui veulent absolument se rassembler de le faire «pour un seul souper» d’ici le 25 décembre, à dix personnes ou moins.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

Il suggère aux gens de tenter de minimiser les risques de transmission du coronavirus en maintenant une distance entre eux, en portant un masque, en laissant une fenêtre ouverte pour favoriser l’aération et en se lavant les mains fréquemment.

Québec va toutefois serrer la vis dès le lendemain de Noël en limitant les rassemblements à six personnes au maximum ou de deux bulles familiales, donc à compter du 26 décembre.  La même restriction s’appliquera dans les restaurants.

En conférence de presse mercredi soir à Montréal pour dresser le portrait de la situation sur la COVID-19, qui évolue très rapidement au Québec, M. Legault a mentionné que la province est passée de 2700 cas il y a quelques jours à peine à plus de 6000 cas recensés mardi. Cette montée fulgurante devrait se poursuivre alors qu’environ 9000 nouveaux cas de COVID-19 seraient annoncés jeudi, en raison de la propagation liée au variant Omicron, plus contagieux.

© Fournis par La Presse Canadienne

L’impact pourrait se faire sentir sur les hospitalisations a prévenu M. Legault, indiquant que les Québécois de 60 ans et plus sont davantage à risque de se retrouver à l’hôpital après avoir contracté le virus. Il les invite à aller chercher leur troisième dose de vaccin. 

Plus de la moitié des lits réservés aux patients atteints du coronavirus sont occupés, avec 445 hospitalisations, dont 88 aux soins intensifs. Une augmentation de 30 hospitalisations depuis la veille.

Même en prenant toutes les précautions possibles, «on ne peut pas exclure un dépassement des capacités hospitalières», a indiqué l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dans un communiqué.

Selon les projections de l’INSPQ, mises à jour mercredi, la hausse des cas et des hospitalisations s’annonce exponentielle dans la plupart des scénarios présentés. 

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a tenté de se faire rassurant. Les hôpitaux ont «encore de la marge de manœuvre», notamment avec le délestage, a-t-il mentionné. Le degré de sévérité du variant Omicron reste cependant inconnu et son effet sur les hospitalisations sera à  suivre dans les prochains jours, a précisé M. Dubé. 

«Un peu de bonheur»

Les traits tirés et l’air plutôt sombre, M. Legault a prévenu que les Québécois «traverseront une très dure épreuve», mais il les a invités à garder espoir, saluant leur résilience.

Devant une situation de plus en plus critique, plusieurs s’attendaient à des resserrements plus sévères. Les mesures annoncées sont «suffisantes pour garder le contrôle dans les hôpitaux», selon M. Legault. Mais il n’a pas caché que d’autres décisions pourraient venir après le 26 décembre, si nécessaire. 

M. Dubé a affirmé que les personnes vaccinées et ayant fait «tous les sacrifices» ont droit à «un peu de bonheur dans les prochains jours». 

«Pour le moment, essayons de fêter un beau Noël avec le nombre le plus restreint possible étant donné les circonstances», a-t-il soutenu. 

Le premier ministre a toutefois invité les non-vaccinés à éviter les rassemblements alors qu’ils représentent 50% des hospitalisations, mais environ 10% de la population adulte. 

«Pas assez» de tests de dépistage

Depuis lundi, des milliers de Québécois se ruent vers les pharmacies pour tenter de mettre la main sur l’une des trousses de tests de dépistage rapide. Ils sont toutefois nombreux à ressortir bredouilles puisque les pharmacies les reçoivent au compte-gouttes. 

M. Legault a prévenu qu’il n’y avait «pas assez» de tests pour tout le monde en ce moment. «C’est pour ça qu’on a dit que pour l’instant c’est important que ces tests-là soient réservés pour les personnes qui ont des symptômes», a-t-il affirmé. 

Le premier ministre a dit attendre de recevoir prochainement des livraisons supplémentaires du fédéral. M. Dubé a affirmé que d’autres alternatives sont considérées pour assurer de répondre à la demande. 

Les tests PCR dans les cliniques de dépistage, qui ont atteint leur capacité quotidienne, doivent aussi être réservés aux personnes symptomatiques, a également soutenu le directeur national de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda. 

Les réactions des partis d’opposition

Plus tard en soirée, la cheffe libérale Dominique Anglade a reproché au premier ministre d’être «dépassé par la situation». Elle a cependant incité les Québécois à «se serrer les coudes, question de reprendre le dessus sur le virus».   

«Nous devons tous et toutes agir de façon responsable à la veille de Noël, alors que le gouvernement renvoie le fardeau sur les épaules des Québécois.es, ainsi que sur le réseau de la santé», a déclaré la cheffe de l’opposition officielle par voie de communiqué.  

Selon Mme Anglade, «la CAQ aurait dû être mieux préparée», se disant «sidérée de voir l’improvisation du gouvernement caquiste».

Du côté de Québec solidaire, on souligne que plusieurs questions demeurent sans réponse sur la façon dont le gouvernement compte augmenter ses capacités de dépistage et de traçage. 

«Que va-t-il faire pour accélérer et fluidifier la distribution des tests rapides, qui sont attendus depuis si longtemps? Nous sommes à deux jours de Noël et tous les Québécois n’ont pas reçu leurs tests rapides», a déclaré par communiqué le porte-parole en matière de Santé, Vincent Marissal. 

«Le gouvernement doit partager largement et clairement les consignes entourant le dépistage, tant au sein de la population que dans les centres de soin de santé : la confusion règne et nuit à l’effort collectif», a-t-il poursuivi.

«Soupir de soulagement»

La Fédération des chambres de commerce du Québec s’est pour sa part réjouie de voir que les commerces évitent la fermeture pour le temps des Fêtes, contrairement à l’an dernier. «Un soupir de soulagement» pour les entreprises. 

«C’est un gain qui reflète l’ampleur des efforts déployés par les entrepreneurs pour faire respecter les normes sanitaires dans leurs commerces tout au long de l’année », a affirmé le président-directeur général de la FCCQ, Charles Milliard, dans un communiqué. 

Il accueille aussi favorablement l’annonce d’Ottawa d’élargir des critères d’admissibilité dans certains programmes d’aide pour les entreprises et travailleurs. 

Avec La Presse Canadienne

Canada-Québec: François Legault attendu à Shawinigan vendredi

novembre 11, 2021

Le passage du premier ministre François Legault à Shawinigan vendredi pourrait venir avec une annonce importante sur le plan économique. Une visite du premier ministre la veille de l’ouverture du conseil général de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui se tiendra du côté de Trois-Rivières et qui marquera les 10 ans d’existence de la formation politique.

Le premier ministre François Legault lors d'une visite à Trois-Rivières (archives).

© Mathieu Potvin/Radio-Canada Le premier ministre François Legault lors d’une visite à Trois-Rivières (archives).

Peu d’informations ont filtré jusqu’à maintenant sur la venue du premier ministre québécois en Mauricie, vendredi. Un cortège de cinq ministres l’accompagneront pour cette annonce nationale qui aura des impacts en Mauricie.

Il s’agit d’une annonce à saveur économique où il sera question d’emploi et de pénurie de main-d’oeuvre. Il faut dire que Shawinigan a connu des années difficiles sur ce plan et c’est sans doute pour cette raison que le gouvernement l’a choisie pour y tenir son point de presse.

Le plus gros événement politique des derniers mois

Par ailleurs, les ministres de la CAQ feront une pierre deux coups pendant leur voyage dans la région. Samedi et dimanche, 850 membres et militants du parti se réuniront au Centre d’événements et de congrès (CECI) de l’hôtel Delta, à Trois-Rivières, pour le conseil général du parti.

Il s’agit du plus gros événement politique au Québec des 18 derniers mois. Dans le but de respecter les mesures sanitaires, la Coalition avenir Québec tiendra son rassemblement dans deux grandes salles, avec de la distanciation. Il y a des activités qui vont se dérouler en virtuel et aussi en présentiel.

Le thème du conseil général est axé sur les régions. La CAQ va se présenter comme le parti qui crée des emplois dans les régions, notamment en Mauricie.

Les propositions abordées seront de nature économique. Il sera question notamment de mieux soutenir les agriculteurs, d’améliorer les infrastructures dans les municipalités et d’encourager l’entrepreneuriat.

Le rassemblement de la Coalition avenir Québec sera le moment de galvaniser les troupes et de permettre aux militants de s’adresser directement au premier ministre.

Avec CBC/Radio-Canada 

Canada: Journée de fermeture pour 500 organismes communautaires du Québec

octobre 25, 2021

MONTRÉAL — Se disant à bout de souffle, plus de 500 organismes communautaires de partout au Québec seront fermés lundi, dans l’espoir d’alerter les élus sur leurs besoins.

© Fournis par La Presse Canadienne

Cette journée est la première d’une série d’actions et de fermetures ponctuelles pour les organismes, qui doivent culminer en une vague de grèves, de fermetures et d’interruptions d’activités lors de la semaine du 20 février 2022.

Les organismes dénoncent ce qu’ils qualifient de «long historique de sous-financement chronique, de mauvaises conditions de travail et d’atteintes à leur autonomie».

Par communiqué, le Réseau québécois de l’action communautaire autonome se dit choqué qu’aucune mention du milieu communautaire n’ait été faite dans le discours inaugural du premier ministre François Legault mardi dernier.

Au lendemain de ce discours, à l’initiative du gouvernement, une motion a été adoptée visant à reconnaître l’apport de l’ensemble des organismes communautaires autonomes à la transformation sociale et économique du Québec, mais le réseau souhaite voir des actions concrètes.

« Le gouvernement de la CAQ s’était engagé lors des dernières élections à mieux soutenir les organismes, mais nous attendons toujours. Nous sommes un maillon essentiel du filet social. La journée d’aujourd’hui représente un premier coup de sifflet pour la CAQ et annonce une série de fermetures et d’actions qui s’échelonneront jusqu’à l’adoption du prochain budget», a indiqué la coordonnatrice du Réseau québécois de l’action communautaire autonome Caroline Toupin.

Les organismes d’action communautaire autonome demandent le respect de leur autonomie, un investissement supplémentaire récurrent et indexé de 460 millions $ pour financer adéquatement la réalisation de leur mission d’ici le budget 2022, ainsi que des gestes concrets pour la justice sociale.

Avec La Presse Canadienne

Le gouvernement Legault refuse de faire du 30 septembre un congé férié au Québec

septembre 30, 2021

Les partis d’opposition à Québec se sont heurtés au refus du gouvernement Legault en tentant de faire du 30 septembre la «Journée québécoise de la vérité et de la réconciliation». 

© Fournis par La Presse Canadienne

La motion, mise de l’avant par Québec solidaire (QS) et appuyée par le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, demandait à ce que le Québec instaure à cette date un jour férié afin de rendre hommage aux survivants des pensionnats autochtones et à leurs familles ainsi que de commémorer la mémoire des enfants qui sont décédés dans ces établissements. 

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a souligné que «l’établissement d’un jour férié permet de marquer l’imaginaire collectif et permet de démontrer l’importance des enjeux», tels la réconciliation et le racisme. 

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, a refusé d’accorder le consentement à l’adoption de cette motion.

Plus tôt en journée, le premier ministre du Québec, François Legault, avait lâché un «non» lorsque les journalistes lui ont demandé s’il comptait suivre les traces du gouvernement fédéral et instaurer un jour férié le 30 septembre en l’honneur des peuples autochtones. «Nous avons besoin de plus de productivité», avait-il ajouté, en anglais, en guise d’explication pour son refus.

«Quelle triste réponse. Quelle vision dépassée de la productivité. Les peuples autochtones ont droit à une journée de commémoration. Et les gens travaillent mieux quand ils peuvent se reposer», a réagi M. Nadeau-Dubois sur Twitter. 

Le gouvernement fédéral a créé ce jour férié, en suivant l’un des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Certains territoires et provinces, comme la Colombie-Britannique, le Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest, ont emboîté le pas. D’autres, comme le Québec et l’Ontario résistent toujours à cette idée. 

Dans un communiqué de presse, l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) s’est désolée que cette journée ne soit pas reconnue comme un jour férié de manière égale partout au Canada, ce qui en fait une «courtepointe de reconnaissance officielle» au pays.

«L’appel à l’action numéro 80 vise le gouvernement fédéral, mais c’était manifestement l’intention de la Commission de vérité et réconciliation que toute la population du Canada réfléchisse aux séquelles des pensionnats et à la relation entre les peuples autochtones et le reste du Canada. Ils devraient avoir le temps de le faire», a dit la présidente de l’AFAC, Lorraine Whitman.

Le gouvernement fédéral, de son côté, espère que la Journée nationale de vérité et de réconciliation sera l’occasion pour toutes les provinces et les territoires d’offrir des activités d’éducation et de sensibilisation sur le thème de la réconciliation partout au pays. 

«On voit qu’il y a beaucoup de provinces et de municipalités qui ont décidé d’organiser des activités dans le cadre de la journée, mais pas toutes les provinces. Je ne m’attendais pas à ce que la première année, tout le monde soit au rendez-vous, mais j’espère qu’à terme, tout le monde sera au rendez-vous», a soutenu le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, en entrevue.

Avec Catherine Lévesque, La Presse Canadienne

Canada-Québec/Manque d’infirmières : « Je suis ouvert à tous les incitatifs », dit Legault

septembre 15, 2021

 

Le premier ministre du Québec est prêt à sortir une nouvelle fois le chéquier pour faire revenir les infirmières dans le réseau public de la santé.

Le premier ministre François Legault.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Le premier ministre François Legault.

En conférence de presse mercredi matin, François Legault a rappelé les efforts consentis par son gouvernement afin de mettre plus de ressources dans le secteur, en affichant notamment plus de postes à pourvoir.

Mais, cela n’a pas été suffisant, a-t-il reconnu. Il manque encore 4000 infirmières à travers la province.

Faisant un lien avec la pandémie, M. Legault a expliqué qu’au cours des derniers mois, beaucoup de membres du personnel soignant « étaient fatigués et pour toutes sortes de raisons, ont quitté le réseau ».

M. Legaut s’est dit prêt à faire plus d’efforts en matière de salaire, notamment.

Le premier ministre s’est adressé particulièrement aux infirmières parties exercer dans le secteur privé.

« Toutes les infirmières qui sont dans le privé sont les bienvenues », a jouté François Legault.

Avec CBC/Radio-Canada

Canada: Legault réitère son offre pour accueillir des réfugiés afghans au Québec

août 21, 2021

Le premier ministre du Québec François Legault a réitéré son intention d’aider les réfugiés afghans qui trouveront asile au Canada.

© Fournis par La Presse Canadienne

Dans un message diffusé samedi sur sa page Facebook, M. Legault a écrit que le gouvernement allait faire sa part pour accueillir des réfugiés autant que possible, «en particulier des femmes victimes de persécution».

Au début de la semaine, il avait déclaré que le Québec était prêt à accueillir un certain nombre de réfugiés afghans.

Le premier ministre n’a pas précisé comment son gouvernement compte venir en aide à ceux qui s’installeront au Québec.

Vendredi, le ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino a annoncé que son ministère accélérera le processus d’évacuation et d’accueil des familles d’interprètes et des autres personnes qui ont contribué à la mission canadienne en Afghanistan.

Le premier ministre Legault a voulu consoler les militaires québécois qui ont participé à l’intervention canadienne en Afghanistan. Ceux-ci pourraient être tentés que leur présence n’ait servi à rien puisque les talibans ont repris le pouvoir, 20 ans après l’invasion du pays par les États-Unis.

«Ça ne doit vraiment pas être facile de voir la situation basculer aussi rapidement, mais en même temps, ça ne veut pas dire que vous avez fait tout ça en vain, a-t-il dit. Pendant des années, vous avez chassé les terroristes d’Al-Qaïda responsables des attentats du 11 septembre. Vous avez permis à des milliers de filles de pouvoir aller à l’école librement et d’être ambitieuses. Vous avez aidé toute une population à se libérer du joug des talibans.»

Il a ajouté que l’intervention en Afghanistan avait permis de réaliser des progrès là-bas. «C’est certain qu’on aurait souhaité des progrès plus durables, mais il reste que vos missions ont apporté beaucoup de positif pendant près de deux décennies. Vous pouvez encore être fiers de ça. Moi, en tout cas, je suis très fier de nos militaires québécois.»

C’est certain qu’on aurait souhaité des progrès plus durables, mais il reste que vos missions ont apporté beaucoup de positif pendant près de deux décennies. Vous pouvez encore être fiers de ça. Moi, en tout cas, je suis très fier de nos militaires québécois.

Le premier ministre s’est aussi dit «choqué par les images de peur et d’angoisse qui nous sont parvenues».

M. Legault dit craindre pour les conditions de vie des femmes afghanes. «Qu’on soit en accord ou pas avec l’intervention occidentale, ça fait froid dans le dos quand on pense à ce qui attend ces petites filles et ces femmes dans les mois à venir», a-t-il souligné.

Il affirme que les malheurs des Afghanes devraient convaincre notre société de défendre l’égalité entre les hommes et les femmes «avec encore plus d’énergie et de fierté».

Avec La Presse Canadienne

Canada-Québec (Variant Delta): Legault maintient l’état d’urgence sanitaire

août 11, 2021

QUÉBEC — La quatrième vague de COVID-19 forcera le maintien des mesures sanitaires, a prévenu le premier ministre François Legault, mercredi. Pas question, donc, de renoncer à l’état d’urgence sanitaire, décrété en mars 2020 et constamment renouvelé depuis sur une base régulière.

© Fournis par La Presse Canadienne

Avec la présence en nos murs du variant Delta, plus contagieux que ses prédécesseurs, le nombre de cas d’infection à la COVID-19 a connu ces derniers jours une hausse constante au Québec. Le premier ministre Legault s’attend d’ailleurs à ce que la hausse se poursuive, tout comme le nombre d’hospitalisations. La prudence du gouvernement suivra donc la même courbe ascendante.

«C’est possible que les assouplissements qu’on pensait faire soient reportés à plus tard», a-t-il reconnu, ne cachant pas sa volonté de privilégier la prudence, notamment en ce qui touche l’obligation de porter un masque dans les lieux publics, dans un contexte où le virus a recommencé à gagner du terrain, malgré la popularité de la campagne de vaccination.

Quant à l’état d’urgence sanitaire, remis en question par l’opposition, il faut le prolonger durant un temps indéterminé pour que le gouvernement ait tous les pouvoirs requis afin de «garder les Québécois en sécurité», a-t-il justifié.

Le premier ministre a fait ces remarques à l’occasion d’une mêlée de presse tenue dans un marché public de Québec, mercredi sur l’heure du midi. 

Avant de s’adresser aux journalistes, dans le plus pur style des campagnes électorales, M. Legault a fait la tournée des étals, ayant un bon mot pour chacun, taquinant les enfants, questionnant les maraîchers sur leurs récoltes. Entouré de son épouse, Isabelle Brais, et de la députée caquiste locale, Joëlle Boutin, il en a profité pour acheter des épis de maïs de Neuvlle.

Avec Jocelyne Richer, La Presse Canadienne