Posts Tagged ‘Freetown’

Inondations en Sierra Leone: le bilan monte à 312 morts

août 14, 2017

Photographie fournie par l’ONG « Society 4 climate change communication Sierra Leone », montrant des rues inondées à Regent, près de Freetown en Sierra Leone, le 14 août 2017 / © Society 4 climate change communication Sierra Leone/AFP / STR

Des pluies torrentielles accompagnées de coulées de boue et de glissements de terrain ont surpris en pleine nuit les habitants de la capitale de la Sierra Leone, Freetown, faisant au moins 312 morts et 2.000 sans-abris selon un bilan qui risque encore de s’alourdir.

Ces inondations, qui font d’ores et déjà partie des plus meurtrières en Afrique au cours des 20 dernières années, sont survenues vers 04H00 du matin, selon des témoins.

Un journaliste de l’AFP présent sur les lieux de la catastrophe après le lever du jour a vu des corps de victimes portés à bout de bras par des habitants et des maisons submergées par des coulées de boue dans deux quartiers de la ville, où des rues se sont transformées en rivières en crue.

Tout au long de la journée, le bilan n’a fait que s’alourdir: d’abord 18 morts, selon la Croix Rouge locale, puis 180, selon une source hospitalière. Dans l’après-midi, il est monté à 312 morts, selon un nouveau décompte de la Crois Rouge.

Mais il pourrait être encore plus élevé au final, a expliqué un porte-parole de la Croix Rouge, Patrick Massaquoi, alors que les services de secours étaient toujours dans les quartiers où des maisons ont été emportées par des glissements de terrain.

– Corps entremêlés –

A la morgue de l’hôpital Connaught, l’espace manquait pour accueillir tous les corps, dont ceux de nombreux enfants, a expliqué à l’AFP un employé de l’hôpital, Mohamed Sinneh.

D’autres corps étaient emmenés vers des morgues privées, a-t-il ajouté.

Des images impressionnantes diffusées par des médias locaux montraient des habitants traversant des rues avec de l’eau jusqu’à la taille et des corps étendus sur des sols détrempés.

De violents torrents d’eau rougie par la boue dévalaient des colinnes entre des petites maisons aux toits en tôle ondulée.

Une ONG locale, Society 4 Climate Change Communication (S4CCC-SL), a publié sur Twitter des photos de cadavres, dont une montrant cinq corps entremêlés et maculés de terre, dont celui d’au moins deux femmes et d’une petite fille.

Une partie de la colline surplombant le quartier de Regent s’est effondrée sur des habitations, ont aussi rapporté les médias locaux.

– Six mois de pluie par an –

Fatmata Sessay, qui vit au sommet d’une colline dans le quartier de Juba, a expliqué qu’elle-même, son mari et leurs trois enfants avaient été réveillés vers 04H30 du matin par de fortes précipitations s’abattant sur leur maison en terre, qui a ensuite été inondée.

La famille a réussi à s’échapper en montant sur le toit. « Nous avons tout perdu, nous n’avons plus d’endroit pour dormir », a-t-elle expliqué à l’AFP.

« Plus de 2.000 personnes sont sans abri », a estimé une responsable des services de secours, Candy Rogers, alors que la Sierra Leone est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique avec environ 60% de sa population vivant sous le seuil de pauvreté selon les Nations unies.

Il pleut six mois par an et les inondations constituent un danger récurrent à Freetown, ville surpeuplée d’environ 1,2 million d’habitants où des habitations précaires sont régulièrement emportées par des pluies torrentielles.

En septembre 2015, des inondations avaient fait 10 morts et quelque 9.000 sans-abris dans la capitale de ce pays anglophone d’Afrique de l’Ouest.

Le ministre de la Santé avait à l’époque mis en garde contre les risques accrus de maladies liées à l’eau, comme le choléra.

Avec la Guinée et le Liberia, la Sierra Leone fait partie des pays d’Afrique de l’Ouest qui ont été les plus affectés par une épidémie d’Ebola entre 2013 et 2016 qui a fait plus de 11.300 morts et contaminée près de 29.000 personnes.

D’une manière générale, l’Afrique est régulièrement confrontée à des inondations meurtrières: plus de 6.000 morts entre octobre 1997 et janvier 1998 dans l’Est du continent (Somalie, Ethiopie, Kenya, Tanzanie, Ouganda), 764 morts et 125 disparus en Algérie en novembre 2001 ou encore au moins 377 morts pendant la saison des pluies 2010 en Afrique de l’Ouest.

Romandie.com avec(©AFP / 14 août 2017 17h49)                

Sierra Leone: 250 tombes pillées en deux mois à Freetown

février 7, 2016

Freetown – La mairie de Freetown, la capitale sierra-léonaise, a annoncé ce week-end avoir pris des mesures contre des pilleurs de tombes qui ont vandalisé en deux mois 250 sépultures à travers la ville.

Deux cent cinquante tombes ont été vandalisées par des inconnus dans trois cimetières de la capitale au cours des deux derniers mois, a affirmé le Conseil municipal dans un communiqué diffusé samedi.

Selon des témoignages recueillis dimanche, les pilleurs ont notamment emporté des cercueils et bijoux.

Avec plus de trois millions des quelque 6,5 millions d’habitants du pays, Freetown compte sept cimetières, dont le plus grand, celui de Kingtom, dans le quartier des affaires, comprend plus de 6.000 tombes où reposent environ 60% des victimes de la récente épidémie d’Ebola.

Selon des responsables municipaux, les pilleurs ont sévi dans les cimetières de Kingtom, Ascension Town (ouest) et Kissy Road (est), commettant des dégâts dont le montant n’a pas encore été évalué. On ignore également le nombre des malfaiteurs et s’ils agissaient en bande ou seuls.

Ces pillages constituent une honte pour le pays, a déclaré un responsable du Conseil municipal, Sulaiman Zainu-Parker, cité par la radio nationale.

Pour endiguer ces actes infâmes, a-t-il dit, la mairie a maintenant mis en place un dispositif de surveillance des sept cimetières de la ville qui fonctionne 24 heures sur 24 et comprend des policiers armés.

Auparavant, les lieux étaient surveillés par des gardiens ne disposant que d’une matraque, a expliqué l’un d’eux à la radio nationale, Abdul Rahman, affecté à Kingtom

Selon lui, les pilleurs agissaient généralement au milieu de la nuit quand les cimetières sont fermés.

A Kingtom, les vandales et les mécréants ont utilisé des pioches, des marteaux, des pelles et d’autres sortes d’outils pour éventrer des stèles et caveaux, volant des cercueils, bijoux et même des vêtements des morts, a-t-il raconté, estimant que les coffres funéraires dérobés étaient revendus à des entrepreneurs de pompes funèbres peu scrupuleux.

Des habitants ont raconté dimanche à l’AFP comment des tombes de leurs proches avaient été pillées.

L’un d’eux, Raymond Taylor, a rapporté que le caveau familial à Kingtom a été ouvert par des inconnus, qui l’ont délesté du cercueil de son père, en bois d’acajou, ayant coûté environ 1.000 dollars.

Fatu Sheriff a de son côté a indiqué que la tombe de sa tante enterrée à Ascension Town a été ouverte et ses bijoux, y compris son alliance, emportés. Il est temps que cela s’arrête, a-t-elle dit.

Romandie.com avec(©AFP / 07 février 2016 20h35)

Sierra Leone: le vice-président a demandé l’asile aux Etats-Unis, s’est mis à l’abri

mars 14, 2015

Freetown – Le vice-président sierra-léonais Samuel Sam Sumana, récemment exclu du parti au pouvoir, a demandé l’asile à l’ambassade américaine à Freetown, selon la BBC, et s’est mis à l’abri dans un endroit sécurisé en attendant la réponse, d’après un membre de son entourage samedi.

Selon la BBC qui affirme lui avoir parlé, M. Sumana et son épouse se sont enfuis de leur résidence à Freetown et ont demandé l’asile politique à l’ambassade des Etats-Unis. Le lieu actuel où se trouve le couple n’est pas clair, précise la BBC.

Un membre de son entourage, interrogé par l’AFP, a confirmé la demande d’asile du couple Sumana, et indiqué qu’il se trouvait dans un endroit sécurisé.

M. Sumana est maintenant en clandestinité (dans un endroit sûr) dans l’attente d’une réponse à une demande d’asile qu’il a faite par téléphone auprès de l’ambassade des Etats pour sa femme et lui, a affirmé cette source s’exprimant sous couvert d’anonymat.

M. Sumana lui-même n’a pu être joint par l’AFP. Sollicitée par l’AFP, l’ambassade américaine à Freetown a décliné tout commentaire.

Le domicile de M. Sumana, situé dans le quartier de Regent, dans l’ouest de Freetown, était placé samedi sous surveillance militaire, selon un journaliste de l’AFP, qui a été empêché d’approcher des lieux.

Samuel Sam Sumana a été exclu le 6 mars du Congrès de tout le peuple (APC, au pouvoir), qui lui a reproché des mensonges et l’a accusé de chercher à créer un parti dissident. Il a réfuté ces accusations.

Cette exclusion était intervenu quelques jours après que M. Sumana s’était de lui-même placé en quarantaine, le 28 février, en raison de la mort d’un de ses gardes du corps, décédé d’Ebola.

Samedi, une douzaine de militaires avaient dressé des points de contrôle dans le quartier de la résidence de M. Sumana et renvoyaient les civils tentant de se rendre chez lui.

Une habitante de la zone a expliqué avoir été réveillée samedi par des bruits de véhicules et avoir ensuite vu de sa fenêtre des dizaines de soldats qui ont désarmé les membres de la garde de M. Sumana.

Certains officiers se sont ensuite rendus dans la maison mais après environ une heure ou plus de recherche, ils en sont partis avec des paquets de documents, a-t-elle témoigné sous couvert d’anonymat.

Un autre camion de soldats lourdement armés est alors venu monter la garde autour de la maison, où ils demeuraient présents samedi après-midi, a-t-elle poursuivi.

Joint par l’AFP, un porte-parole adjoint du gouvernement, Abdulay Bayratay, a indiqué à l’AFP que le vice-président ne fait l’objet d’aucune menace, et a assuré que M. Sumana était chez lui.

Il est chez lui, et les informations (faisant état de l’inverse) ne sont pas vraies, a déclaré M. Bayraytay.

Selon une source officielle, le président Koroma était absent de Freetown samedi, effectuant une tournée à Magburaka, dans le nord du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 14 mars 2015 18h40)

Sierra Leone: un orphelinat en quarantaine après une contamination par Ebola

février 23, 2015

Sierra Leone: un orphelinat en quarantaine après une contamination par Ebola
Sierra Leone: un orphelinat en quarantaine après une contamination par Ebola © AFP

Un orphelinat près de Freetown abritant 25 enfants a été placé en quarantaine après qu’un employé a été diagnostiqué positif au virus Ebola, a annoncé l’établissement.

La Fondation Saint-George, un orphelinat sous gestion britannique situé dans la banlieue de Freetown, a expliqué que l’un des membres sierrra-léonais de son personnel s’était effondré la semaine dernière lors d’une réunion.

Il « a été transféré au centre de traitement Ebola de la ville de Kerry où ils ont confirmé le diagnostic d’Ebola. Quatre autres membres du personnel ont été exposés au virus lorsqu’ils (l’)ont accompagné à l’hôpital », a précisé la Fondation Saint-George dans un communiqué diffusé dimanche sur son site.

L’orphelinat a décidé de lui-même se placer en quarantaine: les 25 enfants du centre et les dix membres du personnel y seront confinés durant 21 jours.

Le virus se transmet par contact direct avec les fluides corporels des patients présentant les symptômes, notamment fièvre, vomissements et saignements.

La Sierra Leone a annoncé mercredi une nouvelle campagne de porte-à-porte pour combattre l’épidémie d’Ebola dans l’ouest, après une augmentation du nombre de cas dans cette partie du pays.

Une campagne du même type menée en décembre 2014 par des centaines de volontaires durant deux semaines avait permis de découvrir de nombreux cas.

La Sierra Leone, où Ebola a provoqué en un an 3. 400 décès sur plus de 11. 000 cas, fait partie avec la Guinée et le Liberia des trois pays les plus touchés par la maladie.

Jeuneafrique.com avec AFP