Posts Tagged ‘Fuite’

L’évasion organisée

avril 12, 2017

 

Arrêtée pour détournement des fonds

Puis placée en détention dans une prison

Mais par un semblant de maladie constatée

La présumée innocente capricieuse s’est évadée

 

Collaboratrice précieuse du président de la République

Elle a bénéficié des largesses d’une complicité sympathique

Par la machine puissante du pouvoir la permettant

D’aller se la couler douce dans une autre île de l’océan

 

Ô corruption d’État quand tu nous ronges avec orgueil

Dans la Grande île de Mada en distribuant de faux rôles

L’impunité décriée par la population déjà appauvrie

Fait le lit des détenus qui nous narguent en fuyant leur délit

 

Ô pouvoir qui vient de servir le peuple copieusement

D’un cadeau pascal trop insolent que nous refusons

Dis-nous exactement quels sont les organisateurs de la fuite

De la dame puissante lors de la réunion étonnante

 

Désormais au-delà des discours point de vérité

La démocratie est un leurre pour la duplicité

Un rendez-vous du pouvoir se moquant du peuple

Qu’après le vol d’argent, il faut ranger les meubles

 

Bernard NKOUNKOU

Madagascar: Claudine Razaimamonjy en fuite vers l’île Maurice

avril 11, 2017
 

clad-300x200

Claudine Razaimamonjy

Claudine Razaimamonjy, conseillère spéciale du président Hery Rajaonarimampianina a été évacuée à l’ile Maurice, malgré les interdictions de sortie hors du territoire malgache.

Un malaise après la décision de la Chaine pénale anticorruption

Vendredi dernier, à la sortie du Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) et de la chaîne pénale anti-corruption (CPAC), Claudine Razaimamonjy victime d’un malaise a été immédiatement admise à l’hôpital HJRA. La CPAC venait de prendre la décision de la placer en détention préventive.

Il semblerait que les médecins ont diagnostiqué une maladie nécessitant une angiographie cérébrale. Le traitement a donc nécessité une évacuation à l’étranger. Elle a donc quitté l’hôpital HJRA d’Antananarivo le lundi 10 avril, vers 4h du matin, avec son avocat et un agent pénitentiaire avec une autorisation d’évacuation sanitaire en main.

 » Une évasion organisée « 

Pour le SMM (syndicat des magistrats), il s’agit d’une « évasion organisée ». Fanirisoa Ernaivo explique d’ailleurs :  » L’expertise médicale a seulement été menée par le médecin de l’hôpital d’Antananarivo, or des contre-expertises conduites par le médecin du ministère de la Justice et par celui de la prison sont obligatoires  »

Magré la déclaration du ministère de la justice indiquant que Claudine Razaimamonjy est  » sous bonne garde ». Et qu »elle n’est pas libre « , le syndicats des magistrats demande une enquête et poursuite sur les auteurs et complices de ces « violations de la loi ».

Linfo.re

Fuite des cerveaux : Le FMI découvre que l’Afrique est peuplée de Noirs

octobre 5, 2016

Du 5 au 7 février 1997, sous la haute autorité du président de Côte d’Ivoire de l’époque, Henri Konan Bédié (notre photo), le magazine Afrique Education avait organisé, à Abidjan, un colloque intitulé : « Retour en Afrique des cadres et diplômés africains ». Le colloque était encadré par le mathématicien, Saliou Touré, à l’époque, ministre de l’Enseignement supérieur de Côte d’Ivoire. Financièrement soutenu par le ministère français de la Coopération et l’Organisation internationale de la francophonie, il avait réuni une cinquantaine de participants de très haut niveau dont de très grands chefs d’entreprise, des chefs de partis politiques (au pouvoir) et de l’opposition, des ministres concernés par des questions de fuite de cerveaux. Objectif : étudier ce problème sans fuir nos responsabilités et trouver des solutions adéquates, ce qui fut fait.

Malheureusement, les milieux politiques de la Françafrique avaient ruiné l’espoir placé sur les résultats de ce Colloque pour lequel le président, Henri Konan Bédié, s’était engagé à rapporter ses conclusions à ses homologues chefs d’Etat, notamment, lors du Sommet francophone tenu, à Hanoi, en octobre de la même année. A Afrique Education, on avait touché du doigt la façon dont on empêche l’éclosion du continent africain. Actuellement président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et président du PDCI, le président, Henri Konan Bédié, grâce à sa vision, en 1997, aurait pu aider l’Afrique, mais, on ne lui en a pas laissé la possibilité. Une vingtaine d’années, plus tard, le FMI découvre que la « fuite des cerveaux » est à l’origine du sous-développement de l’Afrique. Une trouvaille susceptible de bénéficier du Prix Nobel ! Une véritable plaisanterie.

Dans son rapport sur les prévisions économiques mondiales, le FMI estime, en effet, que le chiffre des migrants africains à destination des pays les plus riches pourrait bondir de 7 millions en 2013 à 34 millions en 2050.

« La fuite des cerveaux est particulièrement importante en Afrique subsaharienne », note l’institution internationale en précisant que ce boom migratoire est largement nourri par la rapide croissance de la population active des pays africains.

« L’immigration de jeunes travailleurs qualifiés fait peser un lourd tribut à une région au capital humain déjà rare », ajoute-t-elle.

Le FMI prend, en exemple, le départ de « docteurs et infirmières du Malawi et du Zimbabwe », qui pèse sur le plan « purement économique mais aussi social ».

La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis accueillent près de la moitié de la diaspora d’Afrique subsaharienne aujourd’hui.

Tout cela, c’est du déjà vu et du déjà entendu. C’est un constat qui ne change rien à la situation actuelle. A Abidjan, les participants au Colloque avaient trouvé des solutions à ce problème, qui demandent toujours à être appliquées pour vaincre ce mal. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le président, Henri Konan Bédié, est, toujours, disponible. Tout comme le professeur Saliou Touré et le magazine Afrique Education.

Afriqueeducation.com

Deux braqueurs tentent de s’enfuir à la nage en France

juin 2, 2016

Deux braqueurs d’un supermarché du centre de la France ont pris la fuite en voiture avant d’opter, bloqués par les inondations, pour une tentative de fuite à la nage, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. La police les a cueillis épuisés et frigorifiés.

Mercredi, en milieu de journée, deux hommes encagoulés et armés, soupçonnés d’avoir braqué un supermarché près d’Orléans, ont fui en voiture poursuivis par des motards de la police. Mais en pleine forêt d’Orléans, sur une route départementale coupée par la montée des eaux qui touche la région depuis lundi, ils ont été contraints d’abandonner leur véhicule.

Ils ont alors tenté, en vain, de fuir à la nage, l’eau atteignant à certains endroits 1,50 mètre de profondeur. Epuisés et frigorifiés, ils ont finalement été interpellés par des policiers de la brigade anticriminalité, a indiqué une source proche de l’enquête.

Romandie.com

Attentats de Paris : Abdeslam a été contrôlé trois fois durant sa fuite

décembre 20, 2015

 

Exfiltré après les attentats du 13 novembre, Salah Abdeslam a pris, avec ses complices, les petites routes, mais s’est fait contrôler sans être inquiété.

salah-abdeslam-
Salah Abdeslam est toujours recherché. Image d’illustration. © AFP/ KENZO TRIBOUILLARD

Burundi: le 2e vice-président s’enfuit à l’étranger, appelle le président à ne pas se représenter

juin 25, 2015

Bujumbura (Burundi) – Le 2e vice-président du Burundi, membre éminent du parti au pouvoir, Gervais Rufyikiri, a fui le pays et a trouvé refuge en Belgique, appelant le président Pierre Nkurunziza à renoncer à un troisième mandat, a-t-on appris de sources concordantes.

J’ai quitté le Burundi (…) parce que je n’étais plus capable de continuer à soutenir l’attitude du président de la République, sa volonté de conduire le peuple burundais sur la voie de l’illégalité, a-t-il déclaré sur France 24 mercredi soir, disant avoir aussi été visé par des menaces en raison de ses prises de positions contre une nouvelle candidature du chef de l’Etat.

Cette défection intervient à quatre jours d’élections législatives controversées, que l’opposition n’exclut pas de boycotter et dont la communauté internationale demande le report compte tenu de la grave crise que traverse le Burundi depuis l’annonce fin avril de la candidature de Pierre Nkurunziza, déjà élu en 2005 et 2010, à la présidentielle du 15 juillet.

Dans une lettre officielle, dont l’AFP a eu copie, M. Rufyikiri a également appelé le chef de l’Etat à retirer cette candidature dans l’intérêt du peuple burundais.

Cette candidature va conduire le pays à une véritable crise socio-politique, a-t-il mis en garde, rappelant qu’on en voyait déjà les conséquences avec des dizaines de milliers de Burundais réfugiés dans les pays voisins, des manifestations réprimée de façon surdimensionnée par la police et un isolement international croissant d’un pays au bord de l’effondrement économique.

Dénonçant intimidations et menaces contre opposants politiques et membres de la société civile contraints eux-aussi à vivre dans la clandestinité ou à s’exiler, M. Rukyikiri a déploré un dérapage du processus démocratique au Burundi.

Le second vice-président a aussi regretté les sanctions infligées aux membres du parti au pouvoir, le Cndd-FDD, qui, comme lui, se sont opposés au troisième mandat.

Alors qu’ils prévenaient une crise qu’ils voyaient venir, qu’ils exprimaient une peur fondée par rapport aux conséquences évidentes de cette crise et qu’ils vous proposaient la meilleure attitude à prendre pour ne pas rater ce tournant historique pour le Burundi, ils ont été marginalisés et humiliés, exclus ou suspendus du parti, démis de leurs fonctions au service de l’Etat avec interdiction de réintégration dans un service quelconque de l’Etat, intimidés et même menacés de mort, poursuit-il.

Rappelant au président Nkurunziza cette expression en kirundi qu’il aime à employer — Mu Burundi hari intumva (au Burundi, il y a des sourds) — il averti le chef de l’Etat que l’histoire risquera de (le) classer en tête de liste de cette catégorie de Burundais si on considère comment (il a) tourné le dos à tous les acteurs qui (…) (lui) ont adressé des messages (lui) conseillant d’abandonner (son) ambition de briguer un troisième mandant anti-constitutionnel.

M. Rufyikiri était considéré comme l’un des grands intellectuels du régime au pouvoir au Burundi. Professeur d’université, très apprécié de la communauté internationale pour sa rigueur, il a été président du Sénat lors du 1er mandat de Nkurunziza de 2005 à 2010 avant de devenir 2e vice-président en charge des affaires économiques après la réélection du chef de l’Etat.

Il est considéré comme l’un des leaders des frondeurs du parti au pouvoir, qui ont contesté dès le mois d’avril la candidature de Nkurunziza à un 3e mandat. Quelque 130 hauts cadres frondeurs, ouvertement opposés à ce troisième mandat ont été évincés de leurs postes, menacés, certains emprisonnés et d’autres ont fui en exil ou sont passés dans la clandestinité, disant craindre pour leur vie.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juin 2015 12h48)

Congo-Brazzaville : violents heurts entre jeunes et forces de l’ordre après l’annulation du baccalauréat

juin 5, 2015

La place de l'Hôtel de ville, à Brazzaville.
La place de l’Hôtel de ville, à Brazzaville. © AFP

Après d’importantes fuites de sujets, les autorités congolaises ont annoncé vendredi matin l’annulation du baccalauréat général. Une décision qui a provoqué la colère de nombreux jeunes, qui sont descendus dans les rues des grandes villes du pays et affrontent les forces de l’ordre.

Le baccalauréat général provoque des remous au Congo-Brazzaville. Après le début des premières épreuves, mardi dernier, d’importantes fuites de sujets ont été constatées un peu partout dans le pays. Plusieurs sujets d’examens étaient diffusés sur les réseaux sociaux, échangés par téléphones portables, voire vendus dans la rue.

Face à ce problème grandissant, Hellot Matson Mampuya, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire, et de l’alphabétisation, est intervenu jeudi soir à la télévision nationale pour tenter de rassurer ses compatriotes et affirmer que la situation était sous contrôle.

Quelques heures à peine plus tard, brusque changement de communication ministérielle. Vendredi 5 juin, dans la matinée, le ministre a envoyé un bref communiqué aux différents médias pour annoncer l’annulation du baccalauréat général en cours. « Il a été constaté des irrégularités graves dans son déroulement, indique le texte. Pour des raisons de crédibilité de cet examen qui sanctionne la fin du cycle secondaire, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire, et de l’alphabétisation a décidé de l’annulation de la présente session ». D’après ce communiqué, un « calendrier sera publié en vue de l’organisation de la session de remplacement ».

Affrontements avec les forces de l’ordre

Cette annonce a rapidement provoqué des violences entre jeunes et forces de l’ordre. À Brazzaville, Pointe-Noire, et les grandes villes du pays, des lycéens et étudiants sont descendus dans la rue vendredi matin, brûlant des pneus et des véhicules, poussant les policiers à faire usage de gaz lacrymogène et à mettre en place des barrages filtrants.

Ce incidents violents interviennent dans un contexte politique et pré-électoral tendu au Congo-Brazzaville. L’élection présidentielle est prévue en 2016, un scrutin auquel le président Denis Sassou-Nguesso est soupçonné par l’opposition de vouloir se présenter en modifiant l’actuelle Constitution.

Jeuneafrique.com par Benjamin Roger

Fukushima: 22 litres d’eau très radioactive ont coulé dans le sol

avril 11, 2013

TOKYO – La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima a fait état jeudi d’une nouvelle fuite d’eau très radioactive, cette fois lors des opérations de pompage destinées à vider un réservoir souterrain défectueux qui laissait fuir le liquide contaminé.

Environ 22 litres ont fui et se sont répandus dans la terre, a expliqué Tokyo Electric Power (Tepco) dans un communiqué.

Tepco, qui est en train d’essayer de la récupérer, avait reconnu mercredi la gravité des fuites d’eau contaminée constatées dernièrement et promis d’agir au plus vite pour vider les réservoirs défectueux.

C’est lors de ces opérations de transfert de l’eau du réservoir 3 non-étanche au N°6, qui n’a jusqu’à présent pas posé de problème, qu’une fuite s’est produite au niveau d’une jonction du dispositif employé.

La pompe a été stoppée mais une bonne vingtaine de litres d’eau étaient déjà répandus sur et dans le sol, sur une surface de 2 mètres sur 3.

Tepco avait fait état en fin de semaine dernière d’un premier écoulement d’eau en provenance d’un réservoir creusé dans le sol et muni d’un revêtement censé empêcher l’eau de s’infiltrer dans la terre.

Deux autres fuites ont été constatées ensuite, portant à trois le nombre des réservoirs souterrains affectés sur les sept existants.

L’eau radioactive en question provient du refroidissement des réacteurs ravagés. Elle est partiellement décontaminée et recyclée pour continuer à refroidir le combustible, mais il existe un excédent encore très radioactif qui doit être stocké avant de passer dans un deuxième dispositif de filtrage, actuellement en cours de test.

Tokyo electric

Romandie.com avec (©AFP / 11 avril 2013 11h03)

Libye: Saïf al Islam Kadhafi préparerait sa fuite du pays

octobre 25, 2011

FUITE – Saïf al Islam est le dernier fils en fuite de Mouammar Kadhafi…

Saïf al Islam Kadhafi, fils en fuite de Mouammar Kadhafi, se trouverait dans l’extrême sud-ouest de la Libye, à proximité des frontières avec l’Algérie et le Niger, et préparerait sa fuite, a annoncé lundi soir un responsable du Conseil national de transition (CNT).

«Il est au sud de Ghat (ndlr, à un millier de kilomètres au sud de Tripoli), dans la région de Ghat. Il possède un faux passeport libyen qui lui a été remis dans la région de Mourzouk», a dit ce responsable, joint par téléphone par Reuters.

Sa fuite serait préparée par l’ancien chef des services de renseignement, Abdallah al Senoussi, également dans la région. Depuis la mort de Mouammar Kadhafi, jeudi dernier alors qu’il tentait de fuir Syrte, Saïf al Islam, qui était considéré comme son dauphin, a été signalé tour à tour dans la région de Syrte puis près de Bani Walid, beaucoup plus au nord.

Dernier fils en fuite
C’est l’interception de conversations par téléphone satellite Thuraya qui aurait permis aux nouvelles autorités libyennes de retrouver sa trace dans la région désertique de Ghat.

«Nous avons également été alertés par une source d’un service de renseignement voisin», a ajouté le responsable du CNT.

Mais la géographie locale favoriserait sa fuite. «Cette région est très, très difficile à surveiller et à encercler. Il nous faut des avions. Même l’Otan ne peut pas contrôler cette zone», a-t-il souligné.

Saïf al Islam est le dernier fils Kadhafi encore en fuite: trois autres ont été tués dont Mouatassim, mort le même jour que leur père, jeudi dernier, après avoir été capturé près de Syrte, deux se sont réfugiés en Algérie, un dernier, Saadi, a fui au Niger. Saïf al Islam Kadhaf et Abdallah al Senoussi sont tous deux visés par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale de La Haye pour crimes contre l’humanité.

20minutes.fr avec Reuters

Libye : 100 migrants trouvent la mort à bord d’un navire

août 5, 2011

Lors d’une traversée en mer depuis les côtes libyennes, une centaine de migrants auraient trouvé la mort à bord d’une embarcation, selon le témoignage d’une rescapée marocaine.

Partie le vendredi 29 juillet des côtes libyennes, l’embarcation de migrants clandestins a achevé sa traversée tragique jeudi au large des côtes de Lampedusa en Italie. L’agence Ansa a rapporté le témoignage terrifiant d’une rescapée marocaine : « Nous étions 300, mais une centaine, surtout des femmes, n’ont pas survécu, et les hommes ont été obligés de jeter leurs corps à la mer. »

Des déclarations en contradiction avec les chiffres officiels fournis plus tôt par les garde-côtes italiens, qui ont déclaré avoir décompté 300 survivants à bord du bateau, trouvé à la dérive à 90 milles de Lampedusa. Antonio Morana, le commandant de la capitainerie de Lampedusa, a toutefois étayé les déclarations de la jeune femme marocaine en affirmant que « les vedettes des secours avaient vu flotter en mer dans la zone des opérations des vêtements, peut-être même des cadavres. »

Un navire de l’Otan pointé du doigt

Le témoin cité par l’agence Ansa fait partie du groupe de quatre femmes et un homme héliportés sur l’île depuis le bateau. En état de déshydratation et choquées, les cinq personnes ont été hospitalisées en urgence. Jeudi après-midi, un cadavre a également été découvert à bord de l’embarcation.

Toujours selon Ansa, l’Italie aurait demandé à un navire de l’Otan se trouvant dans la zone d’intervenir. Une demande qui serait restée sans suite. « Si cela est arrivé, il s’agirait d’une affaire très grave », a commenté une source au ministère. Rome aurait alors adressé une demande d’éclaircissements au commandement de l’Otan à Naples.

« Tragédie terrible »

Rosy Bindi, la présidente du Parti démocrate (gauche, principal parti d’opposition) a qualifié ces événements de « tragédie terrible » et exigé une « intervention immédiate pour éviter que les traversées des migrants ne se transforment en voyages de la mort ».

« Le gouvernement italien doit sortir de sa torpeur et mobiliser avec une initiative politique forte les organismes internationaux et l’Europe », a-t-elle affirmé, en espérant que « le bilan des victimes ne soit pas aussi effrayant que le laissent supposer les premières informations ».

Depuis plusieurs mois, des milliers d’hommes et de femmes fuient la Lybie pour regagner l’île de Lampedusa à mi-chemin entre l’Afrique et les côtes européennes. La plupart d’entre eux sont des travailleurs immigrés venant d’Afrique ou des réfugiés des conflits de la région.

Le bilan des pertes humaines au cours de ces traversées périlleuses ne cesse de s’alourdir. En avril, 250 migrants avaient trouvé la mort lors d’un naufrage au large de l’île. Lundi, 25 migrants, probablement morts par asphyxie, ont été trouvés dans la salle des machines d’un bateau, lui aussi en provenance de Libye.

Jeuneafrique.com