Posts Tagged ‘fusillade’

États-Unis : au moins huit morts dans une fusillade en Californie

mai 26, 2021

Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de l’entreprise de transports publics, Valley Transportation Authority, a précisé Russell Davis. 

La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) pres d'un centre de maintenance et de stockage de la VTA a San Jose, ville californienne situee au sud de San Francisco.
La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d’un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.© PHILIP PACHECO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Nouvelle fusillade aux États-Unis. Un employé d’une entreprise de transports publics a tué au moins huit personnes mercredi sur le site de la compagnie à San José, en Californie, a indiqué la police, dernier exemple en date de la violence par arme à feu aux États-Unis.

« Je peux confirmer qu’à l’heure actuelle, huit personnes sont décédées », a déclaré Russell Davis, de la police du comté de Santa Clara, tout en prévenant que le bilan pourrait s’alourdir.

Des employés de la Valley Transportation Authority figurent « parmi les victimes »

Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de l’entreprise de transports publics visée, la Valley Transportation Authority (VTA), a précisé Russell Davis, sans donner les circonstances de sa mort. « Nous avons reçu des informations indiquant que des engins explosifs se trouveraient à l’intérieur du bâtiment », a-t-il ajouté, expliquant qu’une équipe de démineurs était sur place pour fouiller les lieux et s’assurer « que la sécurité du public est assurée ».

La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d’un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.

Des employés de la VTA figurent « parmi les victimes », selon la police, qui n’a pas précisé leur nombre. Le site a été évacué et la « gravité des blessures » est en train d’être évaluée, a dit l’entreprise sur Twitter. Devant le centre de maintenance, se trouvaient des dizaines de véhicules de police et des secours, ainsi que des agents du FBI.

« C’est une horrible tragédie qui s’est produite »

« Nos pensées vont vers les victimes et leurs familles », a réagi Karine Jean-Pierre, une porte-parole de la Maison Blanche. « Ce qui est clair, comme le président l’a dit, c’est que nous souffrons d’une épidémie de violence par arme à feu dans ce pays. »

« C’est un moment très sombre pour notre ville et sa population, mais nous avons vu comme les gens peuvent se serrer les coudes dans ces moments très difficiles », a déclaré le maire de San José, Sam Liccardo.

« Nos pensées et notre amour vont à la famille VTA, à l’organisation et à ce qu’elles ont dû traverser », a déclaré, très ému, Glenn Hendricks, président du conseil d’administration de la compagnie. « C’est une horrible tragédie qui s’est produite », a-t-il déploré.

La violence par arme à feu est « une honte internationale »

Une série de fusillades ont endeuillé les États-Unis ces derniers mois, notamment dans une installation de FedEx à Indianapolis, dans un immeuble de bureaux en Californie, dans un supermarché à Boulder (Colorado) et dans plusieurs salons de massage à Atlanta. Le week-end dernier, douze personnes ont été tuées par balle et une cinquantaine ont été blessées à travers le pays dans un regain de violence par arme à feu.

Joe Biden a dévoilé début avril des mesures visant à limiter la prolifération des armes à feu aux États-Unis. La violence par arme à feu est « une honte internationale », avait fustigé le président démocrate.

Depuis le début de l’année 2021, les armes à feu ont fait plus de 17 635 morts aux États-Unis, suicides inclus, et 231 fusillades ayant fait plusieurs victimes ont été recensées, selon le site Gun Violence Archive.

Par Le Point avec AFP

Deux agents du FBI tués dans une fusillade en Floride

février 2, 2021

Deux agents du FBI ont été tués et trois autres blessés, mardi, à la suite d’une fusillade survenue lors d’une perquisition dans un complexe d’habitation de Sunrise, près de Fort Lauderdale. Le tireur a aussi trouvé la mort au cours de l’événement.

Des agents du FBI se réconfortent après la perte de deux de leurs collègues.

© Marta Lavandier/AP Des agents du FBI se réconfortent après la perte de deux de leurs collègues.

Selon le FBI, l’échange de coups de feu s’est produit vers 6 h du matin, lorsque des agents du FBI se sont présentés à l’appartement d’un individu pour y exécuter un mandat de perquisition fédéral concernant une affaire de pornographie juvénile et de violence envers des enfants.

C’est à ce moment que le suspect aurait ouvert le feu sur les agents, tuant deux d’entre eux et en blessant trois autres pendant que les voisins se barricadaient dans leurs appartements pour se protéger des coups de feu.

Les agents fédéraux ont battu en retraite avant de céder leur place à une équipe tactique d’intervention qui a mis fin au siège quelques heures plus tard.

Le suspect, qui s’était barricadé dans son appartement, est décédé, a déclaré le FBI dans un communiqué sans donner davantage de détails sur les circonstances de sa mort.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a identifié les policiers décédés comme étant l’agent spécial Daniel Alfin et l’agente spéciale Laura Schwartzenberger.

«Chaque jour, les agents spéciaux du FBI se mettent en danger pour assurer la sécurité du peuple américain. Les agents spéciaux Alfin et Schwartzenberger ont fait preuve d’héroïsme aujourd’hui pour défendre leur pays», a-t-il déclaré.

«Le FBI honorera toujours leur sacrifice ultime et leur sera à jamais reconnaissant pour leur bravoure», a-t-il assuré.

La fusillade a eu lieu dans le complexe d’appartements de Water Terrace, une riche communauté fermée située à l’extérieur de Fort Lauderdale, en Floride.

Il s’agit de l’une des fusillades les plus meurtrières dans l’histoire du FBI. La police fédérale a promis une enquête exhaustive et approfondie dans cette affaire.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Allemagne: un homme condamné pour le meurtre de six membres de sa famille, dont ses parents

juillet 10, 2020

 

Un homme de 27 ans a été condamné vendredi à 15 ans de prison pour le meurtre de six membres de sa famille, dont ses propres parents, qu’il avait tués lors d’une fusillade, et devra être interné en hôpital psychiatrique.

Présenté comme Adrian S., le jeune homme a été reconnu coupable de meurtres et de tentatives de meurtre après avoir tué à l’aide d’un revolver semi-automatique 9 mm son père, sa mère, son demi-frère, sa demi-soeur, son oncle et sa tante, selon le verdict du tribunal régional de Ellwangen, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Certaines de ses victimes avaient été abattues d’une balle dans la tête, et deux autres membres de sa famille avaient été grièvement blessés.

Placement en établissement psychiatrique réclamé

Le parquet et la défense avaient tous deux réclamé le placement en établissement psychiatrique de cet homme qui avait un permis de port d’armes et pratiquait le tir sportif. Il avait reconnu les faits à l’ouverture de son procès et exprimé ses regrets. «J’ai tout simplement tiré sur tout ce qui bougeait», avait-il dit devant ses juges, selon Der Spiegel.

La fusillade avait suscité un choc dans le pays alors que le jeune homme a assuré que sa mère lui avait fait subir des mauvais traitements et avait tenté de l’empoisonner avec des hormones féminines, des affirmations pour lesquelles il n’a pas pu apporter la moindre preuve, selon les expertises. Un psychiatre a toutefois établi qu’il souffrait d’hallucinations et de maladie mentale.

La fusillade avait éclaté le 24 janvier en milieu de journée à Rot am See (sud-ouest de l’Allemagne), une petite ville proche de Stuttgart, alors que la famille du jeune homme était réunie pour l’inhumation de sa grand-mère. Le tireur avait lui-même appelé la police pour se dénoncer, avant d’attendre les agents devant le lieu du crime.

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis : un mort et 11 blessés dans une fusillade à Minneapolis

juin 21, 2020

Une fusillade a fait un mort et onze blessés à Minneapolis (nord), aux États-Unis, a indiqué la police dimanche 21 juin. Des images diffusées sur Facebook ont montré au moins une personne au sol et des dizaines d’autres aux alentours dont certaines appelaient à l’aide. D’autres images montraient des établissements aux vitres brisées et des voitures de police.

«Douze personnes sont blessées par balle», a écrit la police de Minneapolis sur Twitter. «Un homme adulte est mort et onze ont des blessures potentiellement mortelles», a ajouté la police.

Minneapolis a été un lieu de mobilisation importante des manifestations contre le racisme et les violences policières qui ont éclaté dans le pays depuis la mort de George Floyd, un homme noir, lors de son interpellation par la police dans cette même ville du nord des Etats-Unis.

Par Le Figaro avec AFP

Allemagne: neuf morts dans deux fusillades près de Francfort, le mobile «raciste» ne fait plus de doute

février 20, 2020

L’attaque a visé des bars à chicha de la ville de Hanau. Le parquet anti-terroriste s’est saisi de l’enquête. Emmanuel Macron s’est dit «aux côtés» de Merkel face à «cette attaque tragique».

Quelques heures après la double fusillade meurtrière de Hanau qui a fait neuf morts, les enquêteurs allemands tentent de retracer le parcours de l’assaillant dont le mobile «raciste» ne fait plus de doute ni pour le parquet antiterroriste, ni pour les autorités. La chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé «le poison» du racisme, faisant le lien avec d’autres attentats d’extrême droite depuis 20 ans dans le pays, après ces attaques menées par un Allemand aux «motivations xénophobes».

L’assaillant présumé, Tobias R., 43 ans, a été retrouvé mort dans son appartement, de même que sa mère, tuée par balle, portant le bilan total à 11 morts, dont neuf dans les deux fusillades. Les victimes, dont certaines sont d’origine ou de nationalité étrangère, avaient entre 21 et 44 ans, selon le parquet. Un Bosnien et un Bulgare figurent parmi les victimes. Le père de l’unique suspect a lui été retrouvé indemne, hors de l’appartement.

L’auteur présumé avait suivi une formation de conseiller bancaire puis des études de gestion. Il a laissé derrière lui une vidéo et un manifeste de 24 pages, que l’AFP a pu consulter. Il y appelle notamment à «anéantir» la population d’au moins 24 pays, parmi lesquelles celles du Maghreb, du Moyen-Orient, d’Israël ou encore d’Asie du Sud, avançant des thèses racialistes tout en assurant être surveillé depuis l’enfance. Les enquêteurs ont également retrouvé dans sa voiture des munitions et des chargeurs. Le suspect était muni d’un permis de chasse.

Le parquet antiterroriste cherche à déterminer si l’auteur a pu bénéficier de complicité pour mener ces attaques dont le mobile est «profondément raciste».

La police scientifique étudie une voiture impliquée dans les fusillades.
La police scientifique étudie une voiture impliquée dans les fusillades. KAI PFAFFENBACH / REUTERS

Mercredi soir, un bar à chicha, le Midnight, avait été visé par des tirs dans le centre de Hanau, ville de près de 100.000 habitants à 20 kilomètres de Francfort, avant que le tireur ne gagne en voiture un deuxième établissement, l’Arena Bar, dans le quartier périphérique de Kesselstadt. L’assaillant a sonné à la porte du deuxième bar et tiré sur des personnes présentes dans la zone fumeur, tuant cinq personnes dont une femme, selon des informations de Bild.

«Les victimes sont des gens que nous connaissons depuis des années», dont deux employés de l’Arena, a réagi le fils du gérant du bar, absent comme son père au moment des tirs et cité par l’agence DPA. «C’est un choc pour tout le monde.» Parmi les tués figurent «plusieurs victimes d’origine kurde», a indiqué la Confédération des communautés du Kurdistan en Allemagne (Kon-Med), accusant les dirigeants allemands de ne pas «résolument combattre le terrorisme d’extrême droite».

Les enquêteurs devant l'un des bars visés.
Les enquêteurs devant l’un des bars visés. YANN SCHREIBER / AFP

Jeudi, une dizaine de personnes se recueillaient devant les lieux à la mi-journée, dont une femme en pleurs réconfortée par une autre et un vieil homme en larmes. «Je connaissais bien les personnes qui étaient dans ce bar (…) Ça aurait pu être moi», a affirmé à l’AFP Ahmed, un habitant de 30 ans du quartier. «Je ne comprends pas, nous n’avons pas de problèmes liés au racisme ici», s’est étonnée une autre voisine.

Plusieurs rassemblements sont prévus jeudi en fin de journée, à Hanau notamment mais aussi Porte de Brandebourg, à Berlin. Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, qui a déposé des gerbes de fleurs sur les sites visés avec sa collègue de la Justice, Christine Lambrecht, a promis de nouvelles mesures dans les prochains jours.

À Bruxelles, de nombreux dirigeants ont exprimé leur solidarité à Angela Merkel avant l’ouverture du sommet européen. Emmanuel Macron s’est dit «aux côtés» de la chancelière. La présidente de la Commission, l’Allemande Ursula von der Leyen, s’est déclarée «choquée par la tragédie». L’association Ditib, principale organisation de la communauté turque musulmane d’Allemagne, a parlé dans un communiqué de «jour noir dans l’histoire de l’Allemagne» et réclamé plus de protection pour ses fidèles.

La menace d’un terrorisme d’extrême droite inquiétait de plus en plus les autorités allemandes, depuis notamment le meurtre d’un élu allemand pro-migrants, membre du parti de la chancelière Merkel, en juin dernier.

Vendredi, 12 membres d’un groupuscule d’extrême droite ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés d’avoir planifié des attaques de grande ampleur contre des mosquées.

En octobre, un extrémiste de droite négationniste avait tenté de commettre un attentat dans une synagogue de Halle, un massacre n’étant évité que de justesse. Il avait toutefois abattu une passante et le client d’un restaurant de kébabs, diffusant en direct sur internet ses forfaits.

Dans son allocution, Mme Merkel a aussi évoqué les meurtres de neuf personnes d’origine immigrée et d’une policière commis entre 2000 et 2007 par le trio néonazi «Clandestinité nationale-socialiste» (NSU). L’affaire a été marquée par une cascade de scandales autour de l’enquête et des services de renseignements intérieurs, censés disposer d’indics dans les milieux néonazis et vivement critiqués pour leur aveuglement.

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis: Deux morts, un blessé grave dans une fusillade dans une église texane

décembre 29, 2019

Le tireur a été maîtrisé par des paroissiens, il serait mort dans le transport à l’hôpital.

La fusillade a eu lieu dans une église située dans les environs de la ville texane de Fort Worth.
La fusillade a eu lieu dans une église située dans les environs de la ville texane de Fort Worth. theaphotography – stock.adobe.com

Deux personnes sont mortes et une troisième a été grièvement blessée lors d’une attaque par arme à feu dimanche 29 décembre contre une église près de Fort Worth, au Texas, selon les autorités locales qui ont précisé que l’assaillant faisait partie des morts.

«À environ 09h57 heure locale, la police et les pompiers de White Settlement ont été prévenus de coups de feu à l’église West Freeway Church of Christ», a déclaré à Mike Drivdahl, porte-parole de la caserne de pompiers de Forth Worth. «Quand ils sont arrivés, ils ont constaté que des coups avaient été tirés», a-t-il ajouté. D’après le communiqué du gouverneur Greg Abbott, ce sont des paroissiens qui ont maîtrisé le tireur.

Trois personnes dont l’assaillant ont été hospitalisées en urgence. «Elles étaient toutes les trois dans un état critique au moment de leur hospitalisation» a précisé Mike Drivdahl. «Nous avons traité cinq patients dont trois avaient été touchés par une arme à feu», a détaillé la porte-parole du service d’ambulances dépêché sur les lieux, Macara Trusty.

Le gouverneur du Texas a présenté ses condoléances aux familles. «Les lieux de culte sont sacrés et je suis reconnaissant au personnel de l’église qui a agi rapidement pour neutraliser l’assaillant et empêcher que d’autres vies ne soient perdues», a-t-il écrit.

La fusillade a eu lieu plus de deux ans après une celle de Sutherland Springs au Texas qui avait fait 26 morts. Environ 40.000 personnes ont été tuées par une arme à feu en 2017 aux États-Unis.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

Moscou: un agent des services de sécurité tué dans une fusillade près du FSB

décembre 19, 2019

 

Un agent des services de sécurité russes, le FSB, a été tué jeudi lors d’une fusillade près du siège de cette institution à Moscou, ont rapporté plusieurs médias d’Etat.

RUSSIA-SHOOTING-POLICE

Moscou, près du siège du FSB, le 19 décembre 2019. Vasily MAXIMOV / AFP

«Un inconnu a ouvert le feu près du n°12 rue Bolchaïa Loubianka, il y a des blessés. Son identification est en cours, le criminel a été neutralisé», a indiqué le service de presse du FSB aux médias d’Etat russe.

«Un agent du service est mort», a ensuite indiqué la même source. Le ministère de la Santé avait fait état quelques minutes plus tôt de deux agents du FSB «souffrant de blessures extrêmement graves». Un échange de tirs a eu lieu ce jeudi soir près du siège à Moscou du FSB, les services secrets russes, ont rapporté plusieurs médias russes, dont le journal Izvestia et la radio Echo de Moscou. Le terme «neutralisé» signifie généralement dans le jargon policier russe qu’un assaillant a été tué. Le président russe Vladimir Poutine a été informé de la situation, selon son porte-parole Dmitri Peskov, cité par Tass.

L’échange de tirs a eu lieu jeudi soir aux abords immédiats du siège du FSB, un des héritiers du KGB soviétique, en plein centre de Moscou, à une dizaine de minutes à pied de la place Rouge et du Kremlin, siège de la présidence russe. Les circonstances de l’attaque restent floues, mais selon plusieurs médias, citant le FSB, l’assaillant n’est pas entré dans le bâtiment des services secrets. Les forces de l’ordre étaient toujours déployés en grand nombre dans le quartier, vers 20h00, soit environ deux heures après que de premiers témoins ont fait état d’échanges de tirs sur les réseaux sociaux.

Toujours selon les médias russes, un homme aurait ouvert le feu dans la salle de réception du Service fédéral de sécurité (FSB). Le tireur se serait barricadé dans un bâtiment avant d’être neutralisé par les forces de l’ordre. D’autres médias russes et témoins interrogés font cependant état de plusieurs assaillants.

Les autorités russes ont qualifié l’attaque d’«attentat terroriste». D’après une source proche du FSB citée par l’agence Reuters, les services de sécurité russes suspectent que l’attaque aurait été organisée afin de coïncider avec une allocution du président Vladimir Poutine.

Par Le Figaro avec AFP et Reuters

Panama: le bilan de la fusillade s’élève à 14 morts et une dizaine de blessés

décembre 18, 2019

Un affrontement à l’arme à feu entre détenus mardi dans une prison du Panama a fait au moins 14 morts et plus d’une dizaine de blessés parmi les prisonniers, selon le bilan actualisé mercredi par le gouvernement panaméen.

«Après la rixe d’hier (mardi) dans le pavillon 14 du centre pénitentiaire La Joyita, nous annonçons que jusqu’à présent 14 détenus sont décédés», a écrit sur Twitter le ministre de l’Intérieur, qui ajoute que 11 personnes ont été blessées. Un précédent bilan du directeur général adjoint de la police panaméenne, Alexis Muñoz, faisait état de 12 morts et 13 blessés. Les faits se sont produits dans un pavillon du centre pénitentiaire de La Joyita, à 36 kilomètres à l’est de la capitale. Les motifs de la fusillade «sont des différends entre les détenus», a indiqué M. Muñoz. «Il est triste et regrettable que les jeunes de ce pays se battent pour des territoires, pour des activités de narcotrafic ou pour le pouvoir», a-t-il commenté.

Dans un premier temps, le gouvernement avait précisé dans un communiqué que le personnel pénitentiaire n’avait eu aucun blessé et avait repris le contrôle de la situation. Le président du Panama, Laurentino Cortizo, a réagi à la fusillade en soulignant la nécessité de garantir la sécurité dans les prisons du pays. M. Cortizo a déclaré qu’une perquisition effectuée il y quelques semaines dans ce même établissement avait permis la découverte de plusieurs armes. Cela veut dire qu’il est possible de faire entrer des armes dans la prison, mais «nous n’allons pas le permettre», a-t-il assuré. Le communiqué du gouvernement indique que «les meneurs de l’incident» seront déplacés et isolés pour prévenir de nouveaux accès de violence. Une enquête a été ouverte.

Plusieurs armes à feu, dont cinq pistolets et trois fusils, ont été découverts après la fusillade, selon le gouvernement. Le Panama a environ 17.000 détenus dans une vingtaine d’établissements pénitentiaires, selon les derniers chiffres officiels. La Joyita, avec 3.700 détenus, est la prison la plus peuplée du pays avec celle de La Nueva Joya. Elles sont tous deux situées dans la localité de Pacora, non loin de Panama.

Par Le Figaro avec AFP

Fusillade dans un hôpital tchèque: le bilan passe à 7 morts

décembre 12, 2019

 

Une femme blessée à la tête durant une fusillade dans un hôpital tchèque cette semaine est morte jeudi, devenant la septième victime du tireur qui s’est suicidé.

Le tueur solitaire avait ouvert le feu mardi dans une salle d’attente du service de traumatologie de l’hôpital universitaire d’Ostrava, à 300 kilomètres à l’est de Prague. Il avait tué sur le coup six personnes et en avait blessé trois, dont la femme décédée jeudi. «La dame a succombé à ses blessures et elle est morte cet après-midi», a déclaré jeudi la porte-parole de l’hôpital Petra Petlachova à l’AFP. Blessée à bout portant comme les autres victimes, la femme était dans un état critique après avoir été opérée.

Petra Petlachova a ajouté qu’un homme blessé mardi était sorti de l’hôpital jeudi matin, et que la vie de l’autre blessé, toujours hospitalisé, n’était pas menacée. La police n’a pas encore réussi à déterminer les motifs du tueur, un homme de 42 ans identifié par les médias tchèques comme Ctirad Vitasek. Certains médias ont évoqué des troubles mentaux. Des témoins ont déclaré à la presse locale que Vitasek croyait souffrir du cancer et que personne ne voulait le soigner.

Le tireur avait pris la fuite dans sa voiture, déclenchant une chasse à l’homme impliquant des centaines de policiers et deux hélicoptères. La police l’avait finalement repéré dans un village proche d’Ostrava, où il s’est suicidé d’une balle dans la tête en voyant un hélicoptère le survoler. Il est mort sur place quelques minutes plus tard. Selon la police, il avait un casier judiciaire comportant des condamnations pour des violences et des vols.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Fusillade dans une mosquée en Norvège

août 10, 2019

 

Une personne a été blessée dans une fusillade dans une mosquée près d’Oslo, et un suspect arrêté, a annoncé samedi la police de la capitale norvégienne. «Une personne a été touchée. Nous ne connaissons pas le niveau de gravité de ses blessures. Un suspect a été arrêté. La police est sur place», a déclaré la police sur Twitter. Selon un porte-parole des forces de l’ordre, cité par Reuters, la victime est un homme de 75 ans.

La fusillade a eu lieu dans le centre islamique al-Nour à Baerum, ville de la banlieue d’Oslo. La police a précisé ne pas avoir d’informations sur la présence d’autres assaillants, ni sur le suspect arrêté qui est «blanc». «Un des nôtres a été touché par balles par un homme blanc avec un casque et un uniforme», a déclaré de son côté le responsable de la mosquée, Irfan Mushtaq, à un journal local Budstikka. Il a ensuite précisé à la chaine TV2 que l’homme portait plusieurs armes sur lui. «Un homme de type norvégien avec un fusil à pompe et des pistolets est entré dans la mosquée (…). Il a commencé à tirer autour de lui», a-t-il raconté.

Selon la chaîne publique NRK, la police a trouvé plusieurs armes dans la mosquée, et une personne qui s’y trouvait est parvenue à maîtriser l’assaillant avant l’arrivée des forces de l’ordre. Les services de sécurité de la police norvégienne (PST) ont indiqué «suivre les évènements». «Il est trop tôt pour tirer des conclusions», a déclaré à NRK le responsable de l’information des PST, Martin Bernsen.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters