Posts Tagged ‘fusillade’

Congo-Urgent : deux morts et 6 blessés graves dans une fusillade à la résidence présidentielle de Mpila

novembre 15, 2022

Une fusillade aurait eu lieu à Mpila dans la résidence privée du président de la république. On parle de deux morts et six blessés parmi les militaires de la sécurité présidentielle. Les causes de cette fusillade ne sont pas encore élucidées, mais en interne on parle d’un élément sous l’emprise des stupéfiants qui aurait ouvert le feu sur ses collègues suite à une dispute.

Deux militaires de la sécurité présidentielle en poste à Mpila dans la résidence de Denis Sassou Nguesso auraient trouvé la mort et six autres seraient blessés gravement après une fusillade. Des sources internes, il s’agirait d’un élément sous l’emprise des stupéfiants qui aurait ouvert le feu sur ses collègues après une dispute.

Les officiers supérieurs auraient interdit à quiconque de filmer les deux cadavres et les blessés et intimés l’ordre à ce que l’incident ne soit pas divulgué. l’élément qui aurait tiré sur ses collègues tuant deux et blessés cinq autres avant d’être neutralisé serait originaire d’Oyo.

Denis Sassou Nguesso qui est rentré de sa visite de travail à Pointe-Noire était absent au moment des faits. Un groupe important des militaires de la DGSP ont fait le voyage de Pointe-Noire pour assurer la sécurité du chef de l’État.

Il se dit que le militaire qui aurait ouvert le feu sur ses collègues serait un élément du feu général Adoua, connu pour son goût des stupéfiants.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Guerre en Ukraine : une fusillade dans un camp d’entraînement russe fait 11 morts

octobre 15, 2022
Le mur des soldats ukrainiens morts depuis le début de l'invasion par la Russie.

À Kiev le 15 octobre, des passants marchent devant le mur construit à la mémoire des défenseurs de l’Ukraine tombés depuis l’invasion par la Russie. Photo: AFP via Getty Images/Yasuyoshi Chiba

Au moins 11 personnes sont mortes et 15 autres ont été blessées samedi lors d’une fusillade sur un terrain militaire russe frontalier de l’Ukraine, a indiqué le ministère russe de la Défense, qui a qualifié l’incident « d’attentat ».

La fusillade est survenue sur un terrain d’entraînement militaire dans la région de Belgorod. Le ministère russe a indiqué que deux citoyens originaires d’un pays de la CEI, (Communauté des États indépendants de l’ex-URSS) ont commis cet attentat.

Lors de la conduite d’un entraînement au tir avec des personnes qui s’étaient portées volontaires pour prendre part à l’opération militaire spéciale [en Ukraine], les terroristes ont ouvert le feu avec des armes automatiques sur les membres de l’unité, poursuit le ministère.

D’après le ministère, les deux terroristes ont été abattus lors d’un tir de riposte.

Ces derniers jours, la tension est forte dans la région de Belgorod. Les autorités ont signalé quasi quotidiennement des tirs venus d’Ukraine.

Cette fusillade sur un terrain militaire survient aussi alors que le pouvoir russe a mis en garde cette semaine contre des risques d’attaques terroristes ukrainiennes.

Les services de sécurité russes (FSB) ont indiqué mercredi avoir arrêté huit personnes suspectées de participation à l’attaque à l’explosif qui a touché le 8 octobre le pont de Crimée tout en assurant avoir déjoué deux projets d’attentats également imputés à Kiev.

Ces dernières années, des incidents armés ont déjà eu lieu dans des casernes du pays sur fond de bizutages, un problème qui mine depuis longtemps l’armée russe. Ces incidents, parfois très violents, sont régulièrement la cause de suicides ou de meurtres.

Plus difficile près de Bakhmout

Par ailleurs, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que la situation était plus difficile près de Bakhmout, dans l’est du pays, quelques jours après que les forces prorusses ont annoncé qu’elles se rapprochaient de cette ville.

« Une situation très grave persiste dans les régions de Donetsk et de Lougansk. »— Une citation de  Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Depuis des semaines, les troupes russes pilonnent Bakhmout, une cité qui comptait naguère 70 000 habitants, dans l’espoir de s’en emparer.

Entre-temps, à Kiev, un missile a gravement endommagé une installation énergétique clé. Le gouverneur de la région, Oleksiy Kuleba, a indiqué que la frappe n’avait fait aucun mort ni blessé.

Le chef adjoint du bureau du président ukrainien, Kyrylo Timochenko, a exhorté les habitants de Kiev et ceux de trois régions voisines à réduire leur consommation d’énergie pendant les heures de pointe du soir.

Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse

Russie: 15 morts dans une fusillade dans une école, Poutine dénonce un « attentat inhumain »

septembre 26, 2022
Russie: 15 morts dans une fusillade dans une ecole, Poutine denonce un "attentat inhumain"
Russie: 15 morts dans une fusillade dans une école, Poutine dénonce un « attentat inhumain »© Kommersant Photo/AFP/Maria BAKLANOVA

Au moins 15 personnes ont été tuées, dont 11 enfants, au cours d’une fusillade dans une école d’Ijevsk, dans le centre de la Russie, un « attentat terroriste inhumain » selon le président Vladimir Poutine.

« Le président regrette profondément la mort de personnes et d’enfants dans cette école où un attentat terroriste a été perpétré », a indiqué à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

« A la suite du crime, 15 personnes sont décédées, dont onze enfants et quatre adultes (et) 24 autres blessées dont 22 enfants et 2 adultes », a indiqué dans l’après-midi le Comité d’enquête, revoyant son bilan précédent à la hausse.

« Le président souhaite la guérison aux blessés de cet attentat inhumain », a ajouté le Kremlin.

Le suspect, qui s’est suicidé selon les enquêteurs, portait un pull « noir à la symbolique nazie et une cagoule ». Il s’agit d’un ancien élève de cette école, Artiom K., né en 1988, ont-ils précisé dans un communiqué séparé.

« On vérifie s’il était adepte des positions néo-fascistes et de l’idéologie nazie », selon la même source.

Les enquêteurs ont également publié une vidéo montrant le corps d’un individu allongé sur le sol, du sang autour du crâne et vêtu d’un pull noir sur lequel figurait un croix gammée rouge.

« Les policiers ont retrouvé le corps de l’homme qui a ouvert le feu. Selon nos informations, il s’est suicidé », avait indiqué de son côté le ministère russe de l’Intérieur.

Les faits se sont déroulés dans la matinée dans l’école n°88 de cette ville située juste à l’ouest du massif de l’Oural, chaîne montagneuse qui sépare la Russie européenne et asiatique. Cette cité abrite toujours les usines fabriquant les fusils d’assaut Kalachnikov.

Selon le gouverneur de la région, Alexandre Bretchalov, l’assaillant a tué le garde avant d’ouvrir le feu à l’intérieur de l’école.

Le site de l’établissement scolaire indique qu’il compte près de mille élèves et 80 enseignants.

Le gouverneur s’exprimait, visiblement ému, dans une vidéo réalisée devant l’école. Derrière lui, on pouvait voir des personnels médicaux entrer dans le bâtiment au pas de course, certains transportant un brancard.

« Des enquêteurs, des criminalistes et des experts du Comité d’enquête russe travaillent sur place », a déclaré dans l’après-midi le président du principal organe d’investigation du pays, Alexandre Bastrykine.

Selon le ministère de la Santé, « 14 équipes d’ambulanciers » sont aussi sur le site et « un groupe de médecins » doit se rendre à Ijevsk « pour aider les victimes ».

Une enquête pour « meurtre » et « port illégal d’armes » a été ouverte.

Climat tendu

La fusillade de lundi intervient dans un climat tendu dans de nombreuses régions de Russie, sur fond de mobilisation militaire de centaines de milliers de réservistes pour l’offensive russe en Ukraine.

Lundi également, un homme a ouvert le feu dans un centre de recrutement de l’armée russe en Sibérie, blessant grièvement un militaire qui y travaillait.

Autrefois rarissimes, les fusillades mortelles, notamment dans des écoles, ont tendance à devenir plus fréquentes en Russie depuis quelques années, au point que le président Vladimir Poutine s’en est alarmé, y voyant un phénomène importé des États-Unis et un effet pervers de la mondialisation, ce qui l’a conduit à durcir la législation sur le port d’armes.

En avril, un homme avait ouvert le feu dans une école maternelle et tué deux enfants ainsi qu’une institutrice, avant de se suicider, dans la région d’Oulianovsk, également dans le centre de la Russie.

La fusillade la plus meurtrière remonte à octobre 2018, quand un lycéen avait tué 19 personnes avant de se donner la mort dans un lycée de Kertch, dans la péninsule annexée de Crimée.

Ijevsk, ville de près de 650.000 habitants, est la capitale de la république d’Oudmourtie dans le centre du pays.

C’est dans cette ville industrielle et longtemps fermée aux étrangers sous l’ère communiste que Mikhaïl Kalachnikov a mis au point en 1947 son premier « AK-47 », devenu depuis mondialement célèbre.

Par Le Point avec AFP

Danemark: Trois morts dans une fusillade à Copenhague, un suspect arrêté

juillet 3, 2022
Des véhicules d'urgence devant le centre commercial où a eu lieu la fusillade.

Le bilan de la fusillade est passé à trois morts et trois blessés graves. Photo : Reuters/Annegret HilseI

Trois personnes ont été tuées et trois autres ont été grièvement blessées lors d’une fusillade dimanche dans un grand centre commercial de Copenhague. Une personne a été arrêtée en rapport avec cette affaire, selon la police.

Au dire du chef de la police, Soren Thomassen, un homme dans la quarantaine et deux individus plus jeunes ont ainsi péri sous les balles du tireur.

Le suspect est un homme de nationalité danoise âgé de 22 ans.

Le jeune homme a été arrêté peu après l’arrivée des policiers. Selon des témoins, il était armé d’un imposant fusil.

De telles fusillades sont rares au Danemark. M. Thomassen a déclaré qu’il était trop tôt pour émettre des hypothèses sur les motifs du tireur, mais qu’il ne pouvait pas exclure un acte de terrorisme.

En revanche, aucune indication ne porte à croire que d’autres tireurs étaient présents.

La direction du principal hôpital de Copenhague, Rigshospitalet, a déclaré à l’agence de presse Reuters que l’établissement avait reçu un petit groupe de patients pour des soins et que du personnel supplémentaire, notamment des chirurgiens et des infirmières, avait été appelé en renfort.

Les coups de feu ont été tirés en fin d’après-midi à l’intérieur du centre commercial Fields, le plus grand au pays, situé entre le centre-ville et l’aéroport de la capitale.

Des passants fuient un centre commercial danois.

Plusieurs personnes ont fui le centre commercial après avoir entendu les coups de feu. Photo : Reuters/Ritzau Scanpix/Olafur Steinar Gestsson

Selon des témoins interrogés par des médias locaux, le suspect a tenté de piéger des victimes, par exemple en affirmant que son arme était fausse afin de les inciter à se rapprocher.

Des renforts policiers ont été dépêchés aux abords de cette vaste galerie marchande. Des images des lieux montraient des ambulanciers embarquer un blessé sur un brancard et des mères consoler leurs enfants dans leurs bras.

C’est de la pure terreur. C’est affreux, a déclaré Hans Christian Stoltz, un consultant en informatique de 53 ans. On peut se demander comment une personne peut faire ça à d’autres êtres humains.

Chaos sur place

Lorsque les premiers coups de feu ont retenti, plus d’une centaine de personnes se sont ruées à l’extérieur de la galerie commerciale, selon des témoins cités par les médias danois.

D’autres ont été contraintes de se cacher à l’intérieur.

Tout à coup, nous avons entendu des coups de feu, j’ai entendu dix tirs et nous avons couru aussi vite que nous l’avons pu pour nous réfugier aux toilettes, a expliqué une femme à la chaîne de télévision DR.

Nous sommes sur place, des coups de feu ont été tirés et plusieurs personnes ont été touchées, a annoncé la police peu après sur Twitter.

Les autorités ont appelé les personnes qui se trouvaient potentiellement dans le bâtiment à attendre l’arrivée des secours à l’intérieur et à tous les autres à se tenir loin du secteur.

Deux femmes en pleurs s'enlacent.

Deux femmes en pleurs s’enlacent à l’extérieur du centre commercial Fields, à Copenhague. Photo: AFP/Olafur Steinar Gestsson

Des routes autour du centre commercial ont été bloquées dans un vaste périmètre de sécurité et la circulation du métro a été interrompue.

Activités annulées

De nombreux visiteurs du centre commercial devaient se rendre plus tard en soirée dans une salle voisine pour un concert de la vedette britannique Harry Styles, mais le spectacle a été annulé.

Peu de temps après les tirs, le palais royal a déclaré qu’une réception avec le prince héritier Frederik liée au Tour de France n’aurait pas lieu. Les trois premières étapes de la course cycliste se sont tenues au Danemark cette année. La réception devait se dérouler sur le yacht royal amarré à Sønderborg, la ville où s’est terminée la troisième étape.

La direction du Tour de France a exprimé sa compassion à tout le peuple danois après la fusillade.

Le Tour est particulièrement choqué et attristé par le drame qui vient de frapper Copenhague, a déclaré en début de soirée la société organisatrice ASO.

Le dernier attentat à Copenhague remonte aux 14 et 15 février 2015, lorsqu’une série de fusillades à motivation islamiste avait fait deux morts et cinq blessés.

Par Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse et Reuters

France : un Blanc ouvre le feu sur sa femme congolaise qu’il a surpris dans son lit avec son amant congolais

juillet 2, 2022
 France : un Blanc ouvre le feu sur sa femme congolaise qu’il a surpris dans son lit avec son amant congolais

Il n’a pas supporté être cocufié dans sa propre maison et a fait recours de son arme contre son épouse et son amant. Un acte qui lui a conduit directement en prison accusé de tentative d’homicide. Âgé de 62 ans, un breton marié à une congolaise a ouvert le feu sur elle et son amant après les avoir surpris entrain d’avoir des rapports sexuels dans le lit conjugal.

A Brest au nord-ouest de la France, JM un homme de race blanche de 62 ans a été arrêté pour tentative d’homicide sur deux personnes. Il s’agit de son épouse et son amant qu’il a surpris entrain de le faire cocu dans sa propre maison. Les deux sont grièvement blessés et reçoivent des soins au centre hospitalier de la ville.

Le couple qui est marié depuis 12 ans traversait une période de crise et se parlait à peine selon les propos de l’épouse. L’homme soupçonnait d’infidélité son épouse Congolaise qui aurait d’abord eu une relation sentimentale avec un ami de son épouse.

Alors qu’il rentrait d’un déplacement à Rennes, JM a entendu des gémissements de son épouse depuis le salon. Et c’est quand il s’est rapproché de la porte de la chambre qu’il a réalisé réellement ce qui se passait. Sans se poser des questions, il est allé prendre son fusil de chasse et a ouvert le feu sur les deux adultères.

C’est lui-même qui a appelé la police et les secours. Il a été détenu dans son salon entrain de boire tranquillement un verre d’alcool. Sa femme et son amant blessés gravement aux jambes ont été conduits au centre hospitalier de la ville.

Avec Le congolais.fr

Fusillade près d’un bar gay à Oslo: la piste du « terrorisme islamiste » privilégiée

juin 25, 2022
Fusillade pres d'un bar gay a Oslo: la piste du "terrorisme islamiste" privilegiee
Fusillade près d’un bar gay à Oslo: la piste du « terrorisme islamiste » privilégiée© NTB/AFP/Olivier MORIN

Les services de sécurité norvégiens privilégient la piste du « terrorisme islamiste » après des tirs mortels dans la nuit près d’un bar gay en plein centre-ville d’Oslo, une fusillade qui a entraîné l’annulation d’une marche des Fiertés LGBT prévue ce samedi.

Rapidement arrêté, l’auteur présumé de l’attaque qui a fait deux morts et 21 blessés, dont dix graves, « a un long historique de violences et de menaces », a déclaré Roger Berg, le chef des services norvégiens de renseignement intérieur (PST), chargés de l’antiterrorisme.

Le PST l’avait sur son radar « depuis 2015 en lien avec des inquiétudes sur sa radicalisation » et son appartenance « à un réseau islamiste extrémiste », mais des entretiens avec lui le mois dernier avaient conduit à conclure qu’il n’avait pas d' »intentions violentes », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

La police d’Oslo avait auparavant présenté le suspect comme un Norvégien d’origine iranienne de 42 ans.

Le PST est aussi au courant « de difficultés liées à sa santé mentale », a précisé M. Berg.

Comme c’est la règle dans les affaires graves, le suspect va être placé sous observation pour déterminer son état mental et contribuer à éclairer la question de sa responsabilité pénale. Il a refusé jusqu’à présent d’être entendu par les enquêteurs.

La fusillade s’est produite aux alentours de 01H00 (23H00 GMT vendredi) à l’extérieur d’un pub, Per på hjørnet, puis devant un club gay voisin, le London Pub, dans un quartier alors noir de monde en cette chaude nuit d’été.

Selon la police, le pronostic vital des blessés n’est pas engagé. Les victimes sont deux hommes d’une cinquantaine et d’une soixantaine d’années, a-t-elle annoncé.

Hommages sur le site

La marche des Fiertés LGBT qui devait avoir lieu samedi après-midi à Oslo – pour la première fois depuis trois ans à cause de la pandémie – a été annulée sur recommandation de la police. Juste un report à une date ultérieure, a ensuite rectifié le maire d’Oslo, Raymond Johansen.

Un défilé spontané a tout de même réuni des milliers de personnes aux cris de « We’re here, we’re queer. We won’t disappear » (« Nous sommes ici, nous sommes queer. Nous ne disparaîtrons pas »).

« C’est fantastique que cette marche ait lieu, sinon il aurait gagné », a expliqué à l’AFP une participante d’une cinquantaine d’années, visiblement bouleversée.

En signe de solidarité, de nombreuses personnes, souvent en larmes et silencieuses, sont venues déposer des drapeaux arc-en-ciel et des bouquets de fleurs près des lieux de l’attaque bouclés par la police.

En fin de journée, le couple princier – avec une princesse Mette-Marit luttant pour contenir ses larmes -, le Premier ministre et plusieurs autres responsables ont fait de même.

A ce stade, la police estime que l’auteur de la fusillade a agi seul, même si l’enquête devra faire la lumière sur d’éventuelles complicités en amont.

Les effectifs policiers ont été renforcés dans la capitale pour faire face à d’éventuels autres incidents, et les agents, qui ne sont généralement pas armés, ont reçu la consigne de s’armer dans tout le royaume.

De « modéré », le PST a par relevé le niveau de menaces visant le pays scandinave à « extraordinaire », faisant valoir que la situation était encore « confuse ».

Deux armes à feu

Le suspect a été arrêté samedi à 01H19 (vendredi 23H19 GMT), cinq minutes après les premiers signalements.

Des civils ont aidé à sa capture ainsi qu’aux premiers soins, selon la police qui a salué « une contribution héroïque ».

L’homme avait déjà eu affaire à la police pour des faits mineurs comme le port d’un couteau ou une condamnation pour possession de stupéfiants.

Des médias norvégiens l’ont identifié comme étant Zaniar Matapour, présenté comme un père de famille d’origine kurde iranienne arrivé dans son enfance en Norvège.

Deux armes à feu ont été saisies en lien avec l’attaque, que la police a décrites comme « anciennes ».

« Aujourd’hui, on devait célébrer l’amour et colorer nos rues des couleurs de l’arc-en-ciel. A la place, nous sommes envahis par le deuil », a réagi le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre lors d’une conférence de presse.

« Même si on n’est pas sûrs que ce sont les milieux homosexuels qui étaient visés, nous savons qu'(ils) sont la victime », a-t-il ajouté.

Le roi Harald, lui, s’est dit « horrifié ». « Nous devons nous rassembler pour défendre nos valeurs: la liberté, la diversité et le respect mutuel », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Du président français Emmanuel Macron à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, de nombreux dirigeants mondiaux ont condamné l’attaque.

Généralement paisible, la Norvège a néanmoins été le théâtre d’attentats sanglants comme ceux perpétrés le 22 juillet 2011 par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik.

Par Le Point avec AFP

États-Unis: 21 morts, dont 18 enfants, lors d’une fusillade dans une école du Texas

mai 24, 2022
Une femme réagit dans la foulée de la fusillade survenue au Texas.

Cette nouvelle fusillade a suscité l’effroi et le désespoir chez les parents d’enfants fréquentant l’école ciblée par le tireur. Photo : Reuters/Marco Bello

Un jeune homme a ouvert le feu mardi dans une école primaire au Texas, tuant 18 enfants et 3 autres personnes, un drame qui replonge les États-Unis dans le cauchemar récurrent des fusillades en milieu scolaire.

Le suspect, âgé de 18 ans, a agi d’une façon atroce et insensée dans la ville d’Uvalde, a déclaré le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, lors d’une conférence de presse.

Le tireur présumé, identifié comme Salvador Ramos, est lui aussi mort dans cette tuerie qui a touché la commune située à environ 130 kilomètres à l’ouest de San Antonio.

Il aurait d’abord visé sa grand-mère, dont l’état de santé restait à préciser, avant de se rendre à l’école et d’abandonner sa voiture pour entrer dans le bâtiment avec une arme de poing et peut-être un fusil, selon le gouverneur.

Les mobiles de cette attaque, l’une des pires dans une école depuis des années, étaient pour l’instant inconnus.

La fusillade s’est produite à l’école primaire Robb, qui accueille des enfants âgés de 5 à 7 ans à Uvalde. Plus de 500 enfants, dont près de 90 % d’origine hispanique, étudiaient dans l’établissement pendant l’année scolaire 2020-2021, selon des données de l’État.

Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montraient des enfants évacués en urgence, courant par petits groupes vers des bus scolaires jaunes, devant cet établissement aux bâtiments bas et plats, typiques du sud des États-Unis.

Le président [Joe] Biden est tenu informé de la tuerie est continue de l’être à mesure que les informations sont disponibles, a indiqué la porte-parole de la présidence, Karine Jean-Pierre.

« Les prières [du président Biden] vont aux familles frappées par cet événement épouvantable. »— Une citation de  Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison-Blanche

M. Biden s’exprimera mardi soir, à l’issue de sa tournée en Asie.

Dans une proclamation, le président Biden a ordonné la mise en berne des drapeaux à la Maison-Blanche ainsi que sur les bâtiments et lieux publics des États-Unis jusqu’à samedi soir, en signe de respect pour les victimes de cet acte de violence insensée.

La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a dit qu’il s’agissait d’un acte monstrueux qui a volé l’avenir de chers enfantsIl n’existe pas de mots pouvant décrire la douleur et l’indignation face au massacre de sang-froid de petits écoliers et d’enseignants, a-t-elle écrit dans un communiqué.

Ted Cruz, sénateur républicain du Texas, a remercié sur Twitter les forces de l’ordre héroïques et les secours pour leur intervention lors de cette horrible fusillade.Des policiers lourdement armés.

La police a dit avoir appréhendé le présumé tireur. Photo : AP/Dario Lopez-Mills

Des drames fréquents

Cette attaque a replongé le pays dans les affres des fusillades en milieu scolaire, qui se répètent fréquemment avec des images choquantes d’élèves traumatisés, obligés de se confiner dans leur classe avant d’être évacués par les forces de l’ordre et de parents paniqués cherchant désespérément à avoir des nouvelles de leurs enfants.

Le drame rappelle celui de l’école primaire de Sandy Hook, à Newtown, dans le Connecticut, où un déséquilibré âgé de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, avant de se suicider.

Chris Murphy, sénateur démocrate de cet État, a supplié mardi ses collègues élus d’agir, assurant que ces tragédies n’étaient pas inévitables.

« Cela n’arrive que dans ce pays, et nulle part ailleurs. Dans aucun autre pays, les enfants ne vont à l’école en pensant qu’ils pourraient se faire tirer dessus. »— Une citation de  Chris Murphy, sénateur démocrate du Connecticut

Trop, c’est trop, s’est emportée pour sa part la vice-présidente américaine Kamala Harris, appelant à agir pour réguler les armes. Nos coeurs continuent d’être brisés.

Nous devons trouver le courage d’agir, a-t-elle ajouté à l’intention du Congrès, impuissant à légiférer malgré les tragédies.

Le pays avait aussi été particulièrement marqué par une fusillade dans une école de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts, dont une majorité d’adolescents, en 2018.

Et à la mi-mai, les États-Unis ont été endeuillés par une fusillade raciste qui a causé la mort de 10 Afro-Américains dans un supermarché de Buffalo, dans l’État de New York.

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

États-Unis : au moins huit morts dans une fusillade en Californie

mai 26, 2021

Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de l’entreprise de transports publics, Valley Transportation Authority, a précisé Russell Davis. 

La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) pres d'un centre de maintenance et de stockage de la VTA a San Jose, ville californienne situee au sud de San Francisco.
La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d’un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.© PHILIP PACHECO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Nouvelle fusillade aux États-Unis. Un employé d’une entreprise de transports publics a tué au moins huit personnes mercredi sur le site de la compagnie à San José, en Californie, a indiqué la police, dernier exemple en date de la violence par arme à feu aux États-Unis.

« Je peux confirmer qu’à l’heure actuelle, huit personnes sont décédées », a déclaré Russell Davis, de la police du comté de Santa Clara, tout en prévenant que le bilan pourrait s’alourdir.

Des employés de la Valley Transportation Authority figurent « parmi les victimes »

Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de l’entreprise de transports publics visée, la Valley Transportation Authority (VTA), a précisé Russell Davis, sans donner les circonstances de sa mort. « Nous avons reçu des informations indiquant que des engins explosifs se trouveraient à l’intérieur du bâtiment », a-t-il ajouté, expliquant qu’une équipe de démineurs était sur place pour fouiller les lieux et s’assurer « que la sécurité du public est assurée ».

La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d’un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.

Des employés de la VTA figurent « parmi les victimes », selon la police, qui n’a pas précisé leur nombre. Le site a été évacué et la « gravité des blessures » est en train d’être évaluée, a dit l’entreprise sur Twitter. Devant le centre de maintenance, se trouvaient des dizaines de véhicules de police et des secours, ainsi que des agents du FBI.

« C’est une horrible tragédie qui s’est produite »

« Nos pensées vont vers les victimes et leurs familles », a réagi Karine Jean-Pierre, une porte-parole de la Maison Blanche. « Ce qui est clair, comme le président l’a dit, c’est que nous souffrons d’une épidémie de violence par arme à feu dans ce pays. »

« C’est un moment très sombre pour notre ville et sa population, mais nous avons vu comme les gens peuvent se serrer les coudes dans ces moments très difficiles », a déclaré le maire de San José, Sam Liccardo.

« Nos pensées et notre amour vont à la famille VTA, à l’organisation et à ce qu’elles ont dû traverser », a déclaré, très ému, Glenn Hendricks, président du conseil d’administration de la compagnie. « C’est une horrible tragédie qui s’est produite », a-t-il déploré.

La violence par arme à feu est « une honte internationale »

Une série de fusillades ont endeuillé les États-Unis ces derniers mois, notamment dans une installation de FedEx à Indianapolis, dans un immeuble de bureaux en Californie, dans un supermarché à Boulder (Colorado) et dans plusieurs salons de massage à Atlanta. Le week-end dernier, douze personnes ont été tuées par balle et une cinquantaine ont été blessées à travers le pays dans un regain de violence par arme à feu.

Joe Biden a dévoilé début avril des mesures visant à limiter la prolifération des armes à feu aux États-Unis. La violence par arme à feu est « une honte internationale », avait fustigé le président démocrate.

Depuis le début de l’année 2021, les armes à feu ont fait plus de 17 635 morts aux États-Unis, suicides inclus, et 231 fusillades ayant fait plusieurs victimes ont été recensées, selon le site Gun Violence Archive.

Par Le Point avec AFP

Deux agents du FBI tués dans une fusillade en Floride

février 2, 2021

Deux agents du FBI ont été tués et trois autres blessés, mardi, à la suite d’une fusillade survenue lors d’une perquisition dans un complexe d’habitation de Sunrise, près de Fort Lauderdale. Le tireur a aussi trouvé la mort au cours de l’événement.

Des agents du FBI se réconfortent après la perte de deux de leurs collègues.

© Marta Lavandier/AP Des agents du FBI se réconfortent après la perte de deux de leurs collègues.

Selon le FBI, l’échange de coups de feu s’est produit vers 6 h du matin, lorsque des agents du FBI se sont présentés à l’appartement d’un individu pour y exécuter un mandat de perquisition fédéral concernant une affaire de pornographie juvénile et de violence envers des enfants.

C’est à ce moment que le suspect aurait ouvert le feu sur les agents, tuant deux d’entre eux et en blessant trois autres pendant que les voisins se barricadaient dans leurs appartements pour se protéger des coups de feu.

Les agents fédéraux ont battu en retraite avant de céder leur place à une équipe tactique d’intervention qui a mis fin au siège quelques heures plus tard.

Le suspect, qui s’était barricadé dans son appartement, est décédé, a déclaré le FBI dans un communiqué sans donner davantage de détails sur les circonstances de sa mort.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a identifié les policiers décédés comme étant l’agent spécial Daniel Alfin et l’agente spéciale Laura Schwartzenberger.

«Chaque jour, les agents spéciaux du FBI se mettent en danger pour assurer la sécurité du peuple américain. Les agents spéciaux Alfin et Schwartzenberger ont fait preuve d’héroïsme aujourd’hui pour défendre leur pays», a-t-il déclaré.

«Le FBI honorera toujours leur sacrifice ultime et leur sera à jamais reconnaissant pour leur bravoure», a-t-il assuré.

La fusillade a eu lieu dans le complexe d’appartements de Water Terrace, une riche communauté fermée située à l’extérieur de Fort Lauderdale, en Floride.

Il s’agit de l’une des fusillades les plus meurtrières dans l’histoire du FBI. La police fédérale a promis une enquête exhaustive et approfondie dans cette affaire.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Allemagne: un homme condamné pour le meurtre de six membres de sa famille, dont ses parents

juillet 10, 2020

 

Un homme de 27 ans a été condamné vendredi à 15 ans de prison pour le meurtre de six membres de sa famille, dont ses propres parents, qu’il avait tués lors d’une fusillade, et devra être interné en hôpital psychiatrique.

Présenté comme Adrian S., le jeune homme a été reconnu coupable de meurtres et de tentatives de meurtre après avoir tué à l’aide d’un revolver semi-automatique 9 mm son père, sa mère, son demi-frère, sa demi-soeur, son oncle et sa tante, selon le verdict du tribunal régional de Ellwangen, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Certaines de ses victimes avaient été abattues d’une balle dans la tête, et deux autres membres de sa famille avaient été grièvement blessés.

Placement en établissement psychiatrique réclamé

Le parquet et la défense avaient tous deux réclamé le placement en établissement psychiatrique de cet homme qui avait un permis de port d’armes et pratiquait le tir sportif. Il avait reconnu les faits à l’ouverture de son procès et exprimé ses regrets. «J’ai tout simplement tiré sur tout ce qui bougeait», avait-il dit devant ses juges, selon Der Spiegel.

La fusillade avait suscité un choc dans le pays alors que le jeune homme a assuré que sa mère lui avait fait subir des mauvais traitements et avait tenté de l’empoisonner avec des hormones féminines, des affirmations pour lesquelles il n’a pas pu apporter la moindre preuve, selon les expertises. Un psychiatre a toutefois établi qu’il souffrait d’hallucinations et de maladie mentale.

La fusillade avait éclaté le 24 janvier en milieu de journée à Rot am See (sud-ouest de l’Allemagne), une petite ville proche de Stuttgart, alors que la famille du jeune homme était réunie pour l’inhumation de sa grand-mère. Le tireur avait lui-même appelé la police pour se dénoncer, avant d’attendre les agents devant le lieu du crime.

Par Le Figaro avec AFP