Posts Tagged ‘Galérie’

Mondial-2018: à Paris, des casseurs pillent une galerie marchande des Champs-Élysées

juillet 15, 2018

Paris – Une trentaine de jeunes ont cassé et pillé dimanche soir le Drugstore Publicis, un complexe commercial en haut des Champs-Élysées, à Paris, où des centaines de milliers de personnes fêtaient la victoire française à la Coupe du monde de football, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces jeunes, pour quelques-uns encagoulés, ont fait irruption dans le magasin de la célèbre avenue parisienne par une entrée située non sur les Champs-Élysées, mais avenue Marceau.

Ils en ressortaient rieurs, des bouteilles de vin ou de champagne sous le bras et se filmant avec des téléphones portables, tandis que les forces de l’ordre ripostaient à des jets de projectiles avec des gaz lacrymogène, selon le journaliste de l’AFP.

Au bout de 15 à 20 minutes, ils ont été dispersés du côté de l’avenue Marceau par de fortes doses de gaz lacrymogène tirées par les forces de l’ordre, qui se sont ensuite employées à protéger l’entrée du magasin. Peu après, une vingtaine de jeunes sont rentrés dans le café du Drugstore côté Champs-Elysées cette fois, suscitant une nouvelle salve de gaz lacrymogène.

A proximité, un supporteur des Bleus vêtu du maillot tricolore répétait « C’est pas ça la fête, c’est pas ça la fête », en pleurs.

Quelque 4.000 policiers et gendarmes ont été mobilisés à Paris pour la finale et un large périmètre d’interdiction de la circulation des véhicules est en place jusqu’à 4H00 (02H00 GMT) lundi dans l’ouest et le centre de la capitale.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juillet 2018 21h24)                                                        

Galerie du Musée Bassin du Congo : Jussie Nsana Banimba a pris ses quartiers

novembre 28, 2015

JussieNsanaBanimba

Jussie Nsana Banimba (à g.) expliquant ses toiles aux visiteurs.

Sortie des moules de l’Ecole nationale des beaux-arts, de Brazzaville, et basée à Pointe-Noire où elle est Professeure d’arts plastiques au collège Docteur Moe Poaty, l’artiste-peintre Jussie Nsana a posé ses valises à la Galerie du Musée Bassin du Congo de la ville-capitale congolaise. Où elle tient une exposition-vente de peinture. Sur proposition de l’ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Mme Stéphanie Sullivan.

Et dont le vernissage a eu lieu, le vendredi 20 novembre 2015. En présence, entre autres, de trois conseillers du président de la République: Lydie Pongault (Chef du département de la culture et des arts), Yves Ickonga (chef du département de la vie des institutions constitutionnelles), et Edith Itoua (Chef du département des Congolais de l’étranger).

Intitulée: «Soul power» (littéralement, la puissance de l’esprit), thème proposé à l’artiste par le label Matombi Productions, l’exposition de Jussie Nsana, qui lui a pris plus d’une année de préparation, s’étend du 20 novembre 2015 au 20 février 2016. Elle est composée d’une vingtaine de toiles que l’artiste a peintes, en 2014 et 2015. Et dont les prix varient entre 70 000 à 500 000 f. Cfa. Techniques utilisées: acrylique, pastel, sable et collage.
«C’est un voyage à travers le temps que j’ai fait, parce qu’à la naissance de ce courant musical ou encore social, je n’étais pas encore née. Et l’occasion m’a été donnée de travailler sur ce thème. Il faut dire qu’au début, j’avais peur de me lancer. Parce que ne connaissant pas en profondeur ce thème, j’avais peur de ne pouvoir pas y arriver. Mais, finalement, avec le temps, je me suis informée, et, du coup, je me suis lancée. J’ai relevé un défi, en fait, de pouvoir mettre sur une toile ces moments que les Afro-américains ont vécu, aux Etats-Unis, notamment, pour lutter contre la discrimination raciale, ou encore se faire une identité. Donc, ç’a été vraiment un grand bonheur, pour moi, de participer à ce projet», a expliqué Jussie Nsana Banimba, sur la symbolique du thème de son exposition, qu’elle a tenue, en 2014, dans la ville océane congolaise. Grâce à une production signée Matombi Matombi Productions.

A travers son exposition, Jussie Nsana Banimba offre au public des œuvres exceptionnelles, pour un voyage au-delà des mots. «Soul saxo», «Remember», «Soul lawyer», «Soul victory», «Soul music», «Soul culture», «Soul beauty», «Soul power», «The soul voice», «The soul style» sont, entre autres tableaux de toute beauté, que l’on peut admirer, pendant trois mois, à la Galerie musée Bassin du Congo.

«A travers les peintures que vous allez voir, c’est un clin d’oeil que je fais à tous ceux qu’on a connus aux Etats-Unis, qui ont lutté contre la discrimination raciale, et à tous ces anonymes aussi, qui ont milité, militent et continuent de militer pour lutter contre le racisme, mais aussi, le tribalisme et donc, j’ai fait une série de peintures: ‘’Soul music’’, ‘’Soul victory’’, ‘’Soul power’’, etc. Parce que, vous allez voir, il y a des images qui nous sont familières, notamment le geste, le point levé de certains athlètes afro-américains, pendant les Jeux olympiques de Mexico, ou encore le pagne africain, qui ont été des symboles que les Afro ont utilisé, pour aussi créer ce pont entre leurs origines africaines, mais aussi parler de leur propre vécu», a dit, l’artiste, parlant de son exposition.

Pour mémoire, Jussie Nsana Banimba vu le jour, le 16 juin 1984, à Brazzaville. Elle est, aussi, bédéiste, illustratrice, et vidéaste.

Lasemaineafricaine.net par Véran Carrhol YANGA