Posts Tagged ‘garde-côtes’

Plus de 250 migrants secourus au large de la Libye

mars 10, 2018

Des migrants secourus au large de la Libye débarquent sur la base navale de Tripoli, le 10 mars 2018 / © AFP / MAHMUD TURKIA

Au moins 252 migrants, qui tentaient de rejoindre l’Europe par la mer en profitant d’une météo calme, ont été secourus samedi par les garde-côtes libyens lors de deux opérations distinctes, a indiqué la marine libyenne.

Le capitaine Rami al-Hadi Ghomed a expliqué à l’AFP que 140 migrants, dont 14 femmes et quatre enfants, avaient été récupérés sur une embarcation « à 16 milles marins au nord de Zawia » (ville 45 km à l’ouest de Tripoli).

Selon cet officier de la marine, ils ont été ramenés à la base navale de Tripoli avant d’être transférés vers un centre de rétention.

La deuxième opération s’est déroulée à 30 milles marins de Garaboulli (60 km à l’est de Tripoli) où « 112 migrants, dont 30 femmes et trois enfants, à bord d’un pneumatique » ont pu être secourus, a indiqué à l’AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne.

« Les migrants, originaires de pays africains (…), ont bénéficié de soins médicaux avant d’être transférés au centre de rétention de Tajoura », localité située à une trentaine de kilomètres à l’est de Tripoli, a précisé le général Kacem.

Au temps du régime de Mouammar Kadhafi, des milliers de migrants africains traversaient déjà les frontières sud de la Libye pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l’Europe mais la situation a empiré après la chute du dictateur en 2011.

Depuis, la Libye, minée par les violences et l’insécurité, est en effet devenue une plaque tournante pour des centaines de milliers de migrants d’Afrique subsaharienne cherchant à rallier l’Italie, dont les côtes ne sont qu’à environ 300 km de celles de l’ouest libyen.

Certains migrants restent parfois en Libye et travaillent plusieurs années pour pouvoir mettre de côté le prix de leur passage par la mer.

C’est le cas de Sunday Adeleghe, un Nigérian de 42 ans, marié et père de quatre enfants, qui a été secouru samedi au large de Zawia.

« J’ai quitté mon pays en juin. (…) Je ne pouvais pas rentrer au Nigeria sans rien », a-t-il raconté à l’AFP. « Je me suis mis à laver des voiture pour économiser de l’argent pour ma famille ».

« Je suis désespéré (…) mais un homme ne peut mourir qu’une fois, pas deux », a-t-il ajouté.

« Si nos gouvernants étaient bons pour nous, les Nigérians ne quitteraient pas leur pays », a expliqué Sunday Adeleghe.

Romandie.com avec (©AFP / 10 mars 2018 18h55)                

Un bateau des garde-côtes ukrainiens explose : six blessés, le capitaine porté disparu

juin 7, 2015

Kiev – Six garde-côtes ukrainiens ont été blessés et un porté disparu lorsque leur bateau a explosé à cause d’une mine près du port de Marioupol dans la zone de conflit dans l’Est de l’Ukraine, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

Il y avait sept militaires à bord, six ont été hospitalisés et un est encore recherché. Il s’agit du capitaine, a indiqué le service des gardes-frontières dans un communiqué.

Le bateau a sauté sur une mine lors d’une inspection, selon la même source qui avait auparavant indiqué que le bateau avait été fortement endommagé.

Marioupol, port stratégique sur les bords de la mer d’Azov, est la dernière grande ville dans l’Est séparatiste prorusse sous contrôle du gouvernement ukrainien. Des combats éclatent de façon régulière près du village de Chirokiné, situé à une dizaine de kilomètres de Marioupol.

La prise de Marioupol constituerait une étape clé pour créer un pont terrestre entre la Russie et la péninsule ukrainienne de la Crimée annexée en mars 2014, mais très dépendante de l’Ukraine pour ses approvisionnements vitaux.

L’Est de l’Ukraine a connu ces derniers jours un regain de violences meurtrières dans le conflit qui a fait plus de 6.400 morts depuis avril 2014.

L’Ukraine et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles de l’Est et d’y avoir déployé des troupes régulières ce que Moscou dément.

Sur le terrain, la situation restait tendue dimanche, selon l’armée ukrainienne qui accuse les séparatistes d’utiliser les armes interdites par les accord de Minsk.

Les troupes russes et terroristes (Kiev désigne ainsi les séparatistes, ndlr) ont tiré à cinq reprises aux lance-roquettes multiples Grad près du village Granitne, à la mi-chemin entre le fief rebelle de Donetsk et Marioupol, a déclaré Olexandre Motouzianyk, un porte-parole militaire ukrainien au cours d’un point de presse.

Aucun soldat ukrainien n’est mort, mais huit ont été blessés au cours des dernières 24 heures, a-t-il ajouté.

Les drones ennemis ont survolé à 38 reprises les régions rebelles de Donetsk et de Lougansk, a-t-il précisé.

Les autorités séparatistes ont pour leur part fait état de deux civils blessés dans un quartier de Donetsk dans des bombardements qu’elles ont attribués à l’armée ukrainienne.

Romandie.com avec(©AFP / 07 juin 2015 17h03)

GB: un navire transportant des déchets radioactifs prend feu, une plateforme évacuée

octobre 8, 2014

Londres – Une plate-forme pétrolière près des côtes écossaises a dû être évacuée dans la nuit de mardi à mercredi lorsqu’un incendie s’est déclaré à bord d’un navire transportant des déchets radioactifs et se dirigeant vers elle, a-t-on appris auprès des secours.

Les garde-côtes de l’archipel des Shetland ont été alertés mardi soir par le Parida, immatriculé au Danemark, qu’une de ses deux cheminées avait pris feu dans des conditions de mer difficiles, ont-ils expliqué à l’AFP.

L’incendie a été rapidement maîtrisé mais l’équipage n’a pas réussi à redémarrer les moteurs. En panne, le navire a alors dérivé vers la côte écossaise et la plateforme pétrolière Beatrice. Il se trouvait à une vingtaine de kilomètres de la plateforme lorsque un hélicoptère de la RAF a hélitreuillé vers minuit l’ensemble des 52 personnes travaillant sur les lieux.

Aucun blessé n’est à déplorer, a confirmé la compagnie Woodgroup, responsable de la plateforme, à l’AFP, en évoquant une évacuation par précaution.

Le bateau a, lui, été pris en remorque et est arrivé à bon port mercredi matin à Moray Firth, un bras de mer au nord-est de l’Ecosse dans le prolongement du Loch Ness, ont annoncé les garde-côtes écossais.

Le Parida devait se rendre de Scrabster, à l’extrémité nord de l’Ecosse, à Anvers, en Belgique, avec dans ses cales des déchets radioactifs en provenance du site de Dounreay, une centrale nucléaire en cours de démantèlement.

Selon Mike Douglas des garde-côtes écossais, il s’agit de matériel à radioactivité faible entouré d’une chape de béton.

Il n’y a eu aucun danger pour l’équipage et la cargaison n’a pas été menacée par le feu, a affirmé une porte-parole du site de Dounreay à l’AFP, ajoutant que le Parida était intact et ne présentait aucune menace pour l’environnement.

Le ministre écossais de l’Environnement, Richard Lochhead, a néanmoins qualifié l’incident de sérieux.

Romandie.com avec(©AFP / 08 octobre 2014 12h34)