Posts Tagged ‘Gaspillage’

Canada: Des millions de doses de vaccins contre la COVID-19 ont été gaspillées

décembre 6, 2022

Dans son rapport, la vérificatrice générale Karen Hogan estime que 50 millions de doses sont excédentaires. De ce nombre, 15,3 millions ont été données à d’autres pays, tandis que 13,6 millions de doses ont atteint leur date de péremption.

Une personne qui se fait vacciner.

Dans des circonstances inédites, le Canada a obtenu « un nombre suffisant » de doses de vaccins contre la COVID-19, estime la vérificatrice générale Karen Hogan. Photo : Pool/AFP via Getty Images/Carlos Osorio

La vérificatrice générale du Canada a déposé mardi à la Chambre des communes ses deux rapports très attendus sur la gestion de la crise de la COVID-19 en 2021 qui se penchent sur l’accès aux vaccins et les prestations fédérales versées à la population durant la pandémie.

Le premier rapport de Karen Hogan, baptisé Les vaccins contre la COVID-19, revient sur ce qu’il qualifie de plus important programme de vaccination de masse de l’histoire du Canada. De décembre 2020 à mai 2022, plus de 84 millions de doses ont été administrées à la population du pays. Du jamais-vu.

Dans des circonstances inédites, la vérificatrice indique que l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada ont répondu à l’urgence de la pandémie en 2020, notamment en obtenant un nombre suffisant de doses de vaccins contre la COVID-19, évaluées à un total de 169 millions de doses au coût d’environ 5 milliards de dollars.

Mme Hogan note toutefois que les efforts des autorités pour réduire le gaspillage se sont avérés infructueux, ce qu’elle attribue à des retards dans l’élaboration et la mise en œuvre du système informatique qui devait appuyer la planification et la gestion des vaccins. L’Agence de la santé publique du Canada n’a pas réussi à réduire le gaspillage de vaccins, déplore-t-elle.

Au 31 mai 2022, près de 32,5 millions de doses, d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars, se trouvaient dans les stocks fédéraux, provinciaux et territoriaux, mentionne le rapport, ajoutant que 50 millions de doses étaient également considérées comme excédentaires.

Parmi ces doses excédentaires, 15,3 millions de doses ont fait l’objet d’un don, tandis que 13,6 millions de doses ont atteint leur date de péremption avant qu’elles ne puissent être données.

« La plupart des doses inutilisées au Canada atteindront leur date de péremption avant la fin de 2022. »— Une citation de  Karen Hogan, vérificatrice générale du Canada

Selon Mme Hogan, des problèmes d’échange de données persistants, soulevés dans de précédents rapports, ont également causé du tort à la capacité de l’Agence de la santé publique du Canada de communiquer avec efficacité des données détaillées sur la surveillance de l’innocuité des vaccins à Santé Canada, à l’Organisation mondiale de la santé et aux fabricants de vaccins.

Sans l’accès à des données complètes de la majorité des provinces et des territoires, l’état de ces doses était inconnu, réduisant la capacité de l’Agence de prévoir les besoins et de planifier les dons, écrit Mme Hogan dans son rapport.

La vérificatrice appelle à remédier à ces problèmes de longue date, en mettant en œuvre un cadre pancanadien d’échange d’informations, car l’échange de données sur la santé est au cœur d’une surveillance efficace pour assurer la sécurité de la population canadienne.

Graphique qui ventile les doses de vaccin contre la COVID-19.

Des 169 millions de doses payées par le fédéral entre décembre 2020 et mai 2022, 50,6 millions de doses sont considérées comme excédentaires. Photo : Rapport de la Vérificatrice Générale

Manque de rigueur

De son côté, le second rapport intitulé Prestations spécifiques liées à la COVID-19 scrute en détail la gestion des prestations distribuées aux personnes qui ont perdu leurs revenus en raison des restrictions sanitaires de santé publique.

Bien qu’elle salue l’efficacité des programmes d’urgence mis en place par l’Agence du revenu du Canada et Emploi et Développement social Canada, la vérificatrice soulève néanmoins un manque de rigueur concernant la récupération des sommes versées en trop.

L’Agence du revenu du Canada et Emploi et Développement social Canada doivent agir dès maintenant pour élargir leurs plans de vérification après paiement afin d’y inclure tous les bénéficiaires identifiés comme à risque d’être non admissibles aux prestations, peut-on lire.

« Le Ministère et l’Agence n’ont pas établi de plans rigoureux et complets pour vérifier l’admissibilité des bénéficiaires. Nous avons constaté que leurs plans de vérification après paiement ne comprenaient pas la vérification de tous les paiements versés aux bénéficiaires identifiés à risque d’être inadmissibles au titre de tous les programmes de prestations. »— Une citation de  Karen Hogan, vérificatrice générale du Canada

Des 4,6 milliards de dollars versés à des personnes qui n’étaient pas admissibles aux prestations, le rapport estime que les autorités devraient plutôt examiner de plus près des paiements totalisant au moins 27,4 milliards de dollars versés à des particuliers et à des employeurs.

À ce titre, Karen Hogan déplore des retards de vérification par le Ministère et l’Agence qui pourraient faire perdre des milliards dans les caisses de l’État, puisque la loi prescrit des délais – dans les 36 mois suivant la date du versement – pour vérifier l’admissibilité des bénéficiaires.

De tels retards signifient que le Ministère et l’Agence devront surmonter des défis considérables pour terminer toutes les vérifications dans les délais prescrits par la loi pour la plupart des programmes de prestations destinés aux particuliers.

Avec Radio-Canada par Ismaël Houdassine

Le fils de Wamba Sassou lui vole 200 millions et les gaspille dans la jouissance

février 28, 2022

Cocosé, le fils aîné de Wamba, à son tour fils du dictateur et chasseur de selfie Congolais Denis Sassou Nguesso n’a pas trouvé mieux que déposséder son père de la bagatelle somme de 200 millions de francs Cfa en ces moments de rupture généralisée. Il a tout fini en nsakalogie et don à l’association Bana Mpila.

Qui est ce Congolais qui ne rêverait pas en cette période de rupture extrême être en face de 200 millions de francs Cfa ? Apparemment cette chance ne sourit qu’aux mbochis et dérivés, à l’instar du fils aîné de Wamba Arnaud Sassou, âgé de 26 ans.

Cocosé de son surnom, a soutiré de la cachette de son père Wamba 200 millions de francs profitant d’une opportunité unique. Connu pour son goût au m’as tu vu comme son père, il a rendu tous ses amis heureux, mais surtout les filles de Brazzaville et Pointe-Noire.

Accompagné de ses amis, Cocosé a loué deux appartements dans une auberge à Tchibamba pour une semaine où l’ambiance n’a pas fait exception. Dans chaque appartement, on pouvait noter la présence de 5 filles de Pointe-Noire et de Brazzaville.

Des virées à scandale dans différentes boites de nuit des deux villes ont permis à ces établissements de faire de bons chiffres d’affaires. Pour peut être préparer son entrée à la politique comme tout bon Sassou Nguesso, Cocosé a fait don de 30 millions à l’association Bana Mpila.

De l’autre côté, les retraités, enseignants, et fonctionnaires cumulent des retards salariales dans une indifférence totale. Ceux qui n’ont pas la chance de croiser Cocosé pendant ses moments de gloire doivent le regretter amèrement. Le simple bonjour accompagné d’éloges à sa gloire était gratifié de 20000 frs.

Avec Lecongolais.fr

Irak, Afghanistan: 30 Mds$ gaspillés

août 30, 2011

Une gestion hasardeuse des contrats passés par le Pentagone dans le cadre des conflits en Irak et en Afghanistan, avec les sociétés de sécurité privées par exemple, a entraîné un gaspillage de 30 milliards de dollars, affirme une commission d’enquête du Congrès américain. En outre, ces erreurs de gestion ont miné l’image des États-Unis à l’étranger et encouragé la corruption dans ces deux pays, indique la commission sur les contrats en temps de guerre, où figurent des républicains comme des démocrates, qui remettra un rapport sur la question mercredi au Congrès.

« Des dizaines de milliards de dollars du contribuable ont été gaspillés en raison d’un manque de planification, de demandes imprécises et fluctuantes, de mises en concurrence inadaptées, de critères insuffisants de contrôle et de surveillance », indiquent les deux coprésidents de la commission, Christopher Shays et Michael Thibault, dans une tribune publiée dimanche dans le Washington Post. Les deux hommes évoquent également des problèmes de coordination entre les nombreuses agences gouvernementales américaines mais aussi les comportements fautifs ou négligents d’employés fédéraux comme des contractants. « Le gouvernement et les contractants doivent faire mieux », disent-ils.

L’armée américaine s’est énormément appuyée sur les contractants tiers, en particulier les sociétés de sécurité privées, au cours de la dernière décennie. « Les Etats-Unis dépendent trop des contractants », estiment MM. Shays et Thibault, prévenant que 30 autres milliards de dollars, voire plus, pourraient être gaspillés si les gouvernements afghan et irakien « ne sont pas capables ou ne veulent pas soutenir les projets financés par des fonds américains après la fin de nos interventions ».

Lefigaro.fr avec AFP