Posts Tagged ‘Genève’

Brésil: les avocats de Lula ciblent à Genève le juge Moro

novembre 16, 2016

Les avocats de l’ex-président brésilien Lula poursuivent leur offensive à Genève contre la justice de leur pays. Avant même le début de son procès, ils ont estimé mercredi que le magistrat Sergio Moro condamnera leur client.

Luiz Inácio Lula da Silva doit être jugé pour corruption et blanchiment d’argent. Le procès devra se prononcer sur un vaste scandale politico-économique qui a notamment démarré avec l’affaire Petrobras, du nom d’une entreprise d’Etat active dans le pétrole.

Devant la presse, les avocats de Lula ont accusé le juge brésilien Sergio Moro de « condamner » par avance l’ancien président et de vouloir l’empêcher d’être candidat à la présidentielle de 2018. Ils veulent présenter vendredi au Comité des droits de l’homme de l’ONU de nouvelles « preuves » des violations des droits de leur client.

Fin juillet, M. Lula avait déposé une plainte auprès du Comité des droits de l’homme, qui a dit fin octobre l’avoir enregistrée. Mais la procédure pourrait prendre plusieurs années.

Mercredi, l’un des avocats, Cristiano Zanin Martins, a reproché au juge Moro d’avoir violé plusieurs articles du Pacte international sur les droits civils et politiques. Et sa consoeur Valeska Zanin Martins a, elle, déploré un « activisme judiciaire » illégal de la part de M. Moro, ainsi que la responsabilité des médias brésiliens.

« Aucune preuve »
Et de condamner un détournement du système judiciaire pour des raisons politiques, la violation de la présomption d’innocence, la publication d’écoutes téléphoniques ou encore des abus de pouvoir. M. Zanin Martins a encore dénoncé les accusations « absurdes » contre son client, considéré en septembre par le parquet comme le « chef suprême » du réseau de corruption.

« Il n’y a aucune preuve qu’il ait reçu de l’argent » ou toute autre contrepartie pour d’éventuelles faveurs, avait dit auparavant son collègue spécialiste des droits de l’homme Geoffrey Robertson. Les trois défenseurs ont détaillé pendant plus d’une heure une liste de reproches contre les autorités judiciaires brésiliennes.

Dans le cadre des investigations sur Petrobras, l’ancien président du Congrès des députés Eduardo Cunha a été arrêté récemment au Brésil. Il est accusé d’avoir dissimulé 1,5 million de dollars sur des comptes secrets en Suisse. Il y a huit mois, le Ministère public de la Confédération (MPC) avait dit avoir bloqué au total 800 millions de dollars présumés liés à cette affaire.

Romandie.com avec(ats / 16.11.2016 18h34)

Suisse: Nabilla participera à l’émission «Zone interdite»

novembre 15, 2016

 

La bimbo était à Genève ce lundi avec toute l’équipe de l’émission. Mais on ne connaît ni le thème du reportage, ni la date de diffusion.

 

Image: Twitter K.A.

Nabilla Benattia est pleine de surprises! La bimbo a pour habitude de partager ses moindres faits et gestes sur les réseaux sociaux. C’est ainsi qu’on a appris qu’elle était à Genève, ce lundi, pour participer au tournage d’une émission de «Zone interdite».

C’est avec fierté qu’elle s’est affichée sur Twitter et Instagram aux côtés de la présentatrice du célèbre magazine d’information de M6 Ophélie Meunier. «Chouette tournage avec une chouette personne. Je suis contente d’avoir pu donner mon avis dans le cadre de ce reportage», a-t-elle écrit en légende du cliché sans révéler le thème du reportage, ni la date de diffusion.

C’est à croire que toute trace de moralité a disparu de la télévision française. Tout le monde semble avoir oublié que Nabilla a été condamnée à 24 mois de prison dont 6 mois de prison ferme – certes elle n’en fera pas, la peine ayant pu être aménagée – pour des faits de violences volontaires aggravées sur son conjoint Thomas Vergara.

Par ailleurs, d’autres clichés ont été postés sur le Twitter par un fan, comme l’a relayé le site de «Télé-Loisirs». Nos confrères n’ont pas pu obtenir d’avantage d’informations de M6 concernant le tournage qui a pris fin le lundi 14 novembre.

Lematin.ch(Créé: 15.11.2016, 15h21)

Guinée équatoriale : la justice suisse saisit 11 véhicules de luxe de Teodorin Obiang

novembre 4, 2016

Le fils du président équato-guinéen et vice-président est poursuivi par le parquet genevois pour « blanchiment d’argent » et « corruption ».

Le vice-président équato-guinéen Teodorin Obiang en 2013.

Le vice-président équato-guinéen Teodorin Obiang en 2013. Crédits : JEROME LEROY/AFP
La justice genevoise a annoncé, jeudi 3 novembre, avoir procédé lundi au séquestre de onze véhicules de luxe appartenant à Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale et vice-président. Les autorités suisses soupçonnent de « blanchiment d’argent » et de « corruption ». Les voitures ont été saisies sur le tarmac de l’aéroport de Genève.

Un porte-parole du procureur genevois a annoncé « l’ouverture d’une procédure pénale dirigée contre Teodorin Obiang », confirmant des informations parues dans la revue suisse L’Hebdo. C’est « dans le cadre de cette procédure » que les voitures en questions ont été séquestrées, dans la zone fret de l’aéroport de Genève, selon le communiqué. L’enquête se poursuivant, la justice genevoise préfère pour le moment ne faire aucun autre commentaire.

Une des sept Koenigsegg One produites dans le monde

Un exemplaire de la Koenigsegg One, pendant le festival de vitesse Goodwood, en 2014, au Royaume-Uni.

Un exemplaire de la Koenigsegg One, pendant le festival de vitesse Goodwood, en 2014, au Royaume-Uni. Crédits : Michelin Live UK/CC BY 2.0.

Selon L’Hebdo, on compte parmi les véhicules saisis une Porsche 918 Spider, évaluée à plus de 750 000 euros, une Bugatti Veyron, estimée à 2 millions, ainsi qu’une Koenigsegg One, un bolide suédois fabriqué à seulement sept exemplaires dans le monde – qui vaudrait plusieurs millions euros.

Le magazine avait révélé il y a plusieurs mois « les allées et venues incessantes des avions privés du clan Obiang à Genève » et ce, de janvier 2015 à mars 2016. Pendant cette période, alors que « les autorités américaines et françaises enquêtaient sur lui, Teodorin Obiang gérait ses affaires depuis Genève ».

En effet, la justice française s’intéresse aussi de près à Teodorin Obiang. Accusé de s’être bâti indûment en France un patrimoine considérable, il sera jugé à partir du 2 janvier 2017 à Paris dans l’affaire des « biens mal acquis ». Il y est poursuivi pour « blanchiment d’abus de biens sociaux », « détournement de fonds publics », « abus de confiance » et « corruption ».

Finalement, « après plusieurs demandes d’entraide adressées par la France, le Ministère public genevois a décidé d’ouvrir sa propre enquête », a-t-on appris le 18 octobre dernier. Il semblerait que rapidement après la confirmation de l’ouverture de l’enquête, plusieurs voitures ont été entreposées sur le tarmac. Mais Teodorin Obiang n’a pas réagi assez vite pour parvenir à faire sortir ses voitures du pays.

Lemonde.fr

 

Vidéo ONU/Congo: Massengo Tiassé à la Session sur les Droits de l’homme

octobre 13, 2016

 

Maurice Massengo Tiassé intervient en 11e position (en français), à la Session des Droits de l’Homme de l’ONU, parmi tant d’autres représentants des organisations non gouvernementales agissant pour la défense des violations des Droits humains. Il a évoqué le cas du Congo avec les prisonniers politiques ainsi que celui des violences et persécutions perpétrées actuellement dans le Pool tout en jetant un regard sensible aux autres pays du monde.

Suivez bien attentivement cette brillante intervention courageuse d’un patriote, désormais persona non grata dans son pays:

http://webtv.un.org/meetings-e vents/human-rights-council/wat ch/item10-general-debate-contd -38th-meeting-33rd-regular- session-human-rights-council-/ 5145201530001

Cette vidéo a provoqué le courroux du pouvoir de Brazzaville pour lui lancer un mandat d’arrêt international.

Par Congomfoa.com

Panama papers : un informaticien soupçonné de vol de données arrêté à Genève

juin 15, 2016

Genève – Un informaticien du bureau genevois du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, au cœur du scandale des Panama Papers, a été arrêté pour vol présumé de données informatiques, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Une procédure pénale est ouverte par le ministère public genevois à la suite d’une plainte de Mossack Fonseca, s’est contenté d’indiquer un porte-parole du pouvoir judiciaire genevois, Henri Della Casa, à l’AFP.

L’homme, soupçonné de soustraction de données et d’accès indu à un système informatique, a été arrêté il y a plusieurs jours et le parquet a mené une perquisition dans les locaux genevois du cabinet d’avocats, selon une source proche du dossier.

Le bureau genevois de Mossack Fonseca n’était pas en mesure de répondre dans l’immédiat aux questions de l’AFP.

Des vérifications sont en cours pour établir si l’informaticien a bien soustrait des données à son employeur et, si les faits sont avérés, quel type de données et à quelle période.

D’après le journal suisse Le Temps, qui a annoncé en premier l’arrestation de l’informaticien, rien ne permet de dire à ce stade qu’il s’agit de l’homme qui se fait appeler John Doe et qui affirme être à l’origine des révélations des Panama Papers.

Depuis début avril, les Panama Papers, dévoilés par un consortium de journalistes et basés sur quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet Mossack Fonseca, ont débouché sur l’ouverture de nombreuses enquêtes dans le monde et conduit le Premier ministre islandais et un ministre espagnol à la démission.

Ces documents ont plus généralement dévoilé l’utilisation à grande échelle de sociétés offshore permettant de placer des actifs dans des territoires opaques et à très faible fiscalité.

Le 5 avril, Mossack Fonseca a affirmé avoir été victime d’un piratage informatique opéré depuis des serveurs étrangers et avoir porté plainte à ce sujet.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2016 17h43)

Une nouvelle OMS après l’Assemblée mondiale de la santé à Genève

mai 28, 2016

L’OMS ressort de l’Assemblée mondiale de la santé, achevée samedi à Genève, avec les moyens de mieux répondre aux urgences sanitaires. Elle a aussi préparé le terrain pour l’élection de son prochain chef en 2017.

Des avancées étaient attendues sur la réforme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mise en cause pour sa réponse considérée comme tardive à Ebola. Les délégués des 194 Etats membres ont donné mercredi soir à la directrice générale Margaret Chan les 160 millions de dollars qu’elle demandait pour 2016 et 2017 pour faire de l’OMS une organisation plus opérationnelle.

Le Programme de réponse aux urgences sanitaires sera doté au total de 494 millions. Il est étendu au moment où l’OMS doit faire face au virus Zika et à une augmentation des cas de fièvre jaune. Dans ce nouvel environnement, l’OMS doit assurer la coordination de la prévention et de la réponse sanitaire face aux épidémies, aux catastrophes naturelles et aux conflits.

« Vous ne serez pas déçus par l’OMS », a déclaré samedi soir Mme Chan.

Les pays membres ont demandé à l’organisation d’interagir davantage avec les acteurs non étatiques. Mais la discussion de cette réforme parmi les plus importantes de l’histoire de l’OMS n’a pas empêché les délégués de prendre des mesures sur d’autres questions importantes.

Vote testé par les membres
Dont l’élection du prochain directeur général. Les Etats ont testé le système de vote électronique qui sera utilisé pour la première fois. Autre élément inédit, Mme Chan pourra dévoiler publiquement le nom de candidats si le gouvernement qui les soutient accepte.

Les trois personnes qui restent en lice seront connues fin septembre. Parmi tous les candidats, le président d’UNITAID Philippe Douste-Blazy et le ministre éthiopien des Affaires étrangères Tedros Adhanom Ghebreyesus sont eux très actifs depuis lundi. L’ancienne ministre pakistanaise de la santé Sania Nishtar un peu moins.

Les pays ont aussi demandé à Mme Chan de s’engager pour la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable (ODD) liés à la santé, thème de cette 69e Assemblée mondiale. Ils ont notamment adopté vendredi la politique proposée par l’OMS pour renforcer la couverture santé dans le monde et assurer un accès équitable à la santé d’ici 2030.

La première stratégie mondiale sur l’hépatite virale pour éradiquer cette menace sanitaire encore d’ici 2030 a aussi été approuvée. Les délégués ont par ailleurs apporté leur soutien à la feuille de route de l’OMS pour répondre aux conséquences de la pollution. Plus de 80% des habitants urbains vivent dans un environnement trop pollué.

Produits chimiques ou obésité
La santé des personnes âgées inquiète également. Entre 2015 et 2050, la population des plus de 60 ans va passer de 12 à 22%, soit de 900 millions à 2 milliards de personnes. L’Assemblée mondiale a validé le plan d’action pour adapter d’ici 2020 les infrastructures, les systèmes de santé et de soins de longue durée ou encore la recherche aux besoins de ces personnes.

Une feuille de route sera par ailleurs lancée en 2017 sur le rôle du secteur de la santé dans la gestion des produits chimiques dans le monde. Des substances qui provoquent 1,3 million de décès par an.

Autre préoccupation, les membres ont adopté le plan mondial d’action contre la violence. L’organisation devra les aider à renforcer leur lutte sur cette question. Elle devra par ailleurs établir un plan pour la prise en charge des enfants obèses et la prévention dans ce domaine.

Romandie.com

Caricaturiste kényan et dessinateur malaisien distingués à Genève

mai 3, 2016

Les dessinateurs de presse étaient à l’honneur mardi à Genève. Le caricaturiste kényan Gado et le Malaisien Zunar ont été récompensés par le Prix international consacré à cet art, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Les deux dessinateurs sont menacés dans leur pays et ne peuvent plus exercer leur métier. Ils « nous mettent face à notre responsabilité de préserver la liberté d’expression », a dit le président d’honneur de la Fondation suisse Cartooning for Peace (Dessiner pour la Paix, NDLR), l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan. Une protection des dessinateurs que souhaite également le conseiller administratif genevois Guillaume Barazzone.

Gado, de son vrai nom, Godfrey Mwampembwa, vient de perdre son emploi de dessinateur de l’un des quotidiens les plus importants d’Afrique centrale et de l’Est. Il a contesté devant la justice cette mesure. Il dénonçait dans ses dessins la corruption des dirigeants africains.

Mais aussi l’impunité de certains d’entre eux face à la Cour pénale internationale (CPI). La relation des médias avec les autorités « est inquiétante dans de nombreux pays africains », a affirmé mardi matin Gado lors d’un débat à l’ONU.

Lauréat malaisien pas content avec Charlie Hebdo
Zulkiflee Anwar Ul-Haque, ou Zunar, est le dessinateur de presse le plus connu de Malaisie. Il a été détenu deux fois et risque 43 ans de prison pour sédition. En cause, son humour pour révéler les abus de pouvoir, la corruption ou encore la crise judiciaire dans son pays. Il s’en est notamment pris au Premier ministre Najib Razak. Ses éditeurs ne peuvent plus publier ses livres et albums.

Plus d’un an après la tuerie de Charlie Hebdo, les dessins mis en cause par les terroristes provoquent toujours le débat. « Comme musulman, je ne suis pas content avec leur contenu. Mais je n’ai pas le droit d’être violent », affirme Zunar. Il préfère répondre avec ses propres dessins.

Pour l’Américaine Liza Donnelly aussi, les dessinateurs ont malgré tout une responsabilité « d’être prudent ». Elle a rappelé la division aux Etats-Unis après la tuerie.

Exposition à Genève
Les réseaux sociaux et Internet ont changé la donne et des dessins en Europe peuvent être critiqués partout dans le monde. Et pourtant, « on continue à faire le travail comme si on était dans des démocraties sécurisées », affirme le Français Plantu, sous protection policière quotidienne. Il admet aussi que certains dessinateurs sont méchants. « Le risque s’est globalisé », renchérit Patrick Chappatte.

« N’importe quel système politique a besoin de critiques. Y compris de provocateurs ». Outre le dessinateur genevois, Plantu et Mme Donnelly constituaient le jury avec le directeur de l’ONG Human Rights Watch Kenneth Roth et M. Barazzone.

Le Prix international du dessin de presse est remis tous les deux ans. Il a été décerné pour la troisième fois. Une exposition dévoile elle une centaine d’oeuvres des lauréats et d’autres dessinateurs. Elle a été inaugurée mardi à Genève.

Romandie.com

Le président algérien Bouteflika à Genève pour un contrôle médical

avril 24, 2016

 
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, affaibli par des ennuis de santé, s’est rendu dimanche à Genève pour effectuer un contrôle médical « périodique ». Agé de 79 ans, il a été frappé en 2013 par un AVC qui a amoindri ses capacités de mobilité et d’élocution.

Il s’est rendu « dimanche 24 avril 2016, pour une visite privée à Genève, durant laquelle il effectuera des contrôles médicaux périodiques », a annoncé la présidence algérienne dans un communiqué.

L’état de santé du chef de l’Etat algérien est l’objet de spéculations dans le pays, alimentées par la diffusion le 10 avril d’une photo, notamment tweetée par le premier ministre français Manuel Valls qu’il avait reçu, dans laquelle il semblait très affaibli.

Le dernier voyage de M. Bouteflika pour un contrôle médical à l’étranger avant celui de Genève, remonte au 3 décembre dernier. Il s’était alors rendu dans une clinique à Grenoble (France). M. Bouteflika a été réélu en avril 2014 pour un quatrième quinquennat.

 

Romandie.com

«Il a étudié à Genève, sous un faux nom»

mars 14, 2016

 

© Fournis par 20 minutes
Lee Young-guk est un ancien garde du corps de Kim Jong-il, qu’il a protégé de 1977 à 1988. C’est donc un connaisseur des cercles du pouvoir, bien qu’il soit un transfuge après s’être échappé d’un camp pour prisonniers politiques en Corée du Nord.

Devenu un activiste des droits de l’homme et toujours menacé par Pyongyang, il confirme que Kim Jong-un, le fils de Kim Jong-il et actuel président du pays, a bien passé quelques années en Suisse. Non seulement à Berne mais aussi à Genève. «Je sais qu’il a également étudié à l’Université de Genève, sous un faux nom naturellement», a-t-il déclaré dans une interview au Tages-Anzeiger.

Aussi cruel que son père

Le Matin Dimanche avait déjà révélé que Kim Jong-un avait passé plusieurs années en Suisse. Des traces de son passage se trouvent dans les archives fédérales sous le pseudonyme de Hun Pak.

Lee Young-guk estime que l’actuel dirigeant de la Corée du Nord n’est pas «apte pour son poste. Il est jeune, inexpérimenté et n’a pas eu dix ans comme son père pour se préparer à sa tâche.» En revanche, il est tout aussi cruel que son prédécesseur, estime l’ancien garde du corps en référence à l’exécution de son oncle Chang Song-taek.

Avide de luxe et de jeunes femmes

Il raconte comme Kim Jong-il a fait disparaître un autre garde du corps qui avait eu l’audace d’utiliser un de ses cendriers. «Il s’assurait la fidélité de son entourage par la terreur. Tous tremblaient devant lui, qu’ils soient ministres ou des proches.»

L’ancien dirigeant était également connu pour son goût du luxe dans un pays soumis à des famines régulières. «Quand il était saoul, il adorait foncer avec sa Mercedes». La famille dispose également de 14 lieux de vacances dans tout le pays pour de longs séjours.

Dans ces résidences, il y avait toujours un groupe de jeunes femmes qui devait satisfaire et divertir le dirigeant. Elles étaient changées tous les six mois. «Je savais tout, je voyais tout mais comme garde du corps, je devais faire celui qui n’avait rien vu. Et je devais me taire.»

Toujours plus impitoyable

Le transfuge ne croit pas non plus à un changement de pouvoir en Corée du Nord. «La dynastie Kim devient plus impitoyable à chaque nouvelle génération. Kim Jong-un a déjà fait exécuter de nombreuses personnes, même à très haut niveau, ce qui lui vaut beaucoup d’inimités au sein du parti et de l’armée.»

Il estime toutefois que si le leader nord-coréen devait brutalement disparaître, le régime s’effondrerait. «Mais par quoi serait-il remplacé, je suis incapable de le dire. C’est loin d’être un état normal et je suis persuadé que je ne verrai jamais la Corée du Nord devenir un état normal.»

20minutes..com

Bébés siamois de 8 jours séparés avec succès à Berne

janvier 31, 2016

Huit jours après leur naissance prématurée, des jumelles siamoises ont été séparées avec succès à l’hôpital de l’Ile à Berne. Ce dernier et l’hôpital universitaire de Genève, partie prenante à l’opération, parlent de « prouesse médicale ».

D’après les indications des deux hôpitaux, il s’agit d’une première suisse, voire mondiale: les hôpitaux ne connaissent pas de cas où deux bébés siamois si jeunes ont été détachés l’un de l’autre. En principe, les médecins attendent trois à six mois, mais ce n’était pas possible en raison de l’état de santé critique des deux petites filles à Berne.

Les chirurgiens des services pédiatriques des deux hôpitaux universitaires ont donc décidé le 10 décembre de tenter cette première, ont-ils indiqué dimanche, confirmant des articles dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. L’opération à hauts risques a duré plus de 5 heures.

Graves problèmes
Leur mère avait donné naissance à des triplés le 2 décembre, huit semaines avant le terme. La troisième fillette était en bonne santé, mais les deux autres ne pesaient ensemble que 2200 grammes et étaient reliées par leur foie, leur thorax et le péricarde. Chacune possédait toutefois la totalité des organes vitaux.

Les deux fillettes présentaient de graves problèmes, car une quantité importante de sang circulait de l’une à l’autre par le foie. Du coup, l’une avait un apport de sang trop important et une tension artérielle trop élevée, alors que l’autre souffrait d’hypotension.

En urgence
Pour les sauver, les spécialistes des deux hôpitaux ont décidé, avec l’accord des parents, de tenter l’opération de séparation en urgence. Les foies des deux nourrissons étaient largement liés l’un à l’autre et les gros vaisseaux sanguins qui les traversent ont dû être détachés.

L’équipe d’experts genevois en chirurgie hépatique pédiatrique a été appelée en renfort ainsi qu’un chirurgien bernois en cardiologie pédiatrique. En trente ans, ce n’est que la troisième fois que des bébés siamois ont survécu après leur séparation.

Elles se portent bien
« L’opération n’a réussi que grâce au travail d’équipe parfait entre les médecins et les soignants », a souligné le médecin-chef Steffen Berger. « Nous sommes heureux que les enfants et les parents se portent si bien maintenant ».

Les deux fillettes peuvent entretemps être nourries normalement et pèsent le double de leur poids à la naissance. L’une pèse 1890 grammes et l’autre 2120 grammes, explique le docteur Steffen. Les médecins espèrent qu’elles pourront quitter les soins intensifs de l’hôpital de l’Ile durant les prochaines semaines.

Parents heureux
La famille vit dans la région bâloise. Les parents sont heureux. « C’était comme une deuxième naissance. Un miracle », écrit Le Matin Dimanche en citant le père. « Mais ce n’était pas facile. Nous avons discuté si nous voulions interrompre la grossesse des deux jumelles siamoises et ne garder que la troisième fillette », déclare-t-il dans la SonntagsZeitung.

Les médecins leur ont alors dit qu’il y avait un moyen de séparer les fillettes. Les parents ont donc décidé de les laisser vivre. « On a souhaité ces enfants, on ne peut pas dire ensuite: ils ne sont pas comme il faut, alors on s’en débarrasse ».

Romandie.com