Posts Tagged ‘Génie’

Nigeria : Faith Odunsi, la jeune reine africaine des mathématiques, une nouvelle fois couronnée

janvier 26, 2022
Faith Odunsi lors du tournoi qui lui a permis de remporter le titre de « championne du monde de mathématiques », en mars 2021. © DR

Déjà sacrée « championne du monde de mathématiques » en Europe, en 2021, la lycéenne de 16 ans vient de remporter un nouveau concours, renforçant encore son image d’icône de l’excellence continentale.

Un trophée – un de plus – va s’ajouter à tous ceux qui ornent déjà le mur de sa chambre de jeune fille. Le 24 janvier, Faith Odunsi, lycéenne âgée de 16 ans et scolarisée à l’Ambassador College d’Otta, une ville de l’État d’Ogun située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Lagos, a remporté sans difficultés l’édition 2022 du concours national des Olympiades.

Organisée par le Centre national de mathématiques du Nigéria, ce concours réunit les meilleurs élèves du pays et les soumet à des tests de rapidité. Ce 24 janvier, la jeune Faith a pulvérisé la concurrence, répondant au nombre record de 19 questions en soixante secondes. La vidéo de sa performance, disponible sur internet, permet de mesurer l’exploit.

SOUVENT, ELLE FOURNIT LA SOLUTION AVANT MÊME QUE L’ANIMATEUR AIT FINI DE LIRE LA QUESTION

On y voit la jeune fille, visiblement concentrée, se faire bombarder de questions par un animateur. Il s’agit de résoudre une opération mettant en jeu des règles ou des théorèmes plus ou moins complexes, mais surtout de trouver la solution le plus rapidement possible. Et c’est dans ce domaine que la lycéenne impressionne le plus. Souvent, elle fournit la solution avant même que l’animateur ait fini de lire la question.

Logique et méticuleuse

Dans le cercle des milieux académiques nigérians, Faith Odunsi n’a rien d’une inconnue. Elle bénéficie même déjà d’une petite notoriété au sein de la communauté internationale des mathématiciens. C’est en mars 2021 qu’elle a réalisé sa plus belle performance en remportant le Global Open Mathematics Tournament, organisé au Royaume-Uni. Réunissant des jeunes venus du monde entier, cette compétition couronne chaque année un ou une « champion du monde de mathématiques », et même si l’importance de ce titre reste toute théorique, la victoire a valu à la jeune fille un véritable moment de gloire médiatique lors de son retour au Nigeria.

LE JEUNE FRÈRE DE FAITH, OLAPIDO, PARTICIPE LUI AUSSI À DES CONCOURS DU MÊME GENRE

Les chaînes de télévision ont défilé dans la classe et au domicile de la lycéenne, interrogeant camarades, professeurs et parents. Tous évoquent une élève « calme », « très logique et méticuleuse », et affichant depuis son plus jeune âge des capacités hors normes. Le jeune frère de Faith, Olapido, participe lui aussi à des concours du même genre. Et leur père, Afolabi, chirurgien, a lui-même brillé dans ces compétitions de calcul lorsqu’il était étudiant. « J’ai participé à des concours au niveau national, se souvient-il. Mais ma fille a déjà largement dépassé mon niveau. »

Fierté africaine

Cela fait plusieurs années déjà que la lycéenne dispute des compétitions mathématiques nationales, panafricaines ou internationales, et elle n’en est pas à sa première couronne nigériane de « reine des mathématiques ». Mais c’est le titre mondial décerné en 2021 au Royaume-Uni qui a provoqué le plus d’enthousiasme dans les médias du continent. Beaucoup l’ont alors érigée au rang de fierté africaine, soulignant qu’elle avait triomphé d’élèves venus des cinq continents, y compris de pays réputés pour leur excellence dans les matières scientifiques. Lors de la phase finale du concours, elle était opposée à deux garçons, l’un venu d’Indonésie et l’autre des Philippines.

L’Afrique tient-elle, avec Faith, une future scientifique de très haut niveau ? Président de l’association pour la promotion scientifique de l’Afriquele physicien et mathématicien français Vincent Rivasseau tient tout de même à relativiser la portée du titre de « championne du monde » attribué à la jeune fille. « Des concours comme celui qu’elle a remporté sont avant tout axés sur les jeunes, et il s’agit d’abord de mesurer la vitesse à laquelle ils parviennent à répondre à des questions mathématiques assez faciles », souligne-t-il. Avant d’avouer qu’il n’avait, personnellement, jamais encore entendu parler de Faith Odunsi. « Ce qui ne veut pas dire grand chose, tempère-t-il, car je ne suis absolument pas sur les réseaux sociaux ou ce genre de choses. »

L’appel de l’étranger

La « génie des maths » d’Ibuje a encore beaucoup à prouver, c’est certain. Mais en matière de maîtrise des principaux concepts mathématiques et de vivacité d’esprit, elle se situe déjà très au-dessus du niveau des adolescents de son âge. Lorsqu’on l’interroge sur son avenir, la jeune fille, sagement vêtue de l’uniforme de son lycée, évoque son intérêt pour les nouvelles technologies… Et se verrait bien poursuivre son cursus à l’étranger.

Ses parents, quant à eux, estiment que leur fille ne doit pas négliger le symbole que représentent ses succès pour son pays, et même son continent. « Elle montre de quoi les Africains sont capables, et je pense que cela doit tous nous inciter à essayer de conserver nos talents. À faire en sorte qu’ils ne quittent pas leur pays pour aller réussir ailleurs, comme c’est trop souvent le cas. Surtout pour les filles », insiste son père. Reste à savoir si Faith, qui a maintenant 16 ans et accomplit son année de terminale, écoutera leur conseil.

Avec Jeune Afrique par Olivier Marbot

Prince, une légende s’éteint

avril 21, 2016

Le légendaire chanteur américain Prince, musicien de génie, dandy et bête de scène, est mort, jeudi 21 avril, à l’âge de 57 ans. Il a été retrouvé inanimé dans son studio d’enregistrement à Paisley Park, dans le Minnesota, a confirmé le shérif du comté dans un tweet. « C’est avec une profonde tristesse que je confirme que le légendaire interprète Prince Roger Nelson est mort dans sa résidence de Paisley Park ce matin », avait déclaré un peu plus tôt son attachée de presse, Yvette Noel-Schure. Avec plus d’une trentaine d’albums, cette légende de la musique pop laisse derrière elle une myriade de tubes, dont Kiss, Cream, Girls & Boys et la bande originale du film Purple Rain, en 1984.

Quelques minutes après l’annonce de sa mort, un petit groupe de fans s’est rassemblé, sous la pluie, devant le studio d’enregistrement de l’artiste, où les récompenses qu’il a reçues sont affichées au mur.

« Il n’y a pas plus de détails sur la cause de sa mort pour le moment », a ajouté l’agente de Prince. Le shérif du comté où réside l’artiste a tweeté qu’une « enquête était ouverte pour un décès à Paisley Park ».
La star avait été hospitalisée pour une grippe le 15 avril, à Moline, dans l’Illinois. Pour rassurer ses fans, il avait tenu à faire une apparition publique le lendemain, avant d’assurer une brève performance.

Une bête de scène

Le musicien, né Prince Nelson, vivait toujours en périphérie de Minneapolis, dans le Minnesota, où il a grandi. Il s’est fait connaître à la fin des années 1970 avec les titres Why You Wanna Treat Me So Bad ? et I Wanna Be Your Lover. Par la suite, le « kid de Minneapolis » a été l’un des plus grands musiciens des années 1980 et 1990 ; ses tubes ont fait danser le monde entier, mêlant riffs de guitare et rythmes funk.

« Why You Wanna Treat Me So Bad ? » :

Mesurant moins d’1,60 m, mais avec une personnalité surdimensionnée, celui qui était parfois présenté comme un rival de Michael Jackson était une véritable bête de scène, au style dandy et cultivant un côté androgyne. Jouant de la guitare dans un style flambloyant, largement inspiré de Jimi Hendrix, Prince était reconnaissable entre tous pour ses cris aigus qui parsemaient ses chansons. Dans les années 1990, le chanteur avait changé son nom pour un imprononçable « Love Symbol ».

Un projet de Mémoires

Durant les années 2000, il était resté prolifique et s’était récemment converti à la diffusion en flux direct (streaming) sur Internet, car il estimait que le Web lui donnait plus de liberté artistique. Le musicien, présenté comme étant l’un des plus inventifs de son époque,
était en effet un fervent défenseur de son indépendance, luttant contre sa maison de disques pour conserver ses droits sur sa musique et sur son nom.

En signe de protestation, Prince avait inscrit « slave » (« esclave ») sur son visage, pour marquer son refus d’être dépossédé de son travail. Il avait ensuite quitté son label, Warner Bros., avant d’y revenir en 2014.

« Cream » :

En 2004, Prince a été intronisé au Rock and Roll of Fame, le panthéon du genre, qui l’a salué comme un pionnier musical. « Il a servi de modèle pour la musique d’avant-garde dans les années 1980 », peut-on lire dans le texte de présentation de l’artiste, au musée de Cleveland, dans l’Ohio.

Plus connu comme guitariste, chanteur et danseur, Prince avait récemment organisé des concerts dans ses studios de Paisley Park et en Australie, durant lesquels il a joué du piano en solo. Il avait alors déclaré qu’il voulait se lancer un nouveau défi artistique.

Alors qu’il avait commencé sa série de concerts, il avait aussi annoncé le mois dernier qu’il allait publier ses Mémoires, dont son éditeur prédit qu’ils seront « anticonformistes ».

Prince assure le spectacle lors du Super Bowl, le championnant de football américain, en 2007.En 2004, le chanteur s'est produit en duo avec la star de la pop Beyoncé Knowles à l'occasion des Grammy Awards, à Los Angeles.Avec plus d’une trentaine d’albums, cette légende de la musique pop laisse derrière elle une myriade de tubes, dont « Kiss », « Cream », « Girls & Boys » et la bande originale du film « Purple Rain », en 1984.Le 25 août 1986, lors d'un concert au Zénith de Paris.Alors qu’il avait commencé une série de concerts, Prince (ici avec son ex-femme Manuela Testolini en 2004) avait aussi annoncé le mois dernier qu’il allait publier ses Mémoires, dont son éditeur prédit qu’ils seront « anticonformistes ».Le 4 mai 1994, Prince reçoit des mains du chanteur d'opéra italien Placido Domingo le prix, sluant sa « contribution exceptionnelle à l'industrie Pop », et décerné lors de la cérémonie des World Music Awards à Monaco.Le 2 mai 1990 photo Prince apparaît en concert au profit de la famille de Charles Huntsberry, à Minneapolis.Le 27 février 2005 Prince et sa femme de l'époque Manuela Testolini, arrivent à la 77e cérémonies des Oscars, à Los Angeles.

Le musicien, né Prince Nelson, vivait toujours en périphérie de Minneapolis, dans le Minnesota, où il a grandi. Il s’est fait connaître à la fin des années 1970 avec les titres « Why You Wanna Treat Me So Bad? » et « I Wanna Be Your Lover ». Par la suite, le « kid de Minneapolis » a été l’un des plus grands musiciens des années 1980 et 1990.

PATRICK HERTZOG / AFP

› Accéder au portfolio

Lemonde.fr