Posts Tagged ‘gérard depardieu’

Gérard Depardieu se réjouit d’être russe et s’explique avec François Hollande

janvier 5, 2013

Le plus heureux des Russes

Gérard Depardieu se réjouit d’être russe et s’explique avec François Hollande Dans une lettre adressée aux médias russes, Gérard Depardieu dit toute son admiration pour le pays qui lui a offert une nouvelle nationalité. Avant de mettre les voiles, l’acteur a toutefois tenu à s’entretenir avec François Hollande.

Gérard Depardieu On est vite oublié. Tout juste après avoir annoncé son déménagement à Néchin et clamé son amour pour le Plat Pays, Gérard Depardieu envisageait de prendre la nationalité belge. Mais nos voisins d’outre-Quiévrain se font fait griller la politesse par Vladimir Poutine et depuis hier l’acteur n’a plus d’yeux que pour la Russie, le pays qui lui a offert sur un plateau une nationalité toute neuve. Dans une lettre envoyée hier aux médias russes, Depardieu en fait des tonnes pour se mettre ses nouveaux concitoyens dans la poche.

« J’ai fait cette demande de passeport et j’ai le plaisir qu’elle ait été acceptée. J’adore votre pays la Russie, ses hommes, son histoire, ses écrivains. J’aime y faire des films où j’aime tourner avec vos acteurs comme Vladimir Mashkov. J’adore votre culture, votre intelligence, a-t-il écrit, comme le rapporte l’AFP. Mon père était un communiste de l’époque, il écoutait Radio Moscou ! C’est aussi cela ma culture. En Russie il y fait bon vivre. Pas forcément à Moscou qui est une mégapole trop grande pour moi. Je préfère la campagne, et je connais des endroits merveilleux en Russie. »

Le néo-Russe s’est ensuite enflammé pour Vladimir Poutine, ce grand démocrate devant l’éternel. « J’en ai même parlé à mon Président, François Hollande. Je lui ai dit tout cela. Il sait que j’aime beaucoup votre Président Vladimir Poutine et que c’est réciproque, a-t-il proclamé. Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie, et que ce n’était pas un pays où un Premier ministre traitait un citoyen de minable. » Ça c’est pour Jean-Marc Ayrault. Depardiov dit au moins vrai sur un point : il a appelé François Hollande en personne le 1er janvier pour lui expliquer les raisons de son départ.

D’après Arnaud Frilley, ami et producteur des activités russes de l’interprète d’Obélix, le comédien n’a pas évoqué la question fiscale pour motiver son exil mais l’atmosphère pesante qui règnerait en France. « Il lui a dit qu’il était écœuré, qu’il trouvait que la presse était devenue terrible et qu’il avait besoin de prendre du recul, a expliqué le confident de Gégé au micro d’RTL. Ce n’est pas sur l’aspect fiscal qu’il est écœuré, mais vraiment sur le côté “on crache sur ceux qui réussissent, sur le succès, sur l’initiative”. Au bout d’un moment, il y a eu un ras le bol. »

Toujours selon Arnaud Frilley, François Hollande aurait été à l’écoute, jugeant même les arguments de l’acteur « recevables ». Depardieu va-t-il réellement s’établir en Russie auprès de ses nouveaux concitoyens ? Comme le souligne l’AFP, le régime fiscal a en tout cas de quoi le séduire puisqu’il ne paierait que 13% d’impôts sur le revenu s’il résidait la moitié de l’année de là-bas. Même s’il passait plus de six mois en dehors du pays, le taux resterait encore attractif puisqu’il s’élèverait à seulement 30%. Pas sûr donc que l’illustre néo-Russe passe beaucoup de temps dans son pays d’adoption…

Voici.fr

Brigitte Bardot, la tentation russe

janvier 4, 2013

Brigitte Bardot

Brigitte Bardot

L’actrice envisage un départ pour la Russie

Comme Gérard Depardieu, la comédienne et ambassadrice du droit des animaux, Brigitte Bardot menace de quitter le pays. La France ne répondant pas à ses appels pour sauver deux éléphants condamnés à l’euthanasie, B.B. se verrait bien trouver refuge en Russie.

Si Brigitte Bardot veut quitter la France pour demander la nationalité russe c’est pour défendre une noble cause, la cause animale, la seule cause que veut défendre BB. Dans un communiqué diffusé par sa fondation, l’actrice menace clairement de franchir le cap.

Lasse de ne pas obtenir de réponse du gouvernement au sujet de l’euthanasie de deux éléphants du cirque Pinder, Brigitte Bardot est donc «prête à quitter la France» comme le rapporte aujourd’hui Le Parisien. Stéphanie de Monaco et la SPA ont comme elle demandé à revoir le jugement imposé à ces deux pachydermes atteints de la tuberculose, en vain.

Brigitte Bardot ne veut pas continuer à vivre dans ce qu’elle appelle un «cimetière pour animaux» et se verrait donc bien offrir la nationalité russe comme son comparse Gérard Depardieu. Une affirmation à prendre au sérieux selon l’entourage de l’icône tropézienne. Vladimir Poutine qui vient d’autoriser l’acteur gaulois à devenir un citoyen russe, n’a pour l’instant pas considéré le cas Brigitte Bardot.

À y réfléchir, pas sûr que le pays où porter de la fourrure animale ne pose de problème à personne, soit le véritable eldorado pour la pourfendeuse des tueurs d’animaux.

Gala.fr par Laure Costey

Deneuve défend Depardieu

décembre 21, 2012

L’actrice Catherine Deneuve signe vendredi dans Libération une tribune dans laquelle elle exprime sa « colère née des jugements à l’emporte-pièce » de Philippe Torreton à l’encontre de Gérard Depardieu. « Ma colère est née de vos jugements à l’emporte-pièce (…). Et de cette mesquinerie ordinaire qui vous agite tant », écrit l’actrice, dans une lettre titrée : « Monsieur Torreton.. »

« Ce n’est pas tant Gérard Depardieu que je viens défendre, mais plutôt vous que je voudrais interroger. Vous en prendre à son physique ! A son talent ! +Ce gâchis+ dont vous parlez… De quel droit, de quel souci démocratique semblez-vous animer votre vindicte salissante ? », ajoute-elle. Selon elle, Philippe Torreton attaque un « homme vacillant » qui ne « donne en pâture que lui-même ». « L’homme est sombre, mais l’acteur est immense et vous n’exprimez finalement que votre rancoeur », estime l’actrice, qui se demande : « Qu’auriez vous fait en 1789, mon corps en tremble encore ! » Et de conclure sa missive par ces mots : « Avec ma sincère déception ».

LeFigaro.fr avec AFP

..Depardieu : ‘Poutine m’a déjà envoyé un passeport !’

décembre 18, 2012

Avant de s’installer en Belgique, Gérard Depardieu continue de se balader dans la rue du Cherche- midi, au coeur de Paris. Mardi, il a ainsi réuni quelques amis essentiellement des gens du quartier pour boire une coupe de champagne et déjeuner dans son restaurant Le bien décidé, à trois pas de l’hôtel particulier qu’il vient de mettre en vente.

‘DÉCIDÉ À INCARNER L’OPPOSITION À FRANÇOIS HOLLANDE’

‘D’excellente humeur et décidé à incarner l’opposition à François Hollande et Jean-Marc Ayrault’, assure l’un des convives, la star du cinéma français a expliqué en riant avoir préparé son départ ‘dès le lendemain de l’élection du président socialiste’, tout en soulignant qu’il vit déjà la moitié de l’année à l’étranger.

Alors que certains convives doutaient encore de son installation de l’autre côté de la frontière belge, Depardieu a lancé qu’il pouvait déjà compter sur trois pays pour l’accueillir. La Belgique, où il vient d’acheter une maison, le Monténegro, où il a des amis et fait des affaires, et la Russie : ‘Poutine m’a déjà envoyé un passeport !’, s’est amusé Depardieu.

Aux commerçants du quartier, atterrés par le départ de la star qui, depuis plusieurs années, soutient financièrement les artisans et commerces de bouche d’une rue gagnée peu à peu par les boutiques de vêtements, Gérard Depardieu a promis qu’il reviendrait régulièrement ‘faire la fête’.

LeMonde.fr par Raphaëlle Bacqué

Houellebecq, le retour

décembre 17, 2012

L’écrivain revient vivre en France

L’auteur du prix Goncourt 2012 quitte l’Irlande. Un retour en France personnel sans lien avec la politique.

Il y a ceux qui partent, comme Gérard Depardieu (l’acteur s’est exilé à Néchin, en Belgique). Et il y a ceux qui reviennent. C’est le cas de Michel Houellebecq. L’écrivain de La carte et le territoire s’était installé en Irlande après avoir remporté le Goncourt en 2010. Mais s’il revient aujourd’hui à Paris, ce n’est pas par militantisme.

«Si j’ai choisi la France plutôt qu’un pays francophone (Belgique ou Suisse), c’est pour des raisons personnelles, pas dans une démarche militante», explique l’écrivain à l’AFP dans un courriel. «Disons que l’argent est important, mais que ce n’est pas ce qu’il y a de plus important. La raison majeure (un acte militant pourrait-il être l’acte mineur caché?) est que j’ai envie de parler, à nouveau, ma langue dans la vie quotidienne. J’ai atteint un niveau d’anglais suffisant, après plusieurs années de séjour en Irlande».

Le choix de Michel Houellebecq, qui intervient en pleine crise Depardieu, est salué par la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Interrogée ce matin sur BFMTV à propos du départ de Gérard Depardieu et de sa proposition de rendre son passeport français, la ministre a cité le contre-exemple Houellebecq : «Michel Houellebecq, lui, qui était installé en Irlande, va revenir en France. Ça veut bien dire que lui n’est pas effrayé non plus par la contribution qu’il devra verser».

Aurélie Filippetti a également pris l’exemple de Michel Sardou. L’artiste se dit en effet prêt à contribuer davantage pour la solidarité nationale. Selon la ministre, le cas Depardieu est «isolé en matière culturelle».

Gala.fr par Armelle Sémont

Gérard Depardieu cherche à obtenir la nationalité belge

décembre 16, 2012

Ulcéré par le premier ministre, qui a qualifié de «minable» son établissement en Belgique, l’acteur français explique dans une lettre ouverte se sentir «injurié». «Je vous rends mon passeport. Nous n’avons plus la même patrie, je suis un citoyen du monde», prévient-il.

Une réponse à la hauteur de sa gouaille légendaire et de son goût pour la démesure. Ulcéré par les propos du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui trouve «minable» son établissement en Belgique pour échapper à la fiscalité de l’Hexagone, Gérard Depardieu a annoncé dimanche renoncer à sa nationalité française. Selon le maire de Néchin, la commune belge où l’acteur a récemment acheté une maison, l’acteur s’est renseigné sur la procédure à suivre pour obtenir un passeport belge et bénéficier de la mutuelle. Un Français peut demander à perdre la nationalité française dès l’instant où il demande celle d’un autre pays, selon le code civil.

Dans une lettre ouverte publiée par Le Journal du dimanche, le comédien estime avoir été «injurié» par le premier ministre (à 10 minutes et 35 secondes).

Le héros du Dernier Métro commence ainsi sa «Lettre ouverte à M. Ayrault Jean-Marc, premier ministre de M. François Hollande»: «“Minable”, vous avez dit “minable”? Comme c’est minable!» «Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté! Tous ceux qui ont quitté la France n’ont pas été injuriés comme je le suis», remarque l’acteur. Rappelant avoir commencé à travailler «à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique», Gérard Depardieu affirme avoir «toujours payé (ses) taxes et impôts».

Belgique: des «raisons intimes» aussi

«Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande, M. Ayrault, premier ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous?», apostrophe celui qui prête ses traits au cinéma à Obélix. «Je n’ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j’ai payé 145 millions d’euros d’impôts en quarante-cinq ans, j’ai payé, en 2012, 85% d’impôts sur mes revenus et je fais travailler 80 personnes (…). Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot “minable”», insiste-t-il, répétant le qualificatif qui ne passe pas. Choix de mot sur lequel Jean-Marc Ayrault est, depuis, un peu revenu. «Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi», prévient l’acteur. «Nous n’avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l’a toujours inculqué», poursuit Gérard Depardieu.

Dans ses griefs, la star évoque aussi des raisons plus intimes. «Je trouve minable l’acharnement de la justice contre mon fils Guillaume(décédé en 2008, NDLR), condamné à de la prison ferme pour deux grammes d’héroïne quand tant d’autres échappaient à la prison pour des faits autrement plus graves.» «Je ne jette pas non plus la pierre à ceux qui ont trop de cholestérol ou trop d’alcool dans le sang et qui s’endorment sur leur scooter, je suis l’un des leurs», poursuit-il en allusion à ses derniers démêlés avec la justice. L’acteur comparaît le 8 janvier sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) pour conduite en état d’ivresse. «Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre Monsieur et je vais rester poli», conclut-il, théâtral.

Hollande pour une renégociation des conventions avec la Belgique

C’est la première fois que Gérard Depardieu s’exprime depuis l’annonce de son exil outre-Quiévrain, qui lui a valu de nombreuses critiques. Le président François Hollande a ainsi fait appel, vendredi, au «comportement éthique» de chacun, et a prôné une renégociation des conventions fiscales avec la Belgique. Un député socialiste a même proposé que les exilés fiscaux soient déchus de leur nationalité s’ils n’acquittent pas d’impôt en France. Une idée cependant impossible à réaliser sur le plan juridique. Les remarques ont également fusé du monde du spectacle. Line Renaud a dit ne pas comprendre comment on pouvait «quitter le bateau quand son pays est en difficulté».

En Belgique, Gérard Depardieu a acquis une maison à Estaimpuis, dont dépend le village de Néchin, à la frontière française, non loin de Roubaix. 2800 Français y résident déjà. À Paris, la vedette a mis en vente son hôtel particulier, situé rue du Cherche-Midi, à Saint-Germain-des-Prés. Une demeure de 1800 m² habitable qui serait évaluée à 50 millions d’euros.

Lefigaro.fr avec agences par Constance Jamet