Posts Tagged ‘gestion des catastrophes’

ALERTE – Séisme en Indonésie : six enfants tués dans l’effondrement d’une mosquée

juillet 2, 2013

JAKARTA (Indonésie) – Six enfants ont été tués dans l’effondrement d’une mosquée pendant un fort séisme survenu mardi dans la province indonésienne d’Aceh et quatorze autres étaient toujours prisonniers des décombres, a-t-on appris de source officielle.

Les opérations de secours dans les ruines de cette mosquée où les enfants participaient à un cours de lecture du coran se poursuivent, a déclaré à l’AFP le chef de l’agence régionale de gestion des catastrophes, Subhan Sahara, qui a fourni ce bilan.

Romandie.com avec (©AFP / 02 juillet 2013 18h06)

Inde: plus de 8000 personnes attendent toujours les secours

juin 24, 2013

Un millier de personnes en Inde ont été tuées par les inondations et glissements de terrain dus à la mousson dans le nord du pays, a annoncé lundi un responsable des opérations de secours. Par ailleurs, plus de 8000 personnes isolées, principalement des touristes et des pèlerins, attendaient toujours l’arrivée des secours.

« L’information officielle fait état d’environ mille morts », a indiqué Yashpal Arya, le ministre indien chargé de la gestion des catastrophes naturelles au sein du gouvernement de l’Uttarakhand, l’Etat le plus touché par les intempéries qui ont débuté le 15 juin.

« Il est difficile de dire si le bilan est plus élevé parce que nos efforts se portent actuellement sur le sauvetage de ceux qui sont toujours bloqués », a-t-il ajouté.

Sous l’effet des fortes précipitations, les rivières en crue ont emporté maisons, immeubles, et même des villages entiers, et détruit des ponts et des routes étroites menant à des sites de pèlerinage situés en altitude dans cet État. Il est connu sous le nom de « Terre des dieux » en référence aux nombreux lieux sacrés hindous qu’il abrite.

Le ministre fédéral de l’Intérieur, Sushilkumar Shinde, a de son côté dit craindre un bilan supérieur à 1000 tués.

Villages entiers emportés

En pleine saison touristique, les rivières en crue ont emporté maisons, immeubles, et même des villages entiers, et détruit plus de 1000 ponts et des routes étroites menant à des sites de pèlerinage situés en altitude dans l’Uttarakhand.

Des hélicoptères de l’armée ont été cloués au sol en raison du mauvais temps, interrompant les opérations d’évacuation des personnes isolées, dont de nombreuses souffrant d’un manque d’eau et de nourriture. « Les opérations de secours ne pourront reprendre que lorsque la pluie aura cessé », a indiqué à New Delhi une source au sein de l’armée.

Des dizaines d’hélicoptères et des milliers de soldats ont été déployés ces derniers jours pour les opérations de sauvetage. Des milliers de personnes ont déjà été évacuées.

Au Népal voisin, la mousson a fait au moins 39 tués. L’arrivée de la mousson avec deux semaines d’avance a pris par surprise les autorités du pays et mis une nouvelle fois en lumière les lacunes des plans de prévention et de secours.

Romandie.com

Un immeuble s’effondre au Rwanda: 100 personnes présumées ensevelies

mai 14, 2013

KIGALI – Une centaine de personnes, ouvriers et passants, étaient présumées ensevelies mardi sous un immeuble en construction qui s’est effondré dans le nord-est du Rwanda, a annoncé à l’AFP la ministre rwandaise chargée de la gestion des catastrophes.

Un premier bilan provisoire fait état de trois morts et 21 blessés, a de son côté brièvement indiqué à l’AFP le porte-parole de la police Theos Badege, sans autre détail.

Pour l’heure, les informations provisoires dont nous disposons indiquent que les débris ont enseveli environ 100 personnes. On essaie toujours d’obtenir des chiffres précis, a déclaré la ministre, Séraphine Mukantabana.

L’immeuble qui s’est effondré faisait quatre étages, et était situé à Nyagatare, en bord de route, c’est pourquoi cela a touché autant de gens, a-t-elle poursuivi.

Selon le fil twitter de la police, l’immeuble s’est effondré à 15H00 (13H00 GMT).

Aucun autre détail n’était disponible dans l’immédiat.

Romandie.com

Violent séisme de magnitude 8,0 au large des îles Salomon

février 5, 2013

Un séisme de magnitude 8,0 s’est produit mercredi au large des îles Salomon, dans le Pacifique, générant un tsunami, ont indiqué le Centre américain de géophysique (USGS) et le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique. D’après une source médicale, il aurait détruit des villages côtiers.

« L’information dont nous disposons est que des villages à l’ouest et au sud de Lata le long de la côte auraient été détruits, même si nous ne pouvons pas encore le confirmer », a déclaré le directeur de l’hôpital de Lata, sur l’île principale de l’archipel des Santa Cruz, Ndende.

Tsunami de 1 mètre

Un tsunami de 0,9 mètre, déclenché par le séisme, a atteint les îles Salomon, a annoncé le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique. Il pourrait être destructeur autour de l’épicentre et menacer des littoraux plus éloignés, a ajouté l’organisme basé à Hawaï.

Une alerte a été déclenchée pour certaines îles du Pacifique Sud. Elle concerne la Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Nauru, la Papouasie-Nouvelle Guinée, les Tuvalu, Kosrae, les Fidji, les Kiribati et Wallis-et-Futuna.

Une veille au tsunami a par ailleurs été déclenchée pour Hawaii, a indiqué l’Institut du Pacifique. La Nouvelle-Zélande était également en mode de surveillance tandis que les autorités australiennes ont fait savoir que l’île n’était pas exposée.

Zone sismique

Le tremblement de terre s’est produit à 01h12 GMT entre les îles Salomon et le Vanuatu, au nord-est de l’Australie, près des îles Santa Cruz frappées par une série de fortes secousses ces derniers jours. Des témoins ont toutefois indiqué ne pas l’avoir ressenti dans la capitale Honiara, à environ 580 km de l’épicentre.

L’hypocentre du séisme a été localisé à une profondeur de 5,8 km, à une soixantaine de km de l’île de Lata, selon l’USGS. Une réplique de 6,4 a été enregistrée. Selon un responsable de l’Agence de gestion des catastrophes naturelles des Salomon, les inquiétudes portaient sur la province de Temotu (est).

Les Salomon sont situées sur la « ceinture de feu du Pacifique », où se heurtent des plaques tectoniques provoquant une intense activité sismique et volcanique.
Romandie.com

(ats / 06.02.2013 04h47)

Ghana : un avion cargo nigérian écrase un minibus à l’aterrissage, faisant dix morts

juin 3, 2012

Un avion cargo nigérian a manqué la piste à l’atterrissage samedi soir à Accra, au Ghana, percutant un minibus et tuant dix occupants du véhicule, ont déclaré des responsables aéroportuaire et militaire.

Les quatre membres de l’équipage, dont les deux pilotes du Boeing 727 de la compagnie Allied Air en provenance de Lagos, ont survécu et ont été transportés à la clinique de l’aéroport de la capitale ghanéenne, selon le responsable aéroportuaire.

« Le vol DHV 111, un avion cargo, effectuant la liaison de Lagos à Accra, a manqué la piste à l’atterrissage samedi 2 juin à 19H10 », précise un communiqué de l’aéroport.

« L’appareil s’est écrasé près du stade Elwak sur un minibus, tuant dix personnes », ajoute le texte. Ce chiffre a été confirmé par un militaire de haut rang.

Un témoin, Kofi Anor, a déclaré: « j’avais fini mon travail et je revenais chez moi sous la pluie lorsque j’ai vu l’avion tomber sur le minibus Benz et écraser mortellement les passagers se trouvant à l’intérieur ».

Pas d’habitations touchées

L’épave de l’appareil, dont la queue et les ailes se sont détachées, était visible près de l’aéroport, à côté des restes du minibus, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les services de secours, la police et les pompiers arrivés sur les lieux de l’accident en ont aussitôt bouclé les accès. L’appareil s’est écrasé à l’extérieur de l’aéroport à proximité d’une base militaire et du stade mais n’a apparemment pas touché d’habitations.

Les gestionnaires de l’aéroport de la capitale du Ghana ont déclaré que les opérations se poursuivaient normalement en dépit de l’accident.

Aucune catastrophe aérienne n’a été enregistrée ces dernières années au Ghana, un pays d’Afrique de l’Ouest de 24 millions d’habitants.

Le chef de l’agence ghanéenne de la gestion des catastrophes nationales, Kofi Kportufe, a déclaré qu' »il s’agissait d’une journée triste pour le Ghana car des concitoyens sont morts dans l’accident. »

Pas de catastrophe depuis des années

« Mais nous sommes reconnaissants à l’armée, aux pompiers pour leur réaction rapide qui a évité une plus ample catastrophe », a-t-il dit. Les corps des victimes ont été transportées à la morgue d’un hopital militaire proche où une foule, dont des personnes en pleurs, s’est rassemblée pour identifier les morts, a constaté un reporter de l’AFP.

Le vice-président du Ghana John Dramani Mahama a promis une enquête approfondie. « Il ne faut pas tirer de conclusions prématurées », a-t-il dit avant de se rendre sur les lieux.

« Nous devons permettre à l’enquête de déterminer la véritable cause de l’accident. Mais je peux assurer les Ghanéens que la situation est sous controle », a-t-il dit.

Un interlocuteur joint sur une liste de numéros d’Allied Air dans la ville pétrolière nigériane de Port Harcourt a déclaré qu’il s’agissait d’une compagnie nigériane mais aucun responsable au bureau de Lagos n’a fait de commentaire sur l’accident et d’autres appels à des numéros de la société n’ont pas reçu de réponse.

Jeuneafrique.com avec AFP