Posts Tagged ‘grenades’

Sénégal: à une semaine de la présidentielle, la tension reste vive

février 19, 2012

A une semaine du premier tour de la présidentielle, la tension  restait vive dimanche au Sénégal après deux jours de violences à Dakar liées à  la contestation par l’opposition de la nouvelle candidature du chef de l’Etat  sortant Abdoulaye Wade, 85 ans et au pouvoir depuis 2000.

De mardi à samedi, toutes les tentatives des opposants de manifester à Dakar  pour le retrait de la candidature de Wade au scrutin du 26 février ont été  réprimées.  Aucune manifestation n’était programmée dimanche.

Les violences, qui ont donné lieu à des scènes de guérilla urbaine au coeur  de la capitale et à de rudes affrontements entre les policiers et des centaines  d’opposants, essentiellement des jeunes, ont culminé vendredi et samedi.

Une vingtaine de personnes, dont un membre des forces de l’ordre, ont été  blessées, selon un décompte de l’AFP et des secouristes, victimes de pierres,  balles en caoutchouc, gaz lacrymogènes, canons à eau.

Au total, cinq personnes ont été tuées depuis la validation le 27 janvier de  la candidature d’Abdoulaye Wade par le Conseil constitutionnel.

Pour la première fois depuis le début de la contestation, une mosquée a été  visée à Dakar vendredi par un policier qui a lancé trois grenades lacrymogènes à  l’intérieur du bâtiment où se trouvaient des fidèles, selon des témoins,  exacerbant les tensions dans la capitale et d’autres villes.

Un millier d’adeptes de la confrérie musulmane des Tidianes se sont  rassemblés dimanche devant cette mosquée, la Zawiyia El Hadj Malick Sy, deux  jours après ce qu’ils considèrent comme « une profanation », non seulement de ce  lieu de culte, mais de « toute une communauté ».

Les fidèles, agenouillés devant et dans la mosquée, ont récité des versets du  Coran et prié dans le calme, rejoints par des leaders du Mouvement du 23 juin  (M23, coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile)  qui a appelé aux manifestations interdites.

Le célèbre chanteur Youssou Ndour, également opposant à Wade et qui a annulé  un voyage en France en raison de la « tournure des événements à Dakar », selon un  de ses proches, est également venu.

Sortie « infâmante »

Un des responsables du M23 présent, Alioune Tine, a déclaré à des  journalistes que le président Wade allait devoir quitter le pouvoir de manière  « infâmante », alors qu’il « ne le mérite pas ».  Il a rappelé les années de combat  de Wade dans l’opposition avant qu’il ne parvienne au pouvoir.

L’incident de la mosquée Malick Sy a profondément choqué les Tidianes, qui,  avec les Mourides, font partie des confréries les plus influentes du Sénégal,  pays à 95% musulman.

Des manifestations de colère ont eu lieu à Tivaouane (ouest), une des villes  saintes des Tidianes, où la mairie tenue par un membre du Parti démocratique  sénégalais (PDS, au pouvoir), a été saccagée et incendiée.

Un jeune est mort après avoir été blessé vendredi soir à Kaolack (ouest) lors  d’une manifestation organisée pour protester contre la « profanation » de Dakar.

Les leaders du M23 devaient se rencontrer dimanche pour « une réunion  d’évaluation de la situation » après ces violences, mais n’ont prévu d’appeler à  aucune manifestation dans l’immédiat, a déclaré à l’AFP un porte-parole du  mouvement, Abdoul Aziz Diop.

Elu en 2000, réélu en 2007, M.  Wade, candidat à sa propre succession, se dit  sûr de l’emporter au premier tour et mène sa campagne tambour battant depuis  deux semaines, sillonnant le pays.

Le M23 estime qu’il a épuisé ses deux mandats légaux et juge illégale sa  nouvelle candidature, ce que contestent les partisans du président qui  soulignent que des réformes de la Constitution lui donnent le droit de se  représenter.

C’est dans ce climat tendu que quelque 23. 000 militaires et paramilitaires  ont voté samedi et dimanche.

Jeuneafrique.com