Posts Tagged ‘grippe aviaire’

Grippe aviaire: le Japon, 1er importateur, bannit le foie gras français

décembre 4, 2015

Tokyo – Le Japon a décidé, après l’annonce de cas de grippe aviaire en France, d’interdire les importations de volailles et autres produits avicoles français, dont le foie gras, très prisé au moment des fêtes de fin d’année dans ce pays et premier importateur de ce produit de luxe.

Le Japon a interdit les importations de volaille et de produits issus de la volaille française dont la production est postérieure au 23 octobre, a déclaré vendredi à l’AFP un responsable du ministère japonais de l’Agriculture, précisant que cette date avait été choisie en prenant en considération la période de 21 jours d’incubation de la maladie.

Les produits de la volaille, dont le foie gras, fabriqués et emballés avant le 23 octobre, peuvent être importés, a-t-il ajouté. Ceux produits après cette date sont interdits pour éviter que le virus ne soit introduit au Japon.

Nous comptons sur les autorités françaises pour nous informer. Nous lèverons l’interdiction après que les élevages concernés auront abattu leurs animaux et procédé à une désinfection complète, a indiqué le responsable japonais.

A notre connaissance, une grande partie du foie gras devant être consommé pour la période de Noël a déjà été importée. Nous pensons donc que cette interdiction a très peu d’impact sur le marché japonais, a-t-il affirmé.

Mais cela exclut l’importation de foie gras frais de France pour les fêtes, a expliqué un importateur français au Japon, Bernard Anquetil, directeur des produits cuisinés de la société F&B Japan. C’est un peu une catastrophe, a-t-il dit à l’AFP. Avec le foie gras congelé, on devrait arriver à tenir jusqu’en février-mars (…), mais il y a des gens qui préfèrent travailler avec le frais, surtout pendant les fêtes.

Deux nouveaux cas de grippe aviaire ont été détectés en Dordogne (sud-ouest) dans des élevages, avait annoncé lundi le ministère français de l’Agriculture, qui procédait à des contrôles dans le cadre d’un plan national d’intervention sanitaire d’urgence, après la découverte d’un cas de H5N1, le premier depuis 2007, le 24 novembre dans le département.

Romandie.com avec(©AFP / 04 décembre 2015 13h02)

Foyers de contamination de la grippe aviaire en Afrique de l’Ouest : « C’est l’une des pires crises depuis 10 ans »

juillet 23, 2015

Des vendeurs nigérians de poulet au marché de Lagos, le 1er février 2007. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Des vendeurs nigérians de poulet au marché de Lagos, le 1er février 2007. © Sunday Alamba/AP/SIPA

 

L’épidémie de grippe aviaire en Afrique de l’Ouest inquiète l’organisation de l’Onu pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Après le Nigeria et le Burkina Faso, trois nouveaux pays ont été touchés par le virus H5N1, hautement virulent, au cours des trois derniers mois. Cartographie des foyers de contamination.

Les experts avaient vu juste : le virus H5N1 a traversé les frontières gonflant ainsi le nombre de foyers de crise de la grippe aviaire en Afrique de l’Ouest. « La situation est très inquiétante et c’était prévisible », soulève d’entrée de jeu Modou Moustafa Lo, virologiste à l’Institut sénégalais de la recherche agricole. Aujourd’hui, en plus du Nigeria et du Burkina Faso, le Niger, la Côte d’Ivoire et le Ghana sont infectés.

Pour l’instant, aucun décès humain lié à la grippe aviaire n’a été rapporté aux autorités en 2015. Cependant, cette épidémie ouest-africaine qui bouleverse le marché du « poulet bicyclette » risque de porter un dur coup à l’économie. Lundi, la FAO a demandé 20 millions de dollars pour l’aider à combattre les foyers du virus.

Nigeria, le pays le plus touché 

Le Nigeria jongle avec une série d’éclosions de cas de grippe aviaire sur son territoire depuis décembre dernier. À la mi-mars, la moité du pays était touchée par le virus. Depuis, la situation s’est stabilisée, selon la FAO. La grippe aviaire est toujours présente dans plus de 70 localités et en plus, trois nouveaux foyers ont été officiellement rapportés aux autorités à la mi-juillet. « C’est un pays en conflit, il est donc plus difficile de gérer les contrôles sanitaires », explique le virologiste. En moins de sept mois, 1 470 000 oiseaux ont dû être abattus.

Depuis début avril, toute l’Afrique de l’Ouest est sur en état d’alerte après que le Burkina Faso avait déclaré un début d’épidémie. Au total, 94 éclosions ont été rapportées dans six provinces sur 45. Certains pays, comme la Côte d’Ivoire et le Mali, avaient alors choisi de fermer leurs frontières à l’importation de la volaille burkinabè, ce qui n’a pas empêché le virus de voyager. Trois semaines plus tard, une éclosion a été rapportée au Niger, une autre en Côte d’Ivoire et ensuite, plus d’une dizaine au Ghana, principalement dans la région d’Accra.

Problèmes de surveillance pour éviter la contagion

L’épidémie s’étend de plus en plus en Afrique de l’Ouest, confirme la FAO.  « C’est l’une des pires crises depuis 10 ans », martèle Eran Raizman, chef du système de prévention des crises de l’organisation, en faisant référence à la première crise de grippe aviaire en 2006.

De nombreuses lacunes ont été relevées dans les systèmes de surveillance sanitaire des différents pays et conséquemment, « il devient plus difficile d’éviter la contagion », explique-t-il.

De plus, il n’existe que très peu de politiques de compensation pour les producteurs de poulets touchés par le virus de la grippe aviaire. Conséquence ? Lorsqu’ils constatent des cas anormaux de mortalité de la volaille, ils évitent d’alerter les autorités de peur qu’on ne vienne détruire leur production.

Des mesures ont été prises par la FAO au Bénin, au Togo, au Cameroun, au Mali et au Sénégal pour éviter la contagion. « La mesure la plus efficace est la prévention précoce », rappelle Eran Raizman . Cependant, « pour mettre un système de surveillance efficace en place, encore faut-il que les autorités des pays fassent preuve de plus de transparence », martèle le virologiste Modou Moustafa Lo.

Depuis six mois, des centaines de milliers de volailles ont été abattues en Afrique de l’Ouest. Bien que difficiles à chiffrer pour l’instant, les pertes économiques sont évaluées à plusieurs centaines de millions de dollars.

Jeuneafrique.com par

Grippe aviaire: interdiction de transport de volailles

novembre 16, 2014

Les autorités néerlandaises ont décrété une interdiction temporaire du transport de volailles dans tout le pays. Une souche hautement pathogène de la grippe aviaire a été détectée dans un élevage du centre du pays. Les 150’000 poulets de l’exploitation vont être évacués et détruits.

« Il a été déterminé ce matin que la variante de la grippe aviaire détectée dans une exploitation de volailles à Hekendorp est hautement pathogène », a annoncé le ministère des Affaires économiques dans un communiqué.

Un porte-parole a précisé: « Il s’agit d’une souche hautement pathogène, mais on ne sait pas encore laquelle précisément ». Pour limiter les risques de contamination, les autorités néerlandaises ont décrété une interdiction du transport de volailles, d’œufs ou de fumier de volailles. Cette interdiction durera 72 heures au maximum.

Dans un rayon de 10 kilomètres autour de l’exploitation concernée, cette interdiction pourrait durer jusqu’à 30 jours. Seize autres exploitations se trouvent dans ce rayon et des analyses vont y être menées. Un protocole visant à contrôler les visites rendues aux diverses exploitations du pays a également été instauré, tout comme une interdiction de chasser.

« La contamination peut se faire depuis un animal vers les humains », a rappelé le ministère néerlandais des Affaires économiques. « C’est pour cette raison que des mesures de protection vont être prises pour les gens qui peuvent entrer en contact avec des volailles contaminées ».

Première fois en Europe
L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis en garde en septembre contre la nouvelle variante H5N6, en raison de sa forte virulence. Une autre variante, H5N8, jusque-là cantonnée à l’Asie, a été détectée début novembre pour la première fois en Europe, en Allemagne.

Selon les médias néerlandais, la variante H7N7 de la grippe aviaire avait durement frappé les Pays-Bas en 2003. Quelque 30 millions de volailles avaient été détruites par les autorités sanitaires.

Romandie.com