Posts Tagged ‘Guerrero’

Mexique: l’ouragan Max a touché la côté Pacifique

septembre 14, 2017

Un résident a motocyclette dans les inondations provoquées par l’ouragan Max à Acapulco au Mexique, le 14 septembre 2017 / © AFP / FRANCISCO ROBLES

L’ouragan Max, de catégorie 1, la plus basse d’une échelle qui en compte 5, a touché jeudi la côte Pacifique du Mexique, avec des vents de 130 km/h, a annoncé le Centre américain des ouragans (NHC).

Un peu avant 16H00 heure locale (21H00 GMT), Max a atteint l’Etat de Guerrero (sud), à 90 km au sud de la cité balnéaire d’Acapulco, faisant craindre de possibles glissements de terrain dans cette zone montagneuse.

Le NHC estime que Max s’accompagnera de fortes pluies sur cet Etat ainsi que sur une partie de celui d’Oaxaca (sud), frappé la semaine dernière par un séisme de magnitude 8,2 qui a fait 100 morts au Mexique, selon un nouveau bilan.

« Ces pluies torrentielles peuvent provoquer des inondations et des glissements de terrain », ont prévenu les autorités météorologiques mexicaines.

D’abord qualifié de tempête tropicale, Max s’est renforcé dans la matinée à l’approche des côtes mexicaines pour se transformer en ouragan de catégorie 1.

Des abris ont été ouverts pour la population et les écoles ont été fermées pour la journée dans l’Etat de Guerrero.

La compagnie nationale d’électricité (CFE) a annoncé avoir déployé des équipes à proximité de la zone devant être touchée par l’ouragan afin de pouvoir y rétablir rapidement le courant en cas de coupures.

La semaine dernière, Katia, également de catégorie 1, avait frappé l’Etat de Veracruz (est) faisant deux morts, sans causer de dégâts matériels majeurs.

En 2013, deux ouragans quasi-simultanés avaient atteint les côtes Pacifique et caribéenne du Mexique, entraînant la mort de 157 personnes.

Romandie.com avec(©AFP / 14 septembre 2017 23h43)                

Nouvel assassinat d’un prêtre dans l’Etat de Guerrero

décembre 26, 2014

Le cadavre d’un prêtre enlevé lundi a été trouvé jeudi dans l’État de Guerrero (sud du Mexique), avec une balle dans la tête. Cette découverte macabre intervient deux mois après celle du corps d’un autre prêtre dans une fosse clandestine dans ce même État, secoué aussi par la mort brutale de 43 étudiants.

Le corps du père Gregorio Lopez Gorostieta a été retrouvé près du village de Tlapehuala, dans la zone de Tierre Caliente, a indiqué un responsable de la police régionale. Cette région est en proie à la violence des narcotrafiquants.

L’enlèvement de ce prêtre avait provoqué mardi une manifestation de 300 personnes, dont des dizaines de prêtres, dans les rues de Pungarabato, à 20 km du village. Les manifestants se sont rendus jusqu’à la cathédrale de la ville pour supplier les preneurs d’otages de l’épargner. Lopez Gorostieta avait été enlevé par un commando alors qu’il suivait les cours d’un séminaire à Pungarabato.

Fort taux d’homicides
Fin octobre, le corps d’un autre religieux avait été retrouvé parmi 13 corps dans une fosse clandestine dans le village d’Ocotitlan, dans la zone montagneuse du Guerrero. Le père John Ssenyondo, un prêtre ougandais, avait été enlevé en avril alors qu’il célébrait une messe.

L’État du Guerrero se trouve du sud du pays, où est située la ville touristique d’Acapulco. C’est est aussi l’un des États les plus pauvres du Mexique et qui enregistre le plus fort taux d’homicides.

C’est dans cet État que 43 étudiants avaient disparu le 26 septembre dernier après avoir été attaqués par des policiers corrompus, puis livrés au groupe criminel des Guerreros Unidos, avant d’être probablement tous tués. Ce crime a provoqué l’indignation au Mexique et dans le monde.

Romandie.com

Mexique/disparus: des manifestants incendient le siège du gouvernement de l’Etat de Guerrero

octobre 13, 2014

Chilpancingo (Mexique) – Des centaines d’étudiants et d’enseignants ont partiellement mis à sac et incendié lundi le siège du gouvernement de l’État de Guerrero, dans le sud du Mexique, dans le cadre de manifestations pour exiger la localisation de 43 étudiants disparus depuis plus de deux semaines, a constaté l’AFP.

Les manifestants ont fait irruption dans les bâtiments officiels, situés à Chilpancingo, capitale de l’État de Guerrero, brisé des vitres et mis le feu à une partie du complexe qui continuait de brûler lundi en fin d’après-midi.

Une trentaine d’employés qui étaient à l’intérieur des bâtiments en sont sortis sains et sauf, selon les autorités judiciaires locales.

Les manifestants ont réclamé la démission du gouverneur de l’État, Angel Aguirre, avant de se retirer, laissant la place aux pompiers.

Ces attaques contre l’administration locale sont intervenues après une série d’affrontement entre la police et les manifestants armés de pierres et de bâtons aux portes du Parlement local. Cinq enseignants et deux policiers ont été blessés, selon un correspondant de l’AFP.

Les élèves-enseignants de l’école normale d’Ayotzinapa, près de Chilpancingo, appuyés par des enseignants, protestent contre la disparition de 43 de leurs condisciples le 29 septembre à Iguala, à 100 km de Chilpancingo, aux mains de la police locale appuyée par des hommes armés qui pourraient être des membres du groupe criminel des Guerreros Unidos.

Les autorités enquêtent pour vérifier si les étudiants ont été assassinés puis enterrés dans des fosses clandestines trouvées près d’Iguala, à 200 km au sud de Mexico.

Les autorités ont arrêté 34 personnes, dont 26 policiers accusés de collusion avec le crime organisé, dans cette affaire dont les suites ont déjà fait 6 morts et 25 blessés lors de la nuit de violences du 26 septembre.

Le maire d’Iguala et son épouse, actuellement en fuite, sont recherchés pour être interrogés.

L’affaire a soulevé l’indignation de l’opinion publique mexicaine en raison de la collusion apparente entre les autorités et le crime organisé et provoqué des manifestations dans de nombreuses villes du Mexique. De nombreuses demandes pour que la lumière soit faite sur cette affaire se sont fait entendre à l’échelle internationale.

Alors que les autorités tentent de résoudre le cas des disparitions, des policiers du Guerrero ont été impliqués dans une autre fusillade dimanche soir, lorsqu’une unité anti-kidnapping a tiré, apparemment par erreur, sur une voiture transportant deux étudiants allemands, blessant l’un d’entre eux.

Ces deux étudiants de l’université technologique de Monterrey, se rendaient vers la station balnéaire d’Acapulco.

Les autorités judiciaires assurent que le véhicule avait ignoré un barrage mis en place à hauteur de Chilpancingo et que les policiers ont tiré sur la voiture après avoir cru entendre des bruits d’arme à feu.

L’étudiant allemand était lundi dans un état stable dans un hôpital de Mexico, selon une source universitaire.

Romandie.com avec(©AFP / 14 octobre 2014 03h22)