Posts Tagged ‘Guillaume Morrissette’

Trois-Rivières: Un trio d’auteurs part à la rencontre des lecteurs

mai 22, 2021

Guillaume Morrissette n’est pas du genre à rester les bras croisés. Pandémie ou pas. Avec plusieurs Salons du livre qui ont été annulés ou présentés en virtuel, le contact privilégié avec le public, dont la grande majorité des auteurs se nourrissent avidement, a été considérablement limité. Il a donc eu l’idée de proposer, par le biais de Facebook, ses livres qu’il irait livrer, sans contact, aux lecteurs qui se les procureraient. L’idée, ce n’était pas juste de vendre des bouquins, quoique c’est un effet plus qu’intéressant de l’initiative, c’est surtout d’aller à la rencontre du public, de jaser, de prendre le pouls, de retrouver un peu de cette énergie qui unit l’auteur et le lecteur.

Yvan Godbout, Éric Quesnel et Guillaume Morrissette visiteront 43 villes en 7 jours ce qui représente une petite balade de 4150 km à travers la province.

© STÉPHANE LESSARD, Le Nouvelliste Yvan Godbout, Éric Quesnel et Guillaume Morrissette visiteront 43 villes en 7 jours ce qui représente une petite balade de 4150 km à travers la province.

«Je n’ai pas de Salon du livre, lance d’emblée Guillaume Morrissette pour expliquer comment l’idée a germé. Tous mes événements littéraires internationaux sont annulés de même que les événements régionaux sauf pour quelques Zoom. L’étincelle de départ provient de l’annulation du lancement de son dernier livre, Quand je parle aux morts, plusieurs copies avaient été vendues en prévision de l’événement, mais l’interdiction de se rassembler ne permettait pas aux lecteurs de les récupérer. Guillaume Morrissette a donc décidé d’aller les livrer.

Puis, il a décidé de pousser l’idée encore plus loin alors qu’il organisait une première tournée au début décembre. Accompagné de l’auteur Éric Quesnel, ils ont fait 48 arrêts dans 29 villes du Québec sur une durée de 3 jours. À cette occasion, 550 livres avaient trouvé preneurs. «C’était une minitournée. On n’a pas fait beaucoup de villes à comparer à ce qu’on fait là!», sourit l’auteur.

Ce succès lui a donné envie de refaire le coup toujours en compagnie d’Éric Quesnel, mais également de l’auteur Yvan Godbout. Ainsi, à compter du 21 mai, le trio visitera 43 villes en 7 jours ce qui représente une petite balade de 4150 km à travers la province. Une remorque les accompagnera remplie des quelque 2000 livres qu’ils iront distribuer selon un horaire planifié au quart de tour. Ils se s’arrêteront dans plusieurs lieux de rencontres où tout se fera à l’extérieur.

Il faut préciser d’emblée que Guillaume Morrissette et ses acolytes font les choses dans les règles de l’art, ils rencontrent les gens dans des lieux publics, ont reçu l’aval de la Sûreté du Québec et s’assurent de respecter les règles de la Santé publique. La remise des livres se fait en minimisant les contacts et tous les exemplaires sont vendus et dédicacés à l’avance, ce qui évite la manipulation. Toutes ces précautions sont plus que nécessaires, mais ne minent pas pour autant les interactions avec le public.

Ainsi, la tournée s’amorce devant sa demeure de Trois-Rivières et se rendra jusqu’à Val-d’Or, Sept-Îles en passant par Saint-Georges-de-Beauce.

Depuis que l’idée a pris forme, l’initiative a fait boule de neige. Plusieurs auteurs se joindront au trio quand celui-ci se présentera dans le lieu de rencontre situé dans leur ville. Le plus connu étant sans aucun doute Patrick Sénécal, qui se pointera à la rencontre de Montréal le 23 mai, mais en tout ce sont plus d’une vingtaine d’auteurs qui se grefferont aux rencontres au fil de l’itinéraire.

Évidemment, il n’est pas possible de participer à cet événement au pied levé. Tout étant préparé d’avance et contrôlé pour respecter les consignes sanitaires, tous les livres sont déjà réservés.

À ceux qui auraient des regrets, ce ne sera pas la dernière tournée annonce Guillaume Morrissette. Il en planifie même une plus grosse! «Éric [Quesnel] et moi allons aller en Europe pour faire une tournée similaire à celle-là, en Belgique et en France!», confie celui qui indique qu’il est trop tôt pour dévoiler le nom de l’auteur européen qui se joindra à eux à cette occasion. «Ce sont des projets uniques!»

«Si tu regardes au total, j’ai eu une année très plaisante à rencontrer le monde alors que la plupart de mes compatriotes écrivains n’ont pas eu la même chance», raconte celui qui avoue avoir créé sa chance. «J’en ai travaillé un coup!», conclut-il.

Avec Kim Alarie – Le Nouvelliste