Posts Tagged ‘Guy Milex Mbondzi’

Congo-diaspora: Hommage de Guy Milex MBONZI ​à Marc MAPINGOU

mai 17, 2020

 

En Afrique, la mort d’un grand homme a toujours été considérée comme une perte aussi lourde et retentissante que la chute d’un baobab. Oui, le Congo a perdu un baobab en la personne de Marc Mapingou. Que peut-on dire à son sujet ?

Marc Mapingou était un homme d’une générosité remarquable. C’était un homme toujours disponible, toujours ouvert, malgré ses occupations et son riche carnet d’adresses. Parrain politique des uns, encadreurs des autres, guide éclairé, excellent conseillé, Marc Mapingou était d’une éloquence digne d’un sage, digne d’un technicien. Pas étonnant qu’il ait côtoyé les plus grands et qu’il ait été, à l’époque, directeur de compagne de l’ancien président congolais Pascal Lissouba.

Comme il est presque inutile de le rappeler, c’est à lui (et bien d’autres personnes) que Lissouba devait, dans une large mesure, sa victoire. Le réseautage de Marc Mapingou, ses relations à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, avait constitué un atout non négligeable dans la formation de sa carrure d’homme politique.

Mais cet homme qui savait se faire respecter et aimer – qui était une sorte de machine d’amour – avait également su gagner la confiance des Grands de ce monde dont feu Omar Bongo Ondimba.

Sur la place de Paris, Marc Mapingou était la référence et reste un modèle pour ceux qui désirent arpenter les sentiers politiques et de la communication. Et c’est précisément sur cette place que l’on s’est connu et qu’on s’est rapidement familiarisé. Marc Mapingou m’invitait très souvent à diner et discuter. Bref, nos rencontres avaient toujours été chaleureuses. Mais comme dit le proverbe, « les bonnes choses ne durent jamais. » On s’est vu pour la dernière fois, lors d’un « Vendredi du Congo », organisé par Kutana, à la gare du Nord. Marc Mapingou s’était adressé à moi en ces termes : « Mon cadet, avant que tu ne rentres à Brazzaville, on doit se voir à tout prix ; il faut qu’on parle. »

Malheureusement, je n’avais pas respecté la consigne. J’étais rentré sans même le rencontrer, ce qui est fort regrettable. D’autant plus regrettable que cela me renvoie directement à une scène vécue il y a 26 ans avec ma défunte mère. Pour la petite histoire, pendant qu’elle était agonisante, ma mère m’avait demandé de rester un moment auprès d’elle à l’hôpital parce qu’elle avait des choses à me dire. Mais ne pouvant supporter de la voir souffrir, j’avais prétexté avoir des devoirs scolaires à faire à la maison pour m’éclipser, sans savoir que c’était la dernière fois que je la voyais en vie. Convaincu qu’on se reverra, j’avais donc manqué de prendre ses derniers conseils, comme ça a été le cas avec le doyen Marc Mapingou.

La sagesse millénaire nous enseigne que chaque forme de vie est une pensée de Dieu revêtue de chair ou de matière. Étant donné que Dieu est éternel ainsi que ses pensées, la mort n’est qu’une illusion, car il n’y a de mort pour aucune de ses créatures. Perçu sous cet angle, j’estime personnellement que Marc Mapingou ne peut donc pas être mort et c’est bien et trop cruel de le considérer ainsi. Marc a juste changé d’octave, il est simplement passé d’un niveau de vie à un autre, d’un monde à un autre. Dans son corps physique, il a vécu, grandi et exécuté la tâche ou la mission qui lui avait été assignée. Puis, il a quitté son enveloppe corporelle pour changer de sphère d’existence. C’est cela mon intime conviction.

Je pense également qu’au lieu de l’aider, nos pleurs, notre chagrin, nos disputes et nos divisions l’attristent. Les sages s’accordent à dire que le pardon mutuel, l’amour, l’harmonie et l’unité des siens réchauffent le cœur du trépassé. Ainsi, seuls le manque de discernement et l’égoïsme poussent les Hommes à rappeler ici-bas, les âmes des personnes décédées.

L’homme nous a quittés, mais son image, son charisme, ses précieux conseils et son sourire demeureront gravés dans nos cœurs.
Merci doyen, pour ces instants inoubliables passés avec toi. Le mot d’ordre pour nous demeure « A l’attaque ».

Guy Milex M’BONDZI

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews

Congo-Diaspora: Coup de gueule de Guy-Milex Mbondzi

février 17, 2018

 

Le journaliste Guy Milex MBONDZI répond à ses détracteurs qui font circuler des fausses informations sur sa personne.

« Moi, je suis un homme courageux à la poigne de fer dans un gant de velours, qui ne se cache pas lorsque je prends des positions. S’il y a donc des gens qui ont des comptes à me régler qu’ils viennent me trouver en personne.

Point n’est besoin d’écrire ou de faire circuler, à travers les réseaux sociaux et whatsapp, des balivernes à mon sujet. Ne connaissez-vous pas là où vit Sassou ?

Pourquoi n’allez-vous pas le renverser, vous qui êtes si engagés ?

Nombreux parmi vous ne veulent plus rentrer au pays parce que justement vous avez peur. Mais au fait, vous avez peur de quoi ou de qui ?

Sachez qu’avec ces comportements irresponsables, vous allez finir par décourager ceux-là mêmes qui pourraient jouer un rôle demain. »

 

Photo de BrazzaNews.
Guy Milex MBONDZI
Avec Brazzanews.fr

Urgent/Congo: Persécution des journalistes

janvier 11, 2017

La liberté de presse et d’expression, au Congo, se réduit, peu à peu, au silence des menottes de la persécution et des arrestations intempestives.

Ce matin le journaliste Gys Fortuné Dombé Mbemba a été arrêté à l’aéroport de Maya-Maya à Brazzaville. Mr Fortuné Mbemba est le patron du journal Talassa. Il est actuellement à la DGST. Le Procureur de la République Oko Ngakala a lancé une interpellation de police judiciaire, le concernant pour des faits stipulés dans le communiqué ci-contre:

Photo de BrazzaNews.Photo de BrazzaNews.

Gys Fortuné Mbemba

Un autre journaliste aussi, directeur du journal La Trompette, Guy Milex Mbondzi, en danger de mort à Brazzaville, serait en fuite à la suite du saccage de son domicile à Mpissa.

Des policiers, armés jusqu’aux dents, ont fait irruption au domicile du directeur de publication de l’hebdomadaire La Trompette. Tout a été réduit en miettes dans son domicile sis au quartier Mpissa (Sud de Brazzaville)

Selon des informations, circulant dans les officines du pouvoir de Brazzaville, que Guy Milex MBONZI est dans le viseur des services depuis la publication dans Paris Match, de son article sur la crise politique post électorale au Congo. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est sa publication sur son compte Facebook sur l’arrestation de André Okombi Salissa, notamment la phrase : << Okombi est entrain de subir un interrogatoire musclé à la dgst… >>

Photo de BrazzaNews.

Guy Milex MBonzi

 

Reporters Sans Frontières ainsi que les organismes des Droits de l’Homme doivent monter aux créneaux pour voler au secours de ces violations des droits fondamentaux, – les plus élémentaires de l’humanité que vivent les journalistes au Congo.

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo-Brazzaville : Le journaliste Guy Milex Mbondzi en danger de mort

juillet 19, 2015
Guy Milex Mbondzi

Guy Milex Mbondzi

Guy Milex Mbondzi, directeur de publication de La Voix du Peuple, a été recherché hier 18 juillet par deux camions de police à son domicile de Mpissa, Brazzaville. Cette hargne des élements de Jean-François Ndenguet serait liée à ses récentes publications dans son journal, La Voix du Peuple, par ailleurs suspendue par le conseil supérieur de la liberté de communication .

Le concerné était opportunément hors de son domicile et a ainsi pu éviter une arrestation arbitraire. Une convocation à se rendre à la sureté d’état Lundi 20 juillet a été laissé à son domicile. La convocation porte sur une affaire de « moeurs » : Comment justifier le déploiement de près de 100 policiers pour une affaire de moeurs ? Que vient donc faire la sureté d’Etat dans une affaire de moeurs ?

Sachant la réputation de brutalité et d’exaction de la sureté d’Etat du Congo Brazzaville, nous craignons pour la vie de Guy Milex Mbondzi. Nous appelons à son exfiltration rapide du Congo. convocation

Par congo-liberty.com