Posts Tagged ‘Hamed Bakayoko’

Côte d’Ivoire: Transfert de la dépouille mortelle du Premier ministre Hamed Bakayoko à Séguéla

mars 19, 2021

Avec RTI Officielle

Disparition : le Congo salue la mémoire d’Hamed Bakayoko

mars 18, 2021

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, s’est entretenu le 16 mars avec la délégation congolaise conduite par le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Emile Ouosso, porteur d’un message du président Denis Sassou N’Guesso.

Photo de famille

La délégation a exprimé la compassion et le soutien du peuple congolais au chef de l’Etat de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et à la nation ivoirienne, suite au décès du Premier ministre survenu le 10 mars à Berlin, en Allemagne.

En compagnie de Jean Dominique Okemba, conseiller spécial du président de la République, Paul Obambi, président de la chambre de commerce de Brazzaville et de Me Vincent Gomez, Emile Ouosso a salué la mémoire du Premier ministre, Hamed Bakayoko, « Un grand serviteur de l’Etat et une personnalité, qui a servi son pays avec dévouement ».

Au cours de cet entretien, on note la présence des ministres ivoiriens des Affaires étrangères, Ally Coulibaly, des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi, et le directeur de cabinet du président de la République, Fidèle Sarassoro.

Décédé à l’âge de 56 ans, Hamed Bakayoko a connu une ascension balzacienne. Il a été leader étudiant, journaliste, patron de radio, député maire d’Abobo, ministre de l’Intérieur, ministre de la Défense, puis Premier ministre, après la mort brutale de son prédécesseur Amadou Gon Coulibaly en juillet dernier. Hamed Bakayoko venait d’être élu député de Séguéla, malgré son absence pour les raisons de santé.

Avec Adiac-Congo par Guillaume Ondze

Hamed Bakayoko « à jamais dans nos cœurs » : l’hommage de la Côte d’Ivoire à son Premier ministre

mars 18, 2021
Un portrait d’Hamed Bakayoko, au grand stade d’Abidjan, mercredi 17 mars.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, mercredi 17 mars, au stade Ebimpé, à Abidjan, pour saluer la mémoire du Premier ministre ivoirien, décédé le 10 mars.

Ismaël Isaac pénètre sur la piste du stade Alassane Ouattara d’Ebimpé, à Anayama, une commune d’Abidjan, à bord d’un 4×4 Toyota FJ Cruiser orange. Au même moment, dans sa salopette en cuir noir, le chanteur Obam’s fait le show sur la pelouse, accompagné par Emmanuel Adebayor. « Les Chinois [nom donné aux fans de DJ Arafat, décédé le 12 août 2019] sont là ! La jeunesse, je suis avec vous », lance l’ancien footballeur togolais, qui entame un petit tour d’honneur, levant un poster d’Hamed Bakayoko.

Au tour d’Ismaël Isaac de monter sur scène. « Depuis le décès d’Hambak, je pleure. Vous savez, il était gentil », déclare la star du reggae ivoirien, originaire de Treichville, avant d’entonner son titre mythique Magno Mako devant une foule en liesse. Il est 22 heures. La famille d’Hamed Bakayoko s’est déjà retirée, mais l’hommage au Premier ministre ivoirien, décédé le 10 mars en Allemagne d’un cancer, ne fait que commencer. En tout, une cinquante d’artistes se succéderont, de Fally Ipupa à Koffi Olimidé, en passant par Sidiki Diabaté, Alpha Blondy, Yode et Siro, Les Garagistes, Didier Bilé ou encore Bawa Traoré.

« Hambak vivra ! »

Lors de l’hommage national à Hamed Bakayoko, au grand stade d’Abidjan, le 17 mars 2021.

Avant cela, plusieurs personnalités politiques avaient pris la parole pour évoquer la mémoire du défunt, soutien indéfectible des artistes africains. Le directeur exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Adama Bictogo, avait pris soin de chauffer les milliers de personnes venues assister à l’événement. « Pendant ces trente années de politique, on retiendra d’Hamed qu’il a été un trait d’union entre les chapelles politiques, entre les chapelles religieuses, a-t-il insisté. Je voudrais lui exprimer toute notre reconnaissance et lui dire que sa mémoire vivra. Hambak vivra ! »

Présent ce mercredi, tout comme l’ancien ministre devenu opposant Marcel Amon Tanoh, le chef du Front populaire ivoirien (FPI) légalement reconnu, Pascal Affi N’Guessan, s’est également exprimé. « Hamed Bakayoko transcendait les divergences politiques. Il a été pour beaucoup dans le rapprochement entre le pouvoir et l’opposition. Il faut saluer son esprit d’ouverture car, en politique, on a des divergences mais la fraternité doit perdurer », a de son côté déclaré le révérend Joseph Kojo, représentant de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS, proche de Laurent Gbagbo).

Si le stade olympique n’affichait pas complet, le public, très jeune, semblait acquis à la cause du « golden boy ». Soutien d’Alassane Ouattara, Lamine estime que le Premier ministre représentait ce que l’on attendait des hommes politiques. « Il pouvait nous réunir, faire la vraie réconciliation », dit-il, une casquette vissée sur la tête. « Hambak, à jamais dans nos cœurs », lit-on sur son t-shirt.

Si Bio Gérard se décrit, lui, comme un militant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), il a tenu à venir car « Hamed était un homme qui aidait beaucoup la jeunesse ». « Sa mort m’a découragé, confie-t-il. Qui va nous aider maintenant ? » Mohammed, 20 ans, termine d’engloutir le sandwich distribué gratuitement à l’entrée. S’il est d’abord venu pour les artistes, il se dit « touché » par la mort d’Hamed.

Chefs d’États et honneurs militaires

La journée d’hommages au désormais ex-chef du gouvernement avait commencé dans la matinée au palais présidentiel, dans le quartier du Plateau, par une cérémonie sobre et solennelle. Les chefs d’État Nana Akufo-Addo (Ghana), Roch Christian Marc Kaboré (Burkina Faso), Alpha Condé (Guinée) et Umaro Sissoco Embalo (Guinée-Bissau), ainsi que le vice-président de la Guinée équatoriale, étaient présents. Samuel Eto’o, Alpha Blondy, Asalfo et Fally Ipupa également. Quant à l’ancien président Henri Konan Bédié, il s’est fait représenter par son bras droit, Maurice Kacou Guikahué.

TRÈS ÉMU, ALASSANE OUATTARA A DÉCORÉ « SON FILS », L’ÉLEVANT À LA DIGNITÉ DE GRAND-CROIX DE L’ORDRE NATIONAL

Visiblement très ému aux côté de son épouse, Dominique Ouattara, Alassane Ouattara a décoré « son fils », l’élevant à la dignité de Grand-Croix de l’ordre national, la plus haute distinction honorifique en Côte d’Ivoire. Hamed Bakayoko a aussi eu droit à une ultime revue des troupes et aux honneurs militaires en tant qu’ancien ministre de la Défense.

Le ministre de la Jeunesse, Mamadou Touré, et la ministre de la Culture, Raymonde Goudou Coffie, ont pris la parole pour saluer sa mémoire. Et c’est au médiateur de la République, Adama Toungara, qu’est revenue la tâche de lire l’oraison funèbre d’Hamed Bakayoko, qui sera enterré ce jeudi dans son fief de Séguéla, où il venait tout juste d’être réélu député.

Avec Jeune Afrique par Vincent Duhem

Côte d’Ivoire : la dépouille d’Hamed Bakayoko rapatriée à Abidjan

mars 14, 2021
La dépouille du Premier ministre de Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, décédé mercredi, est arrivée samedi à Abidjan.

La dépouille du Premier ministre de Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, décédé mercredi à l’âge de 56 ans dans un hôpital en Allemagne des suites d’un cancer, est arrivée samedi à Abidjan.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, sanglé dans un ensemble costume sombre, coiffé d’un chapeau noir, a accueilli en milieu d’après-midi à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, le cercueil recouvert du drapeau national orange-blanc-vert. Alassane Ouattara, quelques instants après, entouré de son épouse Dominique, de la veuve du défunt Yolande Bakayoko et de ses enfants, s’est incliné sur le cercueil en y posant ses mains pendant un long moment.

Après les prières musulmanes, le cortège funéraire s’est dirigé en direction de Ivosep (pompes funèbres de la Côte d’Ivoire) sous les regards tristes de plusieurs centaines de jeunes regroupés par endroits, arborant des tee-shirts blancs à l’effigie du défunt, sur lesquels, on pouvait lire: « Adieu HamBak, notre inspirateur ! » ou « HamBak à jamais dans nos cœurs ».

Deuil national de huit jours

Jeudi, le gouvernement avait décrété un deuil national de huit jours, du 12 au 19 mars. Le programme officiel prévoit des hommages de la nation mercredi, suivis du transfert du corps le lendemain à Séguéla (Nord) où il sera inhumé vendredi « dans la stricte intimité familiale ».

Hamed Bakayoko, qui était également ministre de la Défense, avait été évacué en France le 18 février par avion spécial pour « raisons de santé », avant d’être transféré dans un hôpital en Allemagne le week-end dernier, au moment où se tenaient les élections législatives. Malgré son absence, il a été très largement réélu député dans son fief de Séguéla.

Hommages

Hamed Bakayoko avait succédé en juillet 2020 au poste de Premier ministre à Amadou Gon Coulibaly, décédé quelques jours après son retour d’une hospitalisation et d’une convalescence de deux mois en France pour des problèmes cardiaques. Apprécié dans tous les camps d’un pays marqué par de fortes tensions politiques, les opposants ont tenu à saluer sa mémoire.

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle à Bruxelles après son acquittement en première instance par la Cour pénale internationale (CPI), a « différé » son retour au pays prévu à la mi-mars pour « s’associer pleinement, dans la pure tradition africaine, au deuil qui frappe la Côte d’Ivoire, avec la brutale disparition » d’Hamed Bakayoko, souligne un communiqué du secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), Adou

Par Jeune Afrique avec AFP

Côte d’Ivoire: Réactions d’un ivoirien contre les mauvaises langues sur la mort de Hamed Bakayoko

mars 12, 2021

Avec Johnny Pacheko

Décès d’Hamed Bakayoko : Ouattara, Kaboré, Tshisekedi… Les hommages se multiplient

mars 11, 2021
Le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko (ici le 22 mars 2015 à Abdijan), est décédé le 10 mars 2021.

Les réactions se succèdent depuis l’annonce de la mort du Premier ministre ivoirien, ce mercredi 10 mars. Les chefs d’État du continent saluent un « grand homme d’État » dont la disparition constitue « une grande perte pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique ».

La plupart le savaient condamné, mais le décès d’Hamed Bakayoko, le 10 mars en Allemagne, a provoqué une onde de choc parmi les dirigeants ivoiriens et africains. Dans les heures qui ont suivi l’annonce de sa disparition, beaucoup ont réagi à la disparition du Premier ministre, fauché à 56 ans par un cancer fulgurant.

Dans un communiqué publié mercredi soir, Alassane Ouattara, le chef de l’État ivoirien, a rendu hommage à « (son) fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection ». « Le Premier ministre Hamed Bakayoko a servi la Côte d’Ivoire avec dévouement et abnégation. C’était un grand homme d’État, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d’une grande générosité et d’une loyauté exemplaire », poursuit le président.

De nombreux ministres ont rapidement rendu hommage à leur ex-chef de gouvernement sur les réseaux sociaux. Patrick Achi, ministre d’État, nommé le 8 mars pour assurer l’intérim d’Hamed Bakayoko à la primature, évoque ainsi un « grand serviteur de la Côte d’Ivoire ».

Mamadou Touré, porte-parole adjoint du gouvernement et du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le décrit comme un « modèle pour la jeunesse ».

Opposants à l’unisson

Les opposants ivoiriens aussi saluent la mémoire de leur ancien adversaire. Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI) légalement reconnu, mentionne ainsi le souvenir « d’un homme de convictions, généreux et combatif ». Albert Mabri Toikeusse, ancien ministre d’Alassane Ouattara, qui a longtemps été aux côtés de Bakayoko au sein du gouvernement, souligne lui « un grand homme qui a servi (son pays) avec abnégation ».

Depuis son exil européen, Guillaume Soro, avec lequel Hamed Bakayoko entretenait des relations tendues ces dernières années, rend également hommage au défunt. « Je m’incline devant la douleur du Worodougou qui, avec cette disparition, perd l’un de ses cadres les plus éminents », écrit Soro.

Hommages de chefs d’État

De nombreux chefs d’État, ministres et responsables politiques du continent ont aussi réagi à la disparition du natif d’Adjamé. Roch Marc Christian Kaboré, le président burkinabè, qui était proche de Bakayoko, déplore la perte d’un « frère attaché à la vitalité des relations historiques » entre leurs deux pays. Autre voisin : Bah N’Daw, le président de la transition malienne, qui décrit « une grande perte pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique ». Félix Tshisekedi, le président de la RDC, a pour sa part rendu hommage « à ce digne fils du continent africain reconnu pour son implication dans la valorisation des cultures africaines »

Macky Sall, Mahamadou Issoufou, Idriss Déby Itno… Plusieurs autres présidents africains ont aussi publiquement adressé leurs condoléances après la disparition brutale d’Hamed Bakayoko.

« Un baobab est tombé ce soir »

Nombreuses ont aussi été les réactions dans le monde de la culture. « L’icône d’une génération s’est couchée à jamais. Un baobab est tombé ce soir. La Côte d’Ivoire perd un digne fils », a ainsi réagit A’Salfo, le chanteur de Magic System. « Toi, on te connaissait et tu nous connaissais », écrit pour sa part l’écrivain ivoirien Gauz sur Twitter, avant de conclure : « Fairywell golden boy, fairywell HamBack. »

Avec Jeune Afrique par Benjamin Roger

Décès d’Hamed Bakayoko, le Premier ministre ivoirien

mars 10, 2021
L’ancien Premier ministre Hamed Bakayoko.

Hospitalisé depuis le début du mois de mars à l’Hôpital américain de Paris et transféré en urgence en Allemagne dans la matinée du 6, le Premier ministre ivoirien a succombé à un cancer fulgurant, ce mercredi 10 mars.

Son état de santé s’était brusquement dégradé ces derniers jours. Souffrant d’un cancer en phase terminale et hospitalisé depuis le début du mois de mars à l’Hôpital américain de Paris, Hamed Bakayoko avait été transféré dans un état grave dans un établissement de Fribourg, en Allemagne, dans la matinée du 6 mars, pour y suivre un traitement expérimental. Il a finalement succombé, ce 10 mars, à l’âge de 56 ans.

« J’ai l’immense douleur de vous annoncer la mort du Premier ministre, Hamed Bakayoko, ce mercredi en Allemagne des suites d’un cancer », a annoncé Fidel Sarassoro, directeur de cabinet du président ivoirien, dans un communiqué lu sur la RTI, la chaîne de télévision nationale, ce mercredi soir.

« Notre pays est en deuil », a déclaré Alassane Ouattara, dans un message publié sur les réseaux sociaux. « Je rends hommage au Premier ministre, Hamed Bakayoko, mon fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection », continue le chef de l’État, saluant « un grand homme d’État, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d’une grande générosité et d’une loyauté exemplaire. »

Un transfert en Turquie, où il était question que le Premier ministre ivoirien subisse une greffe en urgence, avait un temps été envisagé dans la journée du 4 mars, avant d’être finalement abandonné, les médecins ayant estimé qu’Hamed Bakayoko n’était plus opérable.

Batterie de tests médicaux

Il avait été évacué en France le 18 février. Ces derniers mois, il avait contracté le Covid-19 et souffert d’une grosse crise de paludisme, mais il se disait surtout très fatigué. Lors d’un premier séjour à Paris, fin janvier, il avait effectué une batterie de tests médicaux à l’Hôpital américain sans qu’aucun diagnostic précis ne soit communiqué.

De passage à Paris début mars, Alassane Ouattara s’était rendu à son chevet. Le 3 mars, lors d’un dîner avec son homologue Emmanuel Macron à l’Élysée, le président ivoirien s’était montré préoccupé par la santé de son Premier ministre.

Prenant acte de la gravité de la situation, le chef de l’État venait de signer ce lundi deux décrets « portant intérim » d’Hamed Bakayoko, nommant Patrick Achi, secrétaire général de la présidence, à la primature et Tené Birahima Ouattara, son frère cadet par ailleurs chargé des Affaires présidentielles, à la Défense.

Pour Ouattara, l’Histoire se répète. Le 8 juillet dernier, Amadou Gon Coulibaly, son Premier ministre et dauphin désigné, mourrait brutalement à Abidjan après avoir été victime d’un malaise en plein conseil des ministres. Une semaine plus tôt, il était rentré d’un séjour médical de trois mois à Paris pour y soigner ses problèmes cardiaques.

Fidèle lieutenant

Hamed Bakayoko avait alors été choisi pour lui succéder à la Primature, mais pas pour endosser le costume d’héritier, le président sortant préférant finalement briguer un troisième mandat malgré les critiques. Fidèle lieutenant du chef de l’État depuis plus de vingt ans, Hamed Bakayoko était devenu un membre incontournable de l’entourage d’Alassane Ouattara.

Ministre de la Défense et maire de la commune d’Abobo, il venait d’être réélu député dans sa circonscription de Séguéla sous la bannière du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Dans le camp présidentiel, il apparaissait comme l’un des plus sérieux candidats à la succession de Ouattara.

Avec Jeune Afrique par Baudelaire Mieu et Benjamin Roger

Côte d’Ivoire : le gouvernement de Hamed Bakayoko légèrement « réajusté »

août 3, 2020

  Alassane Ouattara et Hamed Bakayoko, le 31 juillet 2020 à la présidence ivoirienne.

Alassane Ouattara et Hamed Bakayoko, le 31 juillet 2020 à la présidence ivoirienne. © DR / Présidence ivoirienne.

 

Le gouvernement ivoirien a été légèrement remanié, ce lundi, trois jours après la nomination d’Hamed Bakayoko comme Premier ministre.

Alassane Ouattara a procédé le 3 août à un léger réajustement ministériel, première conséquence de la nomination, le 30 juillet, de son fidèle compagnon Hamed Bakayoko au poste de Premier ministre, qui a succédé à Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet dernier.

Sans surprise, le président n’a opéré aucun changement majeur dans l’équipe gouvernementale, excepté la promotion de certains membres de son cabinet et de plusieurs ministres.

Jeu de chaises musicales

Patrick Achi, jusque-là secrétaire général de la présidence, a été promu ministre d’État – comme le révélait Jeune Afrique le 17 juillet dernier – , le plaçant ainsi dans la position de numéro trois du pouvoir. Un poste hautement stratégique, qui permettra à Patrick Achi de travailler en relation étroite avec Hamed Bakayoko sur l’ensemble des dossiers avant qu’ils ne soient présentés en conseil des ministres.

Fidèle Sarassoro, le directeur de cabinet de la présidence, acquiert également le rang de ministre, mais restera au palais.

Au niveau des ministres, c’est le retour à la case départ pour Claude Isaac Dé. Alors qu’il était ministre auprès du Premier ministre chargé de la coordination des grands projets, il est nommé secrétaire général adjoint de la présidence. Un poste où il aura cependant en charge le même département. Pendant le premier quinquennat d’Alassane Ouattara, Claude Isaac Dé était conseiller spécial à la présidence chargé des infrastructures économiques. Il était entré au gouvernement en 2016.

Par ailleurs, les ministres qui étaient jusque-là nommés auprès du Premier Ministre – Moussa Sanogo, ministre du Budget et portefeuille de l’Etat, et Emmanuel Essis, ministre de la Promotion de l’investissement privé – , deviennent ministres de plein exercice.

Avec Jeune Afrique par Baudelaire Mieu

Côte d’Ivoire: Hamed Bakayoko nommé Premier ministre

juillet 30, 2020

Hamed Bakayoko, le 9 mai 2014.

Hamed Bakayoko

 

Le ministre de la Défense de Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, a été nommé jeudi Premier ministre, en remplacement d’Amadou Gon Coulibaly, dont il assurait l’intérim depuis le décès le 8 juillet, a annoncé la présidence.

«Le président de la République a procédé à la signature d’un décret portant nomination de M. Hamed Bakayoko en qualité de Premier ministre», tout en conservant le portefeuille de la Défense, selon le communiqué de la présidence

Par Le Figaro avec AFP

Côte d’Ivoire/mutineries : l’influent Hamed Bakayoko nommé ministre de la Défense

juillet 19, 2017

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara (droite) et Hamed Bakayoko, à Abidjan, le 9 mai 2014. © Bruno Lévy / JA

Abidjan – Hamed Bakayoko, un proche influent du président ivoirien Alassane Ouattara, a été nommé mercredi ministre de la Défense, dans le cadre d’un remaniement surprise du gouvernement, après de nouveaux troubles dans l’armée qui ont fait trois morts.

L’annonce a été faite mercredi par le secrétaire général du gouvernement, Patrick Achi.

Perçu comme un possible dauphin du président Ouattara, Hamed Bakayoko, qui a su se montrer meneur d’hommes à l’Intérieur, quitte son poste pour la Défense, avec rang de ministre d’Etat.

Dans sa première déclaration publique mercredi, M. Bakayoko a promis de s' »engager avec détermination et fermeté » à « la reconstruction de l’armée », secouée par des mutineries depuis le début de l’année.

« C’est un défi majeur et une attente des Ivoiriens ». « J’ai confiance que nous serons capables d’avoir des résultats » pour que « l’armée se réconcilie avec les populations et qu’elle se réconcilie avec elle-même », a déclaré M. Bakayoko à la sortie du premier conseil du nouveau gouvernement. « Ma priorité sera d’être au contact des troupes pour apporter des réponses aux demandes d’amélioration des conditions de vie et de travail », mais aussi pour « exiger de la discipline ».

Les derniers incidents dans l’armée remontent au week-end dernier. Trois soldats avaient été tués dans la nuit de vendredi à samedi dans des tirs dans un camp militaire de Korhogo, grande ville du Nord.

Selon une source proche de l’armée, il s’agit d’une réplique des mutineries de janvier et mai qui ont ébranlé le pays. « Ce sont des caporaux de l’armée qui sont à la base de mouvements mais jusque-là on ne connaît pas leurs motivations ».

En janvier puis en mai, d’anciens rebelles intégrés dans l’armée se sont révoltés et ont fini par obtenir de l’Etat 12 millions de francs CFA (18.000 euros) pour chacun des 8.400 d’entre eux. Cette crise a considérablement fragilisé l’équipe gouvernementale mais aussi et surtout le président Ouattara.

Hamed Bakayoko remplace Alain-Richard Donwahi, qui n’était que ministre délégué chargé de la Défense, le portefeuille étant alors géré par la présidence. M. Donwahi devient, lui, ministre des Eaux et Forêts.

Par ailleurs, le préfet d’Abidjan, Sidiki Diakité, remplace M. Bakayoko comme ministre de l’Intérieur. Issa Coulibaly passe des Eaux et Forêts à la Fonction publique, un poste stratégique alors que le gouvernement négocie depuis des mois avec les fonctionnaires qui ont fait plusieurs grèves.

L’ancien ministre de la Fonction publique, Pascal Abinan Kouakou, poids lourd du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), principal allié politique du Rassemblement des Républicains (RDR), le parti du président Ouattara, est nommé ministre de la Modernisation de l’administration et de l’innovation du service public.

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, qui a conduit une tournée américano-européenne pour lever 1,5 milliard d’euros d’emprunt en juin, a repris la main sur le portefeuille du Budget, dans un contexte d’austérité après la chute des prix du cacao, une des principales ressources de l’économie.

Ce remaniement intervient alors qu’Abidjan accueille à partir de vendredi les 8e jeux de la Francophonie. Quelque 4.000 athlètes et artistes, ainsi que de nombreuses personnalités sont attendus pendant 10 jours.


La liste complète des nominations

(source : présidence de la République de Côte d’Ivoire)

⇒ Au titre du gouvernement :

• Monsieur Amadou Gon Coulibaly est nommé Premier Ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, chef du gouvernement.

• Ministre d’Etat, Ministre de la Défense : M. Hamed Bakayoko

• Ministre de l’Intérieur  et de la Sécurité: Préfet Hors Grade Sidiki Diakité

• Ministre des Eaux et Forêts : Alain Richard Donwahi

• Ministre de la Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public : M. Pascal Abinan Kouakou

• Ministre de la Fonction Publique : Issa Coulibaly

• Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat : Moussa Sanogo

⇒ Au titre de la présidence de la République :

• Monsieur Abdourahmane Cissé est nommé Conseiller spécial auprès du  président  de  la République.

Romandie. com et Jeuneafrique.com avec(©AFP / 19 juillet 2017 20h59)