Posts Tagged ‘Hannibal’

Algérie : que faire de la famille Kaddafi ?

avril 8, 2013
Aïcha Kaddafi avait du mal à tenir sa langue en Algérie Aïcha Kaddafi avait du mal à tenir sa langue en Algérie © Reuters

Trois membres éminents de la famille de l’ancien dictateur libyen sont toujours réfugiés en Algérie. Aïcha, sa fille, est exilée au sultanat d’Oman. À Alger comme à Mascate, on ne sait trop que faire de ces hôtes toujours encombrants.

Safia, la veuve de Mouammar Kaddafi, et Hannibal, son fils, n’ont toujours pas quitté l’Algérie, où ils ont été accueillis pour des « raisons humanitaires » après la chute du « Guide » libyen, en août 2011. Safia a émis le souhait de rentrer en Libye, où elle ne risque pas d’être inquiétée par la justice.

Privé de téléphone, d’ordinateur et de sorties, Hannibal est, lui, « comme un lion en cage », explique un diplomate. Alger a bien tenté de le transférer discrètement au Liban en compagnie de son épouse, l’ex-top modèle Aline Skaf Kaddafi, mais les autorités de ce pays s’y sont opposées, Hannibal étant réputé violent et incontrôlable.

Aïcha, sa soeur, a pour sa part obtenu, en octobre 2012, l’asile politique dans le sultanat d’Oman. Mascate lui a accordé l’asile, pour « des raisons humanitaires ». Cette mesure est assortie de l’interdiction de mener « toute activité politique ou médiatique ». Aïcha se taira-t-elle ? Le gouvernement algérien s’était montré extrêmement discret sur les lieux de résidence de la famille de l’ancien dictateur. Alger avait dû rappeler à l’ordre à deux reprises Aïcha Kaddafi, avocate de formation, qui s’était exprimée dans les médias syriens pro­gouvernementaux pour critiquer le nouveau pouvoir libyen et appeler les partisans du « Guide » à prendre les armes pour venger la mort de son père.

Deux anciens responsables de la Jamahiriya n’ont pas bénéficié des mêmes faveurs. Mohamed Ibrahim Kaddafi, ex-directeur du Fonds libyen du financement et de la production, et Mohamed Amine Maria, ex-ambassadeur en Égypte, ont été extradés du Caire vers la capitale libyenne pour y être jugés. Les deux hommes sont notamment accusés de corruption. En vertu d’un protocole d’entente signé entre l’Égypte et la Libye, cette dernière s’est engagée à donner toutes les garanties d’un procès public, juste et transparent aux deux prévenus, qui pourront choisir en toute liberté leurs avocats.

Jeuneafrique.com

Algérie : un poison nommé Aïcha Kaddafi

juin 7, 2012

Selon une source gouvernementale algérienne, Aïcha Kaddafi, la fille de l’ancien dictateur libyen, supporte de plus en plus difficilement ses conditions de détention en Algérie.

Depuis août 2011, Aïcha Kaddafi est en résidence surveillée dans un lieu tenu secret en compagnie de Safia, sa mère, et de deux de ses frères, Mohamed et Hannibal. Elle cherche un nouveau point de chute, ce qui tombe bien : les Algériens aimeraient bien s’en débarrasser. Dans un souci d’apaisement avec les nouvelles autorités libyennes, mais aussi parce que l’illustre captive a déjà enfreint à deux reprises le devoir de réserve auquel elle était astreinte – elle a notamment appelé ses compatriotes à se soulever contre « les traîtres du CNT ». Parmi les destinations envisagées, la Jordanie, l’Irak, le Maroc et l’Afrique du Sud. Mais qui souhaite vraiment s’encombrer de l’incontrôlable Aïcha ?

Jeuneafrique.com

Les Kadhafi en Algérie: une décision « strictement humanitaire »

août 30, 2011

L’Algérie a autorisé l’entrée sur son territoire de trois enfants et de l’épouse du chef libyen en fuite Mouammar Kadhafi « pour des raisons strictement humanitaires », a déclaré mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Amar Belani.

« Ces personnes été admises en Algérie pour des raisons strictement humanitaires. Nous en avons informé le Secrétaire Général des Nations unies, le président du Conseil de sécurité et le président du Conseil exécutif du CNT », a indiqué M. Belani dans un courriel adressé à l’AFP.

Le porte-parole n’a pas précisé à l’AFP où se trouvaient les trois enfants entrés en Algérie, Aïcha, Mohamed et Hannibal, ainsi que Safia, la seconde épouse du dirigeant libyen, ni répondu directement sur la question de la demande formulée par le Conseil national de transition libyen (CNT) de leur retour en Libye.

Aïcha, enceinte, « était à terme et devait accoucher Incessamment », a déclaré mardi à l’AFP une source gouvernementale, confirmant des informations précédentes du quotidien Ennahar, et expliquant que, « sur le plan humanitaire il aurait été difficile de lui refuser l’entrée » en Algérie.

« Elle a en fait accouché à la frontière », a indiqué mardi à l’AFP le patron du quotidien Ennahar Anis Rahmani, citant des sources sûres et son état de santé est jugé « critique ». Il n’a pu obtenir de nouvelles sur le bébé.

A l’annonce par le ministère des Affaires étrangères algérien lundi de l’arrivé de la famille Kadhafi en Algérie, un membre de l’exécutif du CNT, Mohammed al-Allagy, avait déclaré à l’AFP: « Nous allons demander à l’Algérie de les ramener » en Libye.

Le porte-parole du gouvernement rebelle Mahmoud Chammam a déclaré lundi soir que le CNT avait été informé par Alger de leur arrivée.

« L’Algérie a dit qu’elle avait offert un passage (à la famille de Kadhafi) pour aller dans un pays tiers, nous ne pouvons confirmer, mais ils ont dit qu’ils les avaient accueillis pour raisons humanitaires », a-t-il déclaré.

« Nous demandons à tous les pays de comprendre que sauver la famille de Kadhafi n’est pas un acte que nous saluons, ni ne comprenons », a déclaré M. Chammam lors d’un point-presse.

« Nous voudrions que ces personnes reviennent », a-t-il réitéré. « Nous garantissons un procès juste, ils sont accusés d’avoir commis des crimes de différents types, nous leur donnerons le bénéfice du doute », a-t-il conclu.

Jeuneafrique.com avec AFP

La femme et trois enfants de Kadhafi sont en Algérie

août 29, 2011

ALGER (Reuters) – La femme de Mouammar Kadhafi, Safia, sa fille Aicha et ses fils Hannibal et Mohammed, se sont réfugiés en Algérie lundi matin, rapporte l’agence algérienne de presse APS.

Citant un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, l’APS précise que cette arrivée a été signalée aux Nations unies et aux autorités rebelles libyennes.

L’épouse de Mouammar Kadhafi, « Safia, sa fille Aicha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants sont entrés en Algérie à 08h45 par la frontière algéro-libyenne », indique l’agence de presse.

Cette information a été portée à la connaissance du secrétaire général des Nations unies, du président du Conseil de sécurité et de Mahmoud Djibril, président du Conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), ajoute-t-elle.

Le gouvernement mis en place par les insurgés libyens estime qu’Alger commettrait un acte d’agression en accordant l’asile aux membres de la famille de Kadhafi et va réclamer leur extradition.

« Nous nous sommes engagés à accorder un procès équitable à tous ces criminels, et nous considérons par conséquent qu’il s’agit d’un acte d’agression », a réagi Mahmoud Chamman, porte-parole du Conseil national de transition.

« Nous conseillons à tous de ne pas protéger Kadhafi et ses fils. Nous les traquerons où qu’ils se trouvent et les arrêterons », a-t-il ajouté.

Les rebelles libyens ont accusé par le passé l’Algérie de soutenir le colonel dans la guerre civile qui se déroule en Libye, une accusation démentie par les autorités algériennes.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a engagé des discussions avec un responsable des rebelles, a annoncé l’APS plus tôt dans la journée. Il s’agit du premier contact à haut niveau après des mois de relations tendues avec la nouvelle direction libyenne.

L’Algérie est le dernier pays d’Afrique du Nord à ne pas avoir reconnu le Conseil national de transition comme le nouveau gouvernement de fait de la Libye après la prise du QG de Mouammar Kadhafi à Tripoli.

Reuters