Posts Tagged ‘Harvey’

Harvey: les Dell donnent 18 millions de dollars et lancent un fonds

septembre 1, 2017

Michael Dell, fondateur de Dell Technologies, le 13 juillet 2017 à Sun Valley, Idaho / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Drew Angerer

Michael Dell, un Texan qui a fait fortune dans l’informatique, et son épouse Susan ont annoncé vendredi un don personnel immédiat de 18 millions de dollars pour lancer un Fonds de reconstruction du Texas, Etat ravagé par la tempête Harvey.

Le couple espère lever 100 millions de dollars par le biais de la fondation Susan et Michael Dell.

Pour inciter d’autres à suivre leur exemple, ils ont promis qu’en plus des 18 millions de dollars, ils donneraient un dollar supplémentaire pour chaque deux dollars récoltés pendant le long week-end de Labour day, qui marque la fin de l’été aux Etats-Unis.

Michael Dell, fondateur de l’entreprise Dell, est originaire de la ville de Houston. Son quartier de Meyerland a été submergé par les eaux, comme de nombreuses parties d’Houston.

C’est en voyant les images à la télévision de ces rues noyées « et d’une rue que je prenais tous les jours à vélo pour aller à l’école », qu’il a décidé de s’engager, a-t-il raconté à la chaîne de télévision américaine ABC vendredi matin.

Sa femme Susan a expliqué que petite, elle partait en vacances avec sa famille sur la côte texane, dans des villes qui ont été ravagées comme Corpus Christi et Rockport.

Selon le magazine Forbes, Michael Dell, est la 37e personne la plus riche du monde, avec une fortune de près de 23 milliards de dollars.

Au total, plus de 41 trillions de litres d’eau sont tombés sur le Texas depuis que Harvey a touché terre vendredi dernier.

Romandie.com avec(©AFP / 01 septembre 2017 17h51)                

États-Unis: après le Texas, Harvey menace de semer le chaos en Louisiane

août 30, 2017

Pluies sur New Orleans en Louisiane, le 29 août 2017 / © AFP / Shawn FINK

Après avoir plongé dans la désolation des régions entières du Texas, la tempête dévastatrice Harvey a commencé à frapper mercredi la Louisiane, où ses bourrasques de pluie menaçaient également de semer le chaos.

Sur des milliers de kilomètres de ces vastes étendues du Sud de l’Amérique, les secouristes restaient engagés dans une course contre la montre pour retrouver des rescapés.

Signe de la nervosité des autorités, la plus grande métropole texane au coeur de la catastrophe, Houston, a été soumise à un couvre-feu nocturne pour éviter les pillages dans les milliers d’habitations abandonnées dans l’urgence.

A Houston, « il est probable que les inondations catastrophiques vont se poursuivre pendant des jours après l’arrêt de la pluie », a averti la ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Elaine Duke.

En Louisiane, un Etat encore profondément meurtri par le passage de l’ouragan Katrina en 2005, des « pluies torrentielles » ont commencé à s’abattre dans le sud-ouest, a annoncé le Centre national des ouragans.

Harvey, un ouragan de catégorie 4 désormais classé tempête tropicale, a retouché terre vers 05H00 du matin à l’ouest de la ville de Cameron et devrait se rapprocher durant la journée de la Nouvelle-Orléans.

Pour l’instant seuls quelques décès directement liés au désastre ont pu être confirmés, mais les médias américains indiquaient que le bilan pourrait dépasser à 30 morts, tandis que des centaines d’autres personnes restaient injoignables.

Cinq jours après avoir commencé à frapper Houston, Harvey a transformé en lacs et rivières les rues de la quatrième métropole des Etats-Unis, comptant 2,3 millions d’habitants.

Selon les autorités, environ 30% du comté de Harris, qui inclut Houston, serait inondé. De 30.000 à 40.000 habitations seraient endommagées, selon un bilan provisoire.

– Couvre-feu –

« Nous avons plus de 230 refuges ouverts au Texas, hébergeant plus de 30.000 personnes », a détaillé mercredi Brock Long, directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA).

Durant la nuit les zones de Beaumont et de Port Arthur, à l’est de Houston, ont reçu 50 cm de précipitations, a-t-il poursuivi.

« Tandis que nous concentrons une bonne partie de nos efforts sur Houston, il faut bien comprendre qu’il y a de nombreux (autres) comtés touchés, plus de 50 », a-t-il insisté.

Des sauveteurs improvisés sont venus de tout le Texas et d’au-delà pour aider les habitants.

Sylvester Turner, le maire de Houston, dont l’agglomération compte plus de six millions d’âmes, y a décrété un couvre-feu de minuit (05H00 GMT mercredi) à 05H00 (10H00 GMT), pour éviter les pillages.

« Nous avons eu à faire à des voleurs armés qui faisaient le tour hier pour dévaliser notre communauté », a expliqué le chef de la police, Art Acevedo.

A la Nouvelle-Orléans, on se préparait à la pluie, dans une émotion palpable, en collectant de la nourriture pour les victimes plus à l’Ouest. « Cela me fend le coeur. On souffre pour tous ces gens », confiait à l’AFP Debra Werner, une serveuse de restaurant. La femme de 65 ans, qui a survécu à Katrina il y a 12 ans, est venue apporter des denrées alimentaires à des secouristes bénévoles.

– Risque d’incendie chimique –

Dans le comté d’Harris une évacuation a été ordonnée pour les personnes vivant dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d’une usine chimique du groupe français Arkema, une « mesure de précaution » en raison des produits chimiques sur le site.

De nombreuses industries pétrochimiques sont implantées dans cette partie du Texas, où les raffineries situées sur le passage d’Harvey étaient à l’arrêt. Selon une étude de la banque Barclays, 40% de la capacité de raffinage américaine était arrêtée ou sur le point de l’être, mardi.

Le Texas représente environ 9% du Produit intérieur brut américain, et la banque d’affaires Goldman Sachs a estimé lundi que Harvey pourrait ôter 0,2 point de pourcentage au taux de croissance de l’économie américaine au 3e trimestre.

Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre les 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey sur la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrées aux Etats-Unis.

– Trump en rassembleur –

Le président Donald Trump s’est rendu mardi dans les régions du Texas sinistrées où, drapeau de l’Etat en main, il s’est posé en rassembleur face à cette catastrophe d’une ampleur historique et mis en avant la coopération entre autorités fédérales et locales.

« Toutes mes pensées et bien davantage accompagnent les formidables habitants du Texas! », a encore tweeté mercredi M. Trump. Il doit y revenir samedi et pourrait également se rendre en Louisiane.

Donald Trump devrait alors rencontrer des personnes évacuées, ce qu’il n’a pas fait mardi.

A Winnie, au sud-ouest de Houston, Sheryl Kunai, une femme de 57 ans, se désespérait de ne pouvoir rentrer chez elle, coincée dans une chambre d’hôtel avec son fils et sa belle-fille. Après avoir subi le traumatisme d’être ballottée dans les inondations au volant de sa voiture.

« Ce que je redoute le plus est de rouler dans l’eau », assurait-elle. « Je préfère attendre encore un jour de plus que de tenter le diable ».

Romandie.com avec(©AFP / 30 août 2017 18h55)

États-Unis/Tempête Harvey: 12.000 soldats de la Garde nationale mobilisés au Texas

août 28, 2017

Houston (Etats-Unis) – Douze mille soldats de la Garde nationale du Texas ont été mis en alerte lundi par le gouverneur afin d’assurer la sécurité et d’aider les opérations de secours alors que le déluge de la tempête Harvey se poursuit.

La menace principale reste la montée des eaux. Houston, quatrième ville des États-Unis avec 2,3 millions d’habitants, est paralysée par les inondations, et le pic n’est pas attendu avant mercredi ou jeudi.

C’est de cette métropole que les images les plus spectaculaires venaient. Les habitants avaient reçu pour consignes de rester chez eux, le maire ayant voulu éviter un exode massif et potentiellement dangereux à l’approche de la tempête.

Robert Frazier, mécanicien de 54 ans, et son épouse Judy ont toutefois fui leur maison de La Porte, en bordure de la baie, laissant derrière eux un camping car, une Harley Davidson et une voiture. Lundi, impossible de revenir, l’autoroute étant coupée par les inondations, et le couple patientait à une heure à l’est de la ville, dans un motel.

« J’ai probablement tout perdu, tout est sans doute sous l’eau », se lamente l’homme.

Aux abords de Houston, un calme inhabituel emplissait les longues étendues, en l’absence de circulation automobile. De vastes terres étaient inondées, et dans les villes les magasins restaient fermés, les trottoirs déserts.

Il continuait de pleuvoir lundi, près de trois jours après que l’ouragan de catégorie 4 a touché terre depuis le golfe du Mexique. Rétrogradé en tempête tropicale, il est resté plus ou moins stationnaire et a gorgé d’eau le sud-est du Texas, faisant déborder les rivières et saturant les terres.

Plus de 2.000 personnes ont été secourues à ce jour par la police et les pompiers de Houston, des opérations souvent effectuées grâce à des barques ou des bateaux légers dans des rues devenues canaux, avec de l’eau montant jusqu’à la taille ou plus haut. Les autorités locales ont appelé les Texans à la solidarité, notamment ceux qui disposent d’embarcations.

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, deuxième plus grand Etat du pays, a mobilisé lundi la totalité des 12.000 soldats de la Garde nationale du Texas, après en avoir activé 3.000 dans un premier temps. Ce corps de réservistes, composés de civils participant à des entraînements réguliers dans l’armée, aura pour tâche principale la sécurité.

L’agence fédérale des situations d’urgence, Fema, se prépare à accueillir 30.000 personnes dans des centres d’accueil d’urgence dans la région. A Houston, 5.500 personnes étaient dans les centres lundi matin, et leur nombre devrait selon le maire augmenter de façon « exponentielle ».

– Coordination efficace –

A Washington, à la veille de son déplacement sur place mardi, Donald Trump s’est félicité de la coordination des secours entre autorités fédérales et locales.

« C’est un volume d’eau historique », a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche. « Il n’y a jamais rien eu de tel. Les gens gèrent ça incroyablement bien, les Texans ont vraiment persévéré ».

« Le gouvernement fédéral est prêt à soutenir cet effort. Mais pour le moment la chose la plus importante est d’assurer la sécurité de ceux qui sont encore menacés », a-t-il ajouté.

Les précipitations ont déjà dépassé largement les 50 centimètres depuis jeudi dans la région. Certains lieux en sont à plus de 70 centimètres. Et des zones pourraient encore recevoir 40 à 50 cm de précipitations cette semaine, selon le service météorologique national.

Le pic des inondations ne devrait donc être atteint que mercredi ou jeudi, a prévenu son directeur, Louis Uccellini, lors d’une conférence de presse à Washington.

Les prévisions sont incertaines, mais Harvey devrait se déplacer lentement vers l’est, en suivant la côte, dans les cinq prochains jours, en direction de la Louisiane, où le président Donald Trump a déclaré une situation d’urgence permettant aux autorités fédérales de coordonner les opérations.

Les autorités n’avaient de cesse de répéter que le pire restait à venir.

Il y a tellement d’eau que deux réservoirs menaçaient de déborder à Houston, avec une montée du niveau de 15 cm par heure. Le Corps d’ingénieurs de l’armée, qui en a la charge, a donc décidé de relâcher de l’eau dans une rivière afin de contrôler autant que possible la direction des inondations.

Les barrages des réservoirs avaient été conçus pour résister à des inondations n’arrivant qu’une fois par millénaire, a affirmé sur CNN Lars Zetterstrom, de l’US Army Corps of Engineers.

Les ingénieurs de Houston tentaient également de pomper l’eau ayant submergé une station d’épuration du nord-est de la ville, afin d’empêcher qu’elle ne soit mise hors service.

L’agence Fema a annoncé que 8.500 fonctionnaires fédéraux étaient sur le terrain en renfort des autorités locales, dont 1.100 impliqués dans des opérations de sauvetage.

Fema fournit des moyens techniques et humanitaires, allant de groupes électrogènes à des repas ou la fourniture d’eau.

« Je mettrais la note A+ au gouvernement fédéral », a déclaré le gouverneur Abbott, un républicain. « C’est probablement l’une des plus grandes catastrophes naturelles de l’histoire américaine, si ce n’est la plus grande ».

Romandie.com avec(©AFP / 28 août 2017 22h40)

L’ouragan Harvey s’aggrippe au Texas, menacé d’inondations catastrophiques

août 26, 2017

Un panneau déformé par le vent de l’ouragan Harvey à Corpus Christi le 25 août 2017 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / JOE RAEDLE

L’ouragan Harvey continuait de s’essouffler samedi matin dans sa très lente progression au-dessus du Texas où plusieurs personnes ont été blessées et qui reste menacé par des « inondations catastrophiques » au cours des prochains jours.

« Des pluies torrentielles vont s’abattre aujourd’hui et jusqu’à lundi avec des zones pluvieuses qui vont rester ancrées sur certaines régions », ont prévenu samedi matin les services météorologiques américains, anticipant de 38 à 88 cm d’accumulation par endroits d’ici mercredi.

Plusieurs comtés avaient déjà reçu samedi matin autour de 23 cm de pluie en 24 heures.

Plus puissant ouragan à frapper les Etats-Unis depuis 2005 et pire tempête à s’abattre sur le Texas depuis 1961, Harvey a atteint la terre ferme vendredi vers 22h00 locales (03h00 GMT samedi) entre Rockport et Port Aransas, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Corpus Christi.

Harvey a accédé à la catégorie 4 –sur une échelle de 5– au moment où il touchait terre, accompagné de vents soufflant jusqu’à 215 km/h.

L’ouragan se déplace à vitesse très faible (9km/h samedi matin) ce qui le rend d’autant plus dangereux, mais la puissance de ses vents a rapidement diminué au fil de la nuit. A 11H00 GMT, il a été rétrogradé en catégorie 1 avec des vents soufflant à 140 km/h qui s’étaient encore réduits à 12H00 GMT (130 km/h), a annoncé le Centre national des ouragans (NHC).

Harvey pourrait rendre de nombreuses zones « inhabitables pendant des mois », avait averti l’agence fédérale, s’attendant à ce qu’il « serpente au-dessus du sud-est du Texas jusqu’au milieu de la semaine prochaine ».

Dix personnes ont été blessées vendredi à Rockport par la chute de toitures, de nombreux arbres ont été arrachés et des véhicules endommagés étaient visibles « partout », a raconté aux médias locaux Kevin Carruth, un responsable municipal.

La police de Corpus Christi a signalé samedi matin sur Twitter « de nombreux débris sur les routes et des lignes électriques à terre. La plupart des feux tricolores ne fonctionnent pas », demandant la « patience » des habitants pour la laisser « sécuriser les choses avant votre retour ».

Le gestionnaire d’électricité du Texas ERCOT a indiqué qu’à 11H30 GMT samedi, plus de 213.000 clients étaient privés de courant sur la côte texane à cause de l’ouragan.

Le président Donald Trump a signé dès vendredi une déclaration de catastrophe naturelle. Ayant en tête le dramatique précédent de l’ouragan Katrina, qui a fait plus de plus de 1.800 morts et détruit des quartiers entiers de La Nouvelle-Orléans en Louisiane voisine, il se tient informé de la situation et compte se rendre dans la zone sinistrée la semaine prochaine.

« Surveillance étroite de l’ouragan Harvey depuis Camp David. Nous ne laissons rien au hasard », a tweeté le milliardaire samedi matin.

– ‘J’ai dû tout laisser’ –

Dès vendredi, la côte a été battue par des vents violents et des paquets de pluie qui ont fait de Corpus Christi –d’ordinaire une citée industrieuse de 300.000 habitants– une ville fantôme.

Des milliers d’habitants ont préféré fuir à l’intérieur des terres, souvent à San Antonio, à quelque 200 kilomètres de là, sous l’insistance des autorités et devant la peur de se retrouver sous l’eau.

Michael Allen est de ceux-là. « Je me suis dit que je ne voulais pas être comme ces gars de La Nouvelle-Orléans. Je ne voulais pas que ça m’arrive à moi », a-t-il raconté à l’AFP devant un centre d’accueil aménagé à la hâte.

Comme beaucoup d’autres, il est parti très vite. « J’ai dû tout laisser. Tout ».

Outre la pluie, Harvey a provoqué une montée des eaux pouvant atteindre jusqu’à 4 mètres dans certains secteurs.

« D’aussi loin que je me souvienne, je ne pense pas qu’il y ait eu quelque chose de ce genre » auparavant, a commenté pour l’AFP Brian McNoldy, chercheur sur les ouragans à l’université de Miami.

« Je ne me souviens pas d’un ouragan majeur qui fait du surplace et reste coincé, c’est une combinaison qui est très inquiétante », explique-t-il.

Cet ouragan atypique ne devrait en effet pas s’enfoncer très profondément dans les terres mais ravager particulièrement la côte et menacer ses raffineries de pétrole.

« Nous pouvons dire à ce stade qu’il va s’agir d’un désastre majeur », a averti dès vendredi le gouverneur du Texas, Greg Abbott.

– Traumatisme Katrina –

Harvey a ravivé aux Etats-Unis le traumatisme de Katrina, qui a provoqué une catastrophe humanitaire.

A l’époque, le manque de préparation et les défaillances criantes de l’état fédéral avaient eu des conséquences dramatiques. A cela s’étaient ajoutées les critiques envers le président George W. Bush, accusé par beaucoup d’indifférence envers les habitants d’une région très défavorisée et majoritairement noire.

En attendant de pouvoir évaluer plus précisément les dégâts et faire un premier bilan, Patrick Rios, le maire de Rockport avait un message pour ceux de ses administrés qui ont décidé de rester et d’affronter la tempête: « marquer au feutre indélébile leur numéro de Sécurité sociale sur leur bras », pour qu’ils puissent être identifiés en cas de décès.

Romandie.com avec(©AFP / 26 août 2017 14h31)                

Ouragan Harvey: les secours américains craignent « un désastre » au Texas

août 25, 2017

Image fournie par le satellite GOES de l?agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), et de la Nasa, de l’ouragan Harvey, le 24 août 2017 / © NOAA-NASA GOES Project/AFP / Handout

Les services fédéraux américains chargés des opérations de secours ont prévenu vendredi que le Texas allait subir un « désastre très important » sous l’impact de l’ouragan Harvey, appelant les habitants des zones menacées par des inondations dévastatrices à évacuer rapidement.

Les vents accompagnant l’ouragan se sont renforcés jusqu’à des pointes de 175 km/h dans la nuit de jeudi à vendredi, selon le Centre national des ouragans (NHC), qui a relevé d’un cran le classement d’Harvey, désormais considéré comme ouragan de catégorie 2 sur une échelle de cinq.

Harvey pourrait devenir dans les prochaines heures l’ouragan le plus puissant à toucher le continent américain en douze ans, mettent en garde les experts du NHC, qui prévoient que la perturbation devienne un « ouragan majeur » – de catégorie 3 avec des vents supérieurs à 209 km/h – et « potentiellement mortel » à son point d’entrée au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

« Le Texas est sur le point de vivre un désastre très important », a mis en garde vendredi matin sur CNN le responsable de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema), Brock Long.

« Ce qui m’inquiète, c’est de savoir si les habitants ont tenu compte ou pas des avertissements » des responsables locaux qui ont appelé à évacuer les zones menacées, a-t-il poursuivi. « S’il ne l’ont pas fait, la fenêtre pour évacuer va rapidement se refermer ».

Harvey se trouvait à 10H00 GMT à quelque 235 kilomètres au sud-est de la ville de Corpus Christi, au Texas, et avançait à 17 km/h.

Une alerte ouragan a été émise sur près de 500 kilomètres de littoral texan.

« Il y a trois choses qui m’inquiètent, toutes représentant de sérieux dangers potentiellement mortels », a précisé le responsable en chef des ouragans au NHC, Michael Brennan, sur CNN. « Des vents ayant la force d’un ouragan, des vents ayant potentiellement la force d’un ouragan majeur », « la montée des eaux » sur la côte, pouvant atteindre de 1,8 à 3,7 mètres ainsi que « des précipitations très importantes » de 38 à 63 centimètres, avec des pointes isolées de 89 centimètres, a-t-il énuméré.

Le centre de la tempête devrait frapper le territoire tard vendredi ou tôt samedi, des vents violents arrivant dès 13H00 GMT vendredi. La mairie de Portland, une ville côtière de 17.000 habitants au Texas, a averti que dès vendredi matin tout départ serait rendu très difficile et plus dangereux à cause de ces vents violents.

Romandie.com avec(©AFP / 25 août 2017 14h42)