Posts Tagged ‘Héritier’

Le fils du roi d’Arabie saoudite propulsé prince héritier à 31 ans

juin 21, 2017

Mohammed ben Salmane, le fils du roi d’Arabie saoudite, le 11 avril 2017 à Ryad / © Saudi Royal Palace/AFP/Archives / BANDAR AL-JALOUD

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a propulsé mercredi son jeune fils Mohammed prince héritier, confirmant son ascension fulgurante dans un contexte de crise ouverte avec le Qatar et d’enlisement du conflit au Yémen.

Selon un décret royal, le souverain a évincé son neveu le prince héritier Mohammed ben Nayef, 57 ans, pour le remplacer par son fils âgé de 31 ans.

Il a ainsi confirmé une volonté d’ouvrir à la deuxième génération de la dynastie Al-Saoud les portes du pouvoir suprême dans ce pays ultraconservateur du Golfe et première puissance pétrolière mondiale.

Ministre de la Défense depuis deux ans, le prince Mohammed, qui vient aussi d’être nommé vice-Premier ministre, est devenu l’homme fort du pays après l’accession de son père au trône en janvier 2015.

En revanche, le prince Mohammed ben Nayef a été évincé de toutes ses fonctions -prince héritier, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur. Il a été remplacé à l’Intérieur par le prince Abdel Aziz ben Saoud.

Pour l’analyste Riad Kahwaji, la décision de nommer le nouveau prince héritier « était attendue depuis longtemps » et est plus motivée par des facteurs internes que par des facteurs de politique étrangère.

– ‘Confiance, soutien’ –

La famille royale a dû sentir que « le prince Mohammed a acquis assez de confiance et de soutien pour assumer » sa nouvelle charge, a souligné M. Kahwaji à l’AFP.

Selon un haut responsable saoudien, l’ancien prince héritier a cautionné la nomination de son successeur dans une lettre écrite au roi.

La télévision d’Etat a diffusé des images montrant les deux hommes s’embrasser à la suite de l’annonce.

« Je vais me reposer maintenant. Que Dieu t’aide », a lancé le prince Mohammed ben Nayef, auquel son successeur lui a répondu: « Que Dieu vous aide. Je ne me passerai jamais de vos conseils ».

Le très influent comité des grands oulémas saoudien a salué un « bon choix » du roi Salmane, alors que la Bourse saoudienne a bondi de plus de 4% à l’ouverture.

Plusieurs chefs d’Etat arabes ont félicité le nouveau prince héritier.

Le souverain saoudien a invité les membres de la famille royale, les responsables et les citoyens à venir mercredi soir dans son palais de la Mecque (ouest), pour faire allégeance au nouveau prince héritier.

Ailleurs, les autorités ont demandé aux Saoudiens de le faire auprès des princes des différentes régions.

Ayant la réputation d’un réformateur, Mohammed ben Salmane est aussi conseiller spécial du souverain et, surtout, il préside le Conseil des affaires économiques et de développement, organe qui supervise Saudi Aramco, la première compagnie productrice de pétrole au monde.

Sa nomination « suscite l’espoir et donne confiance en l’avenir du pays », a dit un homme d’affaires saoudien, Salmane al-Assemi, 33 ans, en rappelant qu’il était l’inspirateur d’un vaste programme de réformes économiques.

– Coup de jeune –

« Tout le monde va lui faire allégeance », a renchéri un autre Saoudien, Khaled al-Moutaïri, en saluant le coup de jeune représenté par cette nomination dans un pays qui a toujours été dirigé par de vieux rois.

Le roi Salmane a décidé à l’occasion de rétablir, avec effet rétroactif, toutes les primes et avantages supprimés aux fonctionnaires depuis près d’un an dans la cadre d’un programme d’austérité.

La nomination du prince Mohammed a été approuvée par 31 des 34 membres du « Conseil d’allégeance », chargé de régler les successions, selon les médias d’Etat.

L’instance a été revigorée par le roi Abdallah, disparu en 2015, pour éviter les conflits lors des successions entre les fils vieillissants du roi Abdel Aziz ben Saoud, fondateur du royaume.

Avec la précédente nomination de Mohammed ben Nayef, le roi Salmane, 81 ans, avait déjà modifié l’ordre de succession, jusque-là réservé aux fils directs du fondateur du royaume pour l’élargir aux petits-fils de ce dernier.

Ce développement intervient sur fond d’une profonde crise dans le Golfe, après la rupture le 5 juin par l’Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés des liens avec le Qatar accusé de soutenir « le terrorisme » et de se rapprocher de l’Iran chiite, rival régional du royaume saoudien.

La mise au ban du Qatar, associant les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte, met en avant le nouveau prince héritier, appelé à contribuer à la gestion de cette crise inédite.

En tant que ministre de la Défense, le prince Mohammed supervise déjà le dossier de la guerre au Yémen, qui s’enlise plus de deux ans après l’intervention d’une coalition arabe sous commandement saoudien. Ryad appuie le président Abd Rabbo Mansour Hadi face aux rebelles chiites soutenus par l’Iran.

Régi par une version rigoriste de l’islam, le royaume impose de nombreuses restrictions aux femmes qui ne sont pas autorisées à conduire et est accusé de violations des droits de l’Homme par des ONG internationales.

Romandie.com avec(©AFP / 21 juin 2017 14h30)                

Congo: Bienvenu Mabilemono fait des révélations sur Sassou Nguesso

mars 18, 2015

Témoin ou héritier de l’histoire, Bienvenu Mabilemono dresse le portrait politique de Sassou Nguesso

Par Brazzanews.net

Kate Middleton, un enfant, vite !

juillet 5, 2011

L’Aveu

Kate Middleton, en voyage officiel au Canada, a laissé échapper une petite info qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. La pression exercée par la belle-famille pour produire un héritier semble suivre la belle anglaise, même à l’autre bout du monde.

On pensait que Kate allait ENFIN pouvoir respirer : fini les préparatifs du mariage, le crêpage de chignon autour du plan de table, les nuits sans sommeil à réviser le protocole. Eh bien non, même loin de la belle famille, la pauvre Kate se sent obligée de rassurer la Couronne sur son envie de donner un héritier au trône.

Selon le Daily Mail, alors que Kate s’est vu offrir un bouquet de fleurs par une petite Raffaela de deux ans, la fille de David Cheater, un expatrié anglais, celui-ci lui a alors « souhaité d’avoir du succès dans ses efforts pour démarrer une famille ». Ce à quoi Kate Middleton a répondu dans un sourire « Oui, je le souhaite ». C’est la première fois que Kate s’est exprimée publiquement sur son désir de fonder une famille avec William. Celui-ci avait quant à lui déjà évoqué ce désir lors de leurs fiançailles.

On sait que toute l’Angleterre n’attend qu’une chose : que Kate et William annoncent un heureux événement. Une sacrée pression sur les frêles épaules de la jolie Kate.

On se doute que Charlene, l’autre royale mariée, aura eu un peu moins de pression du côté de sa belle-famille…

Voici.fr P.S.B

L’homme, héritier et responsable de la Terre

décembre 15, 2009

L’Homme a besoin d’air pur. Il est l’héritier de la planète. Il en est aussi le premier responsable de cette maison ronde qu’est la Terre. Il doit en prendre soin. Car il est le pollueur de son environnement immédiat, de son espace vital, par le fait des produits de son invention, fruit de son intelligence.

L’Homme, cet habitant de la Terre, est un être dominateur, enclin à la puissance, par rapport aux êtres qui la composent. Une fois ayant atteint ce stade supérieur, il s’affirme et part à la conquête. Il veut conquérir le monde dans toutes les dimensions de sa géographie.

Depuis plus de 40 ans, grâce à son progrès technologique, il part dans l’espace pour confirmer sa pleine capacité d’exploration et d’expansion. Il est à la recherche d’un autre espace vital après avoir continuellement pollué la Terre. Il doute même de son espoir d’habiter dans un milieu sain, loin de toute agression furtive des déchets polluants et de gaz à effet de serre.

Réalisant, de plus en plus, que sa santé est menacée, il ne veut toujours pas fournir des efforts pour la réduction de ces résidus toxiques et nocifs qui lui causent des maladies respiratoires et collatérales résultant des industries extractives et de transformation mais aussi de toutes autre utilisation des machines à vapeur, à gaz et électrique.

A l’heure où il est entrain d’hésiter de prendre des décisions fermes au sommet de Durban  – suite logique de Copenhague et de Kyoto – il a honte de reconnaître sa part de responsabilité de la Terre, cette grande surface de son habitat qu’il partage avec d’autres êtres non fabricants de gaz à effet de serre pour sauver cet environnement commun.

L’Homme est face à l’histoire et au temps qui échappe à son contrôle.

Bernard NKOUNKOU