Posts Tagged ‘Homicide involontaire’

Le docteur Conrad Murray au chevet de Paris Jackson

juin 6, 2013

Il soutient la jeune fille après sa tentative de suicide

Le docteur Conrad Murray au chevet de Paris Jackson

Conrad MurrayConrad MurrayConrad-MurrayConrad-Murray

Elle a voulu «attirer l’attention» selon les policiers chargés du dossier Paris Jackson. Agée de 15 ans, la fille du Roi de la pop s’est tranché les veines dans la nuit de mardi à mercredi. Une tentative de suicide qui a été très vite été court-circuitée par les secours. Son drame a beaucoup ému aussi bien le grand public que l’entourage de l’adolescente tourmentée. Le Docteur Conrad Murray a voulu réagir à l’annonce.

Avant de prendre une grosse dose d’Ibuprofène et de se couper le poignet, la jeune Paris avait déjà lancé un SOS. Jeudi, alors que le monde s’est ému de sa détresse, la fille de Michael Jackson a reçu un témoignage d’affection inattendu. Celui du Docteur Conrad Murray, qui avait administré une dose mortelle de Propofol à son père, le 25 juin 2009.

Condamné à 4 ans ferme de réclusion criminelle pour l’homicide involontaire de Michael Jackson, le médecin privé du chanteur a souhaité transmettre un enregistrement à Paris pour l’aider à s’en sortir, après sa tentative de suicide. Sur une bande audio, que s’est procuré le site américain TMZ, il propose ses services à la victime. «Je ne sais pas ce que tu traverses» explique-t-il, «mais je suis sûr que quoi que ce soit, ça doit être difficile».

Responsable de la mort du père de Prince, Paris et Blanket, le docteur fait aujourd’hui peau neuve avec ces déclarations. Dans sa lettre à la fille adolescente de Michael Jackson, il poursuit : «Je ne sais pas si je peux faire quelque chose pour résoudre ta peine ou t’aider avec ton problème mais je voulais que tu saches que je suis là pour toi. Je ne suis jamais parti».

Dans son message de 4 minutes, Conrad Murray explique qu’il aime Paris comme un père et qu’elle n’est pas seule. Et d’ajouter «Je serai toujours disponible pour t’écouter, répondre à tes questions, ou partager avec toi une pléthore de belles et savoureuses histoires inédites sur ton père». Il finit par une promesse : «Je prierai pour toi et n’oublie pas que tu es aimée».

Pour l’instant, Paris Jackson est encore hospitalisée, non loin de sa résidence californienne de Calabasas. Elle a été placée en surveillance psychiatrique pendant 72 heures après son entrée à l’hôpital. Pour seule nouvelle, sa grand-mère Katherine Jackson a publié un communiqué. La mère de Michael a assuré que «Paris va bien physiquement et reçoit les soins médicaux appropriés». Au sujet de son désir de mettre fin à ses jours, l’octogénaire répond: «Etre une personne sensible âgée de 15 ans c’est difficile, qui que vous soyez. Et c’est particulièrement difficile quand vous perdez la personne la plus proche de vous».

 Gala.fr par Fanny Abouaf

Pistorius : le malaise des Sud-Africains

février 16, 2013


Crédits photo : AFP
 
L’athlète a été inculpé du meurtre avec préméditation de sa petite amie. Le débat sur le port d’arme est relancé en Afrique du Sud.
«From hero to zero» (du héros au zéro). Oscar Pistorius, l’enfant chéri des Sud-Africains, premier amputé des deux jambes à s’être qualifié aux Jeux olympiques l’an dernier à Londres, est soupçonné d’avoir assassiné sa petite amie. Le corps du mannequin Reeva Steenkamp avait été retrouvé criblé de balles jeudi dans son luxueux domicile de Pretoria. Il risque la perpétuité.«C’est l’un des gars les plus sympas que j’ai connus… Vraiment, c’est vrai ? C’est vraiment vrai ?», tweetait incrédule Katharine Merry. Comme la plupart des athlètes, la médaillée de bronze des 400 mètres aux JO de Sydney refusait d’y croire.

Les Sud-Africains l’adulent tellement qu’ils lui ont immédiatement trouvé des excuses. «Ça doit être un accident. C’est la peur des criminels qui nous tenaille tous ici», expliquait l’un de ses fans sur une radio locale, relayant la thèse selon laquelle il aurait pris son amie pour un cambrioleur.Mais le parquet créait la surprise. En demandant à requalifier l’affaire inculpant l’athlète de préméditation, il ne laissait place ni à l’accident, ni à l’homicide involontaire.

Rebaptisé «Blade gunner»
En quelques heures, d’autres éléments de l’enquête étaient dévoilés. Les Sud-Africains apprenaient que le mannequin avait été tué à travers la porte de la salle de bains, alors qu’elle était en chemise de nuit. La police confirmait qu’il n’y avait aucune trace d’effraction ou de cambriolage. Et surtout, les voisins qui ont alerté les secours en entendant des coups de feu dans la nuit auraient fait état de «cris» au domicile de l’athlète dans les heures précédant le drame.

Oscar Pistorius a systématiquement évité l’objectif des caméras depuis son arrestation. Mais au tribunal, il a dû faire face à tous. Initialement confiant, bien décidé à ne pas décrocher un mot, il a fini par craquer. Quand il a entendu le chef d’inculpation, le champion paralympique s’est effondré en larmes, cachant son visage dans ses mains.

La famille a ensuite rendu publique une déclaration selon laquelle elle ne croyait aucunement au meurtre avec préméditation. Ses proches demandant aux Sud-Africains d’attendre les conclusions de l’enquête. Mais l’image de l’athlète a déjà changé. En 24 heures, «Blade runner» (le coureur aux lames) a été rebaptisé par la presse sud-africaine «Blade gunner» (le tueur aux lames). Certains le décrivent comme un homme à femmes aux sautes d’humeur fréquentes. D’autres rappellent qu’il avait déjà eu des altercations avec des petites amies. Il a même passé une nuit en prison en 2009 suite à une plainte de l’une des petites amies…

Six millions d’armes à feu encore en circulation
Enfin, Oscar Pistorius est présenté comme un obsédé des armes. Il n’a jamais caché à personne qu’il s’entraînait régulièrement au tir et qu’il avait son pistolet en permanence sur sa table de chevet. «Si Pistorius n’avait pas eu d’arme, Steenkamp aurait été vivante aujourd’hui», déclarait hier Adele Kirstens. La responsable de l’association anti-armes à feu Gun Free South Africa compte bien profiter de ce drame pour relancer le débat sur le port d’armes. Le gouvernement sud-africain a fait beaucoup d’efforts pour limiter les permis, mais on estime que six millions d’armes à feu sont encore en circulation dans l’ex-pays de l’apartheid. Plus de 10 % des Sud-Africains possèdent un pistolet, un revolver ou un fusil. Les accidents sont fréquents.

«Comment est-ce possible que quelqu’un qui soit monté aussi haut tombe aussi bas ?», se demandait sur la radio 702 le journaliste John Robbie. La chaîne de câble sud-africaine M-net a immédiatement retiré ses spots publicitaires qui le présentaient comme l’un des meilleurs «produits» du pays. La plupart de ses sponsors s’apprêtent à l’abandonner. Après son inculpation, Pistorius a été enfermé dans une cellule de station de police de Brooklyn, dans la banlieue de Pretoria, où il restera jusqu’à sa prochaine comparution prévue mardi 19 février. Ses avocats ont donc le week-end pour préparer sa demande de liberté provisoire. Le parquet ayant déjà fait opposition, la bataille risque d’être rude.

Oscar Pistorius en images :

 
Lefigaro.fr par Caroline Dumay, au Cap

Les morts mystérieuses de la musique

octobre 28, 2012

 

La grande faucheuse frappe les musiciens de façon souvent mystérieuse. Même les morts officiellement résolues continuent d’alimenter les théories les plus abracadabrantesques, particulièrement chez certains fans qui espèrent même que leurs idoles ne soient pas réellement six pieds sous terre, mais parties pour une fugue sous une nouvelle identité. Voici quelques fins funestes qui laissent bien des points d’interrogations planer au dessus de célèbres stèles.

Michael Jackson
La mort du King Of Pop d’un arrêt cardiaque le 25 juin 2009 a tout d’un Thriller. Le médecin personnel du chanteur, accusé d’homicide involontaire voit son procès sans cesse décalé. L’affaire est donc encore entre les mains de la justice, mais comme pour le King Elvis, on peut prédire que les témoignages de fans persuadés de l’avoir vu vivant n’ont pas fini de fuser.

Jeff Buckley
Entré dans la légende avec un unique album et, surtout, une reprise du « Hallelujah » de Leonard Cohen, le fils de Tim Buckley n’aura pu profiter de son succès qu’un court instant.
En 1997, en plein enregistrement de nouveaux morceaux à Memphis, il est enseveli par les eaux de la Wolf River. Son corps ne sera retrouvé que six jours plus tard. Suicide ou accident, le débat ne s’est toujours pas éteint.

Elliott Smith
Le 21 octobre 2003, l’un des folkeux les plus déprimés, et donc les plus talentueux, perd la vie à 34 ans. Accro à la drogue, il était passé par une cure de désintoxication tout en enchaînant les succès critiques avec des albums toujours sur le fil. Mort de deux coups de couteau portés à la poitrine pendant une dispute avec sa petite amie, la thèse du suicide est privilégiée. Son état fragile rend ce verdict très probable mais, comme pour Kurt Cobain, certains ne se satisfont pas de cette version et soupçonnent plutôt un crime passionnel.

Randy Rhoads
La mort du guitariste du groupe d’Ozzy Osbourne pourrait faire une macabre histoire pour un scénario de film d’Halloween. Randy Rhoads est décédé en 1982, quand le tour bus du groupe a fait une étape dans la villa d’un ami, équipée d’un petit aérodrome. Rhoads y a fait un petit tour dans les airs avec le chauffeur de bus aux manettes et ils ont commencé à voler dangereusement près du bus, ou le reste du groupe dormait : ils l’ont heurté. L’avion s’est accroché à l’arrière du bus et retrouvé projeté dans le garage d’une maison voisine où l’engin a pris feu, les passagers de l’avion sont tous morts de cette périlleuse et inattendue cascade, ne laissant aucun témoin pour expliquer quelles en étaient les motivations.

Elvis Presley
Le King est mort le 16 août 1977 d’une crise cardiaque sur son trône, sur ses toilettes pour être juste. Elvis, dont l’état de santé ne faisait que se détériorer, est toujours soupçonné par ses fans de vivre la Dolce vita loin des médias et de ses fans qui ne s’en remettent toujours pas. Ses nombreux sosies croisés lors d’innombrables conventions de fans n’aident pas à dissiper le doute.

Jim Morrison
The end, pour le chanteur des Doors, est arrivé le 3 juillet 1971 à Paris, à l’âge de 27 ans. Il est retrouvé mort dans une baignoire suite à une overdose d’héroïne. Mais le refus de se livrer à une autopsie par l’équipe médico-légale a toujours laissé planer le mystère. Certains parlent encore d’un complot de la C.I.A., quand le gérant d’un club avance, lui, qu’il est décédé dans les toilettes de son établissement Ce dont on est certain, c’est que beaucoup vont encore aujourd’hui interroger le fantôme du Roi lézard au cimetière du Père Lachaise, où il gît « en paix »

Claude François
L’électrocution de Clo-clo dans son bain est l’une des morts les plus célèbres de France. Nous en avons tous retenu la leçon : préférer les radios à pile, se sécher les cheveux dans la chambre et éviter de réparer une lampe tout en se savonnant. Pourtant, les versions différent : on a parlé d’électrocution due à un vibromasseur ou à un séchoir électrique. Mais aussi soupçonné l’overdose ou le suicide. Son habilleuse Josette Martin, elle, était persuadée qu’il avait refait sa vie dans l’anonymat pour échapper à ses dettes, et placardait sa photo autour du monde pour le démasquer.

Gram Parsons
La mort par overdose de la légende country-rock Gram Parsons peut sembler quelque part banale pour un musicien. Ce qui est arrivé à son corps l’est beaucoup moins. Son corps a disparu de l’aéroport de Los Angeles au moment de son transfert car son manager Phil Kaufman et un ami l’ont volé conformément à une prétendue demande du défunt. Ils l’ont donc emmené au parc national Joshua Tree en Californie pour s’occuper eux-mêmes de la crémation. Retrouvés quelques jours plus tard par les autorités, ils s’en sont tirés avec une simple amende.

Brian Jones
Le fondateur des Stones est retrouvé noyé au fond de sa piscine en 1969, il venait de quitter le groupe et était plutôt mal en point. Drogues, alcool, plongeon raté ou meurtre, les fans n’ont pas encore trouvé Satisfaction dans la résolution de ce mystère.

Mozart
Les morts mystérieuses ne sont pas que le fait des rock stars. Wolfgang Amadeus Mozart, décédé le 5 décembre 1791 à Vienne a laissé lui aussi un grand mystère à résoudre pour les historiens. Des chercheurs ont même dédié leur vie à ce sujet, même si l’hypothèse la plus répandue est qu’il est décédé des causes d’une maladie. D’autres parlent poison, malnutrition ou viande mal cuite, avec très peu de preuves pour étayer ces suppositions et un intérêt assez relatif à en connaître le fin mot.

News.yahoo.fr

Mort de Michael Jackson: Conrad Murray reconnu coupable d’homicide involontaire

novembre 7, 2011

JUSTICE – Le médecin connaîtra sa peine le 29 novembre…

Guilty. Le docteur Conrad Murray a été reconnu coupable d’homicide involontaire ce lundi par les douze jurés de la cour de Los Angeles, où il était jugé pour son implication dans la mort de Michael Jackson. Le médecin de la star est sorti menotté du tribunal et a été placé en détention dans l’attente de l’annonce de sa peine, qui lui sera précisée le 29 novembre.

S’il risque quatre ans de prison, et que le ministère public a juré de tout faire pour obtenir le maximum, la peine devrait être plus faible car les prisons de Los Angeles sont surpeuplées.

«Justice a été rendue»

A l’annonce du verdict, une clameur s’est élevée en dehors du tribunal, où étaient massés les fans du King of the Pop, armés de pancartes «anything for money» («tout pour l’argent») ou encore «guilty». Kim, fondatrice du site Justice4MJ.com interrogée par 20Minutes, s’est dit soulagée, même si elle juge la peine qu’encourt Murray trop faible: «Justice a été rendue, mais quatre ans maximum, c’est trop court pour avoir privé le monde de son plus grand chanteur.»

Sur Twitter, la soeur du chanteur, La Toya Jackson s’est réjoui d’un simple «Victoire!!!». Dans un communiqué, le patriarche de la famille, Joe Jackson, a, lui aussi, estimé que «justice avait été rendue».

Le Propofol au coeur des débats

Le médecin était accusé d’avoir causé la mort de Michael Jackson par une série de «graves négligences». Lors des six semaines du procès, la défense a affirmé que la pop star s’était elle-même injectée la surdose fatale de Propofol. Le procureur, lui, a tenté de convaincre le jury qu’un tel scénario était peu probable. Surtout, David Walgren a répété, témoignages d’experts à l’appui, que Conrad Murray avait commis des négligences «criminelles» en administrant, au domicile du chanteur, un puissant anesthésiant habituellement réservé au milieu hospitalier et en ayant quitté son chevet quelques minutes le 25 juin 2009 au matin.

Comme l’y autorise le droit américain, Conrad Murray a refusé de témoigner. Il n’a donc pas directement expliqué pourquoi il avait mis plus de vingt minutes avant d’appeler les secours, ni pourquoi il ne leur avait pas signalé qu’il traitait le chanteur avec du Propofol.

20minutes.fr par P.B., à Los Angeles

Jackson : le Dr Murray accablé au premier jour de son procès

septembre 28, 2011

Devant la justice californienne, le médecin de la star s’est défendu en assurant que le chanteur avait «provoqué sa propre mort» en prenant seul un médicament. L’accusation a diffusé un enregistrement sonore saisissant du chanteur et une photo de sa dépouille.

Deux ans après, les questions demeurent : le Dr Conrad Murray est-il impliqué, de près ou de loin, dans la mort de Michael Jackson ? La justice californienne devra trancher : mardi s’est ouvert en effet le procès du médecin personnel du chanteur, qui comparaît pour homicide involontaire.

Les débats ont commencé devant une salle pleine à craquer, où étaient également présents les parents de Michael Jackson, Katherine et Joe, ainsi que ses frères et soeurs Jermaine, Janet, LaToya, Randy, Tito et Rebbie. Le procès, qui se tient devant la Cour supérieure de Los Angeles, est intégralement filmé et retransmis à la télévision et sur Internet (sur CNN et TMZ). Il devrait durer environ cinq semaines, à l’issue desquelles douze jurés – sept hommes et cinq femmes – scelleront le sort du médecin, qui risque jusqu’à quatre ans de prison.

«La mort de Michael Jackson est un homicide»

Dans les heures qui avaient suivi la mort du «roi de la pop», survenue le 25 juin 2009, Conrad Murray s’était retrouvé dans le collimateur de la police. Il était en effet apparu très vite que le chanteur abusait de nombreux médicaments que le médecin lui prescrivait, notamment du propofol, un puissant anesthésique qu’il utilisait comme somnifère et qui est à l’origine de sa mort.

Mardi, à l’ouverture du procès, le ton a été donné par le procureur David Walgren : «Les preuves vont vous montrer que Michael Jackson a mis sa vie entre les mains du docteur (…) La mort de Michael Jackson est un homicide». Pendant les mois qui ont précédé le décès du chanteur, le docteur lui «a administré quotidiennement du Propofol», a assuré le procureur.

Autre zone d’ombre du dossier: pendant que Michael Jackson était en train de mourir, son médecin «a eu une intense activité sur son téléphone portable». 21 coups de fil. Sans compter les mails et les textos. Étrange, aux yeux du procureur. «Nous nous attendons, a-t-il poursuivi, à ce que les preuves montrent que Conrad Murray a à plusieurs reprises commis des fautes lourdes».

Un enregistrement sonore de Michael Jackson
L’accusation a par ailleurs diffusé un enregistrement sonore dans lequel la star s’adresse à son médecin avec une voix inarticulée, apparemment sous sédatifs. Cet appel téléphonique, passé un mois et demi avant son décès le 25 juin 2009, porte sur les dispositions relatives à la série de concerts que le chanteur avait prévu de donner pour sa nouvelle tournée, «This is it», qui devait débuter le 13 juillet 2009 à Londres. «Je veux que les gens se disent en quittant mon concert ‘je n’ai jamais rien vu de tel dans ma vie, c’est incroyable, c’est le plus grand artiste de tous les temps’», explique péniblement Michael Jackson dans l’enregistrement. Il y affirme également que l’argent de la tournée lui permettra de construire «le plus grand hôpital pour enfants du monde».

Cette conversation prouve, selon l’accusation, que le Dr Murray savait ce qu’il «faisait à Michael Jackson en mai 2009, soit plus d’un mois et demi avant que Michael meure de ce même traitement», a déclaré le procureur. David Walgren a également indiqué qu’au cours des jours qui avaient suivi cet appel et malgré l’état de santé précaire du chanteur, le Dr Murray avait commandé un important lot de propofol et de midazolam, un anxiolytique. Quelque 15,5 litres de ce médicament avaient été ainsi achetés par le Dr Murray. Assis dans un fauteuil en tissu, le Dr Murray, le front dégarni, vêtu d’un costume gris à rayures, encaissait l’air grave les attaques du procureur. A plusieurs reprises, il a laissé coulé quelques larmes.

Mais le moment le plus pénible de la journée aura probablement été lorsque le procureur a diffusé une photo (visible ICI) de la dépouille de Michael Jackson, allongée sur un brancard, qui a créé un bref électrochoc dans la salle.

Le comportement de la star mis en cause

La parole a ensuite été donnée à la défense, qui a aussitôt mis en cause le comportement de Michael Jackson. «Il a agi sans que le médecin ne le sache, sans sa permission, à l’encontre de ses consignes et ce qu’il a fait a provoqué sa propre mort», a déclaré l’avocat du médecin, Ed Chernoff. Il a également clamé que la star avait avalé plusieurs pilules de lozarepam le matin de sa mort, «une dose suffisante pour faire dormir six personnes».

«Des preuves scientifiques vont vous montrer que quand le docteur Murray a quitté la chambre, Michael Jackson s’est lui-même administré une dose de propofol qui, avec le lorazepam, a provoqué une véritable tempête dans son corps», a-t-il ajouté à l’adresse du jury. Cette combinaison «l’a tué instantanément», a-t-il assuré.

Pour l’avocat de la défense, si MichaelJackson s’est auto-médicamenté, c’est parce que le docteur a voulu lui faire arrêter le propofol. «Le Dr Murray a prescrit du propofol pendant deux mois à Michael Jackson pour qu’il puisse dormir. Pendant ces deux mois, il a dormi, il s’est réveillé, et il a vécu sa vie», a-t-il expliqué. Néanmoins, le Dr Murray a tenté de sevrer la star quelques jours avant sa mort, en lui proposant d’autres médicaments pour dormir.

«Il faut que je dorme, sinon ils vont annuler ma tournée»
Le troisième jour du sevrage, «Michael Jackson n’arrêtait pas de demander pourquoi il n’arrivait pas à dormir … Quand il a dit au Dr Murray ‘il faut que je dorme, sinon ils vont annuler ma tournée’, il le pensait vraiment». Ce jour-là, le Dr Murray a accepté de délivrer une petite dose de propofol à son patient.

Le procureur a immédiatement rebondi sur ces déclarations, en affirmant que le docteur n’avait pas donné, contrairement à ce qu’il affirme, une «petite dose, suffisante pour le faire dormir cinq minutes tout au plus». Il l’a également accusé d’avoir caché aux secours qu’il avait prescrit du propofol à la star le jour de sa mort.

Le procureur est également revenu à plusieurs reprises sur le salaire du Dr Murray, qui s’élevait à 150.000 $ par mois (110.000 euros). «Nous n’étions pas dans une relation médecin-patient, mais dans une relation employé-employeur. Le Dr Murray ne travaillait pas pour la santé de Michael Jackson, mais pour 150.000 $.»

À en croire l’avocat des stars Mark Geragos, qui a déjà défendu Michael Jackson, la fille du chanteur, Paris, âgée de 13 ans, pourrait être amenée à témoigner. Présente dans la demeure de son père à Los Angeles lorsqu’il s’est éteint, «elle a non seulement des choses à dire mais elle peut les dire de manière convaincante», a-t-il assuré.

Lefigaro.fr par Flore Galaud