Posts Tagged ‘huile de palme’

Congo: Il déverse de l’acide sur la dépouille de son défunt frère

août 13, 2013

Déverser de l’acide sulfurique sur les dépouilles des parents disparus. Telle est la nouvelle trouvaille de certaines familles congolaises, pour décourager les déterreurs qui s’adonnent, de plus en plus, au sordide commerce des organes et ossements humains. Ce phénomène prend de l’ampleur, à Brazzaville et dans certains départements du Congo et serait même transfrontalier.

L’on raconte que des organes humains seraient transportés dans des bidons en plastique contenant de l’huile de palme. Un témoin nous a rapporté une scène horrible qui s’est passée, vendredi 2 août dernier, au cimetière privé Bouka.

En effet, décédé à Brazzaville, des suites d’une maladie, un jeune de 19 ans est conduit à sa dernière demeure. Pendant que le cercueil se trouvait dans le caveau, un jeune d’une trentaine d’années, frère du défunt, s’y est introduit et après avoir ouvert le couvercle de la bière, il s’est mis à déverser de l’acide sur le corps du défunt qui a commencé à fondre comme du beurre au soleil. Un spectacle ahurissant que certains parents, amis et connaissances du disparu, n’ont pu supporter de voir.

Y aura-t-il un jour au Congo l’incinération des corps, pour échapper aux déterreurs? En tout cas, le phénomène des déterreurs inquiète, de plus en plus, des familles dont certaines n’hésitent plus à utiliser l’acide sulfurique, pour dissoudre les restes mortels.

Lasemaineafricaine.net

Congo: une firme malaisienne investit 570 millions d’euros dans la production d’huile de palme

juin 2, 2013

BRAZZAVILLE – La société malaisienne Atama Plantation va investir environ 570 millions d’euros sur dix ans pour produire assez d’huile de palme pour limiter la dépendance du pays, a-t-on appris dimanche auprès du ministère congolais de l’Agriculture.

L’investissement de 372 milliards de FCFA (plus de 567 millions d’euros), que Atama Plantation Sarl va consentir, prévoit une production en vitesse de croisière d’environ 720.000 tonnes par an d’huile de palme et 200.000 tonnes par an d’huile de palmistes, a indiqué Rigobert Maboundou, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

La production permettra au Congo de limiter considérablement les importations d’huile végétale, d’impacter sur les prix de marché et contribuer à réduire ainsi la dépendance alimentaire du pays, a ajouté M. Maboundou.

Officiellement, le Congo a consenti 180.000 hectares à Atama Plantation Sarl, filiale du groupe malaisien Wahsoeng Corporation Berhad, pour mener ses activités agro-industrielles.

Les terres à cultiver sont surtout de vastes étendues de forêts en partie défrichées exprès pour le projet. Elles sont situées à Yengo (nord), à la lisière entre les Départements de la Sangha et de la Cuvette, à plus de 600 km de Brazzaville.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso y a planté le premier palmier, selon les images diffusées dimanche par la télévision publique. Sur place, la firme malaisienne dispose déjà d’une pépinière de 360.000 plants.

D’après les responsables d’Atama Plantation Sarl, le business plan prévoit l’utilisation de la biomasse pour la production de l’électricité pour une capacité de 6.5 mégawatts, selon un communiqué que s’est procuré l’AFP.

Notre projet s’exécutera en trois phases jusqu’en 2017, année effective de la production d’huile de palme et d’électricité, a précisé Leong Kian Ming, directeur de Atama, cité dans ce communiqué.

En 2011, le Congo avait déjà concédé 80.000 hectares de terres exploitables à un groupe de fermiers sud-africains dans deux régions du sud-ouest du pays pour la production du maïs.

Le Congo est un pays pétrolier d’une superficie de 342.000 km2, à 60% essentiellement recouvert par des forêts. La Banque Mondiale reconnaît le Congo comme numéro un dans la protection des forêts en Afrique centrale, avec un taux de déforestation de 0,2% par an.

Romandie.com avec (©AFP / 02 juin 2013 18h39)

L’Indonésie sera la sixième économie mondiale en 2030

septembre 19, 2012
 
Un vendeur de poisson salé sur un marché de Jakarta, la capitale de l'Indonésie.
Un vendeur de poisson salé sur un marché de Jakarta, la capitale de l’Indonésie. Crédits photo : Achmad Ibrahim/AP
 
D’après une étude de McKinsey, le produit intérieur brut indonésien, en hausse de 7% par an, dépassera celui de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne en 2030.
La chancelière allemande Angela Merkel avait jugé, début juillet lors de sa première visite officielle en Indonésie, que la zone euro pouvait «prendre exemple» sur l’archipel. Elle en voulait pour preuve le fait que ce pays avait réussi à ramener sa dette publique de 82% du PIB (produit intérieur brut) en 2002 à 24% aujourd’hui et que son déficit budgétaire était inférieur à 2%, largement sous la limite des 3% fixée par l’Union européenne.Mardi, une étude de McKinsey & Company est venue tresser de nouveaux lauriers à l’Indonésie. Ce pays et ses 250 millions d’habitants, dont la moitié a moins de 29 ans, fort d’une croissance supérieure à 6% chaque année, pourraient coiffer l’Allemagne et la Grande-Bretagne en 2030, affirme le cabinet. Son produit intérieur brut, évalué à 846 milliards de dollars l’an dernier, passera à 1800 milliards en 2017, date à laquelle les PIB allemand et britannique atteindront respectivement 3900 milliards et 3200 milliards de dollars, calcule McKinsey. Après quoi elle les dépassera, de telle sorte que dans 18 ans seuls la Chine, les États-Unis, le Japon, le Brésil et la Russie seront devant l’archipel.

En octobre 2011, Standard Chartered prédisait déjà que l’Indonésie figurerait en 2030 parmi les six plus grandes économies dans le monde. Et il est vrai que ce pays de près de 2 millions de kilomètres carrés, qui compte pas moins de 17.500 îles, dispose d’un nombre impressionnant de matières premières, pétrole, gaz naturel, huile de palme, caoutchouc, qui assurent la moitié de ses exportations. Mais contrairement aux autres pays d’Asie, elle est peu exposée aux fluctuations de la demande extérieure.

Infrastructures

Le gouvernement, qui vise une croissance de 7 à 7,7%, parie sur l’investissement et la consommation. C’est pourquoi il multiplie les dépenses d’infrastructures qui vont passer de 3,5% du PIB à 5% d’ici deux ans.

D’après McKinsey, le nombre des Indonésiens gagnant plus de 3600 dollars par an (valeur 2005) va exploser de 45 millions en 2010 à 170 millions en 2030. Une véritable aubaine pour les investisseurs étrangers qui reviennent en masse dans ce pays qu’ils avaient délaissé au lendemain de la crise financière asiatique de 1997-1998.

En 2010, les flux d’investissements directs dans le pays ont bondi de 163% par rapport à l’année précédente, à 12,8 milliards de dollars. Et le mouvement continue. L’Allemagne veut doubler ses échanges avec l’Indonésie d’ici à 2015. La France y dépêchera une mission commerciale en décembre.

Pourquoi ce retour de flamme? Le président Susilo Bambang Yudhono, élu en 2004, puis réélu en 2009, a réussi à stabiliser la situation interne du pays, tandis que, malgré des incidents répétés, le gouvernement mène une lutte résolue contre le terrorisme islamiste dans ce pays à 90% musulman. Membre de l’Asean (Association des nations d’Asie du Sud-Est), Jakarta s’est rapproché de la Chine et de l’Australie. À présent, l’Indonésie veut retrouver la puissance régionale qu’elle a perdue au début des années 2000.

Lefigaro.fr par Arnaud Rodier

Huiles végétales pour se faire belle de la tête aux pieds

juin 29, 2012

Hydratantes, apaisantes, défatigantes, on l’a vu, les huiles végétales ont bien des vertus. Après vous avoir donné des conseils sur comment les utiliser, Puretrend vous dévoile sa sélection beauté pour vous faire belle de la tête aux pieds.

Vous aimeriez vous offrir une huile végétale, mais vous ne savez laquelle choisir ? Il faut dire qu’entre l’huile d’amande douce, d’avocat ou de nigelle, le choix ne manque pas et certaines appellations restent pour vous bien mystérieuses. Pour débuter, il y a des huiles incontournables rentrées depuis bien longtemps dans la composition de nos soins. L’huile d’amande douce en fait partie. Douce et hydratante, elle est particulièrement recommandée aux peaux sèches mais peut également nourrir les pointes de cheveux un brin sèches.

Pour le visage, l’huile de jojoba a fait ses preuves, et son statut de « sébum végétal » en fait le soin hydratant idéal des peaux mixtes ou grasses. Plus légère qu’il n’y paraît, elle pénètre rapidement la peau et la nourrie en profondeur sans laisser de voile gras. Venue du Moyen-Orient, l’huile d’argan est quant à elle devenue l’un des ingrédients de base de la beauté orientale. Sans oublier l’huile de carotte, excellent pour le teint et pour prolonger le bronzage, ou encore l’huile de palme (notre coup de coeur) qui répare les cheveux abîmés.

Puretrend.com par Catherine Brezeky