Posts Tagged ‘Idleb’

Syrie: 45 rebelles tués par des frappes russes dans le nord-ouest (OSDH)

septembre 24, 2017

Une quarantaine de rebelles islamistes ont été tués par des frappes russes, dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. / © AFP/Archives / Mladen ANTONOV

Au moins 45 membres d’un groupe rebelle islamiste ont été tués par des frappes russes, dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté dimanche l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les raisons pour lesquelles « Faylaq al-Cham » a été visé par ces raids aériens russes n’étaient pas claires dans l’immédiat, alors que ce groupe a participé aux derniers pourparlers de paix au Kazakhstan sous la supervision de Moscou.

Les frappes ont touché les QG de ce groupe dans la province d’Idleb, qui fait partie des quatre zones de désescalade créées en mai en vertu d’un accord entre Moscou, Téhéran –alliés du régime syrien– et la Turquie, soutien des rebelles.

L’OSDH a rapporté samedi un bilan de 37 rebelles tués, mais ce bilan s’est alourdi après la découverte de corps sous les décombres dans l’un des QG, aux abords du village de Tall Mardikh.

D’après un correspondant de l’AFP sur place, les frappes se sont abattues sur des grottes où se trouvaient des dizaines de rebelles. Leurs entrées n’étaient plus visibles en raison du grand nombre de gravats, selon la même source.

Faylaq al-Cham, qui compte des milliers de combattants et est considéré comme proche de la confrérie des Frères musulmans, est présent surtout dans la province d’Idleb et celle voisine d’Alep (nord).

Le groupe a combattu les jihadistes de l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie, qui dominent la majorité de la province d’Idleb et sont exclus des zones de désescalade.

Un responsable de Faylaq al-Cham a confirmé des frappes sur le village de Tall Mardikh, ainsi que la participation du groupe dans les derniers pourparlers à Astana.

« Notre participation à Astana ne signifie en aucun cas que la Russie est un pays ami et neutre », a déclaré à l’AFP Idriss Raed, responsable de relations extérieures du groupe. « Les bombardements russes ne sont pas surprenants puisque sa politique depuis son intervention en Syrie est basée sur le crime et le meurtre », a-t-il ajouté.

La Russie mène depuis 2015 une campagne militaire qui a permis à son allié, le président syrien Bachar al-Assad, de reprendre de larges pans de territoires aux rebelles et jihadistes.

Déclenché par la répression de manifestations prodémocratie et opposant initialement armée et rebelles syriens, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication d’autres protagonistes, d’acteurs régionaux et internationaux et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Romandie.com avec(©AFP / 24 septembre 2017 16h21)                

Publicités

Syrie: 22 enfants tués dans un raid contre une école de la province d’Idleb

octobre 26, 2016

Nations unies (Etats-Unis) – Vingt-deux enfants et six enseignants ont été tués dans des raids menés mercredi contre une école dans la province syrienne d’Idleb (nord-ouest), a indiqué l’Unicef.

Dans un communiqué, le directeur général de l’Unicef Anthony Lake dénonce une tragédie et un possible crime de guerre.

Il pourrait s’agir selon lui de l’attaque la plus meurtrière contre une école depuis le début de la guerre en Syrie il y a cinq ans et demi.

C’est une tragédie, c’est un scandale et si cette attaque est délibérée, c’est un crime de guerre, a-t-il ajouté.

L’école a été attaquée à plusieurs reprises, précise le communiqué, sans donner davantage de détails.

Un précédent bilan faisait état de 35 civils tués dont onze enfants. Des avions militaires ont mené six frappes sur le village de Hass, contre une école et ses environs, tuant 35 civils, dont 11 enfants, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Un des projectiles est tombé à l’entrée de l’école au moment où les enfants étaient évacués en raison des bombardements, a affirmé à l’AFP un militant anti-régime du Idleb Media Center qui a requis l’anonymat.

L’Unicef n’a pas précisé par qui avait été menée cette attaque.

Interrogé sur ce bombardement, l’ambassadeur russe à l’ONU Vitali Tchourkine a déclaré: C’est horrible, horrible. J’espère que nous n’étions pas impliqués.

Ce serait facile pour moi de dire +Non+ (ce n’est pas nous) mais je suis une personne responsable, je dois d’abord voir ce que notre ministre de la Défense va dire, a-t-il ajouté.

Le régime syrien et son allié russe sont régulièrement accusés par les puissances occidentales de mener des raids aériens sans distinction contre des infrastructures civiles. Ceux-ci s’en défendent et affirment ne viser que des terroristes.

Plus de 300.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en Syrie il y a cinq ans et demi, et la moitié de la population a été déplacée.

Romandie.com avec(©AFP / 27 octobre 2016 01h59)

Mort des cinq occupants d’un hélicoptère russe abattu en Syrie

août 1, 2016

Un hélicoptère militaire russe participant à une opération « humanitaire » dans la ville d’Alep a été abattu lundi dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé le ministère russe de la Défense. Les trois membres d’équipage et deux officiers qui étaient à bord ont été tués.

« Le 1er août, dans la province d’Idleb, des tirs venant du sol ont abattu un hélicoptère de transport militaire Mi-8 alors qu’il revenait à la base aérienne de Hmeimim après avoir livré de l’aide humanitaire dans la ville d’Alep », a déclaré le ministère dans un communiqué cité par les agences russes.

« A bord de l’hélicoptère se trouvaient trois membres d’équipage et deux officiers du Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie », a-t-il précisé. Le Kremlin a indiqué un peu plus tard qu’ils ont tous été tués.

Cela porte à 18 le nombre de militaires russes tués en Syrie depuis que la Russie y a déclenché une intervention militaire fin septembre 2015 pour soutenir son allié, le président syrien Bachar al-Assad.

Jeudi, l’armée russe avait annoncé le lancement d’une « opération humanitaire de grande ampleur » avec les forces gouvernementales qui assiègent les quartiers insurgés d’Alep, dans le nord de la Syrie, deuxième ville du pays et enjeu majeur de la guerre.

Après plusieurs mois de frappes aériennes, Vladimir Poutine a annoncé en mars le retrait de la majeure partie de son contingent militaire de Syrie. Mais celui-ci continue d’y mener des frappes contre des « cibles terroristes », en soutien aux forces de Bachar al-Assad.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations réclamant des réformes, la révolte contre le régime s’est transformée en une guerre dévastatrice. Elle a fait plus de 280’000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

Romandie.com avec(ats / 01.08.2016 12h56)