Posts Tagged ‘îles Canaries’

Les Canaries ou la bonne fortune africaine

février 26, 2022
Les îles Canaries, appelées Fortunées depuis l’antiquité, se sont transformées au fil de ces dernières décennies en hub régional. © Philippe TURPIN/Photononstop via AFP

Longtemps simple escale maritime depuis l’Europe, l’archipel espagnol revendique aujourd’hui son rôle de hub international le long de la côte ouest de l’Afrique.

Pas encore tout à fait l’Europe, mais déjà plus complètement l’Afrique. Espagnoles depuis 1479, les îles Canaries les plus orientales ne sont situées qu’à une centaine de kilomètres du littoral africain. Une particularité géographique qui permet à l’archipel de tenir depuis des siècles une position ô combien stratégique au carrefour de l’Europe, de l’Afrique et des Amériques.

Ouvertes aux quatre vents et portées par l’océan Atlantique, les Canaries ont connu une histoire faite d’invasions – des Guanches, arrivés d’Afrique du Nord juste avant notre ère, aux expéditions portugaises, françaises et espagnoles qui ont rythmé le XVe siècle – et de migration – hier les Canariens partis coloniser le Nouveau Monde, aujourd’hui les vagues de migrants clandestins en provenance d’Afrique. Sans parler des 13 millions de touristes qui, avant la pandémie, débarquaient chaque année profiter d’un printemps éternel.

D’escale maritime et commerciale indispensable, ces îles, appelées Fortunées depuis l’antiquité, se sont transformées au fil de ces dernières décennies, en hub régional, à l’échelle de la Macaronésie (les archipels du Cap-Vert, des Açores et l’île de Madère, ainsi que des côtes africaines qui la bordent, du Sénégal au Maroc, en passant par la Mauritanie).

Une économie servicielle

Avec le soutien de l’Espagne et de l’Union européenne (UE), à laquelle l’archipel adhère en 1991 – cinq ans après le reste du royaume –, l’économie, traditionnellement agricole, s’est modernisée à mesure que le secteur des services se développait autour des ports de Las Palmas, premier terminal à conteneurs de la région et de Santa Cruz de Tenerife qui, en plus d’abriter la plus grande raffinerie d’Espagne, est classé parmi les trois plus grands terminaux de croisière au monde. L’explosion du tourisme et celle de la construction qui en découle sont venues s’ajouter aux activités portuaires – réparation navale, avitaillement des navires, pour tirer un PIB canarien aujourd’hui lié pour près de 80 % au secteur des services.

L’ARCHIPEL JOUE SON RÔLE DE PLATEFORME INTERNATIONALE

Bénéficiant d’un régime fiscal avantageux depuis son statut de port franc accordé dès 1852 par l’Espagne, « l’archipel joue son rôle de plateforme internationale », insiste Nasara Cabrera Abu, directrice générale aux Affaires commerciales avec l’Afrique auprès du gouvernement local. En direction des pays membres de l’UE d’abord, de ceux du pourtour africain ensuite, « deuxième client aujourd’hui de l’archipel », reprend la conseillère de l’exécutif canarien.

Triple entente

Pour les Canaries, le soleil se lève depuis longtemps à l’Est. Plus encore depuis que le gouvernement local a décidé de soutenir son secteur privé en s’investissant sur place. Seule communauté autonome d’Espagne à disposer d’une direction Afrique, elle compte aussi ses propres représentants commerciaux au Cap-Vert, au Sénégal, en Mauritanie et au Maroc, les trois derniers étant abrités dans les diverses représentations diplomatiques espagnoles. Si Madrid conserve toute prérogative sur la scène internationale, le gouvernement central voit généralement d’un bon œil les efforts canariens pour arrimer l’économie de l’archipel au continent voisin.

LES INITIATIVES CANARIENNES PEUVENT ÉGALEMENT COMPTER SUR LE SOUTIEN INDÉFECTIBLE DE BRUXELLES

Inaugurée sur l’île de Grande Canarie et financée par le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement canarien et la municipalité de Las Palmas, la Casa África symbolise depuis 2007 cette triple entente, constituée autour d’intérêts bien compris par chacun.

Les initiatives canariennes peuvent également compter sur le soutien indéfectible de Bruxelles. Le statut de région ultrapériphérique (RUP) de l’UE permet à l’archipel de bénéficier du programme de coopération Interreg MAC (Madère-Açores-Canaries), financé à 85 % par les fonds européens, pour justement renforcer son intégration régionale et sa coopération « territorial » avec les pays de la côte ouest-africaine.

« Faire venir les entreprises africaines »

Avec un PIB annuel qui les place entre celui de la Côte d’Ivoire et de la Tunisie, les Canaries constituent un îlot de prospérité à l’échelle des économies africaines. En plus de son rôle logistique, suffisamment reconnu pour que des compagnies internationales comme Kinross, MSC ou Addax décident de s’y installer pour mieux servir l’Afrique, l’archipel dispose de tout un savoir-faire en matière d’énergies renouvelables, de désalinisation d’eau de mer, de biotechnologie et d’aquaculture qui lui permet de tisser sa toile à travers le continent.

AVEC UN TAUX D’IMPOSITION DE 4 %, L’IMPÔT POUR LES SOCIÉTÉS EST L’UN DES PLUS FAIBLES À L’ÉCHELLE DE L’UE

Le gouvernement profite également des visites régulières que lui rendent les autorités des pays africains, ou des missions économiques que lui et le secteur privé canarien effectuent sur place, pour signer des accords en matière de santé, d’éducation et de formation. Avec de nouveaux horizons en ligne de mire puisque, en plus de ses quatre partenaires historiques sur le continent, l’archipel renforce ses relations avec la Côte d’Ivoire, le Ghana, Sao Tomé-et-Principe. Il veut tirer parti de sa proximité évidente, « au sein de l’espace Afrique-Atlantique », comme le définit Nasara Cabrera Abu, pour multiplier les échanges économiques et technologiques qui permettront, à terme, de « connecter les écosystèmes », reprend la responsable Afrique, qui cite en exemple la coopération en cours entre les universités canariennes et un incubateur nigérian de startups.

Dans un souci d’équilibre, l’objectif du côté canarien est maintenant « de faire venir les entreprises africaines sur l’archipel », selon la conseillère au gouvernement. Et qu’elles profitent de cette porte ouverte sur l’Europe communautaire, qui plus est à un taux d’imposition de 4 % pour les sociétés, soit l’un des plus faibles à l’échelle de l’UE.

Avec Jeune Afrique par Olivier Caslin

Eruption aux Canaries: 6.000 personnes évacuées, la lave attendue sur la côte

septembre 21, 2021

 

Un regain d’activité du volcan Cumbre Vieja a entraîné l’évacuation de 500 personnes supplémentaires dans la nuit de lundi à mardi, portant le total à 6.000 déplacés sur l’île espagnole de La Palma, où des coulées de lave sont attendues sur la côte.

Le mont Cumbre Vieja en éruption à El Paso, sur l'île de La Palma, dans l'archipel espagnol des Canaries, le 19 septembre 2021

© DESIREE MARTIN Le mont Cumbre Vieja en éruption à El Paso, sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, le 19 septembre 2021

L'éruption du volcan Cumbre Vieja se poursuit sur l'île espagnole de La Palma, aux Canaries, entraînant lundi soir l'évacuation de 500 riverains supplémentaires, portant à 6.000 le nombre total d'évacués.

© Alberto GARCIA L’éruption du volcan Cumbre Vieja se poursuit sur l’île espagnole de La Palma, aux Canaries, entraînant lundi soir l’évacuation de 500 riverains supplémentaires, portant à 6.000 le nombre total d’évacués.

Selon les scientifiques, la rencontre de la lave avec l’océan dans cette île de l’archipel des Canaries pourrait entraîner le dégagement de gaz toxiques, amenant les autorités à instaurer une zone d’exclusion pour éviter tout danger.

« L’apparition d’une nouvelle bouche éruptive » dans la zone de Tacande, sur la commune d’El Paso, a entraîné l' »évacuation des habitants », a tweeté le service des secours d’urgence de l’archipel lundi soir, tandis que les images de l’AFPTV montraient des files de voitures roulant dans la nuit. 

« Quelque 500 personnes » ont ainsi dû abandonner leur domicile dans la nuit, a confirmé à l’AFP mardi matin Lorena Hernandez Labrador, conseillère municipale à Los Llanos de Aridane, village voisin très touché par les coulées de lave.

L’ouverture de cette bouche éruptive est intervenue après un nouveau séisme d’une magnitude de 4,1, enregistré à 21H32 (20H32 GMT), selon l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan).

Au total, environ 6.000 personnes ont donc été évacuées depuis le début de l’éruption du volcan dimanche. 

Comme Israel Castro Hernandez, dont le domicile a été détruit. « C’est pratiquement toute ta vie qui part comme ça… Le volcan se réveille, il dit +Je sors par là+ et il met pratiquement toute ta vie en l’air », se désole-t-il.

 Le mont Cumbre Vieja en éruption, vu depuis Los Llanos de Aridane, sur l'île de La Palma, dans l'archipel espagnol des Canaries, le 20 septembre 2021

© DESIREE MARTIN Le mont Cumbre Vieja en éruption, vu depuis Los Llanos de Aridane, sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, le 20 septembre 2021

A ses côtés, son épouse Yurena Torres Abreu ne réalise toujours pas. « On n’arrive pas à y croire. On se dit que notre maison est désormais sous ce volcan. Il n’y a rien à faire, c’est la nature », lâche-t-elle, désabusée.

– « Tout perdu » –

Si elle n’a fait aucune victime, cette éruption, qui est la première depuis 1971 sur l’île peuplée de près de 85.000 habitants, a provoqué d’énormes dégâts.

Les images diffusées par médias, autorités et riverains montrent des coulées noires et oranges dévalant lentement les flancs du volcan et engloutissant arbres, routes et maisons sur leur passage.

« On a tellement d’amis qui ont tout perdu. Ils sont sortis comme nous, avec ce qu’ils avaient sur eux et rien d’autre. Ils ont laissé toute leur vie là-bas », confie Elizabeth Torres Abreu, la soeur de Yurena, qui a elle aussi perdu sa maison.

Le volcan a détruit au total 166 bâtiments et la lave recouvre 103 hectares, selon le système européen de mesures géospatiales Copernicus, qui a publié sur Twitter une image satellite de l’île montrant les zones touchées.

Des coulées de lave approchent de maisons après l'éruption du mont Cumbre Vieja à El Paso, sur l'île de La Palma, dans l'archipel espagnol des Canaries, le 19 septembre 2021

©DESIREE MARTIN Des coulées de lave approchent de maisons après l’éruption du mont Cumbre Vieja à El Paso, sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, le 19 septembre 2021

– Gaz toxiques –

Les autorités attendent à présent l’arrivée de la lave dans la mer, initialement prévue lundi soir mais retardée par le ralentissement des coulées.

Une rencontre redoutée en raison de sa dangerosité potentielle car elle peut donner lieu à des explosions, des vagues d’eau bouillante et l’émanation de gaz toxiques, selon l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS).

Le gouvernement régional des Canaries a donc demandé aux curieux de ne pas se rendre sur la zone et a décrété un « rayon d’exclusion de 2 milles marins » autour de l’endroit où est prévue l’arrivée des coulées.

Le Cumbre Vieja crache des colonnes de fumées atteignant plusieurs centaines de mètres de haut et entre 8.000 et 10.500 tonnes de dioxyde de souffre par jour, selon l’Involcan.

L’espace aérien n’a toutefois pas été fermé. Tous les vols prévus lundi à l’aéroport de La Palma sont bien arrivés ou partis et 48 autres sont programmés mardi, a annoncé mardi matin le gestionnaire espagnol d’aéroports Aena

Ce volcan était sous haute surveillance depuis une semaine en raison d’une intense activité sismique et selon Involcan, l’éruption pourrait durer « plusieurs semaines voire quelques mois ».

« L »île est désormais coupée en deux », résume Juan Aragón Cruz, qui a dû quitter lui aussi son logement. « On sait quand ça a commencé, mais on ne sait pas combien de temps ça va durer ».

Avec AFP

Vingt-quatre migrants meurent de faim et de soif entre l’Afrique et les îles Canaries

avril 29, 2021

BARCELONE, Espagne — Vingt-quatre migrants originaires d’Afrique subsaharienne, dont deux mineurs, sont apparemment morts de faim et de soif en tentant de rejoindre les îles Canaries depuis la côte ouest de l’Afrique.

© Fournis par La Presse Canadienne

Les corps ont été récupérés par des secouristes espagnols mercredi soir.

L’embarcation de bois qui dérivait dans l’Atlantique avait tout d’abord été repérée par un appareil de l’aviation espagnole lundi, à environ 500 kilomètres de l’île d’El Hierro.

Seulement trois personnes à bord étaient toujours vivantes, mais à peine, selon les secouristes. Deux hommes et une femme dans un état critique ont été transportés par hélicoptère vers un hôpital de l’île de Tenerife, selon la délégation du gouvernement espagnol aux îles Canaries.

Les survivants auraient confié aux secouristes avoir passé 22 jours en mer.

Un nombre croissant de migrants qui essaient d’échapper aux conflits, à la violence et aux problèmes économiques tentent au péril de leur vie de traverser l’Atlantique pour rejoindre l’archipel espagnol depuis la côte ouest de l’Afrique.

Ils peuvent devoir franchir entre 400 et 1500 kilomètres, dépendant de leur point de départ, et manquent souvent de nourriture, d’eau et de carburant avant d’arriver à destination.

Quelque 4300 migrants sont arrivés aux Canaries cette année, mais une centaine de personnes, dont des femmes et des enfants, ont perdu la vie en chemin, ont indiqué mercredi différentes agences onusiennes.

Au moins 850 personnes sont mortes ou disparues l’an dernier en tentant de rejoindre l’archipel, mais 23 000 sont arrivées à bon port, selon l’ONU.

L’agence admet toutefois que le bilan réel est fort probablement beaucoup plus lourd.

– Par The Associated Press avec La Presse Canadienne