Posts Tagged ‘Immeuble’

Nigeria: deux morts et huit blessés dans l’effondrement d’un immeuble à Lagos

juillet 11, 2020

 

Un immeuble résidentiel de deux étages en rénovation s’est effondré dans la nuit de vendredi à samedi à Lagos, la capitale économique du Nigeria, faisant deux morts et huit blessés, ont annoncé samedi les services de secours.

«L’incident s’est produit vers 02H00 du matin. Le bâtiment était en cours de rénovation par un promoteur immobilier lorsqu’il s’est effondré», a déclaré à l’AFP Ibrahim Farinloye de l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA). «Nous avons récupéré deux corps et sauvé huit personnes qui ont été gravement blessées par les débris», a-t-il précisé.

  1. Farinloye a estimé que le nombre de morts aurait été plus élevé si l’immeuble avait été entièrement occupé. «Seuls quelques habitants se trouvaient à l’intérieur du bâtiment quand il s’est effondré, les autres l’ayant quitté pour faciliter la rénovation», a-t-il expliqué.

Les effondrements de bâtiments sont fréquents au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

Par Le Figaro avec AFP

Suède: une explosion touche un immeuble dans le centre de Stockholm

janvier 13, 2020

Une explosion d’origine indéterminée a frappé un immeuble résidentiel du centre de Stockholm dans la nuit de dimanche à lundi, sans faire de blessés, ont annoncé lundi les autorités en Suède qui connaît depuis plusieurs mois une vague d’explosions criminelles.

Des images diffusées dans la nuit montrent une façade d’immeuble dégradée, sa porte d’entrée démolie et des vitres explosées. Plusieurs voitures à proximité de bâtiment ont également été touchées par la déflagration dans le très huppé quartier d’Östermalm. «A ce stade, il n’est pas possible de dire si l’explosion s’est produite à l’intérieur ou à l’extérieur de l’immeuble», a déclaré une porte-parole de la police aux médias locaux.

Les autorités ont reçu l’alerte vers 01h00 locales et ont ensuite évacué l’immeuble. Une enquête préliminaire a été ouverte pour déterminer les causes de l’explosion. Peu après l’incident, une autre explosion s’est produite vers 03h00 locales à Uppsala, à 70 kilomètres au nord de Stockholm. Aucun lien n’a été établi pour l’heure entre les deux événements.

Classée parmi les nations plus riches et les plus prospères du monde, la Suède connaît un niveau de violences faible par rapport aux autres pays occidentaux. Mais le royaume scandinave est aux prises avec une relégation croissante de certaines catégories sociales et les écarts socio-économiques se creusent plus que dans n’importe quel autre Etat membre de l’OCDE. Dans les grandes villes, et de plus en plus dans les villes moyennes, des bandes souvent liées au trafic de drogues sévissent et se livrent une guerre sanglante.

Outre les fusillades qui font chaque année plusieurs dizaines de morts et de blessés, les groupes rivaux utilisent désormais de façon quasi ordinaire des engins explosifs, grenades à main ou thermos bourrés de poudre. Entre janvier et octobre 2019, les démineurs sont intervenus pour 99 explosions, soit le double par rapport à l’année précédente à la même époque, et 76 engins non explosés.

Par Le Figaro avec AFP

 

Spectaculaires effondrement d’un immeuble à Istanbul après des pluies

juillet 24, 2018

Des agents municipaux et les forces de l’ordre ont juste eu le temps d’évacuer les habitants de cet édifice situé à Sütlüce, dans le district de Beyoglu sur la rive européenne d’Istanbul, avant qu’il ne s’effondre le 24 juillet 2018. / © Demiroren News Agency/AFP / –

Un immeuble résidentiel de quatre étages s’est effondré mardi dans le centre d’Istanbul après être resté plusieurs heures en équilibre au bord d’un ravin provoqué par un glissement de terrain, selon des images spectaculaires diffusées par les médias.

La base de l’immeuble s’est retrouvée sur plusieurs mètres en suspension au-dessus du vide à la suite d’un glissement de terrain provoqué par un violent orage accompagné de pluies diluviennes qui ont touché la ville pendant la nuit.

Des agents municipaux et les forces de l’ordre ont juste eu le temps d’évacuer les habitants de cet édifice situé à Sütlüce, dans le district de Beyoglu sur la rive européenne d’Istanbul, avant qu’il ne s’effondre.

Alors que les chaînes de télévision diffusaient en direct des images de la scène, l’immeuble s’est mis à vaciller avant de dévaler la pente et de s’écraser quelques mètres plus bas dans un nuage de poussière.

Aucun blessé n’était à déplorer, mais les télévisions turques montraient un tas de gravats fumants qui témoigne de la force de l’impact.

Selon les médias turcs, l’immeuble s’est écrasé dans un trou profond et large de plusieurs mètres qui avait été creusé pour la construction d’un hôtel.

Le maire de Beyoglu, Ahmet Misbah Demircan, a affirmé que les résidents de l’immeuble seraient rapidement relogés, a rapporté l’agence de presse étatique Anadolu, précisant que le bâtiment datait de 1994.

L’incident illustre une nouvelle fois l’état de fragilité dans lequel se trouvent certains immeubles résidentiels à Istanbul face au risque de tremblement de terre, ou même face aux fragilisations provoquées par de simples chantiers alentour.

Romandie.com avec(©AFP / 24 juillet 2018 16h57)

Pologne: 4 morts, 21 blessés dans l’effondrement d’un immeuble, selon un nouveau bilan

mars 4, 2018

Varsovie – Quatre personnes sont mortes et 21 autres ont été blessées dimanche dans un immeuble d’habitation de trois étages qui s’est effondré à Poznan, dans l’ouest de la Pologne, probablement à la suite d’une explosion de gaz, ont annoncé la préfecture et les pompiers.

« Selon les informations les plus récentes, quatre personnes sont mortes et 21 autres ont été blessées », a déclaré le porte-parole du préfet de Poznan, Tomasz Stube, cité par l’agence PAP.

Les pompiers poursuivaient leurs fouilles mais ont estimé que ce bilan pourrait être définitif.

« Selon nos calculs, nos appareils de mesure et nos équipes de sauvetage, il ne devrait plus y avoir personne dans les gravats », a déclaré le chef national des pompiers, Leszek Suski.

Selon lui, 40 personnes au total se trouvaient dans l’immeuble avant qu’il ne s’effondre à 07h50 locales (06h50 GMT).

« Etant donné le niveau des destructions, il a été admis provisoirement qu’il pouvait s’agir d’une explosion de gaz », a déclaré à la télévision TVN24 le porte-parole national des pompiers.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de la police de Poznan a indiqué qu’une enquête avait été lancée suite à la mort de trois personnes « dans l’effondrement d’un bâtiment ».

Romandie.com avec(©AFP / 04 mars 2018 17h47)                                            

France: 5 morts, dont 4 enfants, dans l’incendie « probablement criminel » d’un immeuble

octobre 2, 2017

Strasbourg – Cinq personnes, dont quatre enfants, ont trouvé la mort dans l’incendie « très probablement d’origine criminelle » d’un immeuble social (HLM) survenu dans la nuit de dimanche à lundi à Mulhouse (est de la France).

« On a un incendie qui est très probablement d’origine criminelle. Tout le laisse à croire », a expliqué lundi le procureur de la République, Dominique Alzeari, au cours d’une conférence de presse.

« Une personne a été mise en garde à vue lundi à 02H40 (locales). Un homme âgé de 28 ans qui a des antécédents pour des faits de dégradations par incendie », a-t-il ajouté.

L’incendie, qui a également fait huit blessés, dont trois dans un état grave, s’est déclaré dimanche soir vers 23H30 dans les sous-sols d’un immeuble HLM (habitation à loyer modéré) de cinq étages.

L’enquête, ouverte lundi, porte sur « des faits de destruction volontaires ayant entraîné la mort, et pour des faits de destructions ayant entraîné des blessures graves pour les personnes », a précisé le magistrat.

Les fumées sont la cause du bilan très lourd du sinistre, selon les premiers éléments de l’enquête.

L’âge des enfants tués dans l’incendie n’a pas été précisé.

« C’est terrible, toute la ville est secouée par ce drame », a déclaré à l’AFP le maire de Mulhouse, Jean Rottner.

L’immeuble touché, qui compte dix appartements, est situé dans une zone de sécurité prioritaire au nord de Mulhouse. Sa façade n’a pas été endommagée, a constaté un journaliste de l’AFP. « C’est un immeuble en très bon état, situé dans une cité apaisée, où il n’y a pas de difficultés particulières », a assuré le maire.

Interrogés par l’AFP, des voisins ont décrit des scènes de « panique ».

« Mon ami habite dans l’immeuble, sa femme et son fils de 8 ans sont grands brûlés. Il était sur place quand le feu a démarré », a raconté Leila, habitante d’un immeuble voisin. « Il a descendu sa femme et sa fille en premier, puis en descendant il a été intoxiqué par les fumées qui étaient encore dans les couloirs. (…) On est tous choqués ».

« Je pense que le feu s’est déclaré vers 23H35, on y était 10 minutes après. On a sauvé ce qu’on pouvait. C’était l’enfer… On a pu sauver 4 ou 5 personnes », a expliqué un autre riverain, Bekir, déplorant que « les secours aient mis 35 minutes à venir ».

Romandie.com avec(©AFP / 02 octobre 2017 17h37)                                            

Inde: 18 morts dans l’effondrement d’un immeuble à Bombay

août 31, 2017

Les sauveteurs fouillent les décombres de l’immeuble écroulé à Bombay, le 31 août 2017 / © AFP / PUNIT PARANJPE

Au moins dix-huit personnes sont mortes jeudi dans l’effondrement d’un immeuble à Bombay, ont indiqué les autorités de la mégapole indienne.

Le bâtiment de quatre étages, situé dans la zone densément peuplée de Bhendi Bazaar au cœur de la mégapole, s’est écroulé jeudi matin vers 08h40 locales (03h10 GMT).

En fin de journée, les sauveteurs s’affairaient toujours dans les débris à la recherche de survivants. Les autorités estiment qu’une quarantaine de personnes se trouvaient à l’intérieur au moment de l’accident.

« Dix-huit personnes sont mortes. Douze autres ont été admises à l’hôpital », a déclaré à l’AFP Vijay Khabale-Patil, un porte-parole de la municipalité.

Les effondrements d’édifices sont fréquents en Inde, particulièrement durant la période de mousson qui s’étend de juin à septembre dans le sous-continent.

Sur place, les résidents de ce quartier encombré, l’un des plus anciens de Bombay, tentaient d’aider les secouristes dans leurs opérations.

« Il y a eu un énorme bruit et nous avons tous accouru », a raconté à l’AFP Naseem Mogradia, qui habite à deux rues de là.

La zone de Bhendi Bazaar fait l’objet d’un important plan de réhabilitation urbaine pour remplacer ses immeubles âgés de plusieurs décennies. Le bâtiment qui s’est effondré jeudi était d’ailleurs ancien de près de 120 ans et devait être détruit, ont indiqué des responsables.

« La plupart des bâtiments de Bhendi Bazaar sont vieux et en mauvais état. Nous vivons dans la peur qu’ils ne s’effondrent pendant la mousson », a témoigné Mohammed Shaikh, un résident de 63 ans.

Des pluies particulièrement violentes ont paralysé cette semaine Bombay, entraînant un arrêt forcé de l’activité bouillonnante de la capitale économique de l’Inde et tuant au moins 10 personnes.

En 2013, 60 habitants avaient péri dans un effondrement dans un quartier résidentiel, l’une des pires tragédies de ce type à Bombay.

Romandie.com avec(©AFP / 31 août 2017 15h01)

Italie/Un petit immeuble s’effondre près de Naples: huit disparus

juillet 7, 2017

Des secouristes cherchent des disparus après l’effondrement d’un immeuble à Torre Annunziata, près de Naples, en Italie, le 7 juillet 2017 / © AFP / Renato Esposito

Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres à mains nues, et sous un soleil de plomb, à la recherche de huit disparus dans l’effondrement d’un petit immeuble à Torre Annunziata, au pied du Vésuve, ont annoncé les pompiers italiens.

Selon les médias, les voisins n’ont entendu aucune explosion, seulement le grondement de l’effondrement, quand deux des quatre étages de l’immeuble se sont écroulés vers 6H30 (4H30 GMT).

Des témoins ont évoqué le passage d’un train de marchandises sur la voie ferrée longeant le bâtiment juste avant l’effondrement, d’autres des travaux de rénovation en cours dans les étages inférieurs, mais aucune piste n’était privilégiée pour l’instant. Le parquet de Torre Annunziata a ouvert une enquête.

Une trentaine de pompiers ainsi que des dizaines de volontaires et des proches des disparus fouillaient les décombres. Les pompiers ont annoncé que deux des leurs avaient été légèrement blessés pendant les fouilles.

Selon les déclarations du maire de la commune à la presse, les disparus sont un couple et leurs enfants de 8 et 11 ans, un autre couple et leur fils de 25 ans ainsi qu’une femme de 65 ans qui vivait seule.

Les secouristes s’arrêtaient régulièrement, pour l’instant en vain, pour faire silence afin d’entendre d’éventuels appels à l’aide. Des équipes cynophiles étaient également sur place pour rechercher les disparus.

Par mesure de sécurité, la circulation sur la voie ferrée a été interrompue.

Romandie.com avec(©AFP / 07 juillet 2017 15h34)                

Incendie d’une tour à Londres: toujours des dizaines de disparus

juin 16, 2017

Des pompiers sur une grande échelle inspectent les décombres de la tour Grenfell à Londres le 16 juin 2017 / © AFP / Chris J Ratcliffe

Le décompte macabre des victimes de l’incendie d’une tour de logement sociaux à Londres n’est pas terminé, ont averti les secours et la police, alors que des dizaines de personnes étaient encore portées disparues vendredi et que la colère gronde chez les survivants.

Dix-sept corps ont pour l’instant été retrouvés, dont onze à l’intérieur de l’immeuble, qui n’ont pas pu encore être identifiés, a expliqué le chef de la police métropolitaine, Stuart Cundy.

Incapable de donner le nombre de personnes disparues, il a dit espérer que cela n’atteigne pas « un nombre à trois chiffres ». Près de 600 personnes habitaient dans cet immeuble de 120 appartements

Selon les médias britanniques, 70 manqueraient à l’appel.

« Ce serait un miracle de retrouver des survivants », a déclaré la cheffe des pompiers Dany Cotton. Quant à leur identification, elle risque d’être longue et difficile, avec un risque qu’elle ne soit jamais possible, a dit M. Cundy en raison de la chaleur dégagée par le brasier.

Trois jours après le déclenchement de l’incendie, dans la nuit de mardi à mercredi, l’immeuble de 24 étages continuait de dégager de la fumée, et ses niveaux les plus élevés restaient inaccessibles aux pompiers en raison de l’instabilité des sols.

Autour de la tour, des dizaines de personnes angoissées étaient à la recherche de leurs proches disparus. La colère aussi était palpable, alors que les mises en garde des habitants contre le danger d’un incendie ont été ignorées pendant des années.

Mis en cause aussi, le revêtement récemment installé l’an dernier sur la façade, qui aurait favorisé la propagation de l’incendie.

Selon le quotidien The Times, le recours à ce revêtement est proscrit aux États-Unis pour les immeubles dépassant 12 mètres de haut.

Le gouvernent a ordonné l’ouverture d’une enquête publique pour faire la lumière sur les raisons de la catastrophe.

« Il y a eu un gros problème ici, un problème dramatique », a déclaré vendredi le ministre des Communautés Sajid Javid, ajoutant que des inspections de bâtiments similaires allaient avoir lieu et qu’une attention particulière allait être portée aux revêtements.

« Nous devons faire tout ce qu’il faut pour mettre les personnes qui vivaient ici en sécurité », a-t-il encore dit, affirmant que les habitants de l’immeuble incendié allait être relogés à Londres, alors que les rescapés ont passé leur deuxième nuit dans des structures temporaires mises en place par les associations locales.

La Première ministre Theresa May a été vivement critiquée pour ne pas avoir rencontré les habitants du quartier lors de sa visite la veille. La reine Elizabeth II s’est rendue sur place vendredi matin, saluant les secouristes et les résidents.

Jeudi, le maire de Londres Sadiq Khan avait été pris à partie. « Combien d’enfants sont morts? Qu’est-ce que vous allez faire », lui a lancé un enfant hissé sur les épaules de sa mère. « C’est une colère justifiée », a estimé M. Khan.

– Première victime nommée –

Alors que la raison de l’incendie demeurait inconnue, le Times a relaté que c’est l’explosion d’un réfrigérateur dans un appartement du 4e étage qui pourrait l’avoir déclenché. Le résident aurait alerté les pompiers et prévenu ses voisins, avec qui il serait sorti de l’immeuble.

Pour le moment, seule une victime a été nommée. Il s’agit de Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui vivait au 14e étage et étudiait l’ingénierie civile à la West London University. Son frère aîné, qui était avec lui, a survécu et est hospitalisé.

« Mohammed avait entrepris un voyage dangereux pour fuir la guerre et la mort en Syrie, avant d’y être confronté ici, au Royaume-Uni, dans son propre foyer. Mohammed est venu dans ce pays pour sa sécurité et le Royaume-Uni a échoué à le protéger », a déclaré l’association Campagne pour la solidarité avec la Syrie.

Le sinistre, qui vient frapper un pays déjà endeuillé par plusieurs attentats, a entraîné un vaste élan de solidarité : plus de 2,5 millions de livres ont été récoltées en faveur des victimes, tandis que les dons de vêtements et de nourriture affluaient. Le gouvernement a lui annoncé le déblocage du fonds d’urgence pour les catastrophes.

« ça fait 23 ans que j’habite dans cette tour et je ne me suis jamais senti en sécurité », a confié Soran Karimi, 31 ans, en recevant l’AFP dans un immeuble en face du Grenfell. « Les alarmes incendie ne fonctionnaient pas », a-t-il affirmé, se disant « très en colère ». « Ici vit la classe ouvrière, des gens d’origines différentes, auxquels on ne prête pas attention ».

Romandie.com avec(©AFP / 16 juin 2017 14h58)                

Iran/Téhéran : de nombreux blessés après l’effondrement d’un immeuble, en direct à la télévision

janvier 19, 2017

Le bâtiment de quinze étages s’est effondré alors que les pompiers y combattaient un incendie. Les occupants ont pu être évacués à temps, mais des dizaines de soldats du feu étaient encore à l’intérieur, rendant le bilan encore incertain.

70 personnes ont été blessées, dont 45 pompiers, et des dizaines de personnes sont portées disparues après l’effondrement d’un immeuble, jeudi matin à Téhéran. La tour de quinze étages s’est écroulée alors que des pompiers intervenaient pour tenter d’y éteindre un incendie. Le nombre exact de personnes portées disparues est encore inconnu.

L’incendie s’est déclaré au 9e étage du bâtiment, avant de se propager jusqu’au dernier étage. Selon l’agence de presse semi-officielle Fars, les flammes étaient visibles à plusieurs kilomètres de là. Des dizaines de camions de pompiers et d’ambulances ont été dépêchés sur place afin de gérer les flammes et les blessés, tandis que la police a fait évacuer le quartier de crainte que des fuites de gaz causent des explosions.

C’est au bout de quatre heures d’incendie que l’immeuble s’est écroulé dans un grand nuage de poussières, en direct sous les yeux des médias iraniens qui évoquaient le sujet. L’effondrement a piégé plusieurs dizaines de pompiers. «Je pense qu’il y a de 45 à 50 personnes qui sont encore à l’intérieur» estime Ali, l’un des pompiers qui participent au déblaiement de la structure, sans certitude.

Un pompier iranien dans les décombres du Plasco Building le 19 janvier 2017. AFP PHOTO / STR

Un pompier iranien dans les décombres du Plasco Building le 19 janvier 2017. AFP PHOTO / STR Crédits photo : STR/AFP

Construit en 1962, le Plasco Building est l’un des premiers gratte-ciel de la capitale iranienne. Il avait été construit par l’homme d’affaires Habibollah Elghanian. De confession juive, il avait été condamné à mort après la révolution islamique de 1979 en raison de ses liens présumés avec Israël.

On trouvait notamment dans l’immeuble un centre commercial et des ateliers de confection de vêtements. «Nous avons à plusieurs reprises mis en garde les responsables de l’immeuble» contre la fragilité du bâtiment, a indiqué Jalal Maleki, porte-parole des pompiers, qui regrette que les normes de sécurité n’aient pas été mieux respectées. Il met en cause notamment

Lefigaro.fr par Diane Berger avec AFP, AP et Reuters Agences

Guinée équatoriale : la CIJ reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble parisien attribué à Teodorìn Obiang

décembre 7, 2016

Le fils du président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue devant l’Assemblée générale de l’ONU, le 30 septembre 2015. © Frank Franklin II/AP/SIPA

La Cour internationale de justice, réunie à La Haye ce mercredi 7 décembre, ne tranche pas sur l’immunité de Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de Guinée équatoriale, mais reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble situé 42, avenue Foch à Paris.

C’est une décision mi-figue mi-raisin qu’a rendue le 7 décembre la Cour internationale de justice (CIJ), à La Haye. Saisie le 13 juin dernier par la Guinée équatoriale, cette dernière lui demandait de prononcer des mesures conservatoires contre la France dans le cadre de l’affaire dite des Biens mal acquis (BMA), aux motifs que, premièrement, Teodoro Nguema Obiang Mangue (visé par l’enquête parisienne) bénéficiait d’une immunité diplomatique en tant que 2e vice-président de son pays, et que, deuxièmement, l’immeuble dans lequel furent saisis les biens constituait une représentation diplomatique de Malabo.

La CIJ déclare d’une part ne pas être compétente pour déterminer si oui ou non le fils du président équato-guinéen était protégé par son immunité diplomatique au moment où la France a procédé à ladite saisie (meubles, habits, voitures…) dans l’immeuble situé 42, avenue Foch, à Paris. Dans ce cadre, elle dit ne pouvoir « indiquer de mesures conservatoires ».

Perquisitions interdites

En revanche, la CIJ reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble (la France, elle, soupçonne Teodorìn de l’avoir acquis à titre personnel) : « La France doit, dans l’attente d’une décision finale en l’affaire, prendre toutes les mesures dont elle dispose pour que les locaux présentés comme abritant la mission diplomatique de la Guinée équatoriale au 42 avenue Foch à Paris jouissent d’un traitement équivalent à celui requis par l’article 22 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques, de manière à assurer leur inviolabilité », a-t-elle confirmé dans un communiqué. En d’autres termes : la France ne peut plus procéder à d’autres perquisitions dans cet immeuble.

Jeuneafrique.com par Michael Pauron