Posts Tagged ‘Importations’

Congo-Développement : moderniser le secteur agricole pour réduire les importations des denrées alimentaires

juin 23, 2021

Le Premier ministre Anatole Collinet Makosso a exprimé, le 21 juin à Brazzaville, la détermination du gouvernement de moderniser l’agriculture afin d’améliorer la productivité et réduire le coût des importations des denrées alimentaires au Congo.

Vue d’un site agricole/ DR

« Désormais, le gouvernement modernisera ce secteur pour en améliorer la productivité. Nous miserons notamment sur la mécanisation, avec à la clé une unité de montage de tracteurs à Maloukou », a fait savoir Anatole Collinet Makosso.

Selon le chef du gouvernement, avec une agriculture modernisée offrant des possibilités de réduction des coûts et une filière industrielle moderne, le Congo sera un espoir pour sa jeunesse au terme des cinq prochaines années.

Le Premier ministre a indiqué devant les députés que le Congo importe divers produits agricoles et denrées alimentaires à près de 700 milliards de FCFA, en moyenne, chaque année. Mais, dit-il, la relance de l’économie va de pair avec la réduction à terme des importations alimentaires. Pour cela, il a estimé qu’il faut développer les cultures vivrières et fruitières sur toute l’étendue du territoire national, intensifier les cultures maraîchères en zones urbaines et préurbaines, ainsi qu’étendre l’élevage de différentes espèces animales et des volailles.

Le gouvernement s’emploiera à vulgariser les nouvelles techniques agricoles, résultant de la recherche et des études scientifiques mèneront sur un important programme d’irrigation dans les bassins de production.

Il sera procédé à la relecture des lois ayant trait au foncier, notamment la loi foncière et domaniale qui devra s’imposer, en vue d’un recadrage législatif de la gouvernance du secteur, autant qu’est envisagée la poursuite du programme de constitution des réserves foncières de l’Etat.

Avec Adiac-Congo par Gloria Imelda Lossele

Les importations depuis Hongkong vers les États-Unis devront être étiquetées «made in China»

août 11, 2020

 

Donald Trump avait annoncé le 14 juillet la fin du régime préférentiel accordé par Washington à Hongkong après l’imposition par Pékin d’une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire semi-autonome.

Hong Kong a réagi en affirmant que l'application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Hong Kong a réagi en affirmant que l’application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). ANTHONY WALLACE / AFP

Les douanes américaines vont annoncer ce mardi que les marchandises importées de Hong Kong devront porter la mention «fabriqué en Chine» pour pouvoir être vendues aux États-Unis, selon un projet de document de ces services consulté par l’AFP. Le président américain Donald Trump avait annoncé le 14 juillet la fin du régime préférentiel accordé par Washington à Hong Kong, après l’imposition par Pékin d’une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire semi-autonome. En 2018, Hong Kong a vendu sous ce régime pour 6,3 milliards de dollars de marchandises aux États-Unis, en particulier des équipements électriques, des métaux précieux et des gemmes ainsi que des plastiques.

«En ce qui concerne les marchandises importées produites à Hong Kong, ces marchandises ne peuvent plus être identifiées comme provenant de l’origine ‘Hong Kong’ mais doivent être marquées comme provenant de ‘Chine’», selon le projet de document qui doit être publié mardi par les douanes américaines. Hong Kong a réagi en affirmant que l’application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et violerait les règles du commerce international. «Hong Kong jouit d’un statut unique en tant que territoire douanier distinct … qui n’est pas accordé et ne peut être révoqué par aucun autre pays», a déclaré le gouvernement de la région semi-autonome dans un communiqué.

Cette décision intervient alors que les tensions s’accroissent entre les États-Unis et la Chine. Elle est en conformité avec le décret signé en juillet par Donald Trump après avoir conclu «que Hong Kong n’est plus suffisamment autonome pour justifier un traitement différentiel par rapport à la Chine», selon le projet de document. Un délai de 45 jours sera octroyé aux importateurs après l’annonce de cette mesure pour leur donner le temps de s’adapter. Le décret présidentiel du 14 juillet a également mis fin au traitement préférentiel dans le domaine des passeports et aux exportations de technologies sensibles, suspendant également l’accord d’extradition de Washington avec Hong Kong et les entraînements conjoints de la police.

Les États-Unis ont également imposé vendredi des sanctions à un groupe de 11 responsables chinois et hongkongais accusés de saper l’autonomie de Hong Kong, dont la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam, en réponse à l’imposition de la loi sur la sécurité. La Chine a condamné ces sanctions «barbares» et pris des mesures à l’encontre de 11 responsables américains en représailles, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruiz ainsi que le dirigeant de l’association de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth.

Par Le Figaro avec AFP

Washington publie la liste des importations chinoises visées par les taxes

avril 3, 2018

Washington – Le représentant américain au Commerce (USTR) a publié mardi la liste d’importations chinoises qu’il propose de soumettre à de nouvelles taxes douanières en rétorsion « au transfert forcé de technologie américaine et de propriété intellectuelle ».

Cette liste, qui vise des importations représentant « approximativement 50 milliards de dollars », cible des produits de différents secteurs dont l’aéronautique, les technologies de l’information et de la communication ou encore la robotique et les machines, explique-t-il dans un communiqué.

Donald Trump avait signé le 22 mars « un memorandum ciblant l’agression économique de la Chine ». Il avait alors évoqué des mesures punitives contre des importations chinoises d’un montant pouvant atteindre « 60 milliards de dollars » pour mettre un terme à ce qu’il affirme être la concurrence déloyale de Pékin et le vol de propriété intellectuelle.

L’USTR avait une quinzaine de jours pour soumettre au président une liste provisoire qui doit désormais être soumise à examen avant la publication d’une liste définitive.

Cette annonce intervient alors que l’offensive commerciale entre Washington et Pékin est encore montée d’un cran cette semaine.

Le géant asiatique avait en effet annoncé lundi avoir pris des mesures de rétorsion contre 128 produits américains représentant quelque trois milliards de dollars. Il répondait alors à l’imposition de taxes américaines de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium.

Romandie.com avec(©AFP / 03 avril 2018 21h45)