Posts Tagged ‘inaction’

L’inaction criarde de la communauté internationale

août 23, 2013

Communauté internationale où es-tu ?
Quand dans cette guerre on nous tue
Tu continues toujours à tourner en rond
Dans l’indécision vide et criard du ballon
Avec des paroles en l’air sans brin d’espoir
Quand tes yeux se régalent du mouroir
Où des corps inertes sans expression
Attendent le dernier trou de leur dimension
Pour les accueillir au son de la pelletée
Qu’à chaque fois avec ton vin dans la gaieté
Tu dégustes ton cher camembert préféré
Au plus grand désir de l’inaction avouée
Où tes papilles se moquent de notre sort
Pour nous qui avons accepté la bêtise de la mort
Parfois surpris par la déflagration des canons
Parfois amputés, décapités, morcelés par fragmentation
De ses armes payées à l’impôt de notre contribution
Quand tu continues d’admirer avec joie tes jupons.

Bernard NKOUNKOU

Inde: une fillette de 5 ans violée et mutilée dans un état stable

avril 21, 2013

NEW DELHI – Une fillette de 5 ans violée et mutilée à New Delhi par un homme d’une vingtaine d’années se trouvait dans un état stable dimanche alors que des manifestants dénonçaient l’inaction de la police dans un pays traumatisé par la mort d’une étudiante après un viol collectif fin décembre.

La petite victime est soignée dans le meilleur hôpital public de la capitale fédérale indienne pour de graves blessures internes subies pendant sa séquestration par un voisin de 22 ans, employé dans un atelier de confection, arrêté samedi.

Elle est dans un état stable et elle montre ses signes d’amélioration, a déclaré à l’AFP le médecin en chef de l’hôpital, D.K. Sharma. Elle est consciente et parle à ses parents, aux médecins et aux infirmières et on peut dire que ses jours ne sont plus en danger, a-t-il ajouté.

Le médecin a précisé un peu plus tard que l’enfant avait été grièvement blessée. Elle est sans doute trop jeune pour comprendre la gravité de son état.

Les journaux indiens faisaient dimanche la Une de son martyre et des manifestations. Delhi en colère sort dans la rue, titrait le Sunday Pioneer au moment où une foule se rassemblait devant le principal poste de police de la ville, selon un photographe de l’AFP.

Le suspect, Manoj Kumar, serait locataire dans l’immeuble où vit l’enfant, selon la presse. Après avoir enlevé sa petite victime lundi, l’avoir retenue pendant 40 heures, violée et torturée, il a été appréhendé après s’être réfugié chez ses beaux-parents dans l’Etat du Bihar (est).

Le Premier ministre Manmohan Singh a dénoncé une agression cruelle qui nous rappelle le besoin de travailler collectivement pour éradiquer cette sorte de perversion de notre société.

L’Inde a entamé un examen de conscience après la mort d’une étudiante de 23 ans le 29 décembre, treize jours après avoir été violée et battue par six hommes dans un autobus de la capitale.

La nature particulièrement sauvage de l’agression a profondément choqué le pays et a suscité un débat sur les violences faites aux femmes et sur l’apathie de la police et de la justice face aux auteurs.

Manmohan Singh a demandé aux autorités compétentes de faire preuve de considération et de sensibilité face à l’anxiété publique générée par ces faits tout en défendant son bilan: notre gouvernement a agi promptement en renforçant la loi pour permettre de mieux combattre les violences contre les femmes.

Le code pénal punit désormais d’un minimum de 20 ans d’emprisonnement le viol en réunion, passible de la réclusion à perpétuité.

En cas de décès de la victime, les auteurs encourent la peine de mort.

Depuis le viol collectif de décembre, les femmes osent davantage porter plainte, selon les ONG.

La police de New Delhi a enregistré un bond de 148% des affaires de viol entre le 1er janvier et le 24 mars par rapport à l’an dernier, et une hausse de 600% des affaires d’agressions sexuelles du 1er janvier au 3 avril.

Le procès des auteurs présumés de ce viol se poursuit devant un tribunal spécial. L’un des cinq adultes suspects a été retrouvé mort dans sa cellule le mois dernier, vraisemblablement après s’être pendu. Le sixième suspect, 17 ans, est jugé par un instance pour mineurs.

Romandie.com avec (©AFP / 21 avril 2013 09h32)

Centrafrique: Paris protège ses ressortissants, les rebelles en maîtres

décembre 26, 2012

Photo AFP

Photo AFP


La France a fait protéger son ambassade à Bangui attaquée mercredi par des manifestants reprochant l’inaction de Paris alors que les rebelles du Séléka s’affichaient en maîtres de la Centrafrique, affirmant …plus que le président François Bozizé avait « perdu le contrôle du pays » après deux semaines d’offensive moins

A Bangui, plusieurs centaines de personnes proches du pouvoir ont lancé mercredi des projectiles vers l’ambassade de France pour dénoncer la passivité de l’ancienne puissance coloniale devant l’avancée des forces rebelles, a constaté un journaliste de l’AFP. Les manifestants avaient auparavant fait un sit-in devant l’ambassade des Etats-Unis

La France a fait protéger son ambassade à Bangui attaquée mercredi par des manifestants reprochant l’inaction de Paris alors que les rebelles du Séléka s’affichaient en maîtres de la Centrafrique, affirmant que le président François Bozizé avait « perdu le contrôle du pays » après deux semaines d’offensive.

L’ONU a annoncé en fin de soirée qu’elle allait retirer son personnel « non essentiel » du pays. Les Etats-Unis ont eux déclaré encourager tous les Américains à quitter la Centrafrique.

Les renforts tchadiens qui campent aux portes de Bangui à l’appel du président centrafricain semblent être le dernier rempart contre une avancée des insurgés vers la capitale.

Après plus de quinze jours d’opérations et de conquête de villes, le Séléka (Alliance en sango, la langue nationale), a affirmé que « par mesure de sécurité et de protection des populations civiles, nous ne considérons plus nécessaire de mener la bataille de Bangui et d?y faire entrer nos troupes, car le général François Bozizé (…) a déjà perdu le contrôle du pays ».

« Nous demandons à tous les fils et filles de Centrafrique, à tous les éléments de forces de défense et de sécurité encore fidèles au régime de François Bozizé (…) de déposer les armes immédiatement », ont ajouté les rebelles.

A Bangui, plusieurs centaines de personnes, proches du pouvoir, ont lancé des projectiles vers l’ambassade de France pour dénoncer la passivité de l’ancienne puissance coloniale, a constaté l’AFP. Ils avaient auparavant fait un sit-in devant l’ambassade des Etats-Unis.

Paris fait protéger ses ressortissants

Après les incidents, le président français François Hollande a demandé au ministre de la Défense « de prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité » des 1.200 Français vivant en Centrafrique et de l’ambassade.

« Ces mesures ont été mises en oeuvre dans les délais les plus courts et seront prolongées autant que nécessaire », a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé que la représentation diplomatique avait été « sécurisée » par une trentaine de soldats française et le calme rétabli.

Deux cents militaires français sont basés en Centrafrique, en majorité à Bangui.

Des manifestants ont dit protester contre la passivité de Paris dans la crise.

« Nous sommes ici à l’ambassade de France, parce que c’est la France qui nous a colonisés. Mais la France a tendance à nous lâcher. On n’a plus besoin de la France, la France n’a qu’à prendre son ambassade et partir », a affirmé une manifestante.

Plusieurs jeunes ont jeté des projectiles sur les locaux dont certains ont cassé des vitres, ainsi que sur la représentation d’Air France.

L’ambassadeur de France à Bangui, Serge Mucetti, a déclaré que « le drapeau français a été descendu de son mât et emporté par des manifestants », qualifiant la manifestation de « particulièrement violente ». Air France a fait faire demi-tour à son vol hebdomadaire Paris-Bangui.

Les insurgés, qui ont pris les armes le 10 décembre pour réclamer « le respect » d’accords de paix conclus entre 2007 et 2011, se sont rapidement emparés de villes stratégiques, Bria (ville diamantifère du centre), Bambari (ville aurifère du centre sud), avant de prendre Kaga Bandoro (centre nord) mardi, s’approchant dangereusement de Bangui par le nord et par l’est.

Sous-équipée, démotivée et mal organisée, l’armée régulière n’a opposé que peu de résistance.

Au moins 2.000 déplacés

Tout en affirmant vouloir négocier, comme l’ont demandé les chefs d’Etats d’Afrique centrale, la rébellion a continué à avancer, refusant de quitter les villes conquises sans un cessez-le-feu préalable, que le président centrafricain ne semble pas prêt à accorder.

Au moins 2.000 Centrafricains ont fui dans le nord de la RDCongo voisine l’avancée des rebelles et en Centrafrique même des ONG humanitaires se sont inquiétées du sort des déplacés.

Les effectifs et la puissance de feu de la rébellion demeurent flous.

Le contingent de l’armée tchadienne arrivé en renfort des militaires centrafricains doit servir de « force d’interposition » selon N’Djamena. Il s’est positionné sur le dernier axe routier menant à Bangui.

Présents sur les deux derniers « verrous », Sibut (130 km de Bangui) et Damara (60 Km), les Tchadiens, rompus au combat et plus lourdement équipés, pourraient être le dernier rempart à une victoire des rebelles.

N’Djamena, allié historique de François Bozizé, avait déjà envoyé ses troupes en 2003 pour l’aider à prendre le pouvoir, et à nouveau fin 2010 pour combattre des rébellions dans le nord.

La Centrafrique – 5 millions d’habitants – était engagé depuis 2007 dans un processus de paix après des années d’instabilité, de rébellions multiples, mutineries militaires et putschs.

AFP par Issouf Sanogo