Posts Tagged ‘incendie’

Niger : une église incendiée après l’arrestation d’un imam

juin 16, 2019

 

Une église a été incendiée dans la nuit de samedi à dimanche à Maradi (centre sud), troisième ville du Niger, par des manifestants qui protestaient contre l’arrestation d’un influent imam, libéré ce dimanche, a-t-on appris de sources concordantes.

«Depuis deux heures du matin, on est restés éveillés, l’église de Zaria (quartier populaire de Maradi) a été brûlée, la voiture du pasteur a été brûlée par des individus qu’on ne connaît pas. La gendarmerie est sur place, soyons prudents» a affirmé un responsable de l’église dans un message adressé à ses paroissiens et transmis à l’AFP. Une source sécuritaire locale a «confirmé» à l’AFP l’incendie de cette église.

Cheick Rayadoune, influent imam de la mosquée de Zaria, a été arrêté samedi par la police après avoir qualifié vendredi «d’anti-islam» un projet de loi du gouvernement sur «l’organisation de l’exercice du culte au Niger». Il a toutefois été «remis en liberté ce dimanche après-midi, il a reconnu son erreur et s’est excusé», a indiqué à l’AFP une source policière. «Tous mes partisans doivent cesser de brûler et de créer des troubles en ville, l’islam ne recommande pas cela, je n’ai aucunement été maltraité par la police», a déclaré Cheick Rayadoune dans un message peu avant sa libération. «J’ai été induit en erreur par ceux qui m’ont traduit (du français au haoussa) un texte supposé être le document officiel», a-t-il regretté et il «promet de rectifier» lors de «la prière hebdomadaire vendredi prochain».

Des précédents pour des caricatures de Charlie Hebdo

Le projet de loi a été adopté fin avril en conseil de ministres, qui soulignait alors une «absence totale de normes rigoureusement définies» concernant «l’exercice du culte» dans le pays, sur fond d’un «développement de tendances religieuses fondamentalistes et extrémistes». Le texte qui doit encore être adopté par le Parlement dispose notamment que «la liberté du culte doit s’exercer dans le respect de l’ordre public» et que «l’exercice du culte en lieu public (sera) soumis au régime de l’autorisation préalable». Il consacre «le droit de l’Etat de contrôler les sources de financement» pour «la construction et l’exploitation des lieux privés de cultes» qui seront «soumises à une autorisation préalable».

«Cette loi est le fruit des plusieurs consultations et concertations profonde (…). Dans le texte il n’y a rien d’anti-islam», a commenté à l’AFP un haut responsable du ministère nigérien de l’Intérieur, pour qui il s’agit d’éviter que «les dérives prônées par les organisations obscurantistes terroristes» ne prennent de l’ampleur dans le pays. En 2017, le ministère nigérien de l’Intérieur avait regroupé tous les oulémas nigériens pour un colloque pour travailler sur le sujet.

Le Niger est un pays très majoritairement musulman, avec 1 à 2% de chrétiens sur une population de plus de 20 millions d’habitants. Il a déjà connu des troubles religieux graves. Après la publication de caricatures du prophète Mahomet par le journal français Charlie Hebdo en 2015, des émeutes antichrétiennes avaient fait dix morts à Niamey et détruit la plupart des églises de la capitale et de Zinder, la deuxième ville du pays

Par Le Figaro.fr avec AFP

Algérie : 24 policiers blessés et une sous-préfecture incendiée lors d’une manifestation de chômeurs

mai 15, 2019
 

La sous-préfecture de Tinerkouk (centre de l’Algérie) en flammes, mardi 14 mai 2019. © YouTube/Dzaïr TV

 

Au moins 24 policiers ont été blessés, dont quatre grièvement, et une sous-préfecture a été incendiée, dans le centre de l’Algérie, lors de violences entre les forces de l’ordre et des chômeurs qui manifestaient, a-t-on appris mercredi 15 mai.

De jeunes chômeurs réclamant des emplois bloquaient depuis mi-avril l’accès à une entreprise pétrolière dans la sous-préfecture de Tinerkouk, à environ 800 km au sud d’Alger, paralysant largement ses activités, selon l’agence de presse officielle APS.

Mardi, les manifestants ont été délogés par les forces de l’ordre. Ils se sont ensuite rendus dans un autre quartier de la ville, où ils ont muré les accès de la mairie et de la sous-préfecture. L’intervention de la police pour libérer les bâtiments a entraîné des affrontements avec les protestataires, qui ont incendié la sous-préfecture et dérobé des équipements.

La sous-préfecture incendiée

Les manifestants ont affronté à coups de pierres la police, qui a fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Plusieurs protestataires ont également été blessés, a indiqué l’APS, sans préciser leur nombre. Des chaînes de télévision privées, dont Dzaïr TV, ont diffusé des images montrant la sous-préfecture de Tinerkouk en flammes et des manifestants barrant la route à l’aide de pneus incendiés.

Ces dernières années, les habitants des régions riches en hydrocarbures, majoritairement situées dans le centre et le sud de l’Algérie, ont régulièrement manifesté pour dénoncer l’absence de développement de leurs territoires, le manque d’emplois et la concurrence de travailleurs venus du Nord du pays, voire de l’étranger. Le marché de l’emploi algérien semble toujours atone : un quart des moins de 30 ans sont au chômage.

Par Jeune Afrique avec AFP

Incendie d’un hôtel en Chine: le bilan grimpe à 19 morts

août 25, 2018

Pékin – Un incendie samedi matin dans un hôtel du nord-est de la Chine a fait au moins 19 morts et 23 blessés, selon un média d’Etat.

Le sinistre s’est déclaré en pleine nuit à 04H36 (20H36 GMT vendredi) au sein d’un établissement de la ville de Harbin, capitale de la province du Heilongjiang (nord-est), a indiqué l’agence Chine nouvelle.

« Un total de 400 mètres carrés ont été ravagés par les flammes, et le sinistre a entraîné la mort de 19 personnes », selon le média, qui cite les autorités.

Le précédent bilan officiel faisait état de 18 morts, mais l’un des 24 blessés hospitalisés est décédé des suites de ses blessures.

La télévision étatique CCTV a montré des images de l’hôtel-spa dévasté, avec des structures métalliques désarticulées et calcinées, des bouts de plafonds pendants, des murs noircis et des baies vitrées explosées.

Les blessés ont inhalé des fumées toxiques ou souffrent de brûlures, selon la même source. Une enquête est en cours pour déterminer les causes du départ de feu.

Les incendies mortels sont fréquents dans le pays, où les règles de sécurité sont régulièrement négligées.

Dix-huit personnes ont été tuées et cinq autres blessées en avril dans l’incendie d’un établissement de karaoké dans le sud de la Chine.

En novembre, un incendie avait fait 19 morts et huit blessés dans une pension du sud de Pékin. Et en mai 2015, 38 personnes avaient trouvé la mort dans l’incendie d’une maison de retraite à Pingdingshan, dans la province du Henan (centre).

Romandie.com avec(©AFP / 25 août 2018 13h25)                                                        

Suède: quelques 80 voitures brûlées à Göteborg, deux personnes arrêtées

août 14, 2018

Des voitures brûlées à Göteborg, dans l’ouest de la Suède, le 14 août 2018 / © TT News Agency/AFP / Adam IHSE

Près de 80 voitures ont été incendiées dans la nuit de lundi à mardi dans l’ouest de la Suède, ont déclaré mardi les autorités, qui ont annoncé avoir arrêté deux personnes et soupçonnent une attaque coordonnée à moins d’un mois des législatives.

Les faits se sont produits lundi soir à Göteborg, la deuxième ville de Suède, dans une vingtaine d’endroits différents, a recensé la police.

Deux personnes âgées de 16 et 21 ans ont été arrêtées mardi matin.

Le mobile reste toutefois inconnu, ont indiqué les autorités qui parlent d’incidents coordonnés via les réseaux sociaux. Aucune victime n’est à déplorer.

« Nous n’avions encore jamais vu autant de voitures incendiées », a déclaré Hans Lippens, porte-parole de la police, à l’AFP.

Les incidents ont suscité de vives réactions du côté des politiques, en campagne pour les élections législatives du 9 septembre.

« Je suis en colère. Ma question (aux auteurs) est: qu’est-ce que vous êtes en train de faire? », s’est insurgé le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven, candidat à sa propre succession, au micro de la radio publique suédoise.

« Vous détruisez vos propres chances, vos parents et vos quartiers », a-t-il ajouté, précisant que les incidents « semblaient très coordonnés, presque comme une opération militaire ».

Chaque jour, rien que dans la banlieue de Stockholm, des voitures sont incendiées -des faits généralement attribués à des jeunes défavorisés.

En 2017, 1.457 voitures ont été « délibérément » brûlées en Suède, contre 1.641 en 2016, selon les chiffres de l’Agence suédoise de la protection civile MSB.

« La Suède tolère cela depuis trop longtemps. Cela doit cesser maintenant », a écrit Ulf Kristersson, chef du parti conservateur (Modérés) et candidat aux législatives, sur son compte Facebook.

En février 2017, deux jours après les déclarations controversées du président américain Donald Trump associant immigration et criminalité en Suède, des émeutes ont éclaté à Rinkeby, dans la banlieue nord de Stockholm, et dont la population est à 90% d’origine étrangère.

Des dizaines de jeunes ont affronté la police à coups de jets de pierres, après l’arrestation d’un trafiquant de drogue présumé. Des voitures ont également été incendiées et des magasins pillés.

Romandie.com avec(©AFP / (14 août 2018 14h34)

Lourd bilan de canicule en Europe, le feu menace une ville au Portugal

août 7, 2018

Progression de feu à Monchique, dans le sud du Portugal, le 7 août 2018 / © AFP / CARLOS COSTA

Un feu de forêt visible depuis la station spatiale menaçait mardi une ville touristique du sud du Portugal, dans une péninsule ibérique durement touchée par la canicule.

– Portugal : mobilisation sans précédent –

Les bombardiers d’eau et une noria d’hélicoptères qui se ravitaillent dans les piscines luttent avec plus d’un millier d’hommes au sol contre un incendie qui s’approche dangereusement de la ville touristique de Monchique, dans les montagnes de l’Algarve, dans le sud du Portugal.

De nouveaux vents violents sont attendus qui risquent d’attiser le brasier.

Le sinistre, qui s’est déclaré vendredi, a fait 30 blessés, dont un grave, selon le dernier bilan de la protection civile.

Photo montrant un important panache de fumée près de Monchique (sud du Portugal), prise depuis la station spatiale internationale (ISS) par l’astronaute allemand Alexander Gerst. Photo fournie par l’Agence spatiale européenne (ESA) le 7 août 2018 / © EUROPEAN SPACE AGENCY/AFP / Alexander GERST

La fumée de l’incendie est visible sur une photo tweetée par l’astronaute allemand Alexander Gerst à bord de la Station spatiale internationale.

Dans la nuit de lundi à mardi, quelque 250 personnes ont été évacuées de villages voisins tandis que les flammes, qui ont déjà ravagé plus de 15.000 hectares de forêt, passaient à 500 mètres d’une caserne des pompiers.

Un millier de pompiers, une centaine de soldats, plus de 340 véhicules, 16 aéronefs sont engagées à Monchique, « des effectifs sans précédent dans ce genre d’opération », a souligné le ministre de l’Intérieur Eduardo Cabrito lors d’une conférence de presse.

Le Portugal est encore traumatisé par deux vagues d’incendies qui ont fait 114 morts l’année dernière et le pays avait tout fait pour éviter une répétition de cette tragédie.

Un hélicoptère lutte contre l’incendie à Pinet, dans l’est de l’Espagne, le 7 août 2018 / © AFP / JOSE JORDAN

– Neuf morts en Espagne –

Les pompiers sont aussi en première ligne en Espagne où un feu a déjà ravagé près de 1.500 hectares dans la région de Valence (est), obligeant à évacuer 2.500 personnes dans la nuit de lundi à mardi.

L’Espagne, comme le Portugal, a frôlé ce week-end son record absolu de température, quand le thermomètre a atteint 46,6 degrés à El Granado, une commune d’Andalousie proche du Portugal, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), basée à Genève.

Le bilan de la canicule en Espagne s’est alourdi à neuf morts en une semaine, ont annoncé mardi les autorités, après l’autopsie du corps d’un sexagénaire ayant succombé aux fortes chaleurs dans le sud-ouest.

Des touristes se rafraîchissent dans une fontaine devant la Pyramide du Louvre à Paris, le 7 août 2018 / © AFP / GERARD JULIEN

– Orages sur la France –

Le reste de l’Europe peut espérer un répit des vents venus de l’Atlantique.

En France, des orages attendus en fin de journée devaient faire basser les températures et dissiper le smog qui pèse sur Paris, Lyon et plusieurs autres grandes villes. « La canicule se termine », a commenté mardi le prévisionniste Frédéric Nathan.

Les orages pourront être parfois violents, accompagnés de grêle et de rafales de vent allant jusqu’à 100km/h.

Portugal : le feu menace la ville de Monchique / © Jennifer Hautefeuille/AFP / –

– Hécatombe de poissons –

Le temps est venu de recenser les dégâts.

Ainsi une tonne de poissons morts en raison de la canicule a été extraite du Rhin dans le nord de la Suisse, la température de ce fleuve s’élevant actuellement par endroits à 27,6 degrés.

Mille kilos d’ombres (des salmonidés) en ont été retirés depuis le week-end dernier entre le lac de Constance, à la frontière avec l’Allemagne et l’Autriche, et la ville de Schaffhouse, a précisé la télévision publique RTS.

– Repeignez vos plantes –

Aux Pays-Bas, une entreprise de peinture a eu l’idée d’utiliser une peinture spéciale à base de végétaux pour redonner leur couleur verte aux plantes desséchées.

« Tout le monde pensait que c’était une blague. Nous sommes bien entendu une entreprise de peinture et non une entreprise de jardinage. Mais ce n’est pas mauvais pour l’environnement et les plantes restent vertes pendant cinq à sept semaines », a expliqué Fabian de la Croix, membre de cette entreprise, au site d’information RTL Nieuws.

Romandie.com avec(©AFP / (07 août 2018 18h39)

Incendie meurtrier en Grèce: le ministre chargé de l’ordre public limogé

août 3, 2018

Le ministre-adjoint chargé notamment de l’Ordre public et de la Protection des citoyens, Nikos Toskas, à Athènes, le 26 novembre 2015 / © AFP/Archives / LOUISA GOULIAMAKI

Le ministre-adjoint chargé notamment de l’Ordre public et de la Protection des citoyens, Nikos Toskas, a été limogé vendredi après l’incendie qui a fait 88 morts à l’est d’Athènes le 23 juillet, a annoncé le bureau du Premier ministre.

« Le Premier ministre a accepté la démission de M. Toskas », affirment les services d’Alexis Tsipras dans un communiqué. La gestion de la catastrophe par les pouvoirs publics a valu au gouvernement les critiques de l’opposition qui a réclamé la démission des responsables.

La semaine dernière, M. Toskas avait indiqué avoir proposé sa démission à M. Tsipras, mais que celui-ci l’avait refusée. Dans un bref communiqué, les services du Premier ministre indiquent avoir accepté la démission au cours « d’une brève réunion » avec M. Toskas, au cours de laquelle il l’a « remercié pour la coopération de toutes ces années ».

Les pouvoirs de protection civile ont été transférés au ministre de l’Intérieur Panos Skourletis.

M. Tsipras était sous pression depuis la semaine dernière, pour s’être contenté d’avoir simplement reconnu « la responsabilité politique » du terrible incendie, qui s’est propagé très vite d’une colline surplombant la ville de Mati et ses environs, à la ville elle-même, construite en grande partie dans une pinède.

Les feux de forêt les plus meurtriers dans le monde / © AFP / Alain BOMMENEL

Il était notamment reproché à M. Tsipras de n’avoir prononcé aucune sanction.

Le bilan, qui dépassait les 90 morts, a été revu à la baisse vendredi à 88, un disparu, et 40 hospitalisés dont neuf dans un état critique.

Les partis d’opposition ont martelé que le gouvernement n’avait pas suffisamment prévenu la population du danger, alors que des vents très violents soufflaient depuis l’ouest, et n’avait pas pris suffisamment de dispositions pour une éventuelle évacuation.

Ils l’ont accusé aussi d’avoir tenté de cacher pendant plusieurs heures l’étendue du désastre.

« A qui la faute? »: la polémique enfle en Grèce après les feux / © AFP / William Edwards, Farid Addala

La dernière personne à avoir succombé à ses brûlures, vendredi, est une jeune femme de 35 ans qui avait déjà perdu son bébé de six mois dans l’incendie, et dont le mari est un pompier qui avait été mobilisé ce jour-là pour lutter contre les flammes.

Les victimes ont péri pour la plupart carbonisées, ou asphyxiés, ou encore noyées en tentant de fuir par la mer.

Au cours des jours suivants, la police et les pompiers, deux services placés sous la responsabilité de M. Toskas, avaient passé leur temps à se renvoyer la responsabilité des carences de ce soir-là.

Outre l’horreur des faits, toute cette situation politique était devenue difficile pour M. Tsipras, alors que le Premier ministre pouvait jusqu’alors espérer sortir en grande pompe le 20 août de huit ans de plans d’aide à son pays.

Romandie.com avec(©AFP / 03 août 2018 18h35)

France/incendie à gare Montparnasse: 16.000 foyers privés d’électricité dans les Hauts-de-Seine

juillet 27, 2018

Paris – Quelque 16.000 foyers étaient privés d’électricité vendredi dans plusieurs communes des Hauts-de-seine en raison de l’incendie qui causait d’importantes perturbations du trafic des trains à la gare Montparnasse, a-t-on appris vendredi de source préfectorale.

Les foyers privés de courant sont situés à Châtillon, Clamart, Vanves, Malakoff, Issy-les-Moulineaux, selon cette source.

Un compteur électrique RTE a pris feu vers 11H30 au pied de l’hôtel Accor d’Issy-les-Moulineaux, juste à côté des locaux de Microsoft en bord de Seine, entraînant un gros dégagement de fumée. Quelque 2.500 personnes ont été évacuées au plus fort de l’intervention, selon les autorités.

Sur les lieux de l’incendie à Issy-les-Moulineaux, le sinistre a été circonscrit en début d’après-midi et les personnes évacuées commençaient à réintégrer les bâtiments, a constaté un journaliste de l’AFP.

« On ne connaît pas les raisons du départ de feu », ont indiqué les pompiers, précisant que « tous les câbles ont pu être sauvegardés sauf un, celui qui alimente Montparnasse ».

Aucun train n’a pu circuler vendredi depuis la fin de matinée à la gare Montparnasse. La SNCF anticipe déjà de très fortes perturbations de la circulation au départ et à l’arrivée de la gare jusqu’en fin de journée et conseille aux clients qui le peuvent de reporter leur voyage.

Le groupe a mis en place un plan d’alimentation électrique alternative de la gare, qui permettra de faire partir ou arriver une partie des trains en milieu d’après-midi, selon Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juillet 2018 14h23)                                                        

La canicule persiste en Europe

juillet 26, 2018

Des enfants jouent au milieu de jets d’eau à Paris le 26 juillet 2018. / © AFP / ALAIN JOCARD

Plusieurs pays d’Europe suffoquaient jeudi sous des températures record, notamment dans le nord du continent où la canicule s’étendait pendant que la Grèce comptait ses morts après l’incendie le plus dévastateur de son histoire récente.

– Grèce –

Attisé par des vents violents et facilité par un temps sec et très chaud, le feu qui a dévasté lundi des villages situés à l’est d’Athènes a fait 82 morts et plus de 100 blessés, selon un nouveau bilan des pompiers qui ont annoncé jeudi la découverte d’une victime supplémentaire. Selon la chaîne publique ERT, seule une trentaine de corps ont été identifiés pour le moment et les légistes tentaient de mettre un nom sur des dizaines de corps.

Le gouvernement a annoncé mercredi des mesures d’urgence pour les sinistrés, avec le versement d’indemnités et des exonérations. Les obsèques des victimes seront prises en charge.

La pluie est attendue dans les jours à venir.

Un violent orage a provoqué une inondation soudaine dans la banlieue nord d’Athènes le 26 juillet 2018. / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Des averses violentes ont déjà provoqué jeudi des inondations dans les banlieues nord d’Athènes, sans toutefois faire de victimes, selon les pompiers.

– Suède

Le thermomètre devrait continuer à se maintenir aux alentours 30°C -avec des pics attendus à 33°C- dans le sud-ouest et le centre-ouest de la Suède, touchée par d’importants incendies.

L’Agence suédoise de la protection civile a recensé jeudi matin 23 foyers actifs sous contrôle, deux fois moins que la semaine dernière. Des pluies sont annoncées pour le week-end. D’ici là, les autorités interdisent d’allumer des feux ou des barbecues.

Un hélicoptère bombardier d’eau survole un massif forestier en feu à Korskrogen, en Suède, le 25 juillet 2018. / © AFP / Jonathan NACKSTRAND

Pas moins de 25.000 hectares, dont 13.000 dans la seule région de Kårböle (centre) sont partis en fumée ou continuent de se consumer.

Deux avions italiens bombardiers d’eau envoyés en renfort la semaine dernière en Suède quitteront le pays ce week-end pour être redéployés en Grèce, ont annoncé les autorités.

– Royaume-Uni

Le Royaume-Uni connaît sa pire canicule depuis des décennies. Vendredi, le record de 38,5 degrés enregistré en Angleterre en 2003 pourrait être battu, dépassant celui établi en 2003. L’Ecosse a d’ores et déjà enregistré un record de 33,2 degrés à Motherwell.

Que faire en cas de fortes chaleurs ou de canicule ? / © AFP / Sophie RAMIS

Il n’y a pas eu de pluie soutenue dans le sud-est de l’Angleterre depuis le 29 mai, relève la météo.

Des restrictions d’eau ont été instaurées en Irlande du Nord fin juin et devraient s’étendre au nord-ouest de l’Angleterre à partir du 5 août.

– France

Météo-France maintient ce jeudi 18 départements en vigilance orange canicule alors que le thermomètre doit atteindre 34 à 37 degrés, avec des pointes « localement (à) 38 degrés ». Les fortes chaleurs ont une incidence sur la consommation électrique qui a enregistré un pic quasi-record à la mi-journée, en raison du recours aux climatiseurs et ventilateurs.

Des camions à eau de la police arrosent les arbres d’un parc de Hambourg le 25 juillet 2018. / © dpa/AFP / Bodo Marks

Conséquence des fortes chaleurs et du trafic routier, le tiers Est du pays est touché par une pollution à l’ozone.

– Allemagne

Des températures pouvant aller jusqu’à 38° sont attendues jeudi en Allemagne et fait inhabituel, les températures ne sont quasiment pas tombées sous les 20° la nuit précédente.

En Basse-Saxe (nord), une éleveuse de porcs a même mis à disposition de ses 875 bêtes huit baignoires pour qu’elles se rafraîchissent, selon l’agence Dpa.

Les pelouses des parcs britanniques ont jauni sous l’effet des fortes chaleurs. Ici, des personnes se prélassent dans un parc de Londres le 25 juin 2018. / © AFP / Tolga Akmen

– Pays-Bas

L’Institut royal météorologique néerlandais a officiellement décrété jeudi une vague de chaleur, une première depuis trois ans. La canicule, qui dure depuis 12 jours, est la sixième plus longue depuis 1901.

Les autorités néerlandaises se préparent à une pénurie d’eau dans plusieurs endroits du pays, particulièrement dans l’est et le sud.

– Belgique

Météo: coup de chaud sur l’Ile-de-France / © AFP / Esther Delord, Emmanuelle Monier, Farid Addala

La ville de Bruxelles a lancé le 20 juillet un plan anticanicule pour venir en aide aux personnes isolées et affaiblies par les fortes chaleurs. La capitale belge est en alerte jaune, celle d’Anvers en alerte rouge, avec des risques de feux de forêts.

– Suisse

Selon Météo Suisse, pas de canicule, même s’il fait très chaud. Les autorités relève toutefois que le risque d’incendie de forêt est « très fort » et plusieurs cantons ont interdit les feux en plein air, en vue notamment de la fête nationale du 1er août.

– Bulgarie

En Bulgarie, l’actualité est marquée au contraire par des inondations. La ville de Pridop (centre) a été brièvement placée en état d’urgence mercredi soir après de très fortes précipitations, inhabituelles en cette saison.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juillet 2018 16h34)

A Mati, la désolation dans une ville « qui n’existe plus »

juillet 24, 2018

Une maison en feu le 23 juillet 2018 à Mati, petite station balnéaire proche d’Athènes, ravagée par les incendies qui ont fait au moins 50 morts / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

« Mati n’existe plus »: silence désolé, carcasses de voitures ou d’animaux calcinées, la petite ville côtière à l’est d’Athènes a été réduite en cendres, que parcouraient mardi des secouristes pour en extraire de nouvelles victimes, dont le décompte ne cessait de grossir.

Cinquante, 60, 74…: le bilan n’a cessé d’être révisé à la hausse, après la première découverte macabre de 26 personnes mortes regroupées sur un même terrain.

Leurs corps calcinés gisaient « par groupes de quatre ou cinq personnes, peut-être des familles, des amis ou des inconnus qui s’étaient enlacés dans une dernière tentative de se protéger, alors qu’ils tentaient de gagner la mer, à 30 ou 40 mètres de là », témoigne Vassilis Andriopoulos, un des sauveteurs de la Croix-Rouge qui a découvert l’horrible spectacle mardi matin.

Il déplore la présence de « petits enfants » dans ce groupe.

Des secouristes près des corps calcinés d’habitants de Mati, en Grèce, qui ont tenté en vain d’échapper à l’incendie qui a ravagé la ville, le 24 juillet 2018 / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Fuyant les flammes, ils ont semble-t-il été piégés entre le feu et la falaise qui dégringole vers la mer sur une trentaine de mètres.

Une jeune fille ayant tenté de sauter un peu plus loin est morte, assure sur place un voisin.

Dans la nuit, un photographe de l’AFP a également trouvé non loin quatre corps de personnes cherchant sans doute à fuir, trois sous une voiture, un sous une moto.

Une femme arpente une rue de Mati ravagée par les flammes, le 24 juillet 2018. / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

– « En cinq ou dix minutes » –

Sur la rue principale, tout est noir, en particulier les grands pins qui entourent les maisons. La mer est grise, l’odeur de brûlé omniprésente.

Les Canadairs traversent le ciel par intermittence, des dizaines de voitures calcinées jonchent la chaussée. On voit des cadavres de chiens.

Des secouristes et des bénévoles aident à évacuer les habitants de Mati qui ont pu échapper à l’incendie en gagnant la mer, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2018 / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Stella Petridi, une retraitée de 65 ans, en avait six. Elle était à l’église quand, sentant le feu venir, elle s’est précipitée chez elle où ils étaient enfermés. Mais elle n’a même pas pu ouvrir la porte de sa maison qui brûlait déjà.

Elle n’a eu d’autre choix que de courir à la plage, où un patrouilleur l’a récupérée, avec d’autres, vers 04h00 du matin, pour les mettre à l’abri un peu plus loin dans la ville portuaire de Rafina, dont le maire Evangelos Bournous témoigne que « Mati n’existe plus ».

Athanasia Oktapodi, 60 ans, le visage noirci et les yeux rougis, témoigne de la vitesse des flammes, qualifiée de « foudroyante » par les pompiers.

Une femme tente de retrouver ses papiers dans sa voiture calcinée, le 24 juillet 2018, après l’incendie qui a ravagé la petite station balnéaire de Mati, près d’Athènes, et qui a fait au moins 50 morts / © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

« J’ai vu le feu descendre la colline vers 18h00, en cinq ou dix minutes il était dans mon jardin ». Comme beaucoup de maisons de Mati, la sienne est environnée de hauts pins.

« Ils ont pris feu. Je suis sortie comme une folle et j’ai couru à la plage, je me suis mis la tête dans l’eau. Puis les patrouilleurs sont venus ».

La plupart des rescapés sont restés ainsi impuissants et terrifiés dans la mer, en regardant les flammes pendant plusieurs heures. Certains se sont noyés.

Grèce: la station balnéaire de Mati partie en fumée / © Madga Georgiadou/AFP / –

– Terrible choix –

Lela Demertzi, 53 ans, a porté sur son dos à la plage sa mère souffrante. « Mon mari est resté, il a tout fait pour sauver notre maison secondaire, et il a réussi », se réjouit-elle.

Le Premier ministre Alexis Tsipras a pourtant enjoint les habitants à délaisser leurs biens pour protéger leurs vies.

Outre les pins, particulièrement inflammables, plusieurs voisins expliquent avoir entendu aussi de nombreuses explosions: les bouteilles de gaz souvent présentes dans ces nombreuses résidences de vacances.

Alina Marzin et sa famille, des touristes allemands en pension à l’hôtel pieds dans l’eau Cabo Verde, ont eu la vie sauve. Mais ils ont annulé un séjour sur l’île de Naxos, préférant rentrer chez eux. « Des vacances horribles », souffle sa mère.

Mardi après-midi des habitants continuaient à chercher leurs proches. Des équipes de psychologues sillonnaient les alentours pour leur apporter du réconfort. Les bénévoles de la Croix-rouge distribuaient bouteilles d’eau, médicaments et sandwiches aux sinistrés.

Au même moment, dans la petite ville voisine de Kokkino Limanaki, qui offre le même spectacle lugubre que Mati, une journaliste de l’AFP a pu voir les secours extraire d’une voiture le corps d’une vieille femme.

« Son fils est sorti de la maison pour la mettre à l’abri dans le véhicule, témoigne le voisin, Anastasios Probonas, 60 ans, ingénieur. Mais il avait déjà des brûlures, je lui ai dit de partir vite avec ses deux enfants, et il les a emmenés à moto », laissant sa mère derrière lui.

Romandie.com avec(©AFP / 24 juillet 2018 18h13)

Royaume-Uni: l’école d’art de Glasgow, bâtiment emblématique, ravagée par un incendie

juin 16, 2018

Des pompiers au travail pour éteindre l’incendie de la prestigieuse école d’art de Glasgow en Ecosse, le 16 juin 2018 / © AFP / Andy Buchanan

La prestigieuse école d’art de Glasgow en Ecosse, installée dans un bâtiment historique qui est un chef d’oeuvre de l’architecte Charles Rennie Mackintosh, a été ravagée par les flammes dans la nuit de vendredi à samedi, quatre ans après avoir été déjà victime d’un incendie.

Le feu n’a fait aucun blessé et a mobilisé plus de 120 hommes, ont indiqué les pompiers, alertés vers 23H20 vendredi (22h20 GMT) et qui venaient samedi matin à bout de l’incendie.

« Le feu s’est répandu très rapidement » et « le bâtiment principal est gravement endommagé », a commenté sur place le chef adjoint des pompiers, Peter Heath. Ses équipes ont dû fournir un « énorme effort dans des conditions extrêmement difficiles », a-t-il souligné. L’école se trouve dans le centre de Glasgow qui était très fréquenté vendredi soir. Des riverains ont dû être évacués.

Le bâtiment touché a été conçu il y a plus d’un siècle par l’architecte écossais Charles Rennie Mackintosh (1868-1928), l’un des principaux représentants de l’Art Nouveau, célèbre pour son goût pour les bâtiments aux lignes épurées et les meubles à angles droits. Surnommé le « Mack », c’est l’un des bâtiments les plus connus de Glasgow.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a confié sur Twitter avoir le « coeur brisé ». « C’est une triste matinée pour Glasgow », a-t-elle ajouté un peu plus tard, se disant toutefois « soulagée » qu’il n’y ait pas eu de victimes et « pleine d’admiration » pour les pompiers.

« Mais il est difficile de trouver des mots pour transmettre le sentiment de dévastation totale ressenti ici et partout dans le monde pour l’emblématique bâtiment Mackintosh @GSofA », a-t-elle poursuivi.

Des pompiers travaillent à éteindre l’incendie de l’école d’art de Glasgow en Ecosse, le 16 juin 2018 / © AFP / ANDY BUCHANAN

– Sentiment de perte –

« Nous avons un très fort attachement émotionnel » à ce bâtiment, a déclaré le chef adjoint des pompiers, évoquant « un sentiment de perte », chez les pompiers, mais aussi chez les habitants de Glasgow.

L’école avait déjà été endommagée par les flammes il y a 4 ans. A l’époque, le président de la Société royale des architectes britanniques (RIAS), Iain Connelly, avait qualifié le bâtiment de « trésor international qui reflète le génie d’un de nos plus grands architectes ». Sa valeur « va bien au-delà de Glasgow ou même de l’Écosse », avait-il souligné, « c’est une oeuvre de patrimoine architectural de renommée mondiale et son influence sur l’architecture du 20ème siècle est incommensurable ».

Le « Mack » était en cours de rénovation depuis le dernier incendie survenu en 2014, un projet qui aurait coûté entre 20 et 35 millions de livres (entre 23 et 40 millions d’euros). Le bâtiment est le « plus important architecturalement à Glasgow », « nous ne pouvons pas le perdre », s’est désolé sur Twitter un député local, Paul Sweeney, « dévasté » par la nouvelle de l’incendie.

« Le mieux que nous puissions espérer est un maintien de la structure de la façade et une reconstruction complète de l’intérieur », a-t-il ajouté, constatant l’étendue des dégâts.

GB : incendie à la Glasgow School of Arts / © AFP / -, Mark McLaughlin

L’incendie de 2014, provoqué par un projecteur, avait détruit la bibliothèque du bâtiment, reconnue comme l’un des plus beaux exemples d’Art Nouveau au monde.

Cette fois-ci, l’incendie a été encore plus dévastateur et s’est étendu à des bâtiments voisins, dont une boîte de nuit.

La Glasgow school of arts, une des plus anciennes institutions britanniques dédiées à l’art et au design, a été fondée en 1845 et a formé des artistes contemporains majeurs. Trois de ses anciens élèves ont récemment remporté le prix Turner: Simon Starling en 2005, Richard Wright en 2009 et Martin Boyce en 2011.

Son bâtiment emblématique a été construit entre 1897 et 1909.

Romandie.com avec(©AFP / 16 juin 2018 11h48)