Posts Tagged ‘incendie’

Canada: Etienne Mabiala, originaire du Congo-Brazzaville, est l’une des victimes de l’explosion survenue à Ottawa

janvier 17, 2022
Un homme sourit à la caméra.

Etienne Mabiala, un résident d’Ottawa âgé de 59 ans, fait partie des personnes disparues et présumées mortes à la suite de l’explosion survenue dans le sud d’Ottawa. Photo: Gracieuseté : Darlene Mabiala

Etienne Mabiala, un Ottavien âgé de 59 ans, fait partie des victimes de l’explosion survenue dans le sud d’Ottawa, où se trouve l’usine d’un constructeur de camions-citernes.

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a confirmé la mort d’un homme et la disparition de cinq autres personnes, présumées mortes, à la suite de l’explosion survenue jeudi dans un édifice de la compagnie Eastway Tank situé au 1995, chemin Merivale, entre la promenade Cleopatra et le chemin Slack.

Etienne Mabiala, qui était électricien pour Eastway Tank, est l’une des personnes disparues et présumées mortes, ont confirmé ses filles.

Celles-ci, Darlene et Celeste, ont souligné à quel point leur père était un travailleur chevronné et un homme apprécié de tous.

Il était vraiment une bonne personne , a dit Darlene, âgée de 30 ans, au cours d’une entrevue téléphonique avec CBC.

Son sourire était le meilleur. Il illuminait la pièce , a ajouté Celeste, 28 ans.

Etienne Mabiala était aussi un mari attentionné, qui appelait leur mère à chaque heure de lunch, ont indiqué les deux jeunes femmes.Une famille assise dans un escalier.

Celeste Mabiala, Darlena Mabiala avec leur mère, Nathalie, et leur père, Etienne Photo: Courtoisie: Darlene Mabiala

Quand elles étaient enfants, il n’hésitait pas à courir plusieurs magasins pour pouvoir mettre la main sur un jouet convoité qui était difficile à trouver, se sont remémoré Darlene et Celeste.

Il nous aimait vraiment toutes, a résumé Darlene.

Il était le meilleur et, honnêtement, la maison semble vide sans lui, a ajouté Celeste.

Etienne Mabiala était électricien et ingénieur de formation. Né en juin 1962 au Congo-Brazzaville, a déménagé au Canada il y a plusieurs décennies. Avant de devenir électricien, il a travaillé comme ingénieur aéronautique pour Air Afrique au Sénégal.

Ses filles l’appelaient un « génie » dont les aptitudes en ingénierie lui permettaient non seulement de travailler sans manuel, mais aussi de les aider à résoudre des problèmes complexes de mathématiques et de sciences à l’école.

N’a pas répondu au téléphone

Mabiala récupérait généralement ses filles après le travail, mais lorsqu’elles l’ont appelé jeudi, son téléphone est tombé sur la messagerie vocale.

« Je ne sais pas s’ils vont retrouver son corps », a déclaré Darlene. « C’est la chose qui m’inquiétait le plus. C’est juste de ne pas le trouver. »

Charlotte Rothgeb, l’une des anciennes collègues de Mabiala chez Eastway Tank, a également pensé à lui lorsqu’elle a entendu parler de l’explosion.

« Il était vraiment timide », a déclaré Rothgeb.

« Mais si vous l’avez attrapé au bon moment, et si vous aviez un grand sourire sur votre visage et que vous lui disiez ‘salut’, il avait, comme, le plus grand sourire sur son visage. »

Elle a dit que les travailleurs d’Eastway étaient un groupe très uni, presque comme une famille.

« Je ne peux pas m’empêcher d’y penser. C’est tellement triste », a déclaré Rothgeb. « C’est tellement horrible. Je me sens si mal pour eux tous, comme pour toutes leurs familles. »

Alors que la famille a pleuré Etienne au cours des deux derniers jours, Darlene a déclaré qu’il y avait des choses qu’elle aurait aimé pouvoir lui dire de son vivant.

« J’ai l’impression que parfois je tenais ça pour acquis », a-t-elle déclaré. « Je souhaitais juste que je dise au revoir ce matin

Une autre victime de l’explosion a été identifiée, vendredi. Il s’agit de Rick Bastien, un résident de Luskville, en Outaouais, qui était âgé de 57 ans.

Par Radio-Canada avec les informations de Joseph Tunney, CBC

États-Unis-Incendie d’un immeuble à New York: 17 morts selon un bilan revu à la baisse

janvier 10, 2022
Incendie d'un immeuble a New York: 17 morts selon un bilan revu a la baisse
Incendie d’un immeuble à New York: 17 morts selon un bilan revu à la baisse© AFP/TIMOTHY A. CLARY

Le maire de New York Eric Adams a annoncé lundi un bilan provisoire revu à la baisse — 17 personnes tuées, dont huit enfants — après l’incendie accidentel et spectaculaire dimanche d’un immeuble du quartier populaire du Bronx, à New York.

De retour sur place lundi, le nouvel édile de la mégapole a indiqué que « neuf adultes et huit enfants » avaient perdu la vie en raison d’un feu et de fumées extrêmement épaisses provoqués par un incident avec un chauffage d’appoint dans un appartement duplex.

Le bilan précédent provisoire depuis dimanche après-midi s’établissait à 19 morts, dont neuf enfants et adolescents.

Le chef des pompiers de New York, Daniel Nigro, a précisé que les chiffres pouvaient encore évoluer, d’autant que plus de 60 personnes ont été blessées, dont la moitié grièvement.

Après avoir parlé dimanche de « l’un des pires » incendies de l’histoire récente de New York, Eric Adams a évoqué lundi une « indicible tragédie » et insisté sur son caractère « mondial », compte tenu de la mosaïque culturelle d’un quartier comme le Bronx.

Les pompiers de New York avaient raconté dimanche avoir retrouvé des victimes « à chaque palier et les (avoir) évacuées en état d’arrêt cardiaque et respiratoire » de cet immeuble en brique de type HLM de 19 étages. D’épaisses fumées noires asphyxiantes s’élevaient jusqu’en haut du bâtiment.

La fumée de l’incendie était « tellement épaisse qu’on ne pouvait pas respirer, comme si on suffoquait », avait témoigné auprès de l’AFPTV Michael Joseph, un trentenaire habitant dans l’immeuble.

Un autre résident au 11e étage, Miguel Enrique, « asthmatique », avait raconté à l’AFP qu’il avait tout juste eu le temps de « prendre un manteau et de descendre par l’ascenseur » parce que le couloir était noir de fumée.

M. Adams a répété le message martelé par les pompiers à chaque sinistre dans un immeuble: « Fermez la porte » pour éviter les courants d’air qui attisent les flammes et propagent les fumées.

Mercredi dernier, un terrible incendie dans une habitation à Philadelphie avait fait 12 morts, dont huit enfants.

Et dans ce même quartier du Bronx, en décembre 2017, un incendie avait tué 13 personnes dont quatre enfants. Il avait été provoqué par un enfant de trois ans et demi qui jouait avec une cuisinière à gaz.

New York souffre en divers quartiers d’une immense crise du logement, avec des immeubles et des appartements souvent vétustes et mal entretenus.

Par Le Point avec AFP

Afrique du Sud: le Parlement en partie détruit par un incendie, un suspect arrêté

janvier 2, 2022
Afrique du Sud: le Parlement en partie detruit par un incendie, un suspect arrete
Afrique du Sud: le Parlement en partie détruit par un incendie, un suspect arrêté© AFP/Obed Zilwa

Un violent incendie continuait de ravager dimanche soir le parlement sud-africain au Cap, et la police, qui privilégie la piste criminelle, a arrêté un homme de 51 ans qui va être présenté à la justice.

Depuis de longues heures, les pompiers luttent contre le feu qui ravage le vaste bâtiment victorien à la façade victorienne blanche et en briques rouges.

« Un homme a été arrêté à l’intérieur du Parlement, il est toujours interrogé dans le cadre d’une enquête criminelle. Il comparaîtra devant la justice mardi », a déclaré à l’AFP Thandi Mbambo, porte-parole de l’unité d’élite de la police sud-africaine, les Hawks.

Aucune victime n’a été signalée, mais l’enceinte de l’Assemblée nationale dans l’aile la plus récente de l’édifice, a été entièrement détruite. « La chambre où les membres siègent a entièrement brûlé », a déclaré à l’AFP son porte-parole, Moloto Mothapo, précisant que selon les premières constations, « le feu s’est déclenché dans deux foyers de deux parties distinctes du Parlement ».

« Il semblerait que le système d’extinction automatique n’ait pas fonctionné comme il est censé le faire », a également déclaré à la presse le président Cyril Ramaphosa qui s’est rendu sur place. « Le travail du Parlement se poursuivra », a toutefois martelé le chef de l’Etat qui devait prononcer dans son enceinte un discours à la Nation en février.

Le feu a démarré vers 05H00 (03H00 GMT) dans l’aile la plus ancienne de l’édifice achevée en 1884, aux salles recouvertes de bois précieux et où siégeaient auparavant les parlementaires. Dans cette partie historique, le toit s’est effondré, « il n’en reste rien », a constaté le responsable des services de sécurité et de secours de la Ville, Jean-Pierre Smith.

Le feu est ensuite allé dévorer les parties plus récentes aujourd’hui en service. Des images aériennes diffusées sur les chaînes de télévision ont montré d’immenses flammes s’échappant des toits.

L’étendue complète des dégâts dans le bâtiment qui abrite une précieuse collection de livres et d’art, n’a pas encore été constatée.

Les rues du quartier huppé sont bouclées depuis l’aube. Le cordon de sécurité s’étend jusqu’aux fleurs encore étalées sur le parvis de la cathédrale Saint-Georges voisine, où ont eu lieu la veille les obsèques de Desmond Tutu, dernier héros de la lutte anti-apartheid mort le 26 décembre. Ses cendres ont été inhumées dimanche dans l’église.

Tapis et rideaux

Quelque 70 pompiers, qui ont utilisé une grue, étaient mobilisés.

« Accablant de voir notre Assemblée nationale ainsi », a déploré dans un tweet Brett Herron, un des représentants de la province du Cap-Occidental au Parlement, tandis que l’ex parlementaire Mmusi Maimane déplorait « une tragédie ».

A l’intérieur des salles, une fine pluie de cendres grises tombait des plafonds sur des sols jonchés de débris. Les secours redoutaient que le feu ne continue à se propager dans ces vieilles salles ornées de riches tapis et rideaux.

C’est au Parlement que le dernier président sud-africain blanc mort en novembre, FW de Klerk, avait annoncé en février 1990 la fin du régime raciste d’apartheid.

Le bâtiment avait déjà été victime d’un incendie rapidement circonscrit en mars, parti également de son aile la plus ancienne. Les récentes annexes ont été construites dans les années 1920 et 1980.

Le Cap est depuis 1910 le siège du Parlement composé de l’Assemblée nationale et d’une chambre haute nommée Conseil national des provinces, alors que le gouvernement est installé à Pretoria.

En avril, un feu sur la montagne de la Table surplombant la cité côtière s’était propagé et avait détruit des trésors de la bibliothèque de la prestigieuse Cape Town University, en contrebas.

Par Le Point avec AFP

France-La Réunion : un incendie destructeur fait au moins cinq morts

décembre 13, 2021

Les flammes ont détruit un immeuble dans la ville de Saint-Denis, dans la nuit de dimanche à lundi. L’identité des victimes n’a pas encore été déterminée.

Drame dans un immeuble de Saint-Denis de La Réunion. Un incendie ravageur a coûté la vie à au moins cinq personnes, dans la nuit de dimanche à lundi, selon les informations fournies par la préfecture de La Réunion. Le préfet de l’île, Jacques Billant, ainsi que la procureure de Saint-Denis, Véronique Denizot, ont précisé quand un communiqué, qu’« à ce stade, l’identité de ces personnes n’est pas déterminée ». La préfecture indique par ailleurs que deux autres victimes sont en état d’urgence absolue, et que 19 autres individus sont en urgence relative.

Plus de 300 locataires ont été évacués et une centaine d’appartements ont été détruits. « 13 personnes directement menacées par les flammes ont été secourues par les pompiers », a indiqué le colonel Frédéric Léguiller, commandant le Service d’incendie et de secours (Sdis). Une personne décédée et les deux victimes en état grave ont été découvertes dans les décombres lundi en milieu de matinée. Le bilan humain est encore provisoire.

Le brasier visible depuis plusieurs points dans la ville

« Nous investiguons maintenant appartement par appartement afin de lever le doute (sur la présence éventuelle de victimes, NDLR) », a précisé le colonel Léguiller. Pour une raison indéterminée à ce stade, le feu a pris vers 1 h 15 (21 h 15 GMT dimanche) dans l’un des appartements de l’immeuble appartenant à la société immobilière du département de La Réunion (SIDR), un bailleur social.

« Les flammes se sont rapidement propagées à tout l’immeuble par les coursives en bois », a souligné le colonel Léguiller. Le brasier était visible de plusieurs points de la ville. Venant de toutes les casernes de l’île, une centaine de pompiers sont intervenus. Leur tâche a été compliquée « par un vent fort qui attisait le feu ». « J’ai été réveillé par des craquements, je n’ai pas compris tout de suite et puis j’ai vu les lueurs. J’ai crié pour réveiller ma famille », raconte Jeysone, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui vivait dans un logement au 4e étage.

« Nous, on a pu sortir, mais je ne sais pas ce qui s’est passé pour des voisins. Tout est allé si vite, à peine deux minutes », ajoute-t-il sous le choc. Prises en charge par les services communaux et la Croix-Rouge, environ 200 personnes ont été accueillies dans un gymnase de la ville. « Ce que ces familles ont subi est violent, il faut maintenant qu’elles se reposent, qu’elles reprennent leurs esprits, qu’elles soient soutenues », a commenté Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis. « Une cellule psychologique va être activée et un numéro spécial dédié aux victimes et à leurs proches va être mis en place », a-t-elle ajouté. Un incendie d’une telle ampleur ne s’était pas produit à La Réunion depuis plusieurs décennies.

Par Le Point avec AFP

Tunisie : incendie au siège d’Ennahdha, Kaïs Saïed cherche à apaiser les tensions

décembre 10, 2021
Bilan du sinistre : 1 mort et 18 blessés, dont Abdelkrim Harouni, président de la Choura, et Ali Laarayedh, ancien chef du gouvernement et vice-président du parti à la colombe. © FETHI BELAID/AFP

Le siège du parti islamiste a été ravagé par un incendie causé par l’immolation d’un militant. Explications.

Le 9 décembre, en début d’après-midi, un incendie s’est déclaré au siège d’Ennahdha, situé dans le quartier de Montplaisir, à Tunis. Le feu a ravagé une grande partie des locaux du parti islamiste. Bilan : 1 mort et 18 blessés, dont Abdelkrim Harouni, président de la Choura, qui souffre de brûlures, et Ali Laarayedh, ancien chef du gouvernement et vice-président du parti à la colombe, qui présente des fractures après avoir sauté du deuxième étage du bâtiment en feu.

Les rumeurs sur les causes du drame sont allées bon train, avant que les faits ne se précisent : Samir, un militant d’Ennahdha de 51 ans, s’est immolé dans le hall de l’immeuble. Un geste de désespoir et de dépit.

L’homme, qui avait participé à l’attentat contre la cellule du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) à Bab Souika (Tunis) en 1991, avait été libéré en 2006, puis embauché par Ennahdha, qui a renoncé à ses services voilà un an.

UNE PARTIE DE L’OPINION PUBLIQUE S’EST FÉLICITÉE DU DRAME SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Sans emploi, l’homme, qui escomptait percevoir les dédommagements que l’Instance Vérité et Dignité (IVD) avait accordés aux islamistes persécutés par l’ancien régime, n’a pu rencontrer le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, ce qui aurait motivé son passage à l’acte.

Détestation

Le chef du parti et président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) – gelée par le président Kaïs Saïed depuis le 25 juillet – s’est exprimé en fin de journée sur l’identité de celui qu’il qualifie de « martyr » : « Sami a passé plus de dix ans en prison et a mené une longue bataille contre la dictature […]. Même si l’Instance Vérité et Dignité s’est prononcée en sa faveur, Sami a souffert de la discrimination sociale. »

Depuis 2011, de nombreux protestataires ont tenté ou menacé de s’immoler par le feu. Exprimant d’ordinaire son empathie à l’endroit de ceux qui se tuent ainsi par désespoir, une partie de l’opinion publique s’est au contraire félicitée du drame sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui en dit long sur la ténacité et l’ampleur de la détestation du parti islamiste. Alors qu’Ennahdha est le principal parti qui pâtit des décisions présidentielles du 25 juillet, Kaïs Saïed ne peut laisser les profondes divisions qui traversent la société mettre en péril son projet.

Dans la matinée du 9, le président s’est réuni avec son trio de conseillers en droit constitutionnel, les professeurs Sadok Belaïd, Amine Mahfoudh et Mohamed Salah Ben Aïssa. Kaïs Saïed se prépare à faire des annonces majeures à l’occasion de la commémoration de la révolution, qu’il vient de fixer au 17 décembre et non plus au 14 janvier.

Le président estime que la Constitution en vigueur n’est pas l’émanation de la volonté populaire et dénonce les politiciens qui cherchent des appuis auprès de puissances étrangères. Ce qui donne une idée des mesures que le chef de l’État va annoncer le 17 décembre.

LE SOIR, LORS D’UNE SÉANCE DU CONSEIL NATIONAL DE SÉCURITÉ, KAÏS SAÏED SE PRÉSENTE COMME FÉDÉRATEUR ET CONCILIANT

Changement de ton en fin de journée après l’incendie au siège d’Ennahdha : celui qui dit vouloir mettre en œuvre ce que « le peuple veut », selon le slogan qu’il a fait sien, se présente lors d’une séance du Conseil national de sécurité comme fédérateur et conciliant. Il s’est dit garant de la continuité de l’État sur un ton apaisé qu’on ne lui connaissait pas.

Pas de marche arrière

Entre le matin et le soir, Kaïs Saïed n’a pas changé d’avis mais il a jugé qu’il fallait calmer les tensions. « Il a bien affirmé et répété qu’il ne compte pas opérer de marche arrière et il faut se le tenir pour dit. Il a révélé que son problème et son projet est d’ordre constitutionnel mais les mesures qu’il prépare ne sont pas toutes les bienvenues, notamment la modification de la loi fondamentale qui revient à reconnaître que le 25 juillet était bien un coup d’État », commente une source proche des Affaires étrangères.

Dans ce contexte tendu, certains craignent que le chef de l’État n’ait recours à la force publique pour enrayer les mouvements de protestation qui s’organisent pour le 17 décembre. « Attendons de voir si les acquis seront préservés par son projet constitutionnel », tempère une militante féministe qui participera à la marche contre les violences faites aux femmes prévue à Tunis le 10 décembre.

Avec Jeune Afrique par RFrida Dahmani – à Tunis

Canada-Québec: Une usine de la Beauce part en fumée

novembre 25, 2021

Un important incendie s’est déclaré tôt jeudi matin à l’entreprise Usinage Xpress de la rue Principale à St-Benoît-Labre, en Beauce.

Le feu a pris naissance très tôt le matin du 25 novembre 2021.

© Vincent Tanguay Le feu a pris naissance très tôt le matin du 25 novembre 2021.

Les pompiers de l’endroit combattent les flammes qui se sont déclarées vers 5 h 15 ce matin.

Hydro-Québec a coupé l’électricité dans un vaste périmètre et le secteur a été complètement fermé à la circulation. Même l’hôtel de ville a été privé d’électricité pendant quelques heures.

L'entreprise Usinage Xpress de Saint-Benoît-Labre a été la proie des flammes.

© Vincent Tanguay L’entreprise Usinage Xpress de Saint-Benoît-Labre a été la proie des flammes.

Il s’agirait d’une perte totale.

L’entreprise emploie plusieurs dizaines de personnes. Heureusement, on ne rapporte aucun blessé.

Par Marie Maude Pontbriand

Russie: 16 morts dans l’incendie d’une usine d’explosifs

octobre 22, 2021

Un incendie a ravagé vendredi une usine d’explosifs dans l’ouest de la Russie, faisant au moins 16 morts et un disparu, le pays étant régulièrement touché par ce type de catastrophes meurtrières.

Des pompiers luttent contre l'incendie dans une usine d'explosifs et de produits chimiques dans la région de Riazan (ouest de la Russie), le 22 octobre 2021

© Yuri KADOBNOV Des pompiers luttent contre l’incendie dans une usine d’explosifs et de produits chimiques dans la région de Riazan (ouest de la Russie), le 22 octobre 2021

Le sinistre s’est déclaré dans un atelier du site industriel Elastik, spécialisé dans la fabrication d’explosifs industriels et de munitions, et situé dans la région de Riazan, à environ 200 km au sud de Moscou.

Incendie dans une usine de poudre à canon et de produits chimiques à Riazan dans le sud-est de Moscou, le 22 octobre 2021

© Handout Incendie dans une usine de poudre à canon et de produits chimiques à Riazan dans le sud-est de Moscou, le 22 octobre 2021

Le ministère russe des Situations d’urgence a indiqué que le feu s’est déclaré lors « d’un processus technique », sans donner plus de détails. 

Les autorités régionales ont initialement fait état de 15 morts, avant d’annoncer plus tard qu’un homme hospitalisé avec de graves brûlures avait succombé à ses blessures.

« Officiellement, 16 personnes sont mortes dans cet incident », a indiqué le gouvernement de la région de Riazan dans un communiqué. « Le sort d’une personne reste inconnu, les services de secours sont en train de la rechercher », a-t-il précisé. 

En tout, 170 secouristes et des dizaines de véhicules de pompiers ont été dépêchés sur les lieux. Le ministre russe des Situations d’urgence par intérim, Alexandre Tchouprian, s’y est rendu également.

Incendie dans une usine d'explosifs en Russie: les secours sur place

© Fournis par AFP Incendie dans une usine d’explosifs en Russie: les secours sur place

– « Entreprise stratégique » –

Selon son site internet, Elastik est considéré comme une « entreprise stratégique » par le gouvernement russe et appartient au conglomérat public Rostec, qui fournit des produits industriels et de haute technologie aux secteurs civils et militaires. 

Après avoir fait faillite en 2015, les ateliers d’Elastik sont utilisés depuis 2017 par d’autres entreprises actives dans le secteur des explosifs, selon l’agence de presse Interfax. 

Incendie dans une usine de poudre à canon et de produits chimiques à Riazan dans le sud-est de Moscou, le 22 octobre 2021

© Handout Incendie dans une usine de poudre à canon et de produits chimiques à Riazan dans le sud-est de Moscou, le 22 octobre 2021

L’atelier concerné a été entièrement détruit par les flammes, selon les secouristes.

Ces derniers ont diffusé des images où l’on voit de la fumée flotter au-dessus d’une construction partiellement soufflée et des débris carbonisés. Le site semble être au milieu d’une forêt.

Le ministère russe des Situations d’urgence a souligné que les populations des localités voisines n’étaient pas en danger.

L’incendie a pu être causé par une « violation des processus technologiques » et des « normes de sécurité », selon une source au sein

Le Comité d’enquête russe, chargé des principaux dossiers criminels, a d’ailleurs annoncé l’ouverture d’une enquête pour « violation des règles de sécurité sur un site dangereux ».

– Incendies et explosions –

Les explosions ou incendies accidentels sont courants en Russie du fait de la vétusté des infrastructures, souvent soviétiques, ou du non-respect des normes de sécurité.

En décembre 2020, 11 personnes avaient péri lors d’un feu à l’intérieur d’une maison de retraite de la région de l’Oural.

En janvier 2020, ce sont 11 et quatre personnes qui sont mortes lors d’incendies séparés à Tomsk (centre) et Moscou dans des logements pour migrants.

Le plus grave incendie de ces dernières années a eu lieu en 2018 à Kemerovo (centre), en Sibérie. 64 personnes, principalement des enfants, étaient alors mortes piégées par les flammes dans un centre commercial dont plusieurs sorties de secours étaient inopérantes. 

A Saint-Petersbourg (nord-ouest), c’est une usine historique, la manufacture Nevski, qui a été détruite par le feu en avril 2021. Le bâtiment délabré et partiellement abandonné abritait notamment des ateliers industriels.

Les accidents dans les usines, les sites de stockage d’explosifs ou de feux d’artifices sont également chose courante en Russie, surtout dans les dépôts de munitions de l’armée. Ils peuvent alors durer plusieurs jours.

En octobre 2020, un feu de broussailles avait provoqué un incendie et de puissantes explosions dans un tel dépôt d’armes dans la région de Riazan, entraînant l’évacuation d’environ 2.000 personnes des villages voisins. 

Avec AFP par mp/rco/mba

Incendie de forêt: des milliers de personnes évacuées en France

août 17, 2021

PARIS — Des milliers de personnes ont été évacuées de leur maison ou résidence de vacances près de la Côte d’Azur alors que les pompiers luttaient contre un incendie qui sévissait dans les forêts environnantes mardi, le plus récent de plusieurs incendies de forêt qui ont balayé la région méditerranéenne.

© Fournis par La Presse Canadienne

Au moins 22 personnes ont souffert d’inhalation de fumée ou de blessures mineures liées à  l’incendie qui a débuté lundi soir à environ 40 kilomètres à l’intérieur des terres de la station balnéaire de Saint-Tropez, selon le haut responsable du gouvernement de la région du Var. L’étendue des dégâts n’était pas claire et l’incendie faisait toujours rage mardi matin.

Alimenté par de puissants vents saisonniers venant de la mer Méditerranée, l’incendie a jusqu’ici consumé quelque 5000 hectares de forêt, selon l’administration régionale du Var.

Quelque 6000 personnes ont été évacuées des habitations et d’une dizaine de campings de la région pittoresque prisée des vacanciers, tandis que d’autres ont été confinés dans un centre de vacances pour les salariés d’Air France.

Appuyés par des jets d’eau et des hélicoptères, plus de 900 pompiers ont œuvré mardi pour contenir l’incendie, a indiqué le porte-parole des services de sécurité civile, Alexandre Jouassard. Les autorités locales ont fermé des routes et bloqué l’accès aux forêts de la région, et ont appelé à la prudence.

De telles conditions météorologiques extrêmes devraient se produire plus fréquemment à mesure que la planète se réchauffe. Les climatologues affirment qu’il ne fait aucun doute que les changements climatiques attribuables à la combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel sont à l’origine d’événements extrêmes, tels que des vagues de chaleur, des sécheresses, des incendies de forêt, des inondations et des tempêtes.

Une chaleur intense et des incendies de forêt ont également frappé des pays du sud de l’Europe et de l’Afrique du Nord ces dernières semaines, les flammes ayant tué au moins 75 personnes en Algérie et 16 en Turquie.

En Grèce, mardi, des centaines de pompiers soutenus par des avions bombardiers d’eau luttaient contre un grand incendie de forêt qui a conduit à l’évacuation d’une maison de soins et de plusieurs villages au nord-ouest d’Athènes.

Des centaines d’incendies de forêt ont brûlé à travers la Grèce ce mois-ci, alimentés par la vague de chaleur la plus longue et la plus grave du pays depuis des décennies, qui a laissé ses forêts et ses broussailles à sec. L’Italie a également enregistré plusieurs décès liés aux incendies.

Mardi également, les pompiers israéliens ont travaillé pendant une troisième journée consécutive pour contenir un incendie qui a consumé une large bande de forêts à l’ouest de Jérusalem et menacé plusieurs communautés.

L’aggravation de la sécheresse et de la chaleur – liée aux changements climatiques – a également alimenté des incendies de forêt cet été dans l’ouest des États-Unis et dans la région nord de la Sibérie en Russie.

Avec The Associated Press

É-U: cinq enfants laissés seuls meurent dans un incendie à East Saint Louis

août 6, 2021

EAST SAINT LOUIS, Ill. — Cinq enfants âgés de moins de dix ans qui avaient été laissés seuls à la maison ont perdu la vie dans un incendie tôt dimanche, dans le sud-ouest de l’Illinois, ont indiqué des responsables.

© Fournis par La Presse Canadienne

Les pompiers ont été appelés à une adresse de la ville d’East St. Louis un peu avant 3 h, heure locale. Ils ont alors trouvé dans une chambre deux enfants qui étaient déjà décédés. Trois autres enfants étaient inconscients sur le plancher de la cuisine. Le décès de deux d’entre eux a été constaté à l’extérieur, a dit le chef adjoint des pompiers d’East St. Louis, George McClellan.

Le cinquième enfant est décédé à l’hôpital. Les petites victimes étaient âgées de deux à neuf ans et étaient toutes membres de la même famille. Leur identité n’a pas été dévoilée dans l’immédiat.

«Les gars trouvent ça très difficile», a dit le chef McLellan au sujet de ses pompiers.

La mère des enfants les avait laissés seuls pour aller chercher un autre adulte au travail. La maison était en flammes quand elle est revenue, a-t-il ajouté. Elle a fait plusieurs tentatives pour entrer sauver les enfants.

East St. Louis se trouve en face de la ville de Saint Louis, au Missouri, de l’autre côté du fleuve Missouri. Une enquête a été ouverte.

Sept autres familles ont été déplacées par le sinistre, mais elles n’étaient pas sur place au moment de la tragédie.

Avec The Associated Press

Incendie aux portes d’Athènes: les habitants découvrent « le désastre »

août 4, 2021

« La nuit était un enfer »: devant son entrepôt brûlé, au milieu des pins calcinés, Christos Sfetsas déplore « les dégâts énormes » dans son village aux portes d’Athènes, en proie aux flammes depuis mardi.

Un chat se tient dans les ruines d'un bâtiment brûlé à Varympompi (Grèce), près d'Athènes, le 4 août 2021

© LOUISA GOULIAMAKI Un chat se tient dans les ruines d’un bâtiment brûlé à Varympompi (Grèce), près d’Athènes, le 4 août 2021

Des carcasses de maisons calcinées, des villages désertés, le ciel d’Athènes obscurci par les fumées âcres: le sinistre, en passe d’être maîtrisé mercredi, a pris mardi après-midi dans une pinède au pied du mont Parnès, l’une des trois collines qui encadrent la capitale grecque.

Un homme utilise un extincteur pour tenter de lutter contre un incendie de forêt à Dekelia (Grèce), au nord d'Athènes, le 3 août 2021

© LOUISA GOULIAMAKI Un homme utilise un extincteur pour tenter de lutter contre un incendie de forêt à Dekelia (Grèce), au nord d’Athènes, le 3 août 2021

Comme des centaines d’autres habitants, Christos Sfetsas a quitté sa maison de Varympompi mardi après-midi après l’ordre d’évacuation, alors que le feu se propageait sur quatre fronts et devenait incontrôlable.

Le centre d'Athènes recouvert par la fumée des incendies faisant rage au pied du mont Parnès, à 30 km de là, le 4 août 2021

© LOUISA GOULIAMAKI Le centre d’Athènes recouvert par la fumée des incendies faisant rage au pied du mont Parnès, à 30 km de là, le 4 août 2021

« Les dégâts matériels sont énormes, sans parler de la forêt », constate le septuagénaire, en découvrant « le désastre » à son retour mercredi à l’aube. « Les flammes ont frôlé notre maison mais heureusement elle n’a pas subi de dommages ».

A 30 km au nord d’Athènes, Varympompi, poumon de la capitale, est une escapade fréquente des Athéniens.

« Jadis un paradis », Varympompi est maintenant devenu « un lieu rasé » par les flammes, se lamente M. Sfetsas. Le feu s’est propagé très vite, « en une demi-heure, c’était le désastre ».

Désormais, tavernes, entreprises et habitations ne sont plus que des squelettes carbonisés d’où s’échappe encore de la fumée. Cà et là, des voitures calcinées et des pins brûlés. La place centrale ressemble à un village fantôme vidé de ses habitants, a constaté un vidéaste de l’AFP tôt mercredi matin.

Une maison brûlée lors d'un feu de forêt à Dekelia (Grèce), le 4 août 2021

© LOUISA GOULIAMAKI Une maison brûlée lors d’un feu de forêt à Dekelia (Grèce), le 4 août 2021

Plus de 300 personnes avaient été évacuées mardi soir de Varympompi et de deux autres villages voisins et la police dit avoir aidé 70 personnes de localités entourées par les flammes.

L’incendie n’a pas fait de victime mais selon les premières estimations, près de 80 maisons et une trentaine d’entreprises ont été sérieusement endommagées.

Hélicoptères et avions bombardiers d’eau survolaient mercredi matin la région, où l’un des quatre fronts restait toujours actif, mais la situation était « meilleure », selon le ministre adjoint de la Protection civile Nikos Hardalias.

– « Catastrophe écologique » –

« Ma maison a échappé au pire, Dieu nous a sauvés, mais les maisons avoisinantes ont été brûlées », a déclaré à l’AFP Giorgos Mitropoulos, un étudiant qui vient en aide aux voisins et aux pompiers.

Il déplore « la catastrophe écologique » au pied du mont Parnès, inscrit sur Natura, le réseau européen de protection de la nature, et qui avait déjà subi des ravages lors d’un incendie important en 2007.

« Heureusement, de nombreux volontaires ont sauvé les animaux, les chevaux, les chiens et les chats », se félicite l’étudiant.

Près de 200 chevaux qui se trouvaient dans les centres équestres du secteur ont été déplacés sains et saufs, selon la confédération grecque d’équitation.

Les autorités ont fait face à un « feu difficile », en raison des « conditions caniculaires extrêmes », a expliqué le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, venu sur les lieux mercredi matin. 

Mais Christos Sfetsas impute la responsabilité aux autorités forestières et au « manque de mesures de prévention, comme la mise en place de routes de protection des forêts contre les incendies ».

Mercredi dès l’aube, des fumées grises et une odeur âcre s’étaient répandues sur tout le bassin athénien qui compte près de quatre millions d’habitants, plus d’un tiers de la population du pays.

Si de nombreux Athéniens étaient en vacances en ce début août, les autorités ont recommandé à tous de rester le plus possible à l’intérieur ou de porter un masque pour se protéger des cendres et des particules des fumées.

La France, Chypre, les Pays-Bas, la Slovénie et la République tchèque vont envoyer des renforts aériens et terrestres, selon l’agence de presse grecque ANA, pour assister les soldats du feu qui espèrent maîtriser le feu dans « les prochaines heures ».

En raison des températures dépassant les 40 degrés sur Athènes et la Grèce, « le risque d’incendie reste très élevé », a précisé M. Hardalias, selon lequel 40 feux étaient en cours mercredi.

Trois d’entre eux ravageaient une forêt de l’île touristique de Rhodes (sud-est) depuis dimanche, le sud du Péloponnèse où trois villages ont été évacués, et l’île d’Eubée, où huit villages ont été également évacués.

Avec AFP par wv-hec/chv/mba