Posts Tagged ‘Incendies’

Algérie: plus de 40 morts dans les incendies qui ravagent le nord

août 10, 2021
Algerie: plus de 40 morts dans les incendies qui ravagent le nord
Algérie: plus de 40 morts dans les incendies qui ravagent le nord© AFP/Ryad KRAMDI

Au moins 42 personnes, dont 17 civils et 25 militaires, ont perdu la vie dans les incendies qui ravagent le nord de l’Algérie, notamment en Kabylie, ont indiqué mardi les autorités, évoquant des feux « d’origine criminelle » attisés par un épisode de canicule.

Les incendies, qui ont débuté lundi soir, ont tué 17 civils à Tizi-Ouzou et Sétif, selon un nouveau bilan annoncé par le Premier ministre, Aïmène Benabderahmane, dans la soirée.

Le président Abdelmadjid Tebboune a lui déploré sur Twitter la mort de 25 militaires qui tentaient d’éteindre les incendies, présentant ses condoléances aux familles des victimes.

« C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la mort en martyrs de 25 militaires après qu’ils aient réussi à secourir plus d’une centaine de citoyens des flammes, dans les montagnes de Bejaïa et Tizi-Ouzou », a écrit le président.

Le ministère de la Défense nationale a précisé que 14 autres militaires souffraient de brûlures à différents degrés.

Leur intervention a « permis de sauver des flammes 110 citoyens: hommes, femmes et enfants », ajoute le ministère dans un communiqué.

Appels à l’aide internationale

Des images impressionnantes des incendies circulent sur les réseaux sociaux, avec des troncs calcinés, du bétail agonisant, asphyxié, et des villages encerclés par la fumée tandis que les collines alentours rougeoient.

Près de Tizi-Ouzou, un homme blessé, bardé de bandages, marche dans une rue le crâne couvert de cendres, d’autres sont portés sur des brancards, a constaté un photographe de l’AFP.

Des appels circulent sur les réseaux sociaux comme Instagram pour fournir des bandages, du tulle gras ou encore de la crème pour les brûlures à des hôpitaux ou centres de crise à court de matériel.

D’autres appels ont été lancés sur les réseaux sociaux exhortant les autorités à solliciter une assistance internationale afin de venir à bout de ces incendies.

Dans un communiqué reçu par l’AFP, un groupe de « militants démocrates en Algérie et à l’étranger » a enjoint les autorités « de prendre toutes leurs responsabilités et d’appeler à une aide internationale, dans les meilleurs délais, afin d’éviter une catastrophe tant humaine qu’écologique ».

« Seule la voie aérienne usant de matériels lourds, tels que les Canadairs entre autres, est en mesure de circonscrire les feux et les incendies », plaident ces Algériens des deux rives de la Méditerranée.

De son côté, le Premier ministre a affirmé à la télévision qu’Alger est « à un stade avancé de discussions avec des partenaires européens pour louer des avions anti-incendie », sans citer les pays contactés.

Des vents propagent les feux et compliquent la tâche des secouristes, a précisé Youcef Ould Mohamed, le conservateur local des forêts, cité par l’agence APS.

« Origine criminelle »

Une cinquantaine d’incendies « d’origine criminelle » et attisés par un épisode de canicule ont débuté lundi soir dans le nord de l’Algérie, notamment en Kabylie, selon le ministre de l’Intérieur Kamel Beldjoud, qui s’est rendu accompagné d’une délégation ministérielle à Tizi-Ouzou, l’une des villes les plus peuplées de la région.

« Cinquante départs de feu en même temps, c’est impossible. Ces incendies sont d’origine criminelle », a affirmé M. Beldjoud.

Selon le Premier ministre, plus de 70 incendies ont éclaté dans 18 wilayas (préfectures) du nord du pays. La protection civile a elle fait état d’une centaine de feux dans 16 wilayas.

Les villes de Bouira, Sétif, Khenchela, Guelma, Bejaïa, Bordj Bou Arreridj, Boumerdès, Tiaret, Médéa, Tébessa, Blida et Skikda sont touchées, a indiqué sur Twitter la direction générale de la protection civile.

La radio publique algérienne a annoncé l’arrestation de trois « pyromanes » à Médéa (nord) où un incendie s’est aussi déclaré. Un quatrième a été arrêté à Annaba, selon l’APS.

L’Algérie connaît un été caniculaire marqué par une raréfaction de l’eau dans le pays. Les services météorologiques prévoient des températures allant jusqu’à 47 degrés.

Lors d’un Conseil des ministres tenu le 25 juillet, le président Tebboune a ordonné l’élaboration d’un projet de loi punissant sévèrement les auteurs d’incendies criminels de forêts, avec des peines allant jusqu’à 30 ans de prison ferme, voire la perpétuité si l’incendie a causé la mort d’individus.

Début juillet, trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans des incendies ayant ravagé 1.500 hectares de forêts dans le massif des Aurès (nord-est de l’Algérie) avaient été arrêtées.

La catastrophe n’a pas empêché la JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie), le club de football phare de la région, de jouer et remporter la Coupe d’Algérie mercredi soir à Alger, en présence de hauts responsables, suscitant certaines réactions outrées sur les réseaux sociaux.

Pays le plus étendu d’Afrique, l’Algérie ne compte que 4,1 millions d’hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76 %.

Chaque année, le pays est touché par des feux de forêt. En 2020, près de 44.000 hectares de taillis sont partis en fumée. Les autorités avaient annoncé avoir arrêté plusieurs auteurs d’incendies criminels.

Les incendies qui se multiplient à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète.

L’augmentation de la température, la multiplication des canicules et la baisse des précipitations par endroit est une combinaison idéale pour le développement des feux.

Par Le Point avec AFP

Incendies en Grèce et en Turquie: panorama apocalyptique sur l’île grecque d’Eubée

août 9, 2021

Dans la chaleur et d’épaisses fumées étouffantes, les soldats du feu livraient lundi pour le 7e jour consécutif une bataille acharnée contre le brasier de l’île d’Eubée, à 200 km à l’est d’Athènes, le plus destructeur des incendies qui touchent encore la Grèce et la Turquie.

Une maison brûle dans le village de Pefki sur l'île d'Eubée en Grèce, ravagée par les incendies, le 8 août 2021

© ANGELOS TZORTZINIS Une maison brûle dans le village de Pefki sur l’île d’Eubée en Grèce, ravagée par les incendies, le 8 août 2021

IMAGESArmés de branches, des habitants de l'île grecque d'Eubée, luttent désespérément pour maîtriser les flammes qui ont ravagé au moins 35.000 hectares et des centaines de maisons, selon les autorités.

© Savvas KARMANIOLAS IMAGESArmés de branches, des habitants de l’île grecque d’Eubée, luttent désespérément pour maîtriser les flammes qui ont ravagé au moins 35.000 hectares et des centaines de maisons, selon les autorités.

Si la plupart des feux en cours depuis près de deux semaines étaient stabilisés ou en rémission lundi en Grèce et en Turquie, le nord d’Eubée, la deuxième plus grande île de Grèce, présentait toujours un panorama apocalyptique. 

Le village côtier de Pefki, dans le nord de l’île d’Eubée, s’est réveillé dans un épais nuage de fumée âcre, a constaté une équipe de l’AFP.

Quelque 300 personnes évacuées de villages alentours ont passé la nuit dans un ferry amarré sur la longue plage. Au large, un bateau militaire attend tel un vaisseau fantôme sur un horizon imperceptible.

Le ferry « était le seul endroit où les gens pouvaient trouver un peu de calme et de sécurité », a expliqué à l’AFP un responsable militaire en faction, Panagiotis Charalambos.

Comme beaucoup de localités proches, Pefki « n’avait plus d’électricité ni d’eau », a précisé le capitaine de port adjoint.

Ces derniers jours, dans le nord d’Eubée, « les gardes-côtes ont effectué des dizaines d’opérations de sauvetage. 2.600 personnes ont été évacuées depuis le début de l’incendie », dit-il, les yeux embués par l’atmosphère asphyxiante.

Un habitant tente désespérément d'éteindre le feu qui s'approche du village de Pefki sur l'île d'Eubée, en Grèce, le 8 août 2021

© ANGELOS TZORTZINIS Un habitant tente désespérément d’éteindre le feu qui s’approche du village de Pefki sur l’île d’Eubée, en Grèce, le 8 août 2021

Sur le front de l’incendie, les villages de Kamatriades et Galatsades devaient être les priorités des pompiers lundi. Car « si le feu passe par là, il se trouvera dans une forêt épaisse et difficile à éteindre », selon les pompiers cités par l’agence grecque de presse ANA. 

Parmi les quelque 650 soldats du feu opérant lundi sur l’île, figurent quelque 250 pompiers venus d’Ukraine, de Serbie et de Roumanie, renforcés par 11 avions et hélicoptères bombardiers d’eau, a précisé la protection civile.

– « Il ne reste plus rien » –

Un à un, des dizaines de villages assiégés par le feu ont été entièrement vidés de leurs populations, au grand désespoir des locaux, dont les biens et les terres ont été réduits en cendres.

« Ici, les gens vivaient de la forêt, des récoltes, des olives et du tourisme. Il ne reste plus rien de tout çà », a déclaré Louisa, une retraitée rencontrée à  Pefki.

Le ministre grec des Finances Christos Staikouras a annoncé sur la chaîne publique ERT TV que des aides d’un maximum de 6.000 euros par foyer seraient allouées aux habitants dont les maisons ont subi des dégâts, ainsi qu’une somme de 4.500 euros pour les blessés.

Des habitants évacués sur la plage avec leurs animaux et quelques affaires, tandis que les flammes ravagent le village de Pefki sur l'île d'Eubée, en grèce, le 8 août 2021

© ANGELOS TZORTZINIS Des habitants évacués sur la plage avec leurs animaux et quelques affaires, tandis que les flammes ravagent le village de Pefki sur l’île d’Eubée, en grèce, le 8 août 2021

Dans la ville d’Aidipsos, des collectes de produits de première nécessité s’organisaient pour les villageois qui ont tout perdu dans l’incendie.

« Vous avez vu l’Etat nous offrir de l’eau? Des goûters aux enfants? Personne. Ils laissent les commerçants et les individus donner de l’eau aux gens », a déclaré, furieux, Giorgos, interrogé par l’AFP à Pefki.

– « Moyens insuffisants » –

La polémique a enflé ces derniers jours sur le manque de moyens alloués par la Grèce à la lutte contre les incendies, en particulier à Eubée. 

Le vice-gouverneur d’Eubée Giorgos Kelaïtzidis, de même que de nombreux maires et habitants, ont dénoncé des forces « insuffisantes » alors que la situation était « critique » sur l’île. 

Les moyens aériens rencontrent de « sérieuses difficultés » à cause des turbulences, des fumées et d’une visibilité limitée, avait rétorqué dimanche le vice-ministre de la protection civile Nikos Hardalia

Le ministre des Finances a ajouté lundi que le budget de la protection civile serait boosté d’1,76 milliard d’euros et que 224 millions d’euros seraient alloués à la reforestation.

La Grèce et la Turquie traversent depuis près de deux semaines une vague d’incendies violents, favorisés par la sécheresse et des températures caniculaires, qui ont fait dix morts en tout et des dizaines de blessés hospitalisés.

Dans la région turque de Mugla, deux ouvriers forestiers ont été blessés par la chute d’un arbre en feu à Mentese et transportés à l’hôpital, a rapporté lundi la télévision d’Etat TRT.

Les flammes ont détruit plusieurs secteurs de la province de Mugla, où les pompiers turcs continuaient de lutter pour arrêter la course folle du feu de forêt.

Aux portes d’Athènes, le sinistre qui a détruit des dizaines d’habitations et d’entreprises était en rémission depuis dimanche mais « le danger de résurgence est élevé », a prévenu M. Hardalias. 

De nombreuses forces terrestres continuaient lundi matin de lutter contre les flammèches au pied du mont Parnès, en particulier les unités venues d’Israël mais aussi de Chypre et de France dans le cadre du dispositif européen d’aide aux incendies, selon les pompiers. 

Un incendie a été maîtrisé en Crète, tandis que la situation était stabilisée dans le Péloponnèse où quelque 300 pompiers restaient mobilisés lundi matin, selon les autorités.

Avec AFP par burx-chv/cl

Mon pauvre petit chat

août 4, 2021

Au milieu de la ferraille calcinée

Le chat avec ses pattes feutrées

Découvre stupéfait le désastre

De la maison à la fumée ocre

Premier courageux à y faire le retour

Dans cette habitation aux folles odeurs

Grande est sa désolation de ces ruines

Qui témoignent l’ampleur des fumigènes

Mon pauvre petit chat pleure en miaulant

Incapable de décrire l’état de la maison

Et de toutes ces carcasses noircies

Par la violence des flammes sans répit

Ô mon petit chat abandonné à Varympompi

Durant l’ordre d’évacuation de cet incendie

Qui brûle la forêt à Dekelia près d’Athènes

Fonde ton espoir aux pompiers et aux mânes

Bernard NKOUNKOU BOUESSO

États-Unis: Les pompiers de Californie face à un incendie qui génère son propre climat

juillet 26, 2021
Les pompiers de Californie face a un incendie qui genere son propre climat
Les pompiers de Californie face à un incendie qui génère son propre climat© AFP/JOSH EDELSON

Le plus gros incendie de Californie, qui a déjà dévoré l’équivalent de la ville de Chicago en végétation, est si volumineux qu’il génère désormais son propre climat, au risque de rendre la tâche des pompiers qui le combattent encore plus ardue lundi.

5.400 soldats du feu sont mobilisés face aux flammes du Dixie Fire dans les forêts du nord de la Californie.

Ce brasier n’a fait que grossir depuis la mi-juillet, attisé par une chaleur étouffante, une sécheresse alarmante et des vents continus.

Le Dixie Fire est si gros qu’il a déjà créé ces derniers jours des nuages appelés pyrocumulus qui provoquent foudre, vents violents et alimentent en retour l’incendie.

« La journée de demain pourrait être très difficile: si ces nuages sont assez hauts, ils ont le potentiel de produire des éclairs », a alerté Julia Ruthford, la météorologue affectée à ce brasier.

Des secouristes ont été dépêchés d’aussi loin que la Floride pour prêter main forte.

Malgré sa superficie, le Dixie Fire a pour l’instant surtout progressé dans des zones extrêmement recluses, ce qui explique que seulement des dizaines de structures (des maisons et d’autres bâtiments) n’aient jusqu’ici été détruites.

Très douloureux

Progressant sur des sentiers extrêmements escarpés, les pompiers sont parfois aidés d’un train, depuis lequel ils peuvent copieusement arroser les zones autrement inaccessibles.

Mais dans ces conditions météorologiques, « les braises peuvent facilement voler à plus d’un kilomètre du feu » explique à l’AFP Rick Carhart, porte-parole des pompiers, et les lieux qui accueillent les personnes évacuées comme le village de Quincy, se retrouvent eux-mêmes menacés.

« C’est très douloureux de le voir progresser sans relâche et se rapprocher de nos terres », s’inquiète auprès de l’AFP Peggy Moak, résidente d’un bourg voisin.

Les feux de forêt sont courants en Californie — tellement que les habitants se demandent parfois ce qu’il reste à brûler. Mais en raison du changement climatique, cet été est particulièrement violent.

Un golf à l’herbe jaunie, des plaisanciers qui se baignent dans un lac qui n’est que l’ombre de lui-même… Dans la région, les signes de la sécheresse qui nourrit les brasiers sont partout.

Les feux ont déjà ravagé 3 fois plus de végétation cette année qu’ils ne l’avaient à cette époque en 2020, pourtant la pire année de l’histoire de Californie en termes d’incendies.

Selon une enquête préliminaire, la chute d’un arbre sur un des milliers de câbles électriques qui dessinent le paysage américain est à l’origine du Dixie Fire. Cette ligne électrique est celle de Pacific Gas & Company (PG&E), un opérateur privé déjà coupable d’avoir provoqué le Camp Fire, un incendie qui avait quasiment rayé la ville de Paradise de la carte et tué 86 personnes en 2018, à seulement quelques kilomètres d’ici.

Par Le oint avec AFP

Canada: Les feux de forêt de l’Ontario tapissent La Tuque d’un smog

juillet 19, 2021

Environnement Canada a émis une alerte de mauvaise qualité de l’air pour la Haute-Mauricie, notamment les secteurs de Parent et du réservoir Gouin. La Tuque est frappée d’un avis de smog.

La fumée des incendies de forêt dans le nord-ouest de l'Ontario se déplace vers le Québec.

© Fournis par Radio-Canada.ca La fumée des incendies de forêt dans le nord-ouest de l’Ontario se déplace vers le Québec.

De la fumée provenant des feux du nord-ouest de l’Ontario est à l’origine de la mauvaise qualité de l’air et la visibilité réduite. Ces conditions devraient se maintenir jusqu’à mardi matin.

On voyait au cours de la fin de semaine plus d’une centaine de feux qui étaient en activité du côté du nord-ouest de l’Ontario, et c’est pour cette raison que nous avons de la fumée au Québec depuis la semaine dernière», explique Josée Poitras, porte-parole de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Elle précise que la fumée a d’abord atteint l’ouest et le nord-ouest du Québec et qu’elle franchit maintenant la Haute-Mauricie.

Elle indique que quatre pompiers forestiers de La Tuque sont allés prêter main-forte pour combattre les feux qui touchent aussi la Colombie-Britannique.

Presque dans tout le Québec, aucun feu en activité. Trois feux sont en observation du côté de la Baie James, dans le secteur de Radisson, et ils ne présentent aucune difficulté de combat. C’est pour cette raison qu’on a été capables de prêter des ressources, parce que le Québec connaît un répit concernant les incendies», relate-t-elle.

Mais le Québec n’est pas à l’abri d’une augmentation des incendies de forêt. La saison de protection du Québec contre les feux n’est pas terminée au Québec, alors il pourrait y avoir un revirement de situation parce que rappelons-nous que le mois dernier, c’était la Colombie-Britannique qui débarquait au Québec pour venir nous aider dans le combat de nos incendies», avertit la porte-parole.

Environnement Canada rappelle qu’en raison de la fumée, la population pourrait être affectée par des symptômes comme une toux inhabituelle, une irritation de la gorge, des maux de tête et de l’essoufflement.

Avec Radio-Canada par  Marc-Antoine Bélanger 

Canicule et incendies: l’Ouest américain et canadien suffoquent

juin 30, 2021
Canicule et incendies: l'Ouest americain et canadien suffoquent
Canicule et incendies: l’Ouest américain et canadien suffoquent© AFP/Kathryn Elsesser

Des dizaines de morts subites, des hospitalisations en hausse et la multiplication de feux de forêts: l’ouest du Canada et des Etats-Unis suffoquent sous l’effet de températures insoutenables.

L’extrême chaleur cumulée à une sécheresse prolongée, « amplifie le risque d’incendies », a souligné le président américain Joe Biden, en notant que 36 feux sont actuellement actifs dans les Etats de la côte pacifique.

La chaleur est aussi « un risque en soi », a-t-il ajouté en marge d’une rencontre avec des gouverneurs démocrates et républicains: « Les gens souffrent, les enfants ne peuvent pas jouer dehors, les routes craquent. »

Le nord-ouest des Etats-Unis, habitué à des températures tempérées, a enregistré des records ces derniers jours, avec un maximum de 46,1 degrés lundi à Portland. La ville portuaire respire un peu mieux mercredi, la vague de chaleur se déplaçant lentement vers l’intérieur des terres.

De l’autre côté de la frontière, « la canicule historique continue de pulvériser des records » et devrait durer jusqu’à la fin de la semaine, écrivent les services météorologiques canadiens dans leur dernier bulletin.

Celui-ci dresse une longue liste de températures jamais vues au Canada, qui battent parfois des records établis au 19e siècle.

Au sommet de ce classement: le village de Lytton, à quelque 250 km au nord-est de Vancouver, qui a enregistré mardi le nouveau record absolu de chaleur pour tout le pays, à 49,6 degrés.

« Insupportable »

L’affolement des thermomètres commence à faire des victimes. Au moins 134 personnes sont décédées subitement depuis vendredi dans la région de Vancouver, sur la côte Pacifique, selon les autorités.

« Nous pensons que la chaleur a contribué à la majorité des décès », a déclaré la police fédérale, ajoutant que les personnes âgées étaient davantage affectées.

« C’est insupportable, c’est impossible de rester dehors », commentait Rosa, une habitante de la métropole, habituée à des températures tempérées. « J’espère que ça ne recommencera jamais, c’est trop », a-t-elle encore dit à l’AFP.

Dans la ville américaine voisine de Seattle, les médecins urgentistes ont également noté un afflux de personnes touchées par la chaleur, souffrant notamment de problèmes aux reins ou au coeur. Au moins deux sexagénaires sont mortes d’hyperthermie, selon le journal local Seattle Times.

Les autorités ont appelé la population à minimiser ses sorties, à boire beaucoup et à prendre des nouvelles des personnes seules et âgées. Plusieurs municipalités ont également mis en place des « centres de rafraîchissement », dotés d’air climatisé et de brumisateurs.

Dans la région de Vancouver, des écoles ont été fermées et les campagnes de vaccination contre le Covid-19 suspendues. Les climatiseurs et ventilateurs sont en rupture de stock.

« La durée de cette canicule est inquiétante car il y a peu de répit la nuit », a souligné le ministre canadien de l’Environnement.

« Dôme de chaleur »

Ces températures s’expliquent par un phénomène appelé « dôme de chaleur »: de hautes pressions emprisonnent l’air chaud dans la région. Son intensité est toutefois exceptionnelle.

« Le réchauffement climatique est à l’origine de la combinaison dangereuse entre la chaleur extrême et la sécheresse prolongée », a ajouté Joe Biden en soulignant, à l’adresse des républicains climato-sceptiques, que ce ne devrait pas être un « débat partisan ».

Le travail des pompiers « n’est plus saisonnier », ils font face à des sinistres toute l’année, a-t-il ajouté, en annonçant des revalorisations de leurs salaires.

Environ 9.000 soldats du feu sont actuellement déployés dans l’Ouest américain, notamment pour lutter contre la progression du « Lava Fire », à la lisière de l’Oregon et de la Californie, qui a déjà consumé plus de 5.000 hectares.

« Les jours chauds sont toujours plus chauds, les jours secs toujours plus secs: la réalité du réchauffement climatique est face à nous », a commenté le gouverneur démocrate de Californie Gavin Newsom.

Par Le Point avec AFP

Plusieurs véhicules incendiés à Montréal

mai 9, 2021

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) enquête sur un incendie suspect qui a lourdement endommagé dimanche matin trois véhicules sur la rue Querbes, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Trois véhicules ont été lourdement endommagés par les flammes sur la rue Querbes dans l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

© Mathieu Wagner/Radio-Canada Trois véhicules ont été lourdement endommagés par les flammes sur la rue Querbes dans l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Les pompiers de Montréal ont rapidement maitrisé l’incendie qui avait été signalé vers 7 h1 5, explique Véronique Contois, porte-parole du SPVM.

On ne fait état d’aucun blessé.

Les pompiers de Montréal ont rapidement maîtrisé l’incendie.

© Mathieu Wagner/Radio-Canada Les pompiers de Montréal ont rapidement maîtrisé l’incendie.

Les spécialistes de la section des incendies criminels du SPVM ont été appelés sur les lieux pour déterminer s’il s’agit d’un véhicule qui a d’abord pris feu avant que les flammes ne gagnent les voitures voisines ou encore s’il s’agit d’un acte volontaire ciblant les trois.

Mme Contois indique qu’il est trop tôt pour s’avancer sur les causes de l’incident.

Elle se garde également d’établir un lien avec un autre incendie survenu tôt samedi matin, qui a endommagé deux véhicules dans le stationnement arrière d’un immeuble de l’avenue Granby, dans l’est de Montréal.

Samedi, un autre incendie a endommagé deux véhicules dans le stationnement d’un immeuble dans l’est de Montréal.

© Mathieu Wagner/Radio-Canada Samedi, un autre incendie a endommagé deux véhicules dans le stationnement d’un immeuble dans l’est de Montréal.

Avec CBC/Radio-Canada 

Des patients atteints de la COVID-19 meurent dans incendie dans un hôpital indien

mai 1, 2021

NEW DELHI — Un incendie dans un hôpital soignant des patients atteints de la COVID-19 a tué 18 patients tôt samedi, dans l’ouest de l’Inde, alors que le pays est aux prises avec la pire épidémie.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

Le feu s’est déclaré dans une salle au rez-de-chaussée de l’hôpital de Bharuch, une ville de l’État du Gujarat. Les flammes ont été éteintes en une heure, a indiqué la police. La cause fait l’objet d’une enquête.

Trente et un patients ont été sauvés de l’incendie par des employés de l’hôpital et des pompiers. Leur état était stable, a précisé le policier BM Parmar. 

À la fin du mois dernier, un incendie dans une unité de soins intensifs avait tué 13 patients infectés par la COVID-19 dans la région de Virar en périphérie de Mumbai.

Pendant que la campagne de vaccination s’intensifie pour tous les adultes, l’Inde a établi samedi un autre record mondial quotidien avec 401 993 nouveaux cas, faisant passer son bilan à plus de 19,1 millions. Plus de 3500 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de décès à 211 853, selon le ministère de la Santé. 

Des experts estiment que ces chiffres sont sous-estimés.

– Par The Associated Press avec La Presse Canadienne

Russie: les incendies se poursuivent en Sibérie avec des températures record

juillet 11, 2020

 

Les incendies continuent de faire des ravages en Sibérie, où les températures estivales atteignent des records, mais ils ont diminué durant la semaine écoulée, ont annoncé samedi les services russes chargés des forêts qui les combattent en ensemençant des nuages et en utilisant des explosifs.

La Sibérie connaît depuis janvier des températures anormalement élevées par endroits ce qui, combiné à un faible taux d’humidité du sol, a contribué à de nouveaux feux après ceux qui avaient dévasté la région l’été dernier, a noté cette semaine le service européen Copernicus sur le changement climatique.

Depuis mi-juin, le nombre comme l’intensité des incendies ont augmenté dans l’extrême Nord-Est de la Sibérie et dans une moindre mesure en Alaska, selon Copernicus, provoquant l’émission de 59 mégatonnes de CO2 dans l’atmosphère, un record pour ce mois depuis le début des mesures en 2003. Le Service aérien de protection des forêts russe a indiqué qu’il luttait samedi contre 136 incendies sur 43.000 hectares, en utilisant des explosifs pour contenir les flammes et en tentant de déclencher la pluie avec l’ensemencement des nuages.

La plupart des foyers sont toutefois considérés comme trop éloignés et trop coûteux à traiter, avec actuellement 333.000 hectares en feu au total dans des zones où les efforts des pompiers ont été interrompus, précise-t-il. Ce chiffre s’inscrit toutefois en nette baisse par rapport à celui rapporté voilà une semaine par le service qui était de plus de deux millions d’hectares.

Depuis la mi-juin, les régions situées dans le Grand Nord et au delà du cercle arctique ont enregistré des records de température sans précédent. Les anti-cyclones sont bien plus fréquents et difficiles à prévoir, provoquant une hausse des températures et de l’ensoleillement, avait expliqué fin juin aux journalistes à Moscou Roman Vilfand, chef de l’agence météorologique russe. «C’est le principal problème et l’une des conséquences du changement climatique», avait-il estimé.

Des images satellites présentées samedi montrent que les principaux incendies sévissent toujours en Yakoutie (Sibérie orientale) qui borde l’océan Arctique. La région a déclaré l’état d’urgence le 2 juillet en raison des incendies. Le service de contrôle des forêts de Greenpeace en Russie, qui se fonde sur des données recueillies par satellite, a déclaré samedi que 9,26 millions d’hectares au total, soit davantage que la superficie du Portugal, avaient été touchés par des incendies depuis le début de l’année.

Par Le Figaro avec AFP

Australie: la pluie tombe enfin sur les incendies

janvier 15, 2020

La pluie est tombée jeudi sur les régions d’Australie affectées par les gigantesques incendies qui font rage depuis septembre, offrant notamment une amélioration de la qualité de l’air. «De bonnes chutes» de pluie ont eu lieu jeudi matin dans l’Etat de Nouvelle-Galles-du-Sud (sud-est de l’Australie), où sont localisés les brasiers les plus importants, a indiqué le bureau local de météorologie.

Dans l’Etat voisin de Victoria, les orages qui ont éclaté mercredi soir ont contribué à dissiper le nuage de fumées toxiques dégagées par les incendies sous lequel suffoquait Melbourne depuis le début de la semaine et qui a perturbé l’Open de tennis. «Les orages ont amélioré la qualité de l’air dans la majeure partie de l’Etat», a annoncé l’Agence pour la protection de l’environnement de l’Etat de Victoria (EPA).

Les services de météo prévoient d’autres précipitations d’ici le week-end. Si elles se confirment, il s’agirait de la période de temps pluvieux la plus longue depuis le début de la crise des incendies en septembre dernier. Ces pluies seront «nos cadeaux de Noël, d’anniversaire, de fiançailles, d’anniversaire, de mariage, de remise de diplômes réunis. On croise les doigts», avait déclaré plus tôt dans la semaine le service rural de lutte contre les incendies de Nouvelle-Galles-du-Sud.

Depuis le début des feux dévastateurs en septembre, au moins 28 personnes sont mortes, environ 1 milliard d’animaux pourraient avoir péri, plus de 2.000 habitations ont été détruites et une zone de 100.000 kilomètres carrés (10 millions d’hectares) – plus grande que la superficie de la Corée du Sud – est partie en fumée.

Quelque 30 incendies restaient cependant hors de contrôle jeudi en Nouvelle-Galles-du-Sud, selon le service rural de lutte contre les incendies. Liés à une sécheresse particulièrement grave en Australie, ces incendies sont aggravés par le réchauffement climatique, alors que les scientifiques prédisent de longue date que la récurrence de ces événements météorologiques extrêmes ne fera que s’aggraver.

Par Le Figaro.fr avec AFP