Posts Tagged ‘Inculpation’

France: un homme inculpé pour « une quarantaine » d’agressions sexuelles présumées

février 28, 2018

Valenciennes – Un ouvrier du nord de la France a été inculpé mercredi après avoir reconnu « quarante » agressions sexuelles ces dernières années, a annoncé le procureur de Valenciennes (nord).

L’homme d’une cinquantaine d’années, domicilié à Pont-sur-Sambre (nord), « a reconnu les faits », a déclaré le procureur à la presse. « Il évalue le nombre de ses victimes à une quarantaine ».

Le violeur présumé était entendu mercredi après-midi par un juge, qui devait décider de l’incarcérer ou non. L’homme avait été arrêté lundi dans la ville de Maubeuge (nord) et placé en garde à vue mardi.

Son identification, grâce à la confrontation de son ADN avec des traces d’ADN trouvées sur ses victimes, fait suite à une information judiciaire ouverte en 1996 concernant « 19 femmes », a précisé le procureur.

Romandie.com avec(©AFP / 28 février 2018 14h41)                                            

L’enquête russe se rapproche de Trump, son ex-conseiller Flynn inculpé

décembre 1, 2017

Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, quitte la cour fédérale, le 1er décembre 2017 à Washington / © AFP / Brendan Smialowski

L’affaire russe a connu vendredi un spectaculaire coup d’accélérateur avec l’inculpation de Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, qui a reconnu avoir menti au FBI et accepté de coopérer avec la justice.

La vaste enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016 – et l’entente présumée entre des proches de M. Trump et Moscou – fait peser une lourde épée de Damoclès au-dessus du 45e président des États-Unis.

Michael Flynn , ex-directeur du renseignement militaire américain, a plaidé coupable en milieu de matinée, devant un juge fédéral à Washington, d’avoir notamment fait de fausses déclarations aux enquêteurs sur ses conversations avec l’ambassadeur de Russie, Sergueï Kisliak.

Selon les documents d’accusation, dont il a confirmé la véracité de sa signature, M. Flynn a ponctuellement agi sur les instructions d’un « très haut responsable » de l’équipe de transition présidentielle. Il s’agirait de Jared Kushner, le gendre de M. Trump, selon Buzzfeed et le Washington Post.

Ces révélations ont mis en ébullition la capitale fédérale américaine et fait chuter Wall Street. Le Dow Jones a baissé de plus de 1%, avant de réduire ses pertes.

Quelles informations cet homme de 58 ans aux traits sévères s’est-il engagé à livrer aux enquêteurs ? Jusqu’où ira-t-il pour échapper à la prison ? Mettra-t-il directement en cause des proches de Donald Trump, voire le président lui-même ?

Debout à la barre, entouré de deux de ses avocats, M. Flynn a répondu d’un ton calme aux questions du magistrat Rudolph Contreras qui lui a signifié qu’il encourait cinq ans de réclusion.

« Les actions que j’ai admises aujourd’hui devant le tribunal constituent une grave erreur », a-t-il ensuite écrit dans un communiqué. « J’accepte l’entière responsabilité de mes actions ».

– ‘Enfermez-la !’ –

Par ses omissions et fausses déclarations, M. Flynn est accusé d’avoir « entravé » l’enquête ultrasensible du FBI.

Il aurait demandé à l’ambassadeur Kisliak que Moscou réagisse avec retenue aux sanctions prises par l’administration Obama contre les piratages informatiques russes pour influer sur le scrutin présidentiel.

Michael Flynn se voit par ailleurs reprocher d’avoir dissimulé qu’il a tenté d’influencer un vote du Conseil de sécurité des Nations unies sur la colonisation menée par Israël. Ces manoeuvres devaient affaiblir l’action de Barack Obama, à l’époque encore président des Etats-Unis.

Au final toutefois, les révélations vendredi n’ont pas conforté la thèse d’une concertation entre les Russes et l’entourage de Donald Trump pour truquer l’élection.

Ancien général, Michael Flynn est connu pour son indulgence avec la Russie et sa ligne très dure face à l’extrémisme islamique. Durant la campagne, il encourageait avec virulence les foules à crier « Enfermez-la ! » à chaque évocation de la démocrate Hillary Clinton.

Il avait été poussé à la démission moins d’un mois après sa nomination à la Maison Blanche.

Le gouvernement Trump a immédiatement tenté de minimiser le rôle de M. Flynn.

« Rien dans le plaider coupable ou les chefs d’inculpation n’implique d’autres personnes que M. Flynn », a indiqué Ty Cobb, l’avocat de la Maison Blanche.

Au Congrès, les élus démocrates insistaient sur le fait que les investigations avaient désormais franchi le cercle rapproché du président.

« Quand son propre conseiller à la sécurité nationale est trouvé coupable d’avoir menti au FBI sur ses contacts avec les Russes, on peut s’attendre à de nouveaux développements », a commenté Mark Warner, membre de la commission du Renseignement.

Ce rebondissement de taille assombrit ce qui s’annonçait comme une journée de victoire pour M. Trump avec le vote probable par le Sénat de sa grande réforme fiscale.

– ‘Un homme bien’ –

L’ancien homme d’affaires de New York a toujours réfuté la moindre « collusion » avec la Russie, dénonçant une « chasse aux sorcières » orchestrée par ceux qui refuseraient d’accepter sa victoire.

La relation entre Donald Trump et Michael Flynn fait l’objet d’une attention toute particulière depuis l’éviction brutale en mai du patron du FBI James Comey par le président.

Dans une audition début juin devant le Sénat qui avait sonné comme un coup de tonnerre à travers les Etats-Unis, ce dernier a en effet affirmé que Donald Trump lui avait personnellement demandé d’enterrer une enquête visant Michael Flynn.

« J’espère que vous pourrez trouver une façon d’abandonner cela, de lâcher Flynn. C’est un homme bien », aurait dit le président à M. Comey en tête à tête le 14 février.

M. Comey a réagi vendredi à l’inculpation de Flynn avec une métaphore biblique pleine d’ironie. « Que le droit jaillisse comme une source, la justice comme un torrent intarissable », a-t-il écrit sur Instagram, en citant le livre d’Amos.

M. Flynn est la quatrième personne proche de M. Trump mise en cause dans cette enquête menée par Robert Mueller qui, contrairement à un simple procureur fédéral, dispose d’une plus grande latitude d’action et d’une indépendance renforcée.

Une première vague d’inculpations avait eu lieu fin octobre avec la mise en accusation de Paul Manafort, l’ex-directeur de son équipe de campagne et Richard Gates. Un troisième, George Papadopoulos, a plaidé coupable d’avoir menti aux enquêteurs du FBI et accepté de collaborer avec les enquêteurs.

Romandie.com avec(©AFP / 01 décembre 2017 23h10)

La justice américaine inculpe un ex-ministre sénégalais de corruption

novembre 20, 2017

Washington – Le responsable d’une ONG basée à Hong-Kong et en Virginie, dans l’Est des Etats-Unis, ainsi qu’un ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères ont été inculpés par la justice américaine dans une affaire de corruption de hauts responsables au Tchad et en Ouganda.

Chi Ping Patrick Ho, 68 ans, et Cheikh Gadio, 61 ans, sont accusés d’avoir corrompu pendant plusieurs années des hauts responsables de ces pays afin d’obtenir des avantages pour une entreprise pétrolière chinoise. Les pots-de-vin représentent plusieurs millions de dollars, selon un communiqué du ministère américain de la Justice publié lundi.

« Des responsables au plus haut niveau des gouvernements des deux pays sont soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vin », a indiqué le ministre adjoint de la Justice, Kenneth Blanco, citant le président du Tchad et le ministre ougandais des Affaires étrangères sans communiquer leur nom.

Le ministère n’a pas non plus dévoilé le nom de l’entreprise chinoise pétrolière.

L’ancien ministre sénégalais a été arrêté vendredi à New York et présenté devant un juge le lendemain, tandis que M. Ho a été arrêté samedi et présenté à un juge lundi.

M. Blanco a ajouté que la justice américaine était déterminée à poursuivre ceux qui compromettent la compétitivité des entreprises.

« Leurs pots-de-vin et leurs actes de corruption portent tort à notre économie et minent la confiance dans un marché libre », a-t-il également commenté.

Les personnes inculpées sont soupçonnées d’avoir, entre autres, fait transiter près d’un million de dollars par l’intermédiaire du système bancaire new-yorkais.

En échange d’un pot-de-vin de deux millions de dollars, le président du Tchad aurait offert à l’entreprise pétrolière chinoise des droits pétroliers dans le pays sans passer par un appel d’offres international. L’ancien ministre sénégalais aurait joué un rôle central dans cette affaire.

M. Ho aurait également distribué des cadeaux tout en promettant d’autres avantages, dont le partage des profits d’une société commune ainsi que l’acquisition potentielle d’une banque en Ouganda, en vue d’obtenir des avantages pour l’entreprise de l’énergie pour laquelle il jouait le rôle d’intermédiaire.

Fin août, la justice américaine avait condamné l’ancien ministre guinéen Mamhmoud Thiam à sept ans de prison pour avoir blanchi de l’argent de pots-de-vin reçus d’entreprises chinoises.

M. Thiam, ex-ministre des Mines en Guinée, avait été reconnu coupable en mai. Il avait notamment utilisé les 8,5 millions de dollars reçus pour payer l’école de ses enfants et acheter une maison de 3,75 millions près de New York.

Romandie.com avec(©AFP / 20 novembre 2017 22h07)

L’ex-directeur de campagne de Trump inculpé de complot contre les États-Unis

octobre 30, 2017

L’ancien directeur de campagne Paul Manafort le 16 octobre 2017 à New York / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / ELSA

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, est visé par 12 chefs d’inculpation, dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l’étranger, a annoncé le porte-parole du procureur spécial de l’enquête russe.

M. Manafort, qui s’est rendu lundi au bureau du FBI du Washington, pourrait être présenté à la justice dans la foulée, a précisé Peter Carr, le porte-parole de Robert Mueller.

Romandie.com avec(©AFP / 30 octobre 2017 14h24)                

États-Unis: Une infirmière du Texas suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés

mai 26, 2017

Une infirmière emprisonnée pour le meurtre d’un nourrisson au Texas dans les années 1980 a été inculpée d’un deuxième meurtre et pourrait avoir tué au total jusqu’à 60 bébés, ont annoncé les autorités américaines. / © AFP/Archives / BRENDAN SMIALOWSKI

Une infirmière emprisonnée pour le meurtre d’un nourrisson au Texas dans les années 1980 a été inculpée d’un deuxième meurtre et pourrait avoir tué au total jusqu’à 60 bébés, ont annoncé les autorités américaines.

Genene Jones, 66 ans, « est le mal incarné et la justice veillera à ce qu’elle réponde de ses crimes », a promis dans un communiqué publié jeudi Nico LaHood, le procureur du comté texan de Bexar.

« Notre bureau fera tout pour retrouver chaque enfant dont la vie a été prise par les actes de Jones », a-t-il ajouté.

Genene Jones purge actuellement deux peines de réclusion, de 99 et 60 ans, pour deux crimes commis en 1984 sur des bébés alors qu’elle travaillait en milieu hospitalier.

Elle avait tué une fillette de 15 mois, Chelsea McClellan, en lui administrant un décontractant musculaire. Et elle avait injecté de l’héparine, un médicament anticoagulant, à un nourrisson de quatre semaines, Rolando Santos, qui lui avait survécu.

Jeudi l’ancienne infirmière a été inculpée par un grand jury du meurtre en 1981 d’un bébé de 11 mois, Joshua Sawyer. Elle est accusée de lui avoir injecté une dose fatale d’un produit anti-épilepsie.

« Jones est suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés », a affirmé dans son communiqué le procureur LaHood.

En raison d’une loi de remise de peine en vigueur à l’époque de ses premières condamnations, l’ancienne soignante actuellement doit sortir en mars 2018 de sa prison, située entre Austin et Dallas.

Elle sera auparavant transférée dans le comté plus au sud de Bexar, où elle sera à nouveau traduite en justice. Elle encourt une autre sentence de 99 ans de réclusion.

Romandie.com avec(©AFP / 26 mai 2017 21h40)                

Burkina : 107 personnes inculpées pour le putsch raté du général Diendéré

avril 12, 2017

Le général Gilbert Diendéré à l’aéroport de Ouagadougou, le 18 septembre 2015. © Theo Renaut/AP/SIPA

Selon nos information, 107 personnes ont été inculpées par le juge d’instruction en charge de l’enquête sur le putsch raté de mi-septembre 2015 du général Gilbert Diendéré. Le procès concernant ce dossier n’est toutefois pas attendu avant la fin de l’année.

Depuis l’ouverture de l’enquête sur le coup d’État manqué de septembre 2015 du général Diendéré et du Régiment de sécurité présidentielle, la justice militaire burkinabè a inculpé 107 personnes pour leur implication présumée, a appris Jeune Afrique ce mercredi 12 avril.

« Le juge d’instruction veut clôturer l’enquête, et va convoquer  incessamment les avocats des accusés pour recueillir leurs observations avant de transmettre le dossier au parquet militaire pour clôture car il n’y a plus d’acte à poser », a confié sous couvert de l’anonymat une source proche de l’enquête.

En décembre dernier, le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Alioune Zanré avait fait état de l’inculpation de 90 personnes pour leur participation présumée à la tentative de putsch de 2015. Parmi ces dernières, plus de 40 sont détenues à la Maison d’arrêt et de correction des armées. Il s’agit pour la plupart des militaires de l’ex-garde de l’ancien président  Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire depuis sa chute en octobre 2014.

Alioune Zanré avait également précisé qu’une dizaine de civils étaient poursuivis pour complicité avec les auteurs présumés du putsch parmi lesquels Léonce Koné, connu pour avoir dirigé le directoire du  Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP) au lendemain de l’insurrection populaire ou encore l’homme d’affaires et ex-président du parti de Compaoré, Eddie Komboigo. Me Hermann Yaméogo, patron de l’UNDD est aussi mis en cause à l’instar des journalistes Adama Ouédraogo dit Damiss et Caroline Yoda.

Un procès avant la fin de l’année

Depuis donc, de nouveaux noms sont venus gonfler la liste des personnes mises en cause dans ce dossier. Celui du député Salif Sawadogo −membre du CDP − par exemple. D’après nos informations,  l’ex députée et par ailleurs épouse du général putschiste, Fatou Diendéré, et l’ancien ministre des Sports, René Émile Kaboré, tous deux en fuite, font l’objet de poursuite pour complicité.

Le général Diendéré, le principal accusé − il est accusé de crimes contre l’humanité et d’atteinte à la sûreté de l’État − a vu son temps de détention prolongé de six mois par la justice militaire. Idem pour le général Djibrill Bassolé, poursuivi lui aussi pour atteinte à la sûreté de l’État.

Pour l’instant, la justice militaire n’avance aucune date pour les premières audiences de ce procès. « Nous devons  forcément juger l’affaire avant la fin de cette année », a toutefois assuré à Jeune Afrique une source judiciaire. Et de conclure : « Notre souhait était de juger l’affaire en juin mais ça m’étonnerait que l’on puisse tenir ce délai à présent. »

Jeuneafrique.com par

Zambie: le chef de l’opposition inculpé de « trahison » (police)

avril 12, 2017

Lusaka – Le chef de l’opposition zambienne, Hakainde Hichilema, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite à la présidentielle d’août 2016, a été inculpé mercredi de « trahison » pour avoir tenté de bloquer le convoi du chef de l’Etat Edgar Lungu.

« Nous avons inculpé Hichilema ainsi que cinq autres personnes de trahison », a annoncé à la presse le chef de la police zambienne Kakoma Kanganja.

Le chef du Parti uni pour le développement national (UPND) a été arrêté mardi matin à son domicile de Lusaka au terme de plusieurs heures d’un véritable siège qui a mobilisé une centaine de policiers.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et pris d’assaut son domicile, avant de le conduire dans un camp d’entraînement de la police pour y être interrogé.

Selon son avocat, Jack Mwiimbu, M. Hichilema est officiellement accusé d’avoir voulu bloquer le convoi du président Lungu, dimanche à l’occasion d’un déplacement dans l’ouest.

Mais selon l’opposition, il paie son refus de reconnaître la victoire d’Edgar Lungu à l’élection présidentielle d’août dernier.

Candidat pour la cinquième fois, celui qui est surnommé « HH » avait alors été devancé d’à peine 100.000 voix (2,5% des suffrages) par M. Lungu, au pouvoir depuis 2015.

Il avait contesté les résultats pour fraude mais la Cour constitutionnelle avait validé la réélection de M. Lungu. Il a depuis déposé d’autres recours devant les tribunaux.

La qualification de trahison, qui ne permet pas de libération sous caution en Zambie, est passible d’un minimum de quinze ans de prison et dans le pire des cas de la peine de mort.

Ce n’est pas la première fois qu’Hakainde Hichilema est interpellé. En octobre dernier, il avait passé une nuit en détention, accusé d’incitation à l’insurrection et de rassemblement interdit.

Romandie.com avec(©AFP / 12 avril 2017 13h38)

Canada: La police de Toronto inculpe un homme pour «sorcellerie»

mars 30, 2017

 

BBz489d
© Police de Toronto Murali Muthyalu
La police de Toronto a inculpé un homme pour sorcellerie après qu’il eut facturé 101 000 $ à un «client» qui voulait se débarrasser d’un esprit démoniaque.Murali Muthyalu, le soi-disant médium et astrologue, aurait annoncé à un homme qu’un membre de sa famille était possédé par un démon. Il lui aurait demandé de payer le prix exorbitant pour chasser l’esprit.
 

En visite au Canada, l’Indien a été arrêté mercredi et est accusé de sorcellerie, de fraude de plus de 5000 $ et de chantage.

L’enquête est toujours en cour.

Huffington Post Québecrs.

New York: un ancien militaire inculpé pour un crime raciste

mars 23, 2017

New York – Un ancien militaire a été interpellé à New York pour le meurtre de plusieurs coups de couteau d’un sexagénaire noir, le jeune homme assurant aux policiers qu’il appartenait au mouvement suprématiste blanc et cherchait à s’en prendre à des hommes noirs.

Le suspect, James Jackson (28 ans), a été présenté jeudi à un juge qui l’a inculpé pour homicide à caractère raciste et détention d’arme sans autorisation, puis a ordonné son placement en détention.

Il s’était présenté de lui-même au commissariat de Times Square mercredi pour livrer des aveux, un peu plus de 24 heures après son crime, ont rapporté plusieurs médias locaux.

Il a indiqué s’être rendu en bus à New York depuis Baltimore (est), où il réside, car New York est « la capitale médiatique du monde » et il souhaitait « faire parler de lui », a déclaré William Aubry, responsable du service enquête de la police de New York pour le quartier de Manhattan, cité par plusieurs médias.

« Il était venu pour s’en prendre à des hommes noirs », a ajouté le policier.

Selon le document de l’inculpation, consulté par l’AFP, James Jackson considérait ce premier meurtre comme un « entraînement avant de se rendre à Times Square pour tuer d’autres hommes noirs ».

Il était particulièrement irrité, a-t-il expliqué, par les hommes noirs qui étaient en contact avec des femmes blanches, selon la même source.

Lundi soir, dans le quartier de la gare des bus de Manhattan, selon la police de New York, il a frappé de plusieurs coups de couteau au torse et au dos Timothy Caughman, un homme noir de 66 ans qui vivait dans un refuge pour sans-abris non loin de là.

Ancien militaire de 2009 à 2012, avec notamment à son actif un séjour en Afghanistan, James Jackson s’est servi d’un immense couteau d’assaut dont la lame mesurait à elle seule 45 cm.

La victime est parvenue à marcher jusqu’au commissariat de quartier qui se trouvait à quelques dizaines de mètres, où elle s’est présentée avant d’être emmenée par les services médicaux d’urgence, qui l’ont déclaré morte à son arrivée à l’hôpital.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a qualifié cet acte « d’attaque visant ce qui fait de cette ville la meilleure du monde: sa tolérance et sa diversité ».

« Il est de notre responsabilité de parler haut et fort face à l’intolérance et à la violence », a-t-il exhorté.

Mercredi, les services du procureur de Manhattan, Cyrus Vance, ont annoncé le lancement d’une campagne de promotion intitulée « Trop New York pour haïr » (Too New York To Hate), pour inciter victimes et témoins d’actes visant une communauté, une religion ou une ethnie à témoigner.

Depuis l’élection de Donald Trump, les actes de cette nature sont en augmentation à New York.

Romandie.com avec(©AFP / 23 mars 2017 21h01)                   

Cyberattaque contre Yahoo: 4 inculpations aux USA, dont 2 espions russes du FSB

mars 15, 2017

San Francisco – Les autorités américaines ont annoncé mercredi l’inculpation de quatre personnes, dont deux membres des services de renseignement russes FSB, pour une cyberattaque massive dévoilée l’an dernier contre le groupe internet Yahoo.

Cette cyberattaque, qui avait démarré en 2014, est considérée comme l’une des plus importantes jamais menée dans le monde, avec « au moins 500 millions de comptes » compromis, a rappelé le ministère américain de la Justice (DoJ).

D’après son communiqué, les deux espions russes, Dmitri Dokouchaïev et Igor Souchtchine, ont « protégé, dirigé, facilité et payé des pirates informatiques criminels pour collecter des informations par des intrusions informatiques aux Etats-Unis et ailleurs ».

Deux de ces hackers figurent parmi les inculpés de mardi: le Russe Alexeï Belan (« Magg »), qui figurait déjà sur la liste des cyber-pirates les plus recherchés par les Etats-Unis après d’autres inculpations pour des faits similaires en 2012 et 2013, ainsi que Karim Baratov, qui a la double nationalité canadienne et kazakh, et a été arrêté mardi au Canada.

Une fois entrés dans les systèmes informatiques de Yahoo!, les pirates y avaient volé les informations de plus de 500 millions de comptes d’utilisateurs, et avaient aussi utilisé certaines des informations collectées pour infiltrer des comptes sur d’autres services en ligne comme Google, précise le DoJ.

Les pirates ont notamment visé des comptes privés de journalistes russes, de responsables des gouvernements russe et américain, ainsi que de salariés de plusieurs entreprises privées, dont une société de cybersécurité et une société d’investissement russes, une entreprise française de transport, une compagnie aérienne ainsi que des sociétés de services financiers et d’investissement aux Etats-Unis, et un gestionnaire suisse de porte-monnaie électroniques utilisant la monnaie virtuelle bitcoin.

Romandie.com avec(©AFP / 15 mars 2017 17h15)