Posts Tagged ‘Indonésie’

À Palu, le pillage seule solution pour ceux qui n’ont plus rien

septembre 30, 2018

Des habitants de Palu pillent des magasins dans la ville de Palu, dans l’île indonésienne des Célèbes, le 30 septembre 2018 / © AFP / BAY ISMOYO

Biscuits, chips, couches, bouteilles de gaz… Dans le supermarché aux vitres cassées, hommes et femmes remplissent leurs sacs de tout ce qu’ils y trouvent, avec l’assentiment des autorités face à l’aide qui tarde dans la ville indonésienne de Palu, dévastée par un séisme.

« On ne nous aide pas, on a besoin de manger. Nous n’avons pas d’autre choix pour manger », se justifiait dimanche l’un des pillards.

« Les magasins sont fermés et les marchés sont vides », explique « Eddy », 33 ans. « Donc on doit piller les magasins les uns après les autres ».

Les autorités indonésiennes ont annoncé qu’elles ne sanctionneraient pas les pilleurs et rembourseraient les propriétaires des magasins.

« On a demandé (aux distributeurs) Alfamart et Indomaret de laisser les gens prendre des marchandises. Il faut qu’ils enregistrent tout et nous paierons, ce ne sera pas du pillage », a annoncé le ministre de l’Intérieur, Tjahjo Kumolo, selon un communiqué.

Des habitants de la ville de Palu, sur l’île indonésienne des Célèbes dévastée par un séisme, pillent un magasin le 30 septembre 2018 / © AFP / BAY ISMOYO

Deux jours après le tremblement de terre de magnitude 7,5, suivi d’un tsunami, qui a secoué l’île des Célèbes faisant au moins 832 morts, tout manque: nourriture, eau et carburant. Et ils sont des centaines à piller supermarchés et stations-services.

« C’est une crise : il n’y a pas de nourriture, rien! », lance un autre. « A manger, de l’eau, c’est ce dont nous avons désespérément besoin! ».

Tout d’un coup, deux petites répliques se font ressentir dans le bâtiment: les gens crient: « tremblement de terre! tremblement de terre! ». Beaucoup d’habitants ont dormi dehors, craignant de nouvelles secousses.

Mais une fois l’angoisse passée, de plus en plus de pillards se massent devant le magasin.

La police assiste, sans intervenir, au pillage d’un magasin à Palu, sur l’île indonésienne des Célèbes frappée par un séisme, le 30 septembre 2018 / © AFP / BAY ISMOYO

– Cuisines mobiles –

« C’est la situation qui nous force à faire cela, on a besoin de tout », argumente un adolescent, venus avec d’autres jeunes. « On a pris tout ce qu’on pouvait, on ne peut même pas cuisiner, c’est pour ça que nous pillons ».

L’aide commence seulement à parvenir dans l’île située au centre de l’archipel indonésien.

Les autorités sont en train d’acheminer des cuisines mobiles capables de fournir quelque 36.000 repas par jour, des milliers de matelas, des couvertures et des nouilles instantanées.

Pillage dans un magasin de Palu, sur l’île indonésienne des Célèbes frappée par un séisme, le 30 septembre 2018 / © AFP / BAY ISMOYO

Mais ces vivres n’arrivent pas assez rapidement pour les habitants.

Quelques policiers, stationnés devant le magasin ou encore dans le commissariat en face, sont témoins de la scène. Dépassés, il n’essayent pas d’intervenir.

Dans une station-service voisine, un groupe essaye de siphonner une réserve de carburant en sous-sol.

« Il n’y a qu’une station service qui fonctionne, les gens sont désespérés », explique à l’AFP Ray Pratama, un photographe local, qui n’a pas pris part au pillage.

La foule remplit des jerrycans, des bouteilles, et même des casseroles avec le précieux carburant.

« Si vous vendez à un prix raisonnable ok, mais ils ont augmenté énormément les prix, pour les produits essentiels », s’indigne une femme.

Romandie.com avec(©AFP / (30 septembre 2018 13h06)

Indonésie: le bilan passe à 832 morts, début de pillages

septembre 30, 2018

Des proches de victimes tentent d’identifier des corps devant un hôpital de Palu en Indonésie, le 30 septembre 2018 / © AFP / BAY ISMOYO

Le bilan du tremblement de terre suivi d’un tsunami qui a frappé l’île indonésienne des Célèbes a été porté à 832 morts dimanche, alors que la population de la ville de Palu à court de vivres et d’eau a commencé à piller les magasins.

« A 13H00 (06H00 GMT) aujourd’hui il y a 832 morts », essentiellement dans la ville de Palu, a annoncé Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes au cours d’un point presse.

Ce chiffre qui double le dernier bilan, pourrait encore s’aggraver : le vice-président indonésien Jusuf Kalla a dit craindre que le bilan n’atteigne « un ou plusieurs milliers », se basant sur les précédentes catastrophes.

Au moment du séisme, 71 étrangers, se trouvaient à Palu, a précisé le porte-parole, dont la plupart sont en cours d’évacuation. Mais les autorités cherchent encore à localiser trois Français, a-t-il précisé.

« C’est très dur », explique à l’AFP Risa Kusuma, une mère de 35 ans qui berce son petit garçon fiévreux dans un centre pour réfugiés de la ville de Palu. « L’ambulance apporte de nouveaux corps chaque minute », « il n’y a pas beaucoup d’eau et les magasins sont pillés partout ».

– « Pas de nourriture, rien » –

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

Devant la pénurie de nourriture, eau et carburant, les habitants ont commencé à se servir dans les supermarchés et des stations services, ont constaté des journaliste de l’AFP.

« C’est une crise : il n’y a pas de nourriture, rien », se justifie un pillard. « A manger, de l’eau, c’est ce dont nous avons désespérement besoin ».

La plupart des victimes ont été recensées jusqu’à présent à Palu, une agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest des Célèbes qui a été secouée vendredi par un séisme de magnitude 7,5 puis a essuyé un tsunami.

Les autorités et les ONG s’inquiètent aussi de la situation dans la région de Donggala plus au nord, qui reste très incertaine. Onze morts ont déjà été retrouvés dans cette zone, selon l’agence.

Le président indonésien Joko Widodo est arrivé à Palu dimanche pour observer le déploiement militaire destiné à porter assistance à la population.

Des indonésiens récupèrent des affaires après un séisme et un tsunami à Palu, dans l’île des Célèbes, le 29 septembre 2018 / © AFP / MUHAMMAD RIFKI

S’adressant aux militaires, le président vêtu d’une veste militaire de camouflage, leur a demandé « d’être prêts à travailler jour et nuit pour procéder aux évacuations » et aider la population, selon un communiqué de la présidence.

Les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l’afflux de victimes. Et de nombreux blessés sont soignés en plein air.

– Survivants extraits des décombres –

Des équipes de sauveteurs en combinaison orange étaient en train de fouiller les décombres d’un hôtel, qui pouvait héberger jusqu’à 150 personnes, et d’un centre commercial qui se sont effondrés.

« Nous avons réussi à extraire une femme vivante de l’hôtel Roa-Roa la nuit dernière », a indiqué à l’AFP Muhammad Syaugi, chef des services de secours. « Et nous avons même entendu des gens qui criaient à l’aide ».

Une femme blessée allongée dans un hôpital de fortune, le 29 septembre 2018 après le séisme qui a dévasté l’île indonésienne des Célèbes. / © AFP / MUHAMMAD RIFKI

L’agence est aussi préoccupée par le sort de plusieurs centaines de personnes qui travaillaient à la préparation d’un festival sur une plage de Palu vendredi soir peu avant le tsunami.

Des avions chargés de matériel et de nourriture ont pu atterrir à l’aéroport de Palu, dont plusieurs pistes sont inutilisables.

A Palu on pouvait voir des carcasses de véhicules, des bâtiments réduits à des amas de débris, des arbres déracinés et des lignes électriques abattues, témoignant de la violence des secousses ressenties à des centaines de kilomètres de là, et de la vague de 1,5 mètre qui s’est abattue sur la côte.

– Trouver des vivres et un abri –

Effrayés par les répliques de tremblement de terre, de nombreux habitants de Palu ont dormi dans des abris de fortune en bambou ou sur des terrains de football.

Indonésie: Palu dévasté après un séisme et un tsunami / © AFP / Bagus Saragih

La population locale était confrontée aux impératifs de base de la survie: trouver des vivres et un abri.

Beaucoup d’habitants patientent dans de longues files d’attente pour obtenir de l’eau potable ou des nouilles instantanées.

D’une magnitude de 7,5, selon l’institut géologique américain (USGS), le séisme qui a frappé les Célèbes juste avant 11H00 GMT vendredi a été plus puissant que la série de tremblements de terre qu’a connus l’Indonésie en août et qui avaient fait plus de 500 morts et environ 1.500 blessés sur l’île de Lombok, voisine de Bali. Un raz-de-marée s’est déclenché peu après sur la côte proche de Palu.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

Le 26 décembre 2004, elle avait été frappée par une série de tremblements de terre dévastateurs, dont l’un de magnitude 9,1 sur l’île de Sumatra. Un tsunami avait alors provoqué la mort de 220.000 personnes dans la région, dont 168.000 rien qu’en Indonésie.

Romandie.com avec(©AFP / (30 septembre 2018 12h22)

Plusieurs centaines de morts après un séisme et un tsunami en Indonésie

septembre 29, 2018

Un homme parmi les débris de sa maison à Palu, ville indonésienne dévastée par un séisme suivi d’un tsunami, le 29 septembre 2018 n / © AFP / Bay ISMOYO

Le puissant séisme suivi d’un tsunami qui a frappé vendredi l’île des Célèbes en Indonésie a fait près de 400 morts, alors que les hôpitaux locaux peinent à faire face à cette situation d’urgence et que les secours tentent d’atteindre la région.

« 384 personnes sont mortes », selon les chiffres des hôpitaux, a indiqué samedi Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes. Le nombre de blessés a atteint 540, a-t-il ajouté, au cours d’un point de presse.

« Nous avons déployé des milliers de personnes, notamment de l’armée et de la police ». Plus de 17.000 personnes ont été évacuées à ce stade, un chiffre qui devrait augmenter, selon l’agence.

Les images venues de la ville de Palu (350.000 habitants) sur la côte ouest des Célèbes montraient des corps allongés près de la côte, certains recouverts de couvertures bleues. Des carcasses de véhicules et des bâtiments réduits à des tas de débris témoignent de la violence des secousses et de la vague qui s’est abattue sur la côte.

L’agence s’inquiète aussi du sort de plusieurs centaines de personnes qui travaillaient à la préparation d’un festival sur une plage de Palu vendredi soir peu avant le tsunami.

Un homme porte le corps d’un enfant, après le séisme et le tsunami qui ont frappé la ville indonésienne de Palu, le 29 septembre 2018n / © AFP / MUHAMMAD RIFKI

Alors que certains hôpitaux sont endommagés et d’autres dépassés par l’afflux de victimes, de nombreux blessés étaient soignés en plein air. Des habitants transportaient tant bien que mal des corps sans vie. Ailleurs, un homme portait le corps d’un enfant couvert de boue.

Le séisme a frappé essentiellement Palu et la région proche de Donggala. « A Palu (…) il y a des bâtiments, des maisons, qui ont été détruites. (…) des hôtels, des hôpitaux », a indiqué le porte-parole.

« Nous pensons que des dizaines ou des centaines (de victimes) n’ont pas encore été dégagées des décombres. Le principal centre commercial de Palu (…) s’est effondré ». « L’hôtel Rua-Rua (…) s’est affaissé, il avait 80 chambres dont 76 étaient occupées », a-t-il détaillé.

« La Croix-Rouge indonésienne fait une course contre la montre pour porter assistance aux survivants mais nous ne savons pas ce que nous allons trouver là-bas », a observé Jan Gelfand, un responsable de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à Jakarta.

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

Alors que les secousses ont été ressenties à des centaines de kilomètres, très peu d’informations parvenaient de Donggala, une région au nord de Palu où au moins une personne a trouvé la mort dans les tremblements de terre. « Nous n’avons pas d’information de Donggala et c’est très préoccupant », a souligné ce responsable.

– Des hôtels et un centre commercial détruits –

D’une magnitude de 7,5, selon l’institut géologique américain (USGS), le séisme qui a frappé l’île juste avant 11H00 GMT vendredi est plus puissant que la série de tremblements de terre qu’a connue l’Indonésie en août et qui avait fait plus de 500 morts et environ 1.500 blessés sur l’île de Lombok, voisine de Bali.

Un tsunami s’est déclenché peu après sur la côte proche de Palu.

Les rues dévastées de Palu, dans l’île des Célèbes en Indonésie, après un puissant séisme et un tsunami, le 29 septembre 2018 / © AFP / MUHAMMAD RIFKI

La panique a poussé les habitants à fuir vers les hauteurs de la ville, selon des images des télévisions locales. Une vidéo montre une vague imposante s’abattre sur plusieurs bâtiments et inonder une mosquée.

« J’ai commencé à courir quand j’ai vu des vagues s’abattre sur la côte », a expliqué à l’AFP Rusidanto, un habitant de Palu, qui comme de nombreux indonésiens ne porte qu’un nom.

– L’armée appelée à l’aide –

Des images diffusées par l’agence de gestion des catastrophes montrent d’importants dégâts : un centre commercial effondré, des routes fissurées. Des vidéos montrent que le pont suspendu jaune emblématique de la ville s’est effondré, précipitant des véhicules dans l’eau.

La ceinture de feu du Pacifique / © AFP / Sabrina BLANCHARD

Une route stratégique pour rejoindre la ville a été bloquée par un glissement de terrain, selon l’agence.

L’électricité est partiellement coupée dans la ville, l’aéroport a été fermé ainsi que certains axes routiers menant à la ville.

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé que l’armée avait été appelée pour aider aux opérations de recherches de victimes dans la zone.

L’Union européenne a activé un satellite pour aider les autorités indonésiennes à cartographier la situation.

Les séismes / © AFP/Archives /

L’épicentre du séisme se situe à 78 kilomètres au nord de Palu. Le séisme a été ressenti jusque dans le sud à Makassar, la capitale de l’île. La terre a aussi tremblé sur l’île voisine de Kalimantan (partie indonésienne de Borneo), de l’autre côté du détroit de Makassar.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots qui s’est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

Le 26 décembre 2004, l’Indonésie avait été frappée par une série de séismes dévastateurs, dont l’un de magnitude 9,1 sur l’île de Sumatra. Ce tremblement de terre avait suscité un tsunami qui avait tué 220.000 personnes dans la région, dont 168.000 rien qu’en Indonésie.

En 2006, près de 6.000 personnes avaient péri dans un séisme sur l’île de Java. Le tremblement de terre de magnitude 6,3 (d’après l’USGS) s’était produit dans une zone peuplée au sud de la grande ville universitaire de Yogyakarta.

Romandie.com avec(©AFP / (29 septembre 2018 16h51)

Indonésie: un fort séisme de 7,5 frappe les Célèbes, « nombreux » bâtiments détruits

septembre 28, 2018

Une habitante devant un mur en briques qui s’est effondré dans sa maison du village de Tobadak sur l’île des Célèbes après un puissant séisme, le 28 septembre 2018 / © AFP / NURPADILA

Un fort séisme de magnitude 7,5 a secoué vendredi l’île des Célèbes, au centre de l’Indonésie et de « nombreux » bâtiments ont été détruits selon les autorités indonésiennes qui n’ont pas communiqué d’information sur d’éventuelles victimes dans l’immédiat.

« Nous avons reçu des indications selon lesquelles plusieurs bâtiments ont été détruits dans le tremblement de terre », a indiqué le porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes indonésienne Sutopo Purwo Nugroho. « Les habitants ont paniqué et se sont enfui de leurs maisons », a-t-il dit selon un communiqué.

Des images diffusées par l’agence montrent un centre commercial très endommagé dans la ville de Palu avec au moins un étage effondré. D’autres photos témoignent de dégâts importants sur des bâtiments ainsi que sur des routes et des trottoirs fissurés.

Des équipes de secours ont été envoyées dans les zones les plus touchées, a précisé le responsable.

Le tremblement de terre d’une magnitude de 7,5, selon l’institut américain USGS, a frappé le centre de l’île des Célèbes peu avant 18H00 locales (10H00 GMT) à une faible profondeur de 10 kilomètres, quelques heures après une première secousse plus réduite qui a tué au moins une personne dans la même région.

Ce séisme est d’une magnitude plus importante que la série de violents tremblements de terre qui ont fait plus de 500 morts et environ 1.500 blessés en août sur l’île de Lombok, voisine de Bali.

Photographie diffusée le 28 septembre 2018 par l’agence indonésienne de gestion des catastrophes (National Agency for Disaster Management, BNPB) montrant une maison effondrée après un séisme à Donggala dans le centre de l’île des Célèbes en Indonésien / © BNPB/AFP / Handout

– Alerte au tsunami levée –

L’agence de gestion des catastrophes qui avait lancé une alerte au tsunami dans la foulée de l’annonce a ensuite levé son avertissement.

Ce fort séisme a son épicentre à 78 kilomètres au nord de la ville de Palu, capitale de la province du centre des Célèbes, et a été ressenti jusque dans le sud à Makassar, la capitale de l’île. La terre a aussi tremblé sur l’île voisine de Kalimantan, à Samarinda, de l’autre côté du détroit de Makassar.

« Je m’apprêtais à prier, mais quand j’ai entendu des gens crier +tremblement de terre!, tremblement de terre!+, je me suis arrêté », a raconté à l’AFP Andi Temmali, un habitant de Wajo, au sud de Palu.

Lisa Soba Palloan, une habitante de Toraja, à quelque 175 kilomètres de Palu, a confirmé à l’AFP que des secousses ont été ressenties sur place vendredi.

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

« La dernière était vraiment importante. Tout le monde est sorti de sa maison et criait de peur », a-t-elle raconté.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots qui s’est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

le 26 décembre 2004, l’Indonésie a été frappée par une série de séismes dévastateurs, dont l’un d’une magnitude de 9,1 sur l’île de Sumatra. Ce tremblement de terre a créé un vaste tsunami qui a tué 220.000 personnes dans la région, dont 168.000 en Indonésie.

En 2006, près de 6.000 personnes ont péri dans un violent séisme qui a frappé l’île de Java. Le tremblement de terre de magnitude de 6,3 (USGS) s’est produit dans une zone peuplée au sud de la grande ville universitaire de Yogyakarta. La catastrophe a fait environ 38.000 blessés.

Romandie.com avec(©AFP / (28 septembre 2018 15h19)

Indonésie: une femme en prison après s’être plainte du bruit de la mosquée

août 21, 2018

Medan (Indonésie) – Une femme indonésienne a été condamnée mardi à 18 mois de prison après s’être plainte du bruit de la mosquée de son quartier au moment de l’appel à la prière, dernière condamnation en date en vertu d’une loi controversée sur le blasphème.

Meiliana, bouddhiste d’origine chinoise habitant dans ce pays à majorité musulmane, a été reconnue coupable d’insulte à l’Islam pour avoir demandé à la mosquée locale de baisser le volume des haut-parleurs diffusant l’appel à la prière car ceux-ci étaient trop bruyants et « faisaient mal » à ses oreilles.

Le tribunal de la ville de Medan, sur l’île de Sumatra, a estimé que les commentaires de celle-ci il y a deux ans avaient déclenché des émeutes qui ont mené au pillage de plusieurs temples bouddhistes. Certaines personnes d’origine chinoise avaient alors fui la zone.

La défense a indiqué vouloir faire appel de la décision, et Amnesty International a exhorté les tribunaux de plus haute instance à annuler la décision.

« Condamner quelqu’un à 18 mois de prison pour quelque chose de si trivial est une flagrante démonstration de l’application de plus en plus arbitraire et répressive de la loi sur le blasphème », a estimé le directeur de la branche indonésienne de l’organisation non-gouvernementale, Usman Hamid, précisant que ce verdict est « une violation flagrante de la liberté d’expression ».

Quelque 800.000 mosquées diffusent l’appel à la prière cinq fois par jour dans les plus grandes villes comme les plus petits villages de l’archipel, qui abrite la plus importante population de musulmans au monde.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2018 15h12)                                                        

Indonésie: le président candidat à sa réélection, le même adversaire qu’en 2014

août 10, 2018

Le président indonésien, Joko Widodo, rend visite aux victimes du séisme sur l’île de Lombok, le 30 juillet 2018 / © INDONESIAN PRESIDENTIAL PALACE/AFP/Archives / AGUS SUPARTO

Le président indonésien, Joko Widodo, sera candidat à sa réélection l’an prochain et opposé à l’ex-général Prabowo Subianto qui fut son rival malheureux en 2014, les deux hommes ayant déposé leur candidature vendredi auprès de la commission électorale.

M. Widodo, dont la proximité avec la population et l’ambitieux programme d’infrastructures dans le vaste archipel qu’est l’Indonésie l’ont rendu populaire auprès de nombreux Indonésiens, a choisi le prédicateur islamiste conservateur Ma’ruf Amin pour être son candidat à la vice-présidence.

Ce choix devrait permettre au chef de l’Etat sortant de gagner des voix dans l’électorat attaché à l’islam, qui pèse dans le pays musulman le plus peuplé du monde, mais il pourrait aussi lui coûter des suffrages parmi les progressistes.

Agé de 75 ans, M. Amin est le président du Conseil des oulémas, la plus haute instance religieuse de ce pays, qui émet des fatwas – des avis religieux dans des domaines très variés – et exerce une certaine influence sur la politique du gouvernement dans les problématiques liées à l’islam.

Connu pour ses positions méprisantes à l’égard de certaines minorités, notamment la communauté LGBT (lesbienne, gaie, bisexuelle, transsexuelle), M. Amin s’est notamment impliqué dans l’affaire qui a contribué à la condamnation à deux ans de prison en 2017 de l’ex-gouverneur chrétien de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok, pour insulte faite à l’islam.

A la présidentielle d’avril 2019, Joko Widodo, surnommé Jokowi, sera opposé à Prabowo Subianto, un ex-général aux agissements controversés sous la dictature de Suharto (1967-1998), qui s’était incliné face à lui au scrutin de 2014.

M. Prabowo a choisi l’actuel vice-gouverneur de Jakarta, Sandiaga Uno, un ancien homme d’affaires et riche investisseur, pour être son candidat à la vice-présidence.

Dans les récentes enquêtes d’opinion, Jokowi devance de très loin Prabowo.

Pour se présenter, un candidat doit bénéficier du soutien de partis ayant recueilli au moins 20% des suffrages au précédent scrutin. Jokowi et Prabowo sont les deux seuls à avoir dépassé ce seuil. Le 10 août était la date limite de dépôt des candidatures.

Romandie.com avec(©AFP / (10 août 2018 13h11)

Indonésie: le bilan du séisme monte à 131 morts, plus de 156.000 déplacés

août 8, 2018

Un homme transporte un réfrigérateur extirpé des ruines d’une boutique le 8 août 2018 à Bangsal, en Indonésie / © AFP / ADEK BERRY

Le bilan du violent séisme qui a frappé l’île indonésienne de Lombok est monté à 131 morts mercredi, alors que les autorités manquaient de nourriture, d’eau potable et d’aide médicale pour approvisionner quelque 156.000 habitants évacués dans des abris de fortune.

Des villageois apeurés ont abandonné leurs maisons pour se réfugier sous des tentes ou abris bâchés aménagés le long des routes ou dans des rizières sous la chaleur tropicale de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Certains campements manquent de nourriture pour les personnes qui y sont temporairement hébergées, tandis que d’autres déplacés souffrent de traumatismes psychologiques consécutifs au tremblement de terre de magnitude 6,9 dimanche. Il est survenu une semaine après un autre séisme qui a fait au moins 17 morts sur l’île volcanique prisée des touristes pour ses plages et ses sentiers de randonnées.

« Nous avons encore besoin d’aide pour le long terme, même après avoir reçu de l’aide de différents gouvernements » régionaux, a déclaré un porte-parole de l’Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nurgroho.

– « Phase critique » –

Des secouristes transportent le 8 août 2018 à Bangsal la dépouille d’une victime d’un séisme meurtrier en Indonésie / © AFP / ADEK BERRY

Le nombre de blessés graves atteint désormais 1.477, tandis que des dizaines de milliers de maisons ont été endommagées ou détruites, selon les autorités qui s’attendent à une nouvelle augmentation du bilan des victimes dans les jours à venir.

Les secours ont continué de déblayer les décombres à l’aide d’excavateurs. Des dizaines de milliers de maisons ont été endommagées, selon les autorités.

« Les corps commencent à sentir et nous pensons que certaines personnes ensevelies sont vivantes — c’est la raison pour laquelle nous sommes dans une phase critique », a souligné M. Sutopo.

La province des Petites îles de la Sonde occidentales (West Nusa Tenggara), où se trouve Lombok, manque cruellement de nourriture, de médicaments et de personnel médical dans les zones les plus affectées, a indiqué le gouverneur, Muhammad Zainul Majdi.

Indonésie: les sauveteurs tentent de retrouver des survivants / © AFP / Jonathan Klein

« Nos ressources humaines sont limitées. Il faut des auxiliaires médicaux dans les abris de fortune et d’autres doivent être mobiles », a-t-il déclaré à l’AFP.

« L’ampleur de ce tremblement de terre est énorme pour nous ici, c’est notre première expérience » de la sorte, a encore dit le gouverneur.

– « Détruits à presque 100% » –

« J’ai vu mon voisin mourir dans les décombres, il avait appelé à l’aide mais je n’ai pas pu le sauver car nous sommes partis en courant » au moment du séisme, a raconté Joriah, un rescapé.

Vue aérienne d’une foule attendant de quitter l’île indonésienne de Gili Trawangan, voisine de celle de Lombok, frappée dimanche par un séisme meurtrier, le 8 août 2018 / © @trufflejournal/AFP / Melissa DELPORT

Dans certaines parties de l’île d’une superficie de quelque 4.700 km2, des villages ont été presque entièrement détruits.

« Certains villages que nous avons visités sont détruits à presque 100%, toutes les maisons se sont effondrées, les routes sont fissurées et les ponts se sont écroulés », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la Croix-Rouge indonésienne, Arifin Muhammad Hadi.

Mais de nombreux agriculteurs sont réticents à l’idée de quitter leurs maisons endommagées et d’abandonner leur cheptel.

« C’est une situation typique de victimes de tremblement de terre en Indonésie. Les habitants veulent rester près de leur source de revenus car ils ne peuvent pas venir dans des abris de fortune avec leur cheptel », a expliqué M. Hadi.

Recherches dans les décombres de bâtiments effondrés, le 8 août 2018 à Sigar Penjalin, en Indonésie, après le sésime meurtrier de dimanche sur l’île de Lombok / © AFP / SONNY TUMBELAKA

L’aide aux sinistrés s’organise, mais les équipes de secours éprouvent des difficultés à atteindre certaines zones en raison de routes endommagées par le séisme dans le nord et l’est de Lombok, territoires les plus proches de l’épicentre — loin des quartiers touristiques.

Trois avions militaires de transport Hercules remplis de nourritures, médicaments, couvertures, tentes et réservoirs d’eau sont arrivés à Lombok, selon l’armée.

Cependant, certains habitants évacués se sont plaints d’être abandonnés: « nous n’avons pas reçu la moindre aide, nous n’avons pas d’eau propre, donc quand nous voulons aller aux toilettes, nous utilisons l’eau d’une petite rivière proche », a raconté l’un d’eux, Multazam.

Par ailleurs, l’évacuation de touristes pour l’essentiel étrangers qui étaient sur les trois petites îles de Gili touchées par le séisme au large de la côte nord-ouest de Lombok est terminée, ont indiqué les autorités.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots, se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. Ce pays est frappé par de nombreux séismes, mais contrairement aux deux survenus à Lombok, la plupart ne sont guère dangereux.

Romandie.com avec(©AFP / (08 août 2018 13h20)

Séisme en Indonésie: au moins 37 morts, des dizaines de blessés

août 5, 2018

A l’extérieur d’un hôpital sur l’île indonésienne de Lombok, après un séisme de magnitude 7, le 5 août 2018 / © AFP / RITA SISWATI

Au moins 37 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans un puissant séisme de magnitude 7 qui a secoué dimanche l’île indonésienne de Lombok (sud), semant la panique parmi les très nombreux touristes, ont annoncé les autorités.

Ce séisme est survenu une semaine après un premier tremblement de terre qui avait fait 17 morts sur cette île touristique située à l’est de Bali, où la secousse s’est également fait sentir au point de jeter des gens paniqués dans les rues.

Agung Pramuja, un haut responsable des secours de Mataram, principale ville de l’île, a indiqué à l’AFP que le bilan avait atteint 37 morts.

Auparavant, le porte-parole des équipes de sauvetage de Mataram, Agus Hendra Sanjaya, avait fait état de 19 corps à l’hôpital Tanjung (nord de Lombok). Parmi les victimes figurent un enfant d’un an et une personne de 72 ans. Au moins 52 personnes ont été blessées, avait-il ajouté.

Le séisme de dimanche s’est produit à 10 km de profondeur, a précisé l’Institut américain de géophysique (USGS).

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

Il a été suivi de deux secousses secondaires, dont une de magnitude 5,4, et d’une vingtaine de répliques.

L’épicentre se situait en mer à 18 km au nord-ouest de Lombok, loin des principaux endroits touristiques du sud et de l’ouest de l’île.

Les autorités ont immédiatement lancé une alerte au tsunami qui a été levée par la suite.

Un porte-parole de l’agence indonésienne de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho, a indiqué que de nombreux bâtiments avaient été endommagés à Mataram.

Un temple balinais partiellement détruit après le séisme de magnitude 7 qui a secoué l’île indonésienne de Lombok (sud), le 5 août 2018 / © AFP / Gung Aji Ngurah

« Il s’agissait pour la plupart de bâtiments construits avec des matériaux peu résistants », a-t-il cependant précisé.

Des habitants de Mataram ont décrit une forte secousse qui a jeté les habitants dans les rues, coupé l’électricité et entrainé l’évacuation des patients du principal hôpital de la ville.

« Tout le monde est sorti immédiatement des maisons, tout le monde panique », a expliqué à l’AFP Iman, un résident de Mataram.

Le ministre de l’Intérieur de Singapour, K. Shanmugam, qui se trouvait à Lombok pour une conférence sur la sécurité au moment du séisme a décrit sur Facebook comment sa chambre d’hôtel au 10e étage s’est mise à trembler violemment. « Des murs se fissuraient, c’était impossible de tenir debout », a-t-il écrit.

Nouveau séisme sur l’île indonésienne de Lombok / © AFP / Ahmad Ridwan Nasution, Farid Addala

« Le séisme et quatre répliques y ont été fortement ressentis, une partie de notre hôtel est détruite, comme des habitations de l’île », a raconté à l’AFP un touriste lyonnais, Jean Sannier, en vacances sur l’île de Gili Meno en face de Lombok.

De nombreux touristes français sont présents sur cette petite île, a souligné M. Sannier qui a indiqué que l’un d’eux avait eu la jambe cassée.

Il y a une semaine, un séisme de magnitude 6,4, mais beaucoup moins profond, avait fait 17 morts et détruit des centaines de bâtiments sur l’île de Lombok. Il avait provoqué des glissements de terrain, prenant au piège des randonneurs sur les sentiers de montagne de l’île.

L’Indonésie est située sur la fameuse « ceinture de feu » du Pacifique, là où des plaques tectoniques se rejoignent et où se produisent beaucoup d’éruptions volcaniques et de tremblements de terre.

En 2004, un tsunami provoqué par un séisme sous-marin de magnitude 9,3 au large de Sumatra (ouest de l’Indonésie) avait fait 220.000 morts dans les pays riverains de l’Océan indien, dont 168.000 en Indonésie.

Romandie.com avec(©AFP / 05 août 2018 20h49)

Indonésie: des touristes bloqués après un séisme commencent à descendre d’un volcan

juillet 30, 2018

Des randonneurs commencent à descendre du Mont Rinjani vers Sembalum, en Indonésie, après un séisme sur l’île de Lombok, le 30 juillet 2018 / © AFP / PIKONG

Des groupes de randonneurs ont commencé lundi à redescendre d’un volcan actif sur l’île de Lombok en Indonésie, où ils se trouvaient bloqués au lendemain d’un séisme meurtrier qui a provoqué des glissements de terrain et piégé plus de 500 randonneurs, en majorité étrangers.

Le tremblement de terre de magnitude 6,4 survenu dimanche matin et suivi de multiples répliques a provoqué la chute de tonnes de pierres et de boue bloquant des sentiers du mont Rinjani, un volcan prisé par les touristes pour ses sites de randonnées.

En conséquence, 560 personnes ont été bloquées dans la montagne dans la nuit de dimanche à lundi, parmi lesquelles de nombreux étrangers, notamment des Français, des Allemands, des Néerlandais, des Américains ou encore des Thaïlandais, ont indiqué les autorités de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Lundi, des randonneurs ont commencé à descendre du volcan qui culmine à 3.726 mètres d’altitude, mais il est peu probable qu’ils arrivent au pied de la montagne avant la tombée de la nuit, ont précisé des responsables des secours.

« Pour le moment, des touristes nationaux et internationaux sont sur le chemin du retour », a déclaré à l’AFP I Gusti Lanang Wiswananda, porte-parole de l’agence de recherche et de secours de la province des Petites îles de la Sonde occidentales.

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

La descente a été possible après que des guides ont découvert un chemin alternatif qui n’a pas été touché par les glissements de terrain, a précisé M. Wiswananda, ajoutant que l’évacuation durerait probablement jusqu’à mardi.

Le séisme a fait au moins 16 morts et 160 blessés, tandis que des centaines de maisons ont été détruites.

La puissante secousse a aussi été ressentie sur les petites îles de Gili, des destinations touristiques populaires au large de Lombok, ainsi qu’à Bali.

A Lombok, des hélicoptères de l’armée ont largué de la nourriture et des boissons dans plusieurs endroits de la montagne, afin d’approvisionner les randonneurs bloqués.

Des Indonésiens parmi les décombres de maisons à Lombok, en Indonésie, après un séisme de magnitude 6.4, le 29 juillet 2018 (photo transmise par l’agence de gestion des catastrophes indonésienne) / © Nusa Tenggara Barat Disaster Mitigation Agency/AFP / Handout

« Pour les victuailles, ils peuvent encore survivre un ou deux jours », a déclaré à l’AFP Agus Hendra Sanjaya, porte-parole de l’agence de recherche à Mataram.

Les opérations de secours seront suspendues à la tombée de la nuit.

– Comme si la montagne allait s’ffondrer –

Le tremblement de terre a eu lieu à 50 km au nord-est de Mataram, la principale ville de Lombok. Cette île se trouve à une centaine de km à l’est de l’île de Bali, elle aussi très touristique.

Photo diffisée par la présidence indonésienne montre le président Joko Widodo aved les sinistrés après le séisme à Lombok, le 30 juillet 2018 / © INDONESIAN PRESIDENTIAL PALACE/AFP / AGUS SUPARTO

Le mont Rinjani est le deuxième volcan d’Indonésie et il est très prisé pour ses sites de randonnées et magnifiques vues au sommet.

Parmi les randonneurs bloqués se trouvent 239 ressortissants thaïlandais, a indiqué l’ambassade de Thaïlande à Jakarta.

Un randonneur thaïlandais, Thanapon Worawutchainan, qui était au sommet du mont Rinjani au moment du séisme, a publié sur son compte Facebook une vidéo montrant des personnes en train de tomber. La secousse était violente et des gens se sont allongés par terre jusqu’à la fin des répliques.

« On aurait dit que le montagne devant moi allait s’effondrer, des gens ont été blessés par la chute de pierres », a écrit un autre randonneur thaïlandais, Funknathee Prapasawat, sur son compte Facebook.

Indonésie : puissant séisme sur l’île de Lombok / © AFP / Aman Alif

Au lendemain du séisme, 5.141 personnes sont hébergées dans des abris provisoires et ont besoin d’eau potable, a déclaré un porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho, à la chaîne de télévision Metro TV.

Le président indonésien, Jokowi Widodo, a visité lundi les zones sinistrées et promis une aide financière aux habitants qui ont perdu leur maisons dans la catastrophe.

« Nous devons avoir à l’esprit que notre pays est sur la ceinture de feu. Les gens doivent donc être prêts pour toute catastrophe », a déclaré M. Jokowi.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots, se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. Ce pays est frappé par de nombreux séismes, mais la plupart ne sont pas dangereux.

Romandie.com avec(©AFP / 30 juillet 2018 12h31)

Indonésie: au moins 14 morts dans un puissant séisme sur l’île de Lombok

juillet 29, 2018

Un Indonésien devant les ruines de maisons après un puissant séisme, sur l’île de Lombok le 29 juillet 2018 / © AFP / Aulia AHMAD

Au moins 14 personnes sont mortes dimanche à la suite d’un séisme de magnitude 6,4 sur l’île touristique de Lombok, dans le sud-est de l’Indonésie, qui a en outre endommagé des milliers d’habitations, ont annoncé les autorités.

Ce puissant tremblement de terre a provoqué des scènes de panique, des habitants ayant fui leurs maisons et des occupants d’hôtels s’étant précipités à l’extérieur. Le séisme, dont l’épicentre était situé à une faible profondeur, sept kilomètres, a eu lieu à 06h47 heure locale dimanche (22h47 GMT samedi).

Il a été suivi par plus de 120 répliques, dont la plus forte enregistrée a été de magnitude 5,7, a fait savoir l’agence indonésienne de géophysique et de météorologie.

Le président indonésien Joko Widodo devait se rendre sur place lundi matin, a dit son porte-parole.

« 14 personnes sont mortes, 162 ont été blessées et des milliers d’habitations ont été endommagées », a fait savoir dans un communiqué un porte-parole de l’agence indonésienne de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho, soulignant que cinq enfants avaient péri.

Le ministère malaisien des Affaires étrangères a déclaré qu’une de ses ressortissantes avait péri dans le séisme et que six autres étaient blessés.

Séisme en Indonésie / © AFP / AFP

– Panique –

« Ils se trouvaient tous au pied du mont Rinjani, un volcan culminant à quelque 3.700 mètres et dont les sentiers de randonnée sont très populaires. quand l’incident s’est produit », a-t-il précisé, parlant de ce

Les multiples répliques ont contribué à entretenir la panique dans certains villages, comme à Sembalun, dans l’est de l’île, selon un journaliste de l’AFP.

Plus de 200 personnes dont les maisons ont été endommagées ou détruites ont dressé des tentes. Certaines refusaient de rentrer chez elles de crainte que de nouvelles secousses n’achèvent de détruire leur domicile. Le toit d’une clinique locale s’est effondré, ses murs fissurés.

Des habitants ont expliqué à l’AFP qu’ils avaient besoin de couvertures et de nourriture.

Un responsable de la sécurité dans un village indonésien examine les ruines de maisons après un puissant séisme sur l’île touristique de Lombok, le 29 juillet 2018 / © AFP / Aulia AHMAD

Le tremblement de terre a eu lieu à 50 kilomètres au nord-est de Mataram, la principale ville de Lombok. Cette île est une destination touristique réputée et se trouve à une centaine de kilomètres à l’est de l’île de Bali, elle aussi très touristique.

Autre conséquence du puissant séisme, les sentiers du mont Rinjani ont été fermés à la suite de glissements de terrain.

Deux touristes espagnols et un guide local qui escaladaient le mont au moment où le séisme s’est produit ont été légèrement blessés, a déclaré à l’AFP le propriétaire d’une maison d’hôtes proche du Rinjani.

« Des pierres tombaient sur eux au moment du tremblement de terre », a déclaré Karyadi, qui n’a qu’un patronyme comme nombre d’Indonésiens. « Nos hôtes étaient sous le choc. »

« Le séisme était très fort, tout le monde chez moi a paniqué, nous avons tous couru dehors », a déclaré à l’AFP Zulfikli, un habitant du nord de Lombok.

Puissant séisme sur l’île de Lombok en Indonésie / © AFP / Abdul Latief Apriawan

« Tous mes voisins sont sortis eux aussi et l’électricité a été coupée », a-t-il ajouté.

A l’hôtel Katamaran sur la plage de Senggigi, une trentaine d’hôtes se sont précipités dans le lobby de l’établissement pendant une demi-heure, avant de regagner leurs chambres.

« Ils se sont calmés et sont retournés dans leurs chambres quand nous leur avons expliqué que le séisme n’avait pas entraîné de tsunami », a raconté à l’AFP le réceptionniste de l’hôtel, Nyoman Suwarningsih.

Le séisme a aussi été ressenti sur les petites îles de Gili, au large de Lombok, des destinations touristiques populaires, ainsi qu’à Bali.

Aucune alerte au tsunami n’a été déclenchée, a dit le porte-parole de l’agence indonésienne de géophysique et de météorologie Hary Tirto Djatmiko.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots, se trouve sur la Ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. Ce pays est frappé par de nombreux séismes, mais la plupart ne sont pas dangereux.

En 2004, un tsunami provoqué par un séisme sous-marin de magnitude 9,3 survenu au large de l’île de Sumatra, dans l’ouest de l’archipel, a provoqué la mort de 220.000 personnes dans les pays qui bordent l’océan Indien, dont 168.000 en Indonésie.

Romandie.com avec(©AFP / 29 juillet 2018 18h49)