Posts Tagged ‘industrie textile’

italie: Le couturier Ottavio Missoni est mort

mai 10, 2013

Le clan Missoni endeuillé par la perte de son patriarche

 
Le couturier Ottavio Missoni est mort

OTTAVIO_CLAN_MISSONIOTTAVIO_ANGELA_MISSONIOTTAVIO_ANGELA_ROSITA

Presque cent ans d’une vie bien remplie, mais le couturier Ottavio Missoni, à la tête d’une des maisons de couture les plus emblématiques de son temps ne réinventera plus la mode. Sa famille vient d’annoncer sa disparition à l’âge de 92 ans.

Le clan Missoni ne cache pas sa peine. Depuis une semaine, Ottavio Missoni, cofondateur de sa maison éponyme, était hospitalisé pour des problèmes cardiaques. Son décès a été prononcé jeudi 9 mai, dans sa villa familiale du nord-ouest de l’Italie, à Sumirago – également siège de Missoni – entouré des siens. Celui qu’on appelait Taï, laisse une famille orpheline et des amis désemparés. «J’ai toujours admiré en Taï l’énergie vitale, la joie de vivre, la capacité de mener de front famille et entreprise dans un seul lieu, un peu magique, fait de créativité, d’originalité et surtout d’esprit d’équipe», a confié la créatrice Laura Biagiotti, proche de la tribu Missoni.

Né en Croatie en 1921, Ottavio est initié au monde de la mode lors de sa rencontre avec sa femme Rosita en 1948 à Londres. Ses beaux-parents possèdent une industrie textile dans le nord de l’Italie et sera le point de départ de l’extraordinaire histoire familiale et fashion des Missoni. Athlète de renom, ce fils de comtesse était venu participer au Jeux Olympiques dans la capitale british. Un amour pour le sport que l’on retrouvera tout au long de sa vie dans son amour des silhouettes sportswear chic et casual. Immédiatement, le couple séduit par son audace, ses extravagances stylistiques et ses motifs en zigzags colorés qui deviennent vite l’emblème de la marque. Car depuis Rosita et Ottavio, la mode se livre en héritage dans le clan transalpin.  

Leurs trois enfants ont tous participé à l’expansion de l’entreprise familiale: Angela est la directrice artistique, quand Luca s’épanouit dans un aspect plus technique. En janvier dernier, les Missoni voient tragiquement leur nom faire les Une des tabloïds. Le PDG de la griffe Vittorio Missoni, fils aîné de Rosita et Ottavio, disparaît sans laisser de trace dans son avion privé au large du Vénézuela.

Si Ottavio Missoni n’est plus, la relève est en tout cas assurée. Sa petite-fille Margherita est déjà très impliquée. De quoi partir serein, quand on sait que les siens seront les gardiens du temple.

Gala.fr par Pauline Gallard

Bangladesh: 45 rescapés supplémentaires extraits des décombres, 272 morts

avril 25, 2013

SAVAR (Bangladesh) – Les secours ont extrait vendredi 45 rescapés des décombres d’un immeuble de huit étages qui s’est effondré mercredi près de la capitale du Bangladesh, Dacca, tuant 272 personnes, selon le dernier bilan officiel.

Le bâtiment s’est effondré comme un château de cartes peu après l’embauche à Savar, à la périphérie de Dacca. Il s’agit du pire accident dans l’histoire industrielle de ce pays défavorisé qui a fait du secteur textile le pivot de son économie.

Nous avons secouru 45 personnes aujourd’hui, dont 41 ont été trouvées au même endroit, vivantes dans les gravats du quatrième étage de l’édifice, a annoncé à l’AFP le responsable national des pompiers, Ahmed Ali.

Nous avons localisé entre 20 et 25 personnes supplémentaires dans un autre endroit mais il est très difficile de les atteindre. Ils sont toujours en vie, a-t-il ajouté.

Un officier supérieur de police a indiqué de son côté que le bilan provisoire était encore monté et s’établissait désormais à 272 morts, dont une forte proportion de femmes. Le précédent bilan faisait état de 250 victimes.

La catastrophe a relancé la polémique sur la sécurité dans l’industrie textile fournissant des marques occidentales.

L’immeuble abritait cinq ateliers de confection notamment liés à la marque espagnole Mango et au britannique Primark.

Des ouvriers du textile travaillant au sein du bâtiment s’étaient publiquement inquiétés la veille de fissures mais leurs responsables ont ignoré les mises en garde, leur enjoignant d’embaucher normalement le jour suivant.

Des dizaines de milliers d’ouvriers ont débrayé jeudi en signe de solidarité, provoquant la fermeture de centaines d’usines, tandis que les drapeaux étaient en berne pour une journée de deuil national.

Romandie.com avec (©AFP / 26 avril 2013 05h03)