Posts Tagged ‘information judiciaire’

France: perquisitions chez Michèle Alliot-Marie et son père

mars 18, 2014

La justice française a mené des perquisitions mardi aux domiciles de l’ex-ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et de son père, notamment dans le cadre d’une enquête pour abus de confiance. La mairie et l’office du tourisme de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) ont aussi été visés.

Le parquet de Nanterre a ouvert le 13 juin une information judiciaire pour abus de confiance suite à un signalement de la cellule de renseignement financier (Tracfin) du ministère de l’Economie, datant de décembre 2012, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du « Monde ».

Les juges enquêtent sur des mouvements de fonds suspects à destination d’un hôtel de luxe et du père de l’ancienne ministre, Bernard Marie, ex-maire de Biarritz, poursuit-elle.

Les enquêteurs soupçonnent Michèle Alliot-Marie d’avoir été l’une des bénéficiaires de ces fonds via un hôtel de luxe de la localité basque, écrit « Le Monde ». Selon le quotidien, « plusieurs associations de Saint-Jean-de-Luz, sur la côte basque, auraient été lésées. »
Somme de 200’000 euros

L’hôtel en question est dirigé par Bernard Marie et Michèle Alliot-Marie en détient des parts, indique une source judiciaire. Les sommes suspectes s’élèveraient à 200’000 euros, selon « Le Monde » « C’est de cet ordre-là », confirme cette source, sans donner plus de détails.

L’ouverture d’une information judiciaire avait été révélée en octobre 2013 par « Le Parisien ». Michèle Alliot-Marie avait alors dit n’avoir connaissance « d’absolument rien », rappelle « Le Monde ». Michèle Alliot-Marie n’a pu être jointe dans l’immédiat.

Romandie.com

Thomas Fabius visé par une enquête

juillet 16, 2013

Les ennuis judiciaires continuent pour le fils du ministre des Affaires étrangères

Le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire fin juin à l’encontre de Thomas Fabius pour « faux », »escroquerie » et « blanchiment ». La justice s’intéresse à différents flux financiers autour de l’homme de 32 ans, notamment l’achat d’un appartement parisien.

Depuis sa garde à vue en 2010, Thomas Fabius reste dans le viseur des magistrats. Après une plainte en 2011 suivie d’une enquête préliminaire, le fils de Laurent Fabius va devoir continuer à justifier ses finances. Selon l’hebdomadaire Le Point, Thomas Fabius a fait l’acquisition l’an dernier d’un appartement parisien de 280 mètres carrés dans l’une des artères les plus chics de la capitale. Ce bien, ancienne propriété du réalisateur Claude Zidi située dans le 7e arrondissement, lui a coûté la coquette somme de 7 millions d’euros. Aujourd’hui, la justice s’intéresse aux conditions de cet achat pour savoir comment « l’héritier » a pu mobiliser une telle somme d’argent. Celui-ci aurait expliqué à l’agent immobilier en charge de la transaction disposer de sommes gagnées au jeu, notamment.

Via un communiqué, son avocat Cyril Bonan a affirmé le 4 juillet dernier que cette acquisition s’était réalisée « dans des conditions normales »: « Elle a été financée pour partie par un apport personnel de M. Thomas Fabius et pour partie par un emprunt bancaire, lequel est assorti de garanties usuelles, en l’occurrence une hypothèque sur le bien immobilier, ainsi qu’un contrat d’assurance-vie souscrit par Thomas Fabius et donné en gage à la banque ». Cependant cette luxueuse résidence n’est pas la seule cible des magistrats qui vont entreprendre de plus larges investigations. L’an dernier, ceux-ci avait déjà fait une demande d’entraide pénale avec le Maroc.

En 2010, le fils de l’actuel numéro deux du gouvernement était retenu dans les locaux de la police pour une affaire présumée d’escroquerie et d’abus de confiance. Il était placé en garde à vue suite aux plaintes déposées par deux chefs d’entreprise algériens dans le cadre du financement d’un projet de carte à puce. Thomas Fabius dirige actuellement la société de conseil qu’il a fondé en 2005.

Gala.fr par Clara Baillot