Posts Tagged ‘Ingérence’

Iran: la réunion du Conseil de sécurité est une ingérence des États-Unis (Moscou)

janvier 5, 2018

Moscou – La réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les manifestations en Iran, demandée par les Etats-Unis, est une ingérence de Washington dans les affaires du pays, a affirmé vendredi Moscou.

« Les Etats-Unis continuent à interférer ouvertement et de manière cachée dans les affaires intérieures des autres pays, ils le font sans aucune honte », a lancé vendredi le vice-ministre russe Sergueï Riabkov, cité par l’agence de presse Interfax.

« C’est de ce point de vue là que nous jugeons l’initiative américaine de réunir le Conseil de sécurité de l’ONU sur une situation purement nationale en Iran », a-t-il ajouté, accusant Washington d' »attaquer directement la souveraineté d’autres Etats sous prétexte d’être préoccupé par la démocratie et les droits de l’Homme ».

A la demande des Etats-Unis, une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Iran est prévue vendredi.

Alors que l’Iran connaît ces derniers jours une vague de contestation et des violences ayant déjà fait 21 morts, Donald Trump multiplie les attaques contre le régime iranien. Il a estimé lundi que « le temps du changement » était venu en Iran.

Le président américain a aussi promis mercredi de soutenir « le moment venu » les Iraniens qui « essayent de reprendre le contrôle de leur gouvernement corrompu », et Washington a imposé jeudi de nouvelles sanctions contre des groupes industriels soupçonnés de participer au programme de missiles balistiques de Téhéran.

De son côté, la Russie a mis en garde jeudi Washington contre toute intervention dans les « affaires intérieures » de ce pays, dont elle s’est rapprochée ces dernières années à la faveur d’intérêts géopolitiques communs.

Sergueï Riabkov a également dénoncé vendredi les propos tenus par le vice-président américain Mike Pence, qui a remis en question l’accord nucléaire international conclu en 2015 avec l’Iran pour garantir l’usage pacifique de son programme atomique.

« Si (les Etats-Unis) cherchent, pour renforcer la pression sur l’Iran, des raisons qui n’ont rien à voir avec cet accord, et c’est ce qui semble se passer d’après ce que nous voyons, il s’agit d’une méthode inadmissible et indigne d’une grande puissance », a déclaré le vice-ministre, cité par l’agence de presse RIA Novosti.

La Russie, de son côté, « ne voit aucune raison de modifier cet accord », a assuré M. Riabkov.

Romandie.com avec(©AFP / 05 janvier 2018 15h11)                                            

Le procureur spécial sur l’affaire russe enquête désormais sur Trump (média)

juin 14, 2017

Washington – Donald Trump a-t-il fait obstruction à la justice dans l’affaire russe? Cette question fait désormais partie de l’enquête du procureur spécial qui chapeaute l’investigation sur l’ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine, affirme mercredi le Washington Post.

Le procureur indépendant Robert Mueller, ancien chef du FBI, interroge actuellement de hauts responsables du renseignement pour déterminer si le président américain a tenté de freiner ou bloquer l’enquête qui s’intéressait jusqu’ici à cette ingérence ainsi qu’à une possible collusion entre les proches de Donald Trump et la Russie, selon le quotidien qui cite des sources anonymes.

Le fait d’élargir ainsi le champ de l’enquête représente « un tournant majeur », souligne le Washington Post, qui affirme par ailleurs que les enquêteurs sont à la recherche de potentiels délits financiers chez les collaborateurs du milliardaire républicain.

« La fuite d’information du FBI concernant le président est scandaleuse, inexcusable et illégale », a réagi l’avocat de Donald Trump, Marc Kasowitz, sans se prononcer sur le fond.

Le procureur Mueller aurait sollicité des entretiens avec cinq pontes du renseignement, dont trois ont accepté d’être entendus. Il s’agit de Daniel Coats, directeur du Renseignement, Mike Rogers, directeur de l’agence d’espionnage NSA, ainsi que de son ancien adjoint, Richard Ledgett.

Ces entretiens pourraient se tenir dès cette semaine, selon le Post.

« Je reconnais que nous avons eu une rencontre avec le procureur spécial », a par ailleurs confirmé le sénateur démocrate de la commission du Renseignement, Mark Warner, confirmant que M. Mueller a rendu compte aux sénateurs de son travail.

Donald Trump, dont la jeune présidence est empoisonnée par l’ombre de cette affaire, s’était félicité la semaine dernière des déclarations de James Comey, ancien chef du FBI qu’il a limogé début mai. Ce dernier a affirmé lors d’un témoignage très à charge que le président américain ne faisait pas l’objet d’une enquête de la police fédérale dans le cadre de l’affaire russe à l’époque où il était en place.

Selon les sources du quotidien, « l’enquête sur le président pour obstruction à la justice a commencé quelques jours après que Comey a été limogé le 9 mai ». Robert Mueller avait été nommé procureur spécial pour garantir l’indépendance de l’enquête la semaine suivante, le 17 mai.

Le procureur Mueller s’intéresserait notamment à un événement survenu le 22 mars dernier, lorsque Daniel Coats a affirmé à des associés que Donald Trump, qui nie toute ingérence, lui a demandé d’intervenir auprès de James Comey pour qu’il cesse de cibler son ancien conseiller Michael Flynn, personnage central de ce dossier.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2017 01h48)