Posts Tagged ‘Injures’

France: Des églises de l’agglomération de Bordeaux cibles de tags injurieux

janvier 19, 2020

Une demi-douzaine d’églises ont été la cibles de tags injurieux envers l’Eglise dans la nuit de samedi à dimanche.

Une demi-douzaine d’églises de Bordeaux et de son agglomération ont été la cibles de tags injurieux envers l’Eglise, dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19 janvier, des inscriptions sans doute liées à l’actualité.

Au moins cinq églises à Bordeaux, et une à Talence, ont été visées par ces graffitis insultants, découverts dimanche matin sur le portail ou sur les murs, et «sans doute de la même main», a indiqué le diocèse de Bordeaux.

Certains tags faisaient référence à la pédophilie, ou «de manière opportuniste» se voulaient «vraisemblablement liés à l’actualité», que ce soit le procès de l’ex-père Preynat ou les manifestations anti-PMA de dimanche à Paris, a estimé un porte-parole du diocèse.

Le vicaire général, le père Samuel Volta a dit le diocèse «attristé pour le sens du vivre-ensemble», et la communauté catholique «meurtrie par ces comportements, qui sont à l’opposé de la paix que nous recherchons pour notre ville».

Le maire LR de Bordeaux Nicolas Florian a, dans un tweet, «condamné ces actes avec la plus grande fermeté».

Le maire centriste de Talence Emmanuel Sallaberry a dénoncé des actes «odieux et méprisants». Tous deux ont indiqué qu’une plainte était ou allait être déposée. Les tags étaient en cours d’effacement, dimanche après-midi, par des entreprises de nettoyage.

Par Le Figaro avec AFP

John Galliano alcoolique, drogué et amnésique

juin 24, 2011

 » Je mélangeais du valium, des somnifères et de l’alcool  »

John Galliano a tenté de s’expliquer hier sur les raisons qui l’ont poussé à agonir d’injures antisémites une femme en février dernier.
C’est un homme visiblement miné par ses problèmes d’alcool qui est venu s’expliquer hier à la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Face aux accusations d’injures à caractère racial ou religieux, le créateur de 51 ans, a choisi de plaider l’addiction et… l’oubli ! Confronté au récit de la plaignante qui l’accuse de l’avoir traitée de « sale juive » et de « sale pute juive », John Galliano a joué la carte du trou noir : « Je n’ai pas de souvenir de ces insultes, ni d’aucune autre » a-t-il affirmé selon l’Express.

Il a aussi incriminé le « stress et le surmenage » subits à l’époque au sein de la maison Dior et de sa société John Galliano. Stress qui l’aurait conduit à « une triple dépendance : je mélangeais du Valium, des somnifères et de l’alcool. Mais depuis les faits, j’ai entrepris une cure pour soigner mon addiction », a-t-il plaidé. Il a également évoqué « la perte d’un ami cher » en 2007 [Steven Robinson, bras droit et compagnon du couturier, ndlr] : « Il me protégeait de tout, donc je pouvais me consacrer à la création, se souvient-il. Je n’ai pas eu le temps de faire mon deuil ».

Excuses jugées insuffisantes par la procureure qui, avant de requérir une amende de 10 000 euros, a rappelé au tribunal : « C’est le racisme et l’antisémitisme du quotidien, celui du parking, du comptoir, que vous avez à juger », avant de se tourner glaciale vers le couturier : « C’est toujours difficile de se rappeler dans une vie que l’on a été quelqu’un de moche ».

Terrible pour celui qui a consacré sa vie à la recherche de la beauté.

Voici.fr P.S.B