Posts Tagged ‘Inondations’

Trois-Rivières: Des travaux d’urgence pour prévenir les inondations sur le boulevard des Récollets

juin 28, 2021

La Ville de Trois-Rivières effectuera des travaux d’urgence au barrage de la rivière Millette. L’objectif est d’empêcher qu’il y ait à nouveau des inondations sur le boulevard des Récollets.

Le barrage de la rivière Millette a subi d'importants dommages.

© Ville de Trois-Rivières Le barrage de la rivière Millette a subi d’importants dommages.

Dimanche, le boulevard a dû être complètement fermé à la circulation à la suite des précipitations de pluie. Une des bretelles pour embarquer sur l’autoroute 40 était aussi inaccessible.

La Ville affirme que le barrage de la rivière Millette a d’abord été endommagé lors de l’orage du 8 juin. La Ville travaillait depuis sur une solution permanente pour sécuriser la structure, expliquent les autorités municipales, par voie de communiqué. Or, voilà que les installations n’ont pas résisté aux pluies des derniers jours.»

En raison des dommages aux structures de rétention, la rivière Millette se déverse plus rapidement et engorge les canalisations souterraines du secteur du boulevard des Récollets», selon la Ville. 

Le problème des inondations sur ce boulevard date de plusieurs mois. Des situations similaires s’étaient produites en août 2020.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a des installations sur le boulevard des Récollets, près du viaduc de l'autoroute 40, à Trois-Rivières.

© /Radio-Canada Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a des installations sur le boulevard des Récollets, près du viaduc de l’autoroute 40, à Trois-Rivières.

Les travaux d’urgence seront effectués dans les prochains jours au barrage situé près de l’intersection du boulevard des Récollets et du chemin Sainte-Marguerite.

La Ville souligne que le barrage est situé sur un terrain qui ne lui appartient pas et qu’elle a besoin de l’autorisation du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour faire les travaux.

Elle espère obtenir le feu vert du Ministère rapidement, dans le but de commencer les travaux mardi.

Si tout va bien, les installations temporaires pourraient être fonctionnelles au cours de la semaine prochaine», indique la Ville.

De fortes précipitations sont attendues dans les prochains jours à Trois-Rivières. La Ville s’attend donc à ce qu’il y ait d’autres accumulations d’eau dans ce secteur et invite la population à éviter ces voies. Le sentier de la rivière Millette est aussi fermé au public.

La pluie a causé une inondation sur le boulevard des Récollets, dimanche.

© /Radio-Canada La pluie a causé une inondation sur le boulevard des Récollets, dimanche.

Par Marilyn Marceau avec Radio-Canada

Canada-Québec/Orage et inondations: une femme prise dans sa voiture à Trois-Rivières

juin 9, 2021

Isabelle Provençal va se rappeler longtemps de l’orage qui s’est abattu sur Trois-Rivières mardi en fin de journée. Elle revenait chez elle tout bonnement quand, en passant sous le viaduc de la rue Père-Daniel, sa voiture s’est engorgée d’eau et a arrêté de fonctionner. «Je me suis mise à paniquer, je pensais vraiment rester là», raconte-t-elle.

Isabelle Provençal ne s’attendait pas à ce que la situation prenne une telle ampleur.

© COURTOISIE Isabelle Provençal ne s’attendait pas à ce que la situation prenne une telle ampleur.

«J’étais rendue avec de l’eau jusqu’aux épaules, j’étais prise dans mon auto, les fenêtres n’ouvraient pas, les portes non plus. Je ne cacherai pas que je commençais à paniquer. J’avais vraiment peur, je n’étais pas capable de sortir. Je faisais juste crier.»

La jeune femme était encore en état de choc lorsque jointe dans la soirée de mardi, alors que l’évènement l’a énormément ébranlée. «Je fais juste pleurer depuis que c’est fini», a-t-elle confié au téléphone avec Le Nouvelliste.

Écoutez cet article en version audio.

Ayant perdu la notion du temps durant l’évènement, elle ne peut dire combien de temps exactement tout cela a duré, mais elle rapporte que l’eau s’est mise à monter très rapidement dans le véhicule.

Elle a d'abord appelé les services d’urgence et a pu prendre des photos pendant que le policier et les gens de la Ville élaboraient un plan.

© ISABELLE PROVENÇAL, COURTOISIE Elle a d’abord appelé les services d’urgence et a pu prendre des photos pendant que le policier et les gens de la Ville élaboraient un plan.

«Sur le coup, j’ai vu qu’il y avait de l’eau sous le viaduc, mais je voyais que les voitures en face de moi passaient. Je me suis dit: il n’y a pas de trouble, tout le monde passe. Sauf que, quand je suis passée, mon char a éteint. Il avait trop pris l’eau.»

Quand l’accumulation dans l’habitacle a commencé, elle ne pensait pas que le tout allait prendre une telle ampleur. «Quand je prenais des photos au début, je ne m’attendais pas à ce que ça devienne aussi pire que ça. Pour vrai, je me suis mise à paniquer. Je pensais vraiment que je restais là. Personne ne bougeait, je faisais juste crier de me sortir et l’eau ne faisait que monter et monter», a émis la conductrice avec beaucoup d’émotion.

Son premier réflexe a été d’appeler le 911, mais seulement le temps de l’appel, le véhicule s’était déjà beaucoup rempli. «Je n’étais déjà plus capable de sortir.» Un policier qui était sur place à ce moment pour faire de la surveillance en raison des pluies torrides a tenté d’envoyer un camion de la Ville pour aider la femme de 26 ans, mais le temps qu’il s’y rende, la conductrice se faisait inonder de plus en plus.

Isabelle Provençal avait peine à croire ce qui lui était arrivé, mardi, comme le démontre cette publication faite sur ses réseaux sociaux peu de temps après les événements.Isabelle Provençal avait peine à croire ce qui lui était arrivé, mardi, comme le démontre cette publication faite sur ses réseaux sociaux peu de temps après les événements.

C’est finalement l’agent de la paix qui a aidé Mme Provençal à s’en sortir, voyant la situation s’empirer. «Il a eu le réflexe de partir à la nage pour venir me chercher. Il essayait de forcer ma porte en tirant et moi, je poussais avec mes pieds. [Quand la porte s’est ouverte] il m’a prise et m’a amenée à la nage. Il avait de l’eau au-dessus des épaules», a rapporté celle qui est originaire de Trois-Rivières.

Elle tient d’ailleurs à remercier ce policier qui a pris l’initiative d’aller l’aider. «Je voudrais faire des remerciements au policier. C’est le seul qui a fait le move pour venir me chercher, parce que tout le monde était en train de penser à un plan. C’est le seul qui a plongé alors qu’il voyait que le véhicule se remplissait vite et que j’allais manquer d’espace», de conclure celle qui est finalement de retour chez elle, saine et sauve.

Avec Rosie St-André – Le Nouvelliste 

Québec/Lendemain de tempête à Trois-Rivières : de nombreux dégâts et des écoles fermées

juin 9, 2021

Des rues de Trois-Rivières sont toujours paralysées par les inondations causées par l’orage qui s’est abattu sur la ville mercredi. À 11 h 30, environ 7 000 clients étaient aussi toujours privés d’électricité. De plus, des écoles doivent fermer leurs portes pour la journée.

Dégâts constatés mercredi matin à la place Germain-Deschênes, à Trois-Rivières

© Éric Langevin/Radio-Canada Dégâts constatés mercredi matin à la place Germain-Deschênes, à Trois-Rivières

Une voiture est toujours coincée, mercredi, sous un arbre sur la rue Hart, à Trois-Rivières.

© Éric Langevin/Radio-Canada Une voiture est toujours coincée, mercredi, sous un arbre sur la rue Hart, à Trois-Rivières.

Au plus fort de l’orage, environ 30 000 clients d’Hydro-Québec se sont retrouvés sans électricité. Selon les prévisions de la Société d’État, la majorité des gens devraient retrouver le courant d’ici la fin de la journée.

Les monteurs de ligne sont à pied d’oeuvre depuis hier pour rétablir le réseau endommagé notamment par des branches tombées sur les fils.

Des employés d’autres villes ont été appelés en renfort. Une trentaine d’équipes d’Hydro-Québec seront donc sur le terrain aujourd’hui. Hydro-Québec s’attaquera en priorité aux pannes touchant le plus grand nombre de personnes, a précisé le conseiller en communications et collectivités chez Hydro-Québec, Marc-Antoine Ruest, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

De nombreux clients, dont ces résidents du secteur Cap-de-la-Madeleine, ont subi des dommages en raison du violent orage survenu mardi.

© Courtoisie De nombreux clients, dont ces résidents du secteur Cap-de-la-Madeleine, ont subi des dommages en raison du violent orage survenu mardi.

Que s’est-il passé?

Le météorologue d’Environnement Canada André Cantin affirme que la cellule orageuse s’est déplacée lentement, ce qui a engendré les fortes précipitations. Il affirme que le temps chaud et humide a contribué au phénomène.

Environnement Canada rapporte que de la petite grêle», des branches cassées, des refoulements d’égouts et de nombreuses pannes d’électricité ont été rapportés.

La tempête fait des sinistrés

Entre 16 h et 19 h, la Ville de Trois-Rivières affirme que 875 appels ont été logés à son service 311. L’opération nettoyage se poursuit mercredi. Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, affirme que personne n’a été blessé.

De nombreux sous-sols ont été inondés. La pluie et les forts vents ont causé beaucoup de dommages.

Une partie du toit d'un immeuble de 10 logements de la place Germain-Deschênes a été arraché par les forts vents, mardi.

© Martin Chabot/Radio-Canada Une partie du toit d’un immeuble de 10 logements de la place Germain-Deschênes a été arraché par les forts vents, mardi.

À la place Germain-Deschênes, une partie du toit d’un immeuble de 10 logements s’est envolé pour atterrir non loin.  La majorité des locataires ont quitté l’endroit mardi soir. L’eau a causé de grands dommages aux appartements.

Un des résidents, Gilles Ricard, était encore sur place mercredi matin. Il affirme que personne n’est venu l’avertir qu’il devait quitter les lieux.

M. Ricard a raconté n’avoir jamais vécu une telle tempête. C’est pas agréable vivre cela», a-t-il raconté, en précisant qu’il avait la chance d’avoir des assurances. Il est tout de même découragé de devoir se trouver un nouveau logement.

Le boulevard des Récollets est encore inondé mercredi à la suite de la pluie torrentielle de la veille.

© /Radio-Canada Le boulevard des Récollets est encore inondé mercredi à la suite de la pluie torrentielle de la veille.

La pluie a causé un glissement de terrain sur le boulevard des Chenaux, à Trois-Rivières.

© Martin Chabot/Radio-Canada La pluie a causé un glissement de terrain sur le boulevard des Chenaux, à Trois-Rivières.

Un avis d’ébullition préventif est toujours en cours dans un secteur de la ville.

Le secteur au nord de l'autoroute 40 direction ouest et du boulevard des Chenaux est concerné par un avis d'ébullition préventif.

© Ville de Trois-Rivières Le secteur au nord de l’autoroute 40 direction ouest et du boulevard des Chenaux est concerné par un avis d’ébullition préventif.

Des services perturbés par des fermetures

Des écoles du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy ont subi des dommages, comme des refoulements d’égout. Des établissements doivent donc fermer leurs portes pour la journée.

Il s’agit des écoles des Pionniers, Cardinal-Roy, Saint-François-d’Assise, les édifices Monseigneur-Comtois et Sainte-Bernadette de l’École des Bâtisseurs ainsi que l’École primaire d’éducation internationale du secteur est et l’École d’alimentation et d’hôtellerie du Centre de formation professionnelle Bel-Avenir.

Ces écoles de Trois-Rivières seront fermées mercredi et devraient pouvoir à nouveau accueillir les élèves jeudi, selon le centre de services scolaires.

Le Centre de prélèvement du centre Saint-Joseph doit annuler tous les rendez-vous prévus mercredi, en raison de dégâts dans la bâtisse située sur la rue Sainte-Julie. Pour les prélèvements urgents, les citoyens sont invités à se rendre au Centre multiservice de santé et de services sociaux Cloutier, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Jean-Yves Lacombe avait de l’eau jusqu’aux genoux mardi sur la rue Clermont, à Trois-Rivières.

© Carolyne Brochu/Radio-Canada Jean-Yves Lacombe avait de l’eau jusqu’aux genoux mardi sur la rue Clermont, à Trois-Rivières.

De nombreuses voies, comme cette intersection des rues Williams et Nicolas-Perrot, ont été inondées mercredi, en raison de l'orage survenu à Trois-Rivières.

© Marilyn Marceau/Radio-Canada De nombreuses voies, comme cette intersection des rues Williams et Nicolas-Perrot, ont été inondées mercredi, en raison de l’orage survenu à Trois-Rivières.

Avec Radio-Canada par Marilyn Marceau

Congo/Inondation : plus de 16 000 ménages ont bénéficié de l’assistance humanitaire

janvier 21, 2021

Le bateau humanitaire, ville de Brazzaville, en provenance des localités inondées de la partie septentrionale du pays a regagné le 21 janvier, la ville capitale après une assistance multiforme aux populations victimes d’inondations.

Le bateau humanitaire en provenance des localités inondées (Adiac)

La mission s’inscrivait dans le cadre de l’assistance humanitaire du gouvernement, en collaboration avec ses partenaires, a expliqué le directeur de cabinet du ministre des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, Christian Aboke-Ndza, chef de mission de l’action humanitaire à son arrivée au port autonome de Brazzaville.

La mission humanitaire, poursuit-il, devrait couvrir deux axes dont un terrestre et un fluvial. Sur 180 000 ménages initialement identifiés, 16 419 ménages ont été atteints, soit 99 719 personnes.   

« Nous avons identifié les besoins pressants sur lesquels nous devons agir car l’assistance ne devrait pas couvrir l’ensemble des besoins de la population. Le reste des besoins seront assurés par le focus groupe pour l’évaluation initiale, ajoutant que ceci permettra d’avoir les résultats qui conduiront vers la phase de relèvement, en vue de relancer la capacité productive des populations pour développer leur résilience et faire face aux prochaines inondations », a-t-il déclaré.

L’axe fluvial a concerné les localités de Mpouya, Makotipoko, dans le département des Plateaux, Mossaka, Bokoma, Loukoléla dans la cuvette et Liranga, Impfondo, Epéna, Dongou, Bouanéla dans la Likouala. L’axe terrestre concernait les localités de Mokéko, Pikounda dans le département de la Sangha et Tokou dans la Cuvette.

De même, la délégation a joint à sa mission l’assistance humanitaire aux victimes de la tornade des localités de Boundji dans le département de la Cuvette Ouest et Mayama dans le Pool.  

Christian Aboke-Ndza a expliqué que contrairement à l’année dernière, la mission s’est déployée dans les chefs-lieux.  Selon lui, sur 263 localités touchées par l’inondation, 238 localités ont été assistées soit un taux de couverture de 91%.

Sur le volet communautaire, précise-t-il, l’assistance a porté sur les kits de réhabilitation des infrastructures sociales de base endommagées, les Centres de santé intégrés et les médicaments de première urgence ainsi que les kits scolaires.  

L’équipe de l’action humanitaire a également géré le volet ménage tout en se déployant dans tous les axes en vue d’atteindre les localités enclavées.

Interrogé sur le reste des ménages et personnes non touchés par l’assistance humanitaire, le chef de mission a évoqué le problème d’enclavement et d’extension des ressources. Ces localités, ajoute-t-il, ont été proportionnées en donnant la charge d’assistance humanitaire aux autorités locales.  

Notons que l’assistance humanitaire dans la localité d’Epéna a été suspendue à cause de la non concordance des données de l’équipe de la mission de l’assistance humanitaire à la réalité du terrain.   

Avec Adiac-Congo par Lydie Gisèle Oko

Congo/Pointe-Noire : inondations répétées au cimetière de Vindoulou

décembre 10, 2020

Les eaux de pluie inondent une partie du cimetière

Après la pluie, le mauvais temps au cimetière municipal de Pointe-Noire. Le quartier Vindoulou où est érigé le site d’inhumation manque de canalisation. Les eaux de pluie convergent alors vers le cimetière qui se trouve inondé par endroit. La légère pente qui le sépare de la route nationale n°1, sans conducteur d’eau, facilite le ruissellement des eaux en direction du cimetière et accentue les inondations. Difficile d’y accéder toutes les fois qu’il pleut.

Pour éviter que certaines tombes, proches des parties inondées, ne s’effondrent et ne disparaissent, le problème de canalisation devrait être résolu de sorte à mieux orienter les eaux de pluies et protéger le site. En dehors des tombes menacées de disparition, il y a aussi le fait que les eaux qui prennent de la hauteur le long de la devanture de ce cimetière vont progressivement ronger la fondation du mur de clôture qui pourrait s’écrouler puisque ces inondations dans ce cimetière ne datent pas d’aujourd’hui.  

En rappel, le cimetière de Vindoulou a été mis en service, depuis quelques années déjà, après la fermeture de celui de Mont-Kamba dans lequel les jardins poussent sur les tombes qui parfois sert de repos aux passants ou commençants exerçant à proximité.

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya

Côte d’Ivoire: cinq morts à Abidjan, après deux jours de pluies diluviennes

juin 26, 2020

 

Cinq personnes ont péri dans des inondations causées par des pluies torrentielles qui se sont abattues sur Abidjan jeudi et vendredi, a annoncé la télévision nationale (RTI). Vendredi, «deux corps ont été découverts dans la commune de Cocody après les fortes pluies qui ont fait monter jusqu’à trois mètres le niveau de l’eau, soit six fois le seuil d’alerte» a expliqué la RTI. Jeudi, des pluies diluviennes, dans la capitale économique ivoirienne ont transformé les rues en torrents et inondé des habitations, faisant trois morts.

Ces morts s’ajoutent aux 16 autres survenues au cours d’un glissement de terrain jeudi dernier dans un quartier pauvre, déjà à la suite de pluies torrentielles. La saison des pluies a commencé en mai et dure habituellement jusqu’à fin juillet à Abidjan, qui connaît un climat tropical. Le scénario des pluies torrentielles suivies d’inondations dévastatrices est récurrent dans cette métropole de cinq millions d’habitants en croissance continue, et dont les infrastructures sont insuffisantes.

Après des inondations meurtrières qui avaient frappé les mêmes quartiers en 2018 et fait 18 morts, les autorités avaient pourtant entamé d’importants travaux pour curer les canaux d’évacuation et détruire les constructions illégales qui parfois les barraient

Par Le Figaro avec AFP

Canada : Pas de centres pour les sinistrés en cas d’inondation, prévient Québec

mars 16, 2020
Des inondations printanières ont fait de nombreux sinistrés à Rigaud en 2017.
© Christinne Muschi/Reuters Des inondations printanières ont fait de nombreux sinistrés à Rigaud en 2017.
La pandémie de coronavirus change les façons de faire et la gestion d’une possible crue printanière ne fera pas exception, a averti lundi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. Le gouvernement ne permettra donc pas l’ouverture de centres d’hébergement pour les sinistrés en cas d’inondation.

Cette mesure exceptionnelle est nécessaire pour éviter la propagation du coronavirus, dit Geneviève Guilbault.

Mme Guilbault a qualifié cette mesure d’extraordinaire, et dit qu’elle est nécessaire pour éviter la propagation du virus. Québec recense présentement 50 cas de COVID-19 à l’échelle de la province.

La ministre a également évoqué d’autres directives, dans un message publié sur sa page Facebook.

Les municipalités devront entre autres prévoir des endroits, comme des hôtels ou résidences universitaires, pour accueillir leurs citoyens touchés. Ces endroits seront tenus d’offrir des services de traiteur, des produits d’hygiène et tout le matériel nécessaire pour limiter la propagation du virus.

Nous invitons les citoyens habitant des zones à risque à songer à un endroit où ils pourront se loger en cas d’inondation, a aussi suggéré la vice-première ministre.

Mme Guilbault a précisé qu’elle s’était déjà entretenue avec des élus de l’Outaouais et de la Montérégie, dont le maire de Gatineau, Maxime Pednaud-Jobin, et le préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, Patrick Bousez. Les élus des autres régions qui risquent d’être touchées seront contactés au cours des prochains jours.

Les importantes crues printanières qui sont survenues au Québec l’an dernier ont forcé l’évacuation de milliers de personnes, dont 6000 à Sainte-Marthe-sur-le-Lac seulement, en raison de la rupture de la digue sur le lac des Deux Montagnes.

Avec CBC/Radio-Canada

Le Canada apporte 170 millions aux victimes des inondations du Congo

janvier 15, 2020

La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga Dzondo a remercié le Canada pour l’aide de 290.000 mille dollars, soit environ 170 millions de francs CFA apportée aux sinistrés des inondations depuis octobre 2019.

« Cette contribution canadienne sera utilisée par le Programme alimentaire mondial (PAM) pour réaliser des transferts monétaires à 6.500 personnes, victimes des inondations dans la Likouala », a souligné Antoinette Dinga Dzondo lors de la remise des kits de non-vivres aux sinistrés des inondations.

Aux 170 millions de francs CFA, le Canada ajoutera 40.000 dollars soit environ 20 millions de francs CFA qui seront gérés par Caritas Congo au profit des sinistrés des quartiers de Brazzaville.

Les kits de non-vivres composés de marmites, seaux en plastique, matelas et ustensiles de cuisines ont été remis à Brazzaville par la ministre du développement international du Canada, Karina Gould en séjour à Brazzaville.

Jean Pierre Moutoumbi, habitant de Talangaï s’est réjoui du kit qu’il venait de recevoir car il lui sera d’une grande utilité. « Si tous les autres pays faisaient comme a fait le Canada, beaucoup de problèmes des sinistrés seront résolus », a-t-il dit.

Les inondations qui ont affecté prés de 170.000 personnes dans les départements de la Likouala, la Sangha, la Cuvette et les Plateaux ont largement fragilisé la sécurité alimentaire des populations. Des familles ont perdu leurs biens, le bétail, les champs sont recouverts d’eau et les cultures sont perdues, les denrées de base se font de plus en plus rares sur le marché et les prix augmentent.

Avec Sacer-infos.com par Stany Franck

Chiche corniche de baudruche

janvier 10, 2020

 

Chiche corniche d’un pays riche

Œuvre lamentable d’une potiche

Qui se tourne allègrement les pouces

Face à ses grands travaux à la sauce

 

Les pluies avec leur cortège d’inondations

Inquiètent les paisibles habitants aux érosions

Qui avancent emportant leurs habitations

Pour des citoyens déjà dans l’inanition

 

Quand le ruissellement gagne le fleuve

Les déchets et sacs en plastique innervent

Empêchant l’infiltration souhaitée des eaux

Alerte chacun de prendre à bras le corps son seau

 

Bernard NKOUNKOU

 

RDC: au moins quatre morts dans de nouvelles pluies

novembre 29, 2019

 

Au moins quatre personnes sont mortes victimes des fortes pluies dans la province du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo, pays qui connaît ses plus importantes inondations depuis 25 ans en plusieurs endroits de son territoire.

«Il y a eu quatre morts et un disparu, 10 blessés et plus ou moins 70 maisons endommagés», a déclaré Aimé Kawaya, l’administrateur du territoire de Fizi, à un correspondant de l’AFP.

«L’incident a eu lieu dans la soirée de mercredi 27 après des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la majeure partie du territoire de Fizi et qui ont causé des débordements d’une rivière», a-t-il ajouté.

«Parmi les personnes mortes figurent deux enfants d’une même famille qui ont été emportés par les eaux et dont les corps ont été enterrés le jeudi 28 Novembre», a précisé la Croix-Rouge du territoire de Fizi Kabandilwa. Sept morts avaient été rapportés dans la même province du Nord-Kivu en début de semaine.

Et une quarantaines de personnes sont mortes dans la capitale Kinshasa, des conséquences des fortes pluies dans la nuit de lundi à mardi (inondations, glissements de terrain, électrocution).

Dans le nord-ouest de la RDC, sept provinces ont été inondées en raison des débordements du fleuve Congo ou de ses affluents comme la rivière Oubangui. Ce sont les plus fortes inondations qui frappent la RDC depuis 25 ans, selon plusieurs autorités provinciales.

«Le gouvernement et les acteurs humanitaires ont préparé un plan de réponse spécifique pour un montant s’élevant à 39,9 millions de dollars t ciblant près de 227.800 personnes», avait indiqué mercredi la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Par Le Fiagro.fr avec AFP