Posts Tagged ‘instable’

Nord-Kivu : arrêt des affrontements entre pro-Makenga et pro-Runiga

mars 2, 2013
Des rebelles du M23 le 23 novembre 2012 près de Goma. Des rebelles du M23 le 23 novembre 2012 près de Goma. © AFP

Les affrontements entre deux factions rivales de la rébellion congolaise du M23 dans le Nord-Kivu, région instable de l’est de la République démocratique du Congo, ont cessé vendredi, a-t-on appris de sources rebelles et militaires.

Ces combats, qui avaient éclaté jeudi, se sont déroulés dans la région du Rutshuru, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale provinciale Goma. Ils auraient fait une trentaine de victimes, selon une source militaire occidentale, qui n’a pas pu être confirmée dans l’immédiat.

Les affrontements ont également provoqué des mouvements de population vers l’Ouganda voisin, a témoigné une commerçante interrogée au téléphone par l’AFP au début des combats.

Les affrontements opposaient les partisans de Jean-Marie Runiga, l’ancien chef politique du M23, récemment destitué de son poste, et les fidèles de Sultani Makenga, commandant militaire du groupe rebelle. Ils ont été qualifiés par un officier rebelle de « violents », notamment dans la zone de Kibumba.

Bosco Ntaganda

Selon des sources occidentales, les deux groupes, après avoir concentré leurs hommes sur des positions qu’ils occupaient ensemble depuis plusieurs mois, ont commencé à se battre jeudi matin après une offensive de Makenga. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Runiga a lancé une contre-offensive, les deux parties maintenant leurs positions.

Les forces de Sultani Makenga sont regroupées à Bunagana, sur la frontière ougandaise, alors que celles de Runiga stationnent à Kibumba, prés de Goma. Des partisans du général rebelle Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, se sont joints aux forces de Runiga.

Les positions occupées par le M23 avant cette scission ont été abandonnées à l’occasion du resserrement des positions de chaque groupe, selon une source militaire occidentale. Le mouvement rebelle qui se trouvait à 3,5 kilomètres de Goma, la capitale régionale qu’il a occupé pendant 10 jours en novembre, se trouve maintenant à une trentaine de kilomètres, selon cette source.

Rivalité ancienne

La rivalité entre Sultani Makenga et Jean-Marie Runiga, déjà ancienne, s’est accentuée avec la signature le 24 février d’un accord-cadre à Addis Abeba entre onze pays pour le rétablissement de la paix dans la région. Runiga aurait, selon plusieurs sources militaires, souhaité reprendre l’offensive armée alors que Makenga prône une stabilisation. Des premiers affrontements en début de semaine avaient fait une dizaine de morts quand le convoi de Makenga avait été attaqué.

Le Mouvement du 23 mars avait lancé une offensive contre l’armée de RDC au printemps 2012, accusant le gouvernement de ne pas avoir respecté un accord de paix signé le 23 mars 2009, qui aurait dû permettre l’intégration des rebelles dans l’armée régulière. L’ONU et Kinshasa avaient accusé le Rwanda et l’Ouganda de soutenir cette rébellion.

Le M23 avait accepté en décembre de cesser les hostilités et de négocier avec Kinshasa sous la pression internationale, l’Ouganda dirigeant une médiation au nom des pays des Grands Lacs.

Jeuneafrique.com avec AFP

Bobbi Kristina Brown n’est plus fiancée à son frère adoptif

novembre 29, 2012

Son couple a tout l’air de battre de l’aile

Bobbi Kristina Brown n’est plus fiancée à son frère adoptif
  • Bobbi-Kristina-et-Nick-Gordon-3Bobbi-Kristina-et-Nick-Gordon-2Whitney-Houston-Nick-Gordon-Bobbi-KristinaBobbi-Kristina-Brown

Depuis une dizaine de jours, Bobbi Kristina Brown, la fille de Whitney Houston, et Nick Gordon, son frère adoptif, s’amusent à poster des messages sibyllins sur leurs murs Twitter respectifs, laissant deviner leur séparation. A moins qu’ils ne cherchent tout simplement à brouiller les cartes.

Accrochés l’un à l’autre depuis le décès de leur maman Whitney Houston – biologique pour Bobbi Kristina, adoptive pour Nick Gordon -, au point de se fiancer mi-octobre dernier, le couple est aujourd’hui déterminé à faire machine arrière. Sur Twitter, les messages plus ou moins cryptés du couple, une habitude pour ces deux-là qui semblent toujours prendre un malin plaisir à brouiller les pistes, s’enchaînent et se ressemblent depuis une dizaine de jours. Le 18 novembre dernier, c’est Nick Gordon qui prenait les devants en annonçant sur son mur: «@REALbkBrown et moi ne sommes ni fiancés ni ensemble. Seulement aussi proches que nous l’avons toujours été». 

Et depuis, c’est Bobbi Kristina, 19 ans, que l’on dit aussi instable émotionnellement que sa diva de maman, qui ne cesse de poster des messages: s’ils ne confirment pas explicitement sa séparation d’avec son frère adoptif, ils laissent au moins entendre qu’il y a de l’eau dans le gaz. «Nous passons du temps ensemble, foot le samedi soir & je joue avec notre @nickgordon à la nouvelle DS 3! Doooonc… Au revoir !! 😦 😦 :(», avait-elle écrit quelques heures après l’annonce de Nick. «A qui je peux faire confiance dans ce monde? Pffft, c’est facile ma fille #Moi-même, personne ne pourra mieux savoir qui je suis& et ils ne saisiront pas cette chance de me connaître». Pas toujours facile à suivre! 

Et il semblerait que la jeune femme ait du mal à s’extirper de cette mauvaise passe. Créneau mal négocié ou amour vache, lundi soir, elle a en tout cas bien embouti l’avant de la toute nouvelle voiture de son (ex-?) fiancé, une Camaro rutilante, en se garant juste à côté de lui dans leur parking, à Georgia, révèle le site TMZ.

Gala.fr par Delphine Solanet

Liberia: arrestation de plus de 70 « mercenaires » anti-Ouattara présumés

janvier 31, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlLe Liberia a arrêté il y a trois jours plus de 70 personnes  près de sa frontière avec la Côte d’Ivoire, les soupçonnant d’être impliquées  dans des plans de déstabilisation du pays voisin, a indiqué mardi à l’AFP un  responsable libérien sous couvert d’anonymat.

« Un grand nombre d’autres se cachent toujours » dans cette région, a indiqué  ce responsable administratif interrogé depuis Zwedru, à environ 560 km de  Monrovia.

Selon la même source, ces « mercenaires » « recrutaient et entraînaient des  hommes pour aller se battre contre le gouvernement ivoirien » d’Alassane  Ouattara.

« Ces détenus avaient l’intention de déstabiliser la Côte d’Ivoire.  Le  gouvernement libérien ne pouvait rester les bras croisés », a confirmé à l’AFP un  responsable de la police.

Selon le responsable administratif, les gens arrêtés « sont un mélange  d’ancien miliciens loyaux à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, aujourd’hui  sous les verrous à la Cour pénale internationale de La Haye, et de mercenaires  libériens qui se sont battus à leurs côtés » durant la guerre civile en Côte  d’Ivoire.

De nombreux mercenaires en « chômage technique » après la fin de la guerre  civile au Liberia en 2003 avaient repris du service en Côte d’Ivoire voisine  après la tentative ratée de renversement du régime Gbagbo en septembre 2002 et  jusqu’à la chute de ce dernier en avril 2011.

Région la plus instable du pays déchirée depuis des années par de vives  tensions interethniques, l’ouest de la Côte d’Ivoire, frontalier du Liberia, a  été l’une des zones les plus éprouvées durant la crise poste,rdanélectorale  (décembre 2010-avril 2011).  Celle-ci s’est achevée avec la chute du régime de  Laurent Gbagbo, la capture de ce dernier et un bilan d’au moins 3. 000 morts.

Jeuneafrique.com  avec AFP