Posts Tagged ‘Internautes’

Violemment attaquée pra les internautes, Mamie Rock suspend son compte public Instagram: la douleur d’Elyette Boudou

mars 8, 2018

Elle a été la cible d’insultes

« Mamie Rock » alias Elyette Boudou est l’une des figures de cette bataille judi­caire qui fait rage dans le clan Hally­day. Violem­ment attaquée par les inter­nautes sur Insta­gram après la publi­ca­tion d’une photo, la grand-mère de Laeti­cia a décidé de chan­ger son compte en mode privé.

Depuis l’annonce choc de Laura Smet et David Hally­day qui contestent le testa­ment de leur père, la dernière épouse du rockeur est dans la tour­mente, visée par les critiques des inter­nautes. Heureu­se­ment, Laeti­cia Hally­day peut comp­ter sur le soutien d’Elyette Boudou, sa grand-mère, alias « Mamie Rock ». Très présente depuis le décès de l’inter­prète de « Je te promets », Elyette Boudou joue un rôle majeur dans cette affaire puisque depuis 2012, elle est la repré­­sen­­tante légale de plusieurs socié­tés de gestion des droits de Johnny Hally­­day. Elle a égale­ment été nommée « exécu­teur testa­men­taire » après Grégory Boudou en cas de décès préma­turé de Laeti­cia Hally­day.

Afin de prendre posi­tion et soute­nir sa petite-fille, « Mamie Rock » a récem­ment confié ne pas appré­cier les deux aînés du clan : « Je ne pense pas du bien de Laura ni de David, a-t-elle lancé sur M6. Ils ont eu leur part déjà. Alors ce n’est pas normal. » Une prise de posi­tion qui n’a visi­ble­ment pas convaincu les inter­nautes. Depuis, Elyette Boudou a reçu de nombreuses critiques sur la toile : « Ignoble person­nage », « Mani­pu­la­trice comme sa petite fille », pouvait-on lire.Alors, quand Elyette Boudou a posté une photo d’elle, le 3 mars dernier, tirant la langue, ses détrac­teurs ont vu une autre provo­ca­tion de sa part.

Face au raz-de-marée de critiques, la grand-mère de Laeti­cia Hally­day a décidé de chan­ger le statut de son compte, de public en mode privé, pour échan­ger avec ses abon­nés unique­ment. Une façon pour elle de se proté­ger de cette tempête fami­liale.

Gala.fr par Marine Madelmond

Une photo de Theresa May à Bruxelles suscite la risée des internautes

octobre 20, 2017

La Première ministre britannique Theresa May avant une rencontre bilatérale avec le président du Conseil européen Donald Tusk, le 20 octobre 2017 à Bruxelles / © POOL/AFP / Geert Vanden Wijngaert

Les réseaux sociaux, et une partie de la presse britannique, se gaussaient vendredi de la Première ministre Theresa May apparaissant sur une photo, seule à une table vide, au sommet européen de Bruxelles, « métaphore » pour certains des négociations sur le Brexit.

Sur ce cliché, devenu viral, la dirigeante est assise, regard baissé, devant une grande table décorée de quatre pots de fleurs, et semble perdue dans ses pensées. Elle attend en fait le président du Conseil européen Donald Tusk, avec qui elle doit s’entretenir.

Moqueurs, les internautes ont rapidement fait le rapprochement avec la situation politique de Theresa May, contestée depuis son revers aux législatives de juin dernier, mais aussi en raison du risque d’enlisement des négociations sur le Brexit avec les 27 autres pays de l’UE.

« Je pensais franchement qu’il s’agissait d’une image d’illustration représentant la solitude absolue. Mais non. C’est bien notre Première ministre à Bruxelles aujourd’hui », a tweeté Nooruddean.

« Voici une photo de Theresa May avec tous ses amis proches », raillait de son côté l’utilisateur « Nasmamu ».

« On pourrait penser que Theresa May aurait l’air plus joyeuse devant l’énorme cercueil de Boris Johnson », son ministre des Affaires étrangères et rival potentiel, a dit Beaubodor, sur Twitter.

D’autres en profitaient pour tourner en dérision les prétentions du gouvernement britannique à vouloir signer des accords commerciaux facilement avec le reste du monde une fois le pays sorti de l’UE.

« Theresa May entourée de tous les accords commerciaux que nous allons rapidement signer après le Brexit », a écrit Marcus Johns.

Le journal conservateur The Daily Telegraph a fait lui dans l’ironie avec une légende « Theresa contemplant ses options », soit quatre… pots de fleurs.

« Pauvre Theresa May », résumait l’édition britannique du Huffington Post, selon qui l’image est « perçue comme une métaphore brutale de l’isolement du Royaume-Uni lors des négociations sur le Brexit ».

Romandie.com avec(©AFP / 20 octobre 2017 22h08)                

Bonne Année 2017, Chers internautes !

décembre 31, 2016

 

 

Bonne année 2017 image 3

 

Une nouvelle Année arrive avec ses rêves et sa sève qui va couler dans nos veines tout le long des douze mois de 2017.

A cette occasion, je vous souhaite, Chers internautes, selon la position géographique de votre résidence, mes vœux de Santé, d’Amour, de Bonheur et de Paix.

Que cette Année soit l’expression de la réalisation de vos projets dans la mesure majeure de vos ambitions !

Qu’elle vous donne aussi la pleine confiance et la prudence dans la marche du temps, à chaque instant de votre vie, pour la parcourir en toute sérénité, en beauté et en amour !

Bonne et heureuse Année 2017 !

 

Bernard NKOUNKOU

La Belgique ordonne à Facebook de cesser de tracer les internautes non membres

novembre 9, 2015
La Commission de la protection de la vie privée belge a assigné Facebook en justice. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

La Commission de la protection de la vie privée belge a assigné Facebook en justice. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

La justice belge a ordonné, lundi 9 octobre, à Facebook d’arrêter de tracer les internautes belges qui ne sont pas inscrits sur le réseau social. Le tribunal néerlandophone de première instance de Bruxelles a donné quarante-huit heures au groupe américain pour s’exécuter, sous peine d’une astreinte de 250 000 euros par jour. « Nous ferons en sorte de limiter les perturbations d’accès à Facebook en Belgique », a répondu l’entreprise, qui compte faire appel.

La Commission de la protection de la vie privée avait assigné l’entreprise en justice en juin, lui reprochant d’enfreindre plusieurs lois encadrant les données personnelles, notamment la loi européenne.

En février, plusieurs chercheurs belges avaient publié un rapport commandé par la Commission, concluant que Facebook collectait des informations sur les internautes membres, mais aussi non membres, sans leur consentement, grâce à un cookie appelé « Datr ». Un cookie est un fichier déposé dans le navigateur d’un internaute et qui mémorise des informations le concernant.

Facebook réplique et se justifie

« Facebook place des cookies qui retiennent qu’un internaute a visité une page Facebook, par exemple celle d’un ami, mais aussi qu’il a visité la page d’une chaîne de magasins, d’un parti politique, d’un groupe d’entraide ou d’une autre association », précise le tribunal dans un communiqué.

« Ces cookies continuent d’exister pendant deux ans. (…) Le juge des référés a jugé qu’il s’agit de données personnelles, que Facebook peut seulement utiliser si l’internaute donne expressément son consentement, comme le prévoit la loi belge de protection de la vie privée. »

En mai, la Commission de la protection de la vie privée belge avait menacé Facebook de poursuites et lui avait demandé de renoncer à l’utilisation sans consentement de certains cookies et d’outils comme le Facebook Connect, qui permet de suivre et d’identifier les internautes en dehors du réseau social.

Facebook avait alors rétorqué que le rapport sur lequel s’appuyait la commission était erroné. Après la décision de la justice belge, l’entreprise a précisé dans son communiqué qu’elle utilisait le cookie Datr « depuis plus de cinq ans », et ce « afin que Facebook reste sécurisé pour 1,5 milliard de personnes à travers le monde ».

En octobre, le responsable de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, avait expliqué dans un billet publié sur le réseau social que ce cookie servait à « différencier les visites légitimes sur notre site des visites illégitimes ». En clair : de distinguer les internautes des « robots » qui parcourent la Toile. Le but de ce cookie serait donc, selon lui, d’« éviter la création de faux comptes », de « protéger le vol de contenu des internautes » et d’« empêcher les attaques par déni de service ».

Lemonde.fr