Posts Tagged ‘intoxication’

Chili : six touristes meurent intoxiqués dans une location Airbnb

mai 23, 2019

 

Six touristes brésiliens sont morts intoxiqués au monoxyde de carbone à Santiago du Chili dans un appartement loué via la plateforme de location saisonnière Airbnb, dont les installations n’avaient pas été vérifiées.

Les quatre adultes et deux mineurs, issus de la même famille et originaires du sud du Brésil, étaient arrivés la semaine dernière dans la capitale chilienne.

Mercredi après-midi, la famille avait alerté les autorités locales, sentant que quelque chose d’anormal se passait. Un fonctionnaire du consulat du Brésil et la police chilienne ont finalement découvert dans l’appartement les corps sans vie des six vacanciers.

Dans un communiqué, Airbnb a confirmé que l’appartement avait été loué via sa plateforme. Mais l’entreprise a ajouté que « les hôtes (propriétaires) devaient s’assurer de respecter les lois et les règlements locaux ».

La plateforme a ajouté avoir lancé un programme de distribution gratuite de détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone aux propriétaires qui en feraient la demande et indiqué que le client est informé de la présence ou non de tels détecteurs dans les appartements proposés à la location.

Sur les 500 millions de locations opérées depuis le lancement de la plateforme, les « incidents négatifs sont extrêmement rares », a ajouté Airbnb.

L’entreprise nationale d’électricité et de gaz du Chili (SEC), qui a ouvert une enquête pour déterminer l’origine de l’accident, a confirmé à l’AFP que l’immeuble où se trouvait l’appartement ne possédait pas la pastille verte indiquant que les installations fonctionnaient correctement.

« Selon les premiers éléments, alors qu’il faisait froid (à Santiago), un appareil à gaz à l’intérieur (de l’appartement) aurait mal fonctionné », a indiqué à des médias locaux Luis Avila, président de la SEC. La température était de zéro degré mercredi dans la capitale chilienne.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Russie: une cinquantaine d’enfants intoxiqués par des gaz émis d’une décharge

mars 21, 2018

Vue aérienne datant du 8 mars 2018 de la décharge de Iadrovo près de la ville de Volokolamsk / © AFP / Dmitry SEREBRYAKOV

Des gaz toxiques émis par une décharge de déchets polluants non loin de Moscou ont entraîné la prise en charge médicale d’une cinquantaine d’enfants, provoquant une colère d’une rare virulence des habitants contre des autorités russes jugées indifférentes face à la situation écologique.

« Ne tuez pas nos enfants! » ou encore « Je veux respirer! Je veux vivre! », pouvait-on lire sur les pancartes de quelque 200 personnes rassemblées mercredi après-midi devant l’hôpital de Volokolamsk, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale russe.

Depuis des semaines, des habitants dénoncent les désagréments liés à la décharge voisine de Iadrovo, mise en exploitation en 1979. Leurs protestations ont conduit les autorités à promettre de la recouvrir de terre d’ici la fin du mois et d’installer un système de dégazage en juin.

Mais la situation s’est encore aggravée mercredi avec l’apparition d’une odeur nauséabonde, l’air devenant difficilement respirable, particulièrement aux abords de la décharge comme l’a constaté un journaliste de l’AFP.

Au total, 57 enfants ont demandé une assistance médicale essentiellement en raison de vertiges, et cinq d’entre eux ont été hospitalisés, selon un communiqué de l’administration régionale.

« On se réveille chaque nuit à cause de cette odeur. Et qu’est-ce qu’on va faire en été? Comment peut-on vivre comme ça? », a dit à l’AFP Anna Louzova, écolière de 10 ans.

Le maire de la ville, Piotr Lazarev, a aussitôt mis en cause la décharge d’Iadrovo, située à trois kilomètres de Volokolamsk, déjà dans le collimateur des riverains. Ces derniers ont manifesté régulièrement ces dernières semaines, donnant lieu en pleine campagne pour la présidentielle à des scènes devenues rares en Russie ces dernières années, tant toute protestation est accueillie avec fermeté.

« La situation devient de pire en pire chaque jour qui passe (…), notamment à cause de rejets des gaz de décharge », a affirmé M. Lazarev dans une interview à la radio Business FM. « Ces odeurs ont un effet néfaste sur les habitants de Volokolamsk, et beaucoup d’enfants ont dû être soignés aujourd’hui (…), parce qu’il y avait cette odeur forte ».

– ‘Assassin’ –

Rassurantes, les autorités locales ont identifié un fuite du gaz toxique à Iadrovo mais assuré que la situation était maîtrisée.

Dans son bulletin quotidien sur l’état de l’air dans la région de Moscou, le ministère russe des Situations d’urgence a désigné la décharge de Iadrovo, comme « source de pollution de l’air » à Volokolamsk et ses environs.

Cependant, après analyse de la qualité de l’air mercredi, « aucune concentration de substances polluantes dans l’air dépassant les normes n’a été constatée. (…) Aucune menace pour les habitants de la ville n’a été détectée », a affirmé ce ministère.

Mais les habitants de Volokolamsk, qui ont été nombreux mercredi à se plaindre sur les réseaux sociaux de l’odeur nauséabonde dans les rues de la ville, ont perdu patience.

Dans l’après-midi, près de 200 personnes étaient réunies près de l’hôpital central de Volokolamsk.

« Cela fait deux mois que l’air ici est irrespirable. Nos enfants souffrent de nausées et d’hypertension », a déclaré à l’AFP une habitante locale, Anna Grapé, 50 ans.

Accueilli aux cris de « Honte! » et « Assassin! », le gouverneur de la région de Moscou, Andreï Vorobiov, a promis d’accélérer la fermeture de la décharge.

Face à la multiplication des plaintes de Russes mécontents dans tout le pays ces derniers mois, les autorités ont reconnu que le système de mesure de la qualité de l’air était défaillant. Faute de financements, ce système est tout simplement absent ou caduc faute d’avoir été modernisé depuis la chute de l’URSS.

Romandie.com avec(©AFP / 21 mars 2018 18h19)                

Le rapatriement de Pierre Sarkozy a coûté très cher à l’État

février 1, 2012

POLITIQUE – C’est un Falcon présidentiel qui est allé le chercher après une intoxication alimentaire en Ukraine…

Les voyages de Pierre Sarkozy sont décidément bien mouvementés. Après avoir «miraculeusement» échappé à la mort il y a deux ans au Brésil, le fils du chef de l’Etat a été victime d’une intoxication alimentaire en Ukraine la semaine dernière et a été rapatrié avec un Falcon de l’Etat, révèle ce mercredi Le Canard Enchaîné, cité par Rue 89.   L’Elysée confirme en partie l’information   Pierre Sarkozy, ou plutôt DJ Mosey, était sur le point de mixer dans une soirée privée d’Odessa lorsqu’il a été pris de maux le conduisant à être hospitalisé. Même si, selon Rue 89, le jeune homme de 26 ans ne semblait pas non plus dans un état dramatique, c’est bien un Falcon de l’escadron présidentiel qui est venu le chercher en Ukraine.   L’Elysée a confirmé les faits au Canard Enchaîné, précisant que Nicolas Sarkozy avait «payé par chèque sur ses deniers personnels la somme de 7.632 euros». Sauf que, selon l’hebdomadaire, citant les chiffres officiels du ministère de la Défense, une heure de vol avec un tel avion vaut 5.600 euros, soit un coût total de près de 40.000 euros pour environ sept heures de vol. Par ailleurs, il est normalement interdit à ces avions officiels «de faire concurrence au privé» sauf par «intérêt général», rappelle Le Canard Enchaîné.

20minutes.fr par  C.C