Posts Tagged ‘Invitation’

Confiant sur le sommet, Trump prêt à inviter Kim aux États-Unis

juin 7, 2018

/ © AFP / Nicholas Kamm

Le président américain Donald Trump a affiché jeudi sa confiance à l’approche du sommet très attendu avec le leader nord-coréen Kim Jong Un, se disant même prêt à inviter ce dernier aux Etats-Unis si le tête-à-tête de Singapour se passe bien.

« Tout est prêt pour le sommet. Tout se passe très bien, j’espère que cela va continuer comme ça », a-t-il déclaré en recevant le Premier ministre japonais Shinzo Abe à cinq jours d’une rencontre à l’issue très incertaine tant les négociations sur la dénucléarisation de la péninsule s’annoncent âpres.

Interrogé sur la façon dont il préparait ce rendez-vous historique, le 45e président des Etats-Unis a mis en avant son instinct: « Je ne pense pas avoir besoin de me préparer tant que ça. C’est d’abord une question d’état d’esprit, de volonté de faire avancer les choses ».

« Nous commencerons peut-être par établir une bonne relation et c’est quelque chose de très important pour atteindre le but ultime d’un accord », a ajouté l’ancien promoteur immobilier, rappelant l’exigence des Etats-Unis: que Pyongyang se débarrasse de ses armes nucléaires.

Le président irait-il jusqu’à inviter le jeune dirigeant du régime reclus avec lequel il était engagé il y a quelques mois encore dans une surenchère verbale ? « La réponse est oui (…), assurément si ça se passe bien », a-t-il répondu, évoquant un possible face-à-face à la Maison Blanche.

– Possible « normalisation » –

Soulignant combien l’outil des sanctions était « puissant », M. Trump a expliqué avoir choisi de ne pas en ajouter d’autres à ce stade pour laisser une chance à un dialogue qui pourrait selon lui aboutir à « quelque chose d’incroyable pour le monde » et, à terme, à une « normalisation » des relation entre Washington et Pyongyang.

En première ligne sur ce dossier, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a rencontré Kim Jong Un à deux reprises à Pyongyang, a assuré que ce dernier était sérieux dans sa volonté de négocier.

« Il m’a dit personnellement qu’il était prêt à dénucléariser”, a-t-il expliqué. Le secrétaire d’Etat américain a précisé qu’il irait à la rencontre des responsables sud-coréens, japonais et chinois dans la foulée du sommet entre Trump et Kim.

M. Abe, qui tente de faire entendre sa voix dans les intenses tractations diplomatiques en cours autour de la péninsule coréenne, a de son côté souligné qu’il n’y avait pas de changement dans la politique japonaise visant à réaliser « une vraie paix » dans cette partie de l’Asie.

Depuis l’annonce d’une possible rencontre Trump-Kim, le Japon ne cesse de souligner l’impérieuse nécessité de ne pas baisser la garde face au régime de Pyongyang, qui fait peser une menace concrète sur l’archipel avec ses missiles.

« Je souhaite faire directement face à la Corée du Nord et lui parler afin que le problème des enlèvements soit rapidement résolu », a dit M. Abe, affirmant que si la Corée du Nord était « désireuse de faire un pas » dans la bonne direction, elle aurait « un avenir radieux ».

Le dossier des ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980 est politiquement très sensible sur l’archipel, et le président américain a promis de le garder à l’esprit.

Mais le sujet n’est pas –loin s’en faut– une priorité pour M. Trump, dont la stratégie reste entourée d’un certain flou mais qui ne cache pas son enthousiasme à l’idée d’être le premier président américain en exercice à engager un dialogue direct avec un héritier de la dynastie des Kim.

– « Quelque chose de formidable » –

Interrogé sur la possibilité de quitter la table des négociations si ces dernière s’avéraient stériles, M. Trump n’a pas exclu l’hypothèse tout en se montrant une nouvelle fois particulièrement optimiste.

« Je pense vraiment que Kim Jong Un veut faire quelque chose de formidable pour son peuple et aussi pour sa famille et pour lui-même », a-t-il dit.

La multiplication des rencontres sur l’épineux dossier nord-coréen a un goût amer pour Shinzo Abe, jusqu’ici tenu à l’écart: Donald Trump prépare son sommet et le président chinois Xi Jinping et son homologue sud-coréen Moon Jae-in ont chacun rencontré à deux reprises Kim Jong Un.

Pour Richard Armitage, ancien haut diplomate sous l’administration George W. Bush, il existe un réel risque que le Japon « se retrouve isolé » à l’issue du sommet de Singapour.

MM. Trump et Abe, qui ont une nouvelle affiché une forme de complicité, ont brièvement abordé, lors de leur conférence de presse commune, la question désormais ultra-sensible des droits de douane mis en place par Washington au nom de la défense des travailleurs américains.

La Japon, qui pensait pouvoir convaincre son proche allié américain d’être exempté des nouvelles taxes douanières instaurées sur l’acier et l’aluminium, n’a pas caché sa déception et son amertume après l’échec des discussions.

Les deux hommes devaient rejoindre cette fin de semaine le Canada pour participer à un G7 sous haute tension en raison de la politique commerciale de l’administration Trump qui suscite le courroux de ses alliés.

Romandie.com avec (©AFP / 07 juin 2018 22h36)                

Zinedine Zidane: on sait déjà avec qui aura lieu son prochain rendez-vous

juin 1, 2018

La star du ballon rond va rencontrer un héros

 

Alors qu’il a pris la décision de quitter son poste d’entraîneur du Real Madrid, Zinedine Zidane a invité Mamoudou Gassama, le sauveteur d’un enfant suspendu au 4e étage, dans la capitale espagnole.
Quand la star du foot rencontre un héros du quotidien. Alors qu’il vient de remporter sa troisième Ligue des Champions d’affilée avec le Real Madrid, le coach Zinedine Zidane renforce un peu plus sa légende dans l’histoire du football. Il a pourtant surpris fans et médias en annonçant qu’il quittait son poste d’entraîneur au sein du prestigieux club madrilène.
Personne n’avait vu venir le départ de cet homme désormais libre et qui va pouvoir profiter pleinement de sa vie de famille et de sa femme Véronique. Et avant de quitter son équipe, l’ancien international français a envoyé une invitation à un homme qui a basculé en quelques heures du total anonymat à la célébrité.
Ces derniers jours, la France n’a eu d’yeux que pour Mamoudou Gassama, l’homme qui a sauvé un enfant suspendu dans le vide au 4e étage d’un immeuble samedi dernier. C’est « l’homme du moment »comme le souligne très sobrement Libération dans le portrait consacré au jeune homme dans son édition du vendredi 1er juin. L’acrobatie filmée du Malien a fait le tour des réseaux sociaux et des médias, faisant de lui un véritable héros.
Fan de football et bon milieu de terrain, nos confrères expliquent que ce grand sportif était surnommé « Zidane » dans son village. Un bon présage pour celui qui vient d’être invité par la star du ballon rond à le rejoindre à Madrid pour une entrevue.
Depuis son acte héroïque, Mamoudou Gassama a rencontré le président Emmanuel Macron qui a annoncé dans la foulée que le jeune Malien de 22 ans allait être « naturalisé français »et intégrer les sapeurs-pompiers. Nouvelle star du web, Mamoudou poursuit désormais sa folle course médiatique en France et à l’étranger.
Gala.fr par Nicolas Schiavi

Donald Trump a invité Emmanuel Macron à la Maison Blanche

janvier 23, 2018

Washington – Le président américain Donald Trump déroulera cette année le tapis rouge à la Maison Blanche à son homologue français Emmanuel Macron, a indiqué mardi à l’AFP un responsable américain.

La date exacte de cette visite n’a pas encore été arrêtée, a-t-on ajouté de même source.

M. Macron devrait avoir droit à la première « visite d’Etat » organisée par le président américain depuis son arrivée au pouvoir il y a un an.

Les deux dirigeants, qui se sont rencontrés à plusieurs reprises, entretiennent de bonnes relations en dépit de nombre de désaccords de fond, en particulier sur la question du climat.

Le président français, qui a déploré la décision du locataire de la Maison Blanche de sortir de l’accord de Paris, a ouvertement exprimé l’espoir que son « ami » Trump change d’avis dans les mois ou les années à venir.

M. Macron avait reçu M. Trump en grande pompe le 14 juillet à Paris.

Ce dernier s’était déclaré particulièrement impressionné par le « formidable » défilé militaire, évoquant l’idée d’en organiser un à Washington le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.

Lors de leur nouvelle rencontre en septembre à l’ONU, M. Trump n’avait pas tari d’éloges sur le président français, de 31 ans son cadet.

« Il fait un super boulot en France. Il fait ce qui doit être fait », avait-il lancé. « Il est respecté par les Français et les Américains ».

Romandie.,com avec(©AFP / 23 janvier 2018 23h02)                                            

Hariri invité « quelques jours » en France, « pas du tout » un exil, dit Macron

novembre 15, 2017

Le président français Emmanuel Macron à Bonn, en Allemagne, le 15 novembre 2017 / © AFP / John MACDOUGALL

Emmanuel Macron, qui a invité en France le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri, a déclaré mercredi de Bonn l’avoir invité « pour quelques jours avec sa famille » et qu’il ne s’agissait « pas du tout » d’un exil en France.

« Je me suis entretenu avec Mohammed ben Salmane et Saad Hariri et nous sommes convenus que je l’invitais pour quelques jours en France avec sa famille », a dit le chef de l’Etat devant quelques journalistes, au cours d’une visite du pavillon français de la Conférence des Nations unies sur le Climat (COP 23). L’Elysée a annoncé mercredi que M. Hariri devait arriver en France « dans les prochains jours ».

Romandie.com avec(©AFP / 15 novembre 2017 20h06)                

Merkel invite les responsables européens du prochain G20

juin 23, 2017

(g-d) La Chancelière allemande salue les Premiers ministres portugais Antonio Costa, suédois Stefan Lofven, finlandais Juha Sipila et néerlandais Mark Rutte, le 23 juin 2017 à Bruxelles / © POOL/AFP / STEPHANIE LECOCQ

Angela Merkel a invité jeudi prochain à Berlin les dirigeants et responsables européens qui participeront au prochain sommet du G20, une réunion qui s’annonce tendue avec les Etats-Unis de Donald Trump sur plusieurs sujets.

La chancelière allemande recevra en milieu de journée le chef de l’Etat français Emmanuel Macron, la Première ministre britannique Theresa May, les chefs de gouvernements italien, espagnol, néerlandais et norvégien, ainsi que les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, a indiqué vendredi une de ses porte-parole, Ulrike Demmer.

« La chancelière va informer personnellement ses partenaires européens du déroulement du sommet et discuter avec eux des principaux points », a-t-elle indiqué lors d’un point de presse.

Le même jour, dans la matinée, Angela Merkel a aussi prévu une déclaration à la chambre des députés allemands sur le sommet des dirigeants du G20 de Hambourg (7-8 juillet).

La réunion préparatoire européenne vise à coordonner les positions des uns et des autres avant un G20 qui s’annonce difficile au vu notamment des divergences entre l’Europe et le président américain sur des sujets comme le climat ou le commerce, soulignent des diplomates.

Berlin redoute aussi des discussions animées avec la Russie ou la Turquie, dont les relations avec l’Allemagne sont exécrables depuis des mois et entend s’assurer de la cohésion entre Européens.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2017 14h13)                

États-Unis: Trump invite le président palestinien « bientôt » à la Maison Blanche-

mars 10, 2017

Ramallah (Territoires palestiniens) – Le président américain Donald Trump a invité vendredi son homologue palestinien Mahmoud Abbas à venir prochainement à la Maison Blanche pour trouver les moyens de relancer l’effort de paix moribond avec Israël, a indiqué la présidence palestinienne.

Au cours de leur premier entretien téléphonique depuis l’investiture de M. Trump le 20 janvier, le président américain a convié M. Abbas à venir « bientôt pour discuter des moyens de reprendre le processus politique », a dit la présidence palestinienne citée par l’agence officielle Wafa.

M. Trump a affirmé son « engagement en faveur d’un processus de paix conduisant à une paix véritable entre Palestiniens et Israéliens », a-t-elle ajouté.

M. Abbas a, lui, explicitement évoqué la solution dite à deux Etats, avec laquelle M. Trump a paru prendre ses distances lors de sa rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mi-février.

Il a souligné son « engagement en faveur de la paix comme un choix stratégique (et) pour l’instauration d’un Etat palestinien au côté d’Israël », a dit la présidence palestinienne.

La conversation téléphonique entre MM. Abbas et Trump intervient à un moment de profonde incertitude quant à l’évolution du conflit israélo-palestinien.

Recevant le Premier ministre israélien, M. Trump avait indiqué le 15 février que les Etats-Unis, acteur historique de l’effort de paix entre Israéliens et Palestiniens, ne s’accrochaient plus à la solution à deux Etats, rompant là avec un principe directeur de la diplomatie américaine officiellement adopté par les présidents depuis au moins 2001.

Ces déclarations ont semé le trouble dans la communauté internationale.

La création d’un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël est en effet la solution de référence de la plus grande partie de la communauté internationale pour résoudre l’un des plus vieux conflits territoriaux de la planète.

En même temps, M. Trump a réaffirmé sa volonté de présider à un accord entre Israéliens et Palestiniens. C’est ce que la direction palestinienne basée à Ramallah, soucieuse de ne pas s’aliéner la nouvelle administration, avait préféré publiquement retenir, en se disant prête à discuter avec l’équipe Trump.

M. Trump a fourni d’autres motifs sérieux de préoccupation aux Palestiniens en promettant pendant sa campagne de transférer de Tel-Aviv à Jérusalem l’ambassade américaine en Israël et en tardant, après son entrée en fonctions, à réfréner les annonces de colonisation israéliennes.

La direction palestinienne s’est aussi inquiétée de la difficulté à établir une ligne de communication avec la nouvelle administration, alors M. Trump a déjà parlé au moins à deux reprises au téléphone à M. Netanyahu et l’a reçu à la Maison Blanche.

Cependant, Jason Greenblatt, conseiller de Donald Trump, doit rencontrer M. Abbas mardi à Ramallah, a indiqué une source officielle palestinienne sous le couvert de l’anonymat.

L’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley a quant à elle rencontré mardi pour la première fois l’envoyé palestinien aux Nations unies Riyad Mansour.

Les Palestiniens devraient « rencontrer les Israéliens dans des négociations directes, plutôt que d’attendre de l’ONU des résultats qui ne peuvent être obtenus qu’entre les deux parties », a-t-elle souligné.

Romandie.com avec(©AFP / 10 mars 2017 20h17)             

États-Unis: Obama a appelé Trump pour le féliciter, l’invite à la Maison Blanche

novembre 9, 2016

 

 

Washington – Barack Obama a appelé Donald Trump tôt mercredi matin afin de le féliciter pour sa victoire à l’élection présidentielle et lui a exprimé son admiration pour la solide campagne qu’il a menée à travers le pays, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le président a invité le président élu à venir le rencontrer à la Maison Blanche jeudi 10 novembre pour faire le point sur le planning de transition sur lequel son équipe travaille depuis presque un an. Assurer une transition du pouvoir harmonieuse est l’une des priorités que le président a identifiées en début d’année, et rencontrer le président élu en est la prochaine étape, ajoute le communiqué.

Le président fera une déclaration mercredi à la Maison Blanche pour évoquer les résultats de l’élection et voir quelles mesures nous pouvons prendre en tant que pays pour nous rassembler après cette rude campagne, indique enfin l’exécutif américain.

Le magnat de l’immobilier a stupéfié l’Amérique en déjouant les pronostics et en remportant la course à la Maison Blanche mardi soir, battant la favorite démocrate Hillary Clinton.

Donald Trump a adopté dès son discours d’acceptation, tard dans la nuit, un ton posé et apaisé, porteur d’un message de réconciliation.

Romandie.com avec(©AFP / 09 novembre 2016 13h35)

Mille détenus et le monde carcéral invités au Vatican

novembre 6, 2016

Mille détenus se sont glissés dans les murs du Vatican durant le week-end, à l’invitation du pape François, particulièrement sensible à leur sort. Le Saint-Père a demandé dimanche aux autorités civiles des remises de peines et une amélioration de la vie carcérale.

Sous escorte très discrète, les prisonniers de douze nationalités incarcérés en Italie, ainsi que 35 prisonniers venus spécialement d’Espagne, ont participé dimanche dans la basilique Saint-Pierre à une messe spécialement dédiée à leur « jubilé », une première. Si certains sont en liberté surveillée ou en permission, d’autres purgent des peines à perpétuité.

Comme ce détenu qui a pris la parole dans la basilique en tenant par l’épaule la mère du jeune homme de 15 ans qu’il avait assassiné. « Je suis un condamné à vie, incarcéré depuis 25 ans », a annoncé l’homme habituellement enfermé dans la prison de haute sécurité d’Opera, près de Milan.

Rapprochés dans leur « douleur »
« J’ai ressenti des sentiments d’horreur et de rage envers celui qui avait pris la vie de mon jeune fils », a témoigné la mère, qui a fini par participer à un programme de rencontres entre victimes et condamnés. « Ce ne fut pas facile », a-t-elle glissé, émue.

« Elle est venue en prison nous jeter sa rage », raconte le détenu. Puis, dans une démarche guidée par leur foi, ils se sont rapprochés dans leur « douleur ». En mars, pour sa première permission en 24 ans, le détenu s’est rendu devant la tombe de sa victime et a été accueilli chez la mère.

Quelque 3000 autres personnes étaient aussi conviées, les familles mais aussi le personnel des prisons. Roberta, inspectrice de police pénitentiaire, a remercié le pape d’avoir mis l’accent sur le monde carcéral, « une reconnaissance de mon rôle et de ma profession ».

« Pourquoi eux et pas moi? »
Après ces témoignages, le pape, qui a régulièrement rendu visite à des détenus à l’Italie comme à l’étranger, a fait son entrée dans la basilique devant ses inhabituels invités. Dans ce cadre solennel et recueilli, il a rappelé son sentiment lors de ces visites: « Chaque fois que je vais dans une prison, je me demande pourquoi eux et pas moi, nous avons tous la possibilité de nous tromper ».

Dans son homélie, il a exprimé un message « d’espoir » en l’avenir, en répétant que « l’espérance est un don de Dieu ». Il a conseillé aux condamnés de ne pas « s’enfermer dans leur passé » et prôné « la réconciliation » avec les victimes.

François a suggéré des actes de « clémence » envers certains détenus et plaidé pour une justice « qui ne soit pas exclusivement punitive ». Il a aussi réclamé une amélioration des conditions de vie dans les prisons pour que « la dignité humaine soit pleinement respectée ».

La cérémonie était ponctuée par les chants d’une chorale de prisonniers de Bologne. Les hosties avaient été fabriquées dans la prison de Milan.

Romandie.com avec(ats / 06.11.2016 17h35)

L’armée camerounaise invitée spéciale de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire

août 7, 2016

L’armée camerounaise a été l’invitée spéciale de la 56è fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire célébrée, dimanche à Abidjan, en présence du Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, des corps constitués et des diplomates accrédités dans le pays, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Un détachement de 46 soldats du Bataillon spécial amphibie (BSA) situé à Tiko dans le Sud-Ouest du Cameroun a participé au cérémonial militaire marquant cette commémoration du 56è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Au cours du défilé militaire, cette troupe a été dirigée par le Commandant Jean Tsagué.

Le Général de Corps d’armée René Claude Méka, Chef d’Etat-major de l’armée camerounaise conduit cette délégation en terre ivoirienne où elle est arrivée le 29 juillet dernier. Le retour au bercail est prévu pour le mercredi 10 août prochain.

En plus de l’armée camerounaise, le contingent togolais de l’Opération des Nations-Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) ainsi que des soldats de l’armée française ont défilé aux côtés de leurs frères d’armes de l’armée ivoirienne.

La partie civile de cette commémoration a été marquée par une allocution de la Grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté et la distinction de plusieurs personnalités dans les différents grades de l’Ordre du mérite ivoirien.

Dans un contexte de mouvements sociaux notamment les manifestations contre les factures d’électricité et les grèves à l’université, elle a exhorté les Ivoiriens de « toutes obédiences confondues à dire non à la terreur ».

Apanews.net

Char­lize Theron raconte la fois où elle a invité Barack Obama dans un club de strip-tease

juillet 21, 2015
Char­lize Theron et Barack Obama

Char­lize Theron et Barack Obama

Grosse panique

Il s’en passe des choses dans les coulisses de l’émis­sion de Jimmy Kimmel. Invi­tée par le célèbre anima­teur télé d’ABC pour parler de Mad Max : Fury Road, Char­lize Theron a piqué un fard lorsque son inter­lo­cu­teur est revenu sur une anec­dote surve­nue dans ses coulisses lors du dernier passage de l’ac­trice chez lui. « Vous avez rencon­tré Barack Obama, si je ne m’abuse », a-t-il lancé. Honteuse, Char­lize Theron a acquiescé avant de signa­ler que cette rencontre était l’une des plus embar­ras­santes de toute sa vie. « Dans ces cas-là je suis toujours paniquée, a signalé l’ac­trice. C’est un peu comme un syndrome de Tourette. Je parle, je parle, et tout ce que je dis n’a aucun sens ! »

Lorsqu’un des membres du staff d’Obama a proposé à l’ac­trice de s’ap­pro­cher du Président, l’ex de Sean Penn s’est exécu­tée sans trop savoir ce qu’elle allait racon­ter. « Le président s’est mis à me parler de combien il appré­ciait venir à l’émis­sion, a-t-elle ajouté, que cela lui permet­tait de toucher une cible diffé­rente, plus jeune, etc… » Paniquée de se retrou­ver face à un person­nage aussi impor­tant, Char­lize Theron n’a pas tourné sept fois sa langue dans sa bouche avant de lui lâcher : « Si vous cher­chez à rencon­trer des gens diffé­rents, je peux vous amener dans un club de stip-tease ! » Cons­ciente de sa bourde, la jolie blonde s’est immé­dia­te­ment éclip­sée. Amusé par l’his­toire, Jimmy Kimmel a ajouté : « Vous devriez propo­ser ça à tous les prési­dents ! Vous imagi­nez si vous aviez dit ça à Bill Clin­ton ? Vous vous seriez bien rincé l’œil ! »

Voici.fr par Anthony Martin