Posts Tagged ‘iPad’

Congo: commercialisation de la première tablette tactile africaine

janvier 30, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlLa commercialisation de la toute première tablette tactile  conçue du design à la technologie en Afrique a débuté au Congo-Brazzaville,  a-t-on appris lundi auprès de son inventeur, l’informaticien congolais Vérone  Mankou.

« Nous avons mis en place un dispositif et de la logistique pour  commercialiser la tablette depuis vendredi.  Aujourd’hui (lundi), chacun peut  l’acheter », a déclaré à l’AFP le jeune homme de 26 ans.

La tablette est baptisée Way-C: la « lumière des étoiles », dans un dialecte du  nord-Congo.  Elle mesure 19 cm de long, 17 cm de large, est épaisse de 1,2 cm et  pèse 380 grammes.  Sa mémoire atteint 512 Mo et elle dispose d’un système wifi  intégré.

« Sur le plan technologique, cette tablette est équivalente à toutes celles  qu’on trouve sur le marché », a affirmé M.  Mankou, faisant allusion à l’Ipad du  géant américain de l’informatique Apple.

Son prix: 150. 000 FCFA (228 euros).  « Acceptable et relativement bas, par  rapport à la technologie utilisée », a indiqué l’inventeur, par ailleurs  conseiller en nouvelles technologies de la communication au ministère congolais  des Postes et télécommunications.

La tablette, présentée au grand public pour la première fois en septembre  2011, a été conçue au Congo mais assemblée en Chine, « pour la simple raison que  le Congo ne dispose pas d’usine et pour des raisons de prix », a-t-il ajouté.

« Elle est vendue exclusivement dans les boutiques Airtel Congo » de  Brazzaville et Pointe-Noire, une société privée de téléphonie mobile filiale du  groupe indien Bharti avec qui la société de M.  Mankou -VMK (Vumbuka,  réveillez-vous, en kituba, deuxième langue nationale)- a conclu un accord.

« Avec cette société nous avons également conclu un partenariat pour  l’utilisation de la 3G parce que la tablette n’a que le wifi intégré », a précisé  l’inventeur.

Le financement du projet, né en 2006, s’élève à plus de 80 millions de FCFA  (près de 122. 000 euros), essentiellement apportés par VMK.  La tablette doit  être commercialisée dans dix pays d’Afrique de l’ouest, en Belgique, France et  en Inde à compter du 15 février, selon M.  Mankou.

Jeuneafrique.com avec AFP

«L’Amérique a perdu un génie»

octobre 6, 2011

RÉACTIONS – «Un visionnaire», «un génie dont on se souviendra comme d’Edison et d’Einstein»: les hommages de grands patrons, d’hommes politiques et de milliers de fans d’Apple pleuvent après l’annonce de la disparition de Steve Jobs.

Les réactions se multiplient après le décès hier de l’emblématique patron et co-fondateur d’Apple, Steve Jobs, annoncé via un communiqué du conseil d’administration du groupe. Les membres de son conseil se disent «profondément attristés d’annoncer que Steve Jobs est décédé». Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête d’Apple, déplore la disparition d’«un visionnaire et un créateur de génie, et le monde a perdu un être humain incroyable». «Steve laisse derrière lui une société que seul lui pouvait avoir bâtie, et son esprit sera pour toujours la fondation d’Apple», a ajouté le nouveau patron du groupe dans un courriel adressé à ses employés. Par ailleurs, la page d’accueil du site Internet du groupe affichait mercredi soir une grande photo en noir et blanc de Steve Jobs.

Hommage des rivaux Samsung et Sony

«Steve et moi nous sommes rencontrés il y a bientôt 30 ans, nous avons été collègues, concurrents et amis pendant plus de la moitié de nos vies» a déclaré Bill Gates, fondateur de Microsoft, et rival historique de Steve Jobs. «Le monde voit rarement des gens qui ont une influence aussi importante que celle que Steve a eue. Ses effets se feront encore ressentir pendant plusieurs générations».

«Le président Steve Jobs a introduit de nombreux changements révolutionnaires dans le secteur des technologies de l’information, et était un grand entrepreneur», a affirmé de son côté G.S. Choi, le patron de Samsung, dont la société mène une guerre sans merci contre les produits Apple. Pour Sony, qui a perdu sa suprématie sur les baladeurs audio avec l’arrivée de l’iPod d’Apple au début des années 2000, «l’ère numérique a perdu son étoile, mais l’inventivité et la créativité de Steve vont continuer d’inspirer des générations de rêveurs et penseurs», a déclaré son PDG Howard Stringer.

«Steve, merci d’avoir été un mentor et un ami. Merci d’avoir montré que ce qu’on construit peut changer le monde. Tu me manqueras»,a marqué sur son profil Facebook Mark Zuckerberg, créateur du réseau social. Le géant taïwanais Foxconn, qui assemble pour le compte d’Apple les iPhones et les iPad, salue de son côté «un visionnaire, un véritable partenaire pour notre entreprise, et un ami cher». «Tout le secteur de l’électronique a bénéficié de ses efforts pour rendre la technologie compréhensible, belle et surtout accessible à tout âge».

Le distributeur exclusif de l’iPhone au Japon, Softbank, s’est également désolé de la nouvelle. «Je suis extrêmement triste», a déclaré son PDG Masayoshi Son, qui entretenait des liens amicaux avec Steve Jobs. «Il était réellement un génie de son époque, tant sur le plan technique qu’artistique. Dans des siècles, on se souviendra encore de lui comme de Léonard de Vinci. Ses créations continueront éternellement de briller».

Les hommes politiques s’expriment également. Le président américain Barack Obama s’est déclaré «attristé». Michael Bloomberg, le maire de New York et fondateur de l’agence de presse Bloomberg, assure que «l’Amérique a perdu un génie dont on se souviendra comme d’Edison et d’Einstein, et dont les idées vont façonner le monde pendant plusieurs générations».

Côté médias, le site du magazine Wired, référence dans l’actualité high tech, a crée une page d’accueil spéciale. Sur un fond noir, une photo de Steve Jobs émerge, accompagnée des réactions des différents acteurs de l’industrie.

» BLOG – Les hommages de la planète geek

Les réseaux sociaux ont également été inondés de messages d’hommage envers Steve Jobs, qu’ils proviennent de simples particuliers ou de stars d’Hollywood, comme Eva Longoria. Plusieurs vidéos-hommages de particuliers fleurissent sur Youtube.

Certains fans de la marque Apple se sont également rendus devant les différents Apple Store pour déposer des fleurs, des bougies et des messages. «Mon collègue m’a appelé pour me le dire. Je n’y ai pas cru, je croyais que c’était une blague. C’est tellement ironique: nous sommes venus avec ma femme pour acheter un iPad pour elle juste au moment où il est mort», explique un acheteur devant un des Apple Store de New York. Des gestes similaires ont eu lieu au siège d’Apple, à Cupertino (Californie).

Quant à savoir si le groupe pourra continuer à fonctionner sans son emblématique dirigeant, les bourses répondent positivement : le titre a perdu 0,27% à 225 dollars dans les échanges qui ont suivi la clôture à Wall Street. Steve Jobs, malade depuis plusieurs années, avait préparé sa succession. Et depuis son retrait de la direction du groupe, il y a un mois, Apple est devenu la première capitalisation boursière du monde, et le groupe dispose d’innovations pour les quatre années à venir.

Lefigaro.fr par Mathilde Golla, Chloé Woitier

La guerre des prix fait rage dans les tablettes

août 9, 2011

«D’ici cinq ans, les tablettes supplanteront les PC dans les maisons», prédit un haut dirigeant de Fujitsu, fabricant d’ordinateurs qui va à son tour se lancer sur ce nouveau marché.

«Apple contre les défavorisés». Le titre de la dernière note sur le marché des tablettes de DisplaySearch force à peine le trait. Les concurrents de l’iPad accumulent les déconvenues.

Motorola a annoncé la semaine dernière avoir vendu 440.000 de ses tablettes Xoom au cours du dernier trimestre, ce qui est mieux qu’attendu. Mais il a revu ses objectifs à la baisse pour 2011. Il n’espère plus en vendre 2 millions dans l’année, mais entre 1,3 million et 1,5 million. Alors même que Motorola a mis en place une offre de remboursement de 100 euros pour l’achat de sa tablette, initialement à 579 euros. «Apple a fixé le prix de référence pour une tablette de 16 Go Wi-Fi : c’est 499 euros – ou dollars -, pas plus », ­remarque un analyste. Et même à ce prix-là, ça ne passe pas toujours. Motorola est loin d’être le seul à en avoir fait l’expérience. Acer a drastiquement revu ses ambitions. Le taïwanais mise désormais sur des ventes annuelles comprises entre 2,5 millions et 3 millions, loin des 5 à 7 millions initialement prévus. D’autres pourraient suivre, notamment RIM. Le fabricant du BlackBerry a vendu 500.000 Playbook en un trimestre, mais les ventes auraient rapidement ralenti.

Les baisses de prix et promotions en tous genres font peser un autre risque sur le marché : faire perdre aux consommateurs la notion du «juste prix».

Les tablettes auraient pu être un générateur de marges pour les fabricants, mais en révisant trop rapidement leurs tarifs, ceux-ci pourraient en avoir déjà perdu l’opportunité. «Les marques et les détaillants qui concurrencent Apple lui courent après, et dans leur désespoir, ils pourraient être en train de creuser leur propre tombe, souligne une étude de DisplaySearch. Cela donne l’impression que ces produits ne sont pas complètement finis.» Alors, avec ses 9 millions d’iPad vendus en trois mois sans aucune baisse de prix, Apple semble inattaquable, loin des tâtonnements des débuts de l’iPhone et des révisions de prix.

Les marges s’effacent

La concurrence ne faiblit pourtant pas. Samsung lancera deux nouvelles versions de sa tablette à la fin du mois, la Galaxy Tab 10.1 et la Galaxy Tab 8.9. Elles seront commercialisées respectivement à 489 euros et 459 euros, pour la version 16 Go Wi-Fi, soit exactement le prix d’un iPad. En choisissant un positionnement prix similaire à celui d’Apple, Samsung prend aussi un gros risque ; en cas d’échec commercial, il n’aura guère d’excuse. Et ce alors que la concurrence sur le marché des tablettes devrait encore s’intensifier en fin d’année. D’autres acteurs de poids feront leur entrée, comme Sony et Fujitsu.

Pourquoi cet engouement pour les tablettes, alors que seul Apple semble tirer son épingle du jeu ? Parce que de plus en plus d’acteurs du secteur sont convaincus que, très rapidement, les tablettes supplanteront les PC dans les maisons. Joseph Reger, le directeur technique de Fujitsu, s’est dit « convaincu que les ventes de tablettes dépasseront celles de PC (netbooks et notebooks) aux consommateurs d’ici à 2016». Il a, en outre, affirmé qu’Amazon pourrait lancer une tablette à 299 dollars : «Un consommateur pourrait s’en offrir deux pour le prix d’un PC.» Les tablettes répondraient aux principales attentes des particuliers, plus enclins à consulter du contenu qu’à en créer. Ils privilégient donc la portabilité et la facilité d’utilisation. Utilisables dans n’importe quelle pièce de la maison, elles feraient même disparaître la notion de bureau. Un gain de place en perspective !

Lefigaro.fr par Elsa Bembaron