Posts Tagged ‘iphone’

Google dévoile une large opération de piratage visant les iPhone

août 30, 2019

FILE PHOTO: A attendee uses a new iPhone X during a presentation for the media in Beijing

Une fois injecté avec le logiciel malveillant, un iPhone était alors vulnérable à plusieurs sortes d’espionnage Thomas Peter/REUTERS

Des chercheurs en cybersécurité ont révélé que des sites vérolés permettaient d’installer discrètement un logiciel espion dans les iPhone des victimes. L’opération a duré plus de deux ans.

Une immense, et très discrète, opération de piratage. Jeudi soir, des chercheurs appartenant à Project Zero, une équipe d’experts en cybersécurité employés par Google, ont révélé une série de cyberattaques visant plus particulièrement les iPhone. D’après eux, une «petite collection de sites Internet vérolés» étaient utilisés afin de pirater des téléphones. «Les pirates ne visaient pas une personne en particulier ; il suffisait de visiter ces sites afin qu’un smartphone soit attaqué et, si l’opération était réussie, y installer un logiciel espion», explique Ian Beer, l’un des chercheurs à l’origine de cette découverte, qui parle d’une attaque «massive».

Une fois injecté avec le logiciel malveillant, un iPhone était alors vulnérable à plusieurs sortes d’espionnage. Sa localisation était connue, ainsi que les mots de passe utilisés sur les différentes applications de la machine. Les pirates pouvaient également récupérer leurs historiques de discussions (touchant également des services chiffrés, comme WhatsApp ou iMessage, par exemple) ou leurs contacts.

Le problème a été réglé

Ce piratage à grande échelle était possible grâce à deux sources de vulnérabilité. La première, au niveau des sites piratés, a exploité une technique dites de «watering hole» (le point d’eau, en français). Cette technique consiste à infecter un groupe d’internautes en visant des pages Web qu’ils ont l’habitude de fréquenter. Habituellement, elle est plutôt utilisée pour cibler des groupes en particulier, à des fins d’espionnage, plutôt que de viser largement les internautes, comme cela semble avoir été le cas pour cette attaque.

La seconde vulnérabilité touche plus particulièrement aux iPhone. D’après les chercheurs de Google, iOS, le système d’exploitation mobile d’Apple, ainsi que Safari, son navigateur Web, étaient victimes de failles inconnues de la marque jusqu’ici. En cybersécurité, on appelle ça une «vulnérabilité 0-day», c’est-à-dire une faille qui est inconnue d’une entreprise, et donc qui n’a jamais eu l’occasion d’être corrigée.

Dans le cas d’Apple, de telles vulnérabilités sont relativement rares, car la marque exerce un contrôle strict sur son écosystème. Les chercheurs de Google ont au total repéré 14 failles et 5 «chaînes» de vulnérabilités (une suite de bugs) portant sur des versions d’iOS allant d’iOS 10 à iOS 12, sa plus récente. Apple a depuis réglé ces problèmes de sécurité, et ce depuis le mois de février.

Cependant, d’après Google, l’opération a duré pendant trente mois. Les chercheurs ont par ailleurs laissé des parts d’ombre dans leurs révélations. On ignore le nom des sites concernés ; on sait seulement qu’ils recevaient «des milliers de visiteurs chaque semaine». Les chercheurs ne cherchent pas non plus à désigner qui aurait pu mener une telle attaque d’ampleur. Enfin, on ignore, au total, combien de smartphones ont été touchés par cette attaque.

Par Le Figaro.fr par Lucie Ronfaut

«L’Amérique a perdu un génie»

octobre 6, 2011

RÉACTIONS – «Un visionnaire», «un génie dont on se souviendra comme d’Edison et d’Einstein»: les hommages de grands patrons, d’hommes politiques et de milliers de fans d’Apple pleuvent après l’annonce de la disparition de Steve Jobs.

Les réactions se multiplient après le décès hier de l’emblématique patron et co-fondateur d’Apple, Steve Jobs, annoncé via un communiqué du conseil d’administration du groupe. Les membres de son conseil se disent «profondément attristés d’annoncer que Steve Jobs est décédé». Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête d’Apple, déplore la disparition d’«un visionnaire et un créateur de génie, et le monde a perdu un être humain incroyable». «Steve laisse derrière lui une société que seul lui pouvait avoir bâtie, et son esprit sera pour toujours la fondation d’Apple», a ajouté le nouveau patron du groupe dans un courriel adressé à ses employés. Par ailleurs, la page d’accueil du site Internet du groupe affichait mercredi soir une grande photo en noir et blanc de Steve Jobs.

Hommage des rivaux Samsung et Sony

«Steve et moi nous sommes rencontrés il y a bientôt 30 ans, nous avons été collègues, concurrents et amis pendant plus de la moitié de nos vies» a déclaré Bill Gates, fondateur de Microsoft, et rival historique de Steve Jobs. «Le monde voit rarement des gens qui ont une influence aussi importante que celle que Steve a eue. Ses effets se feront encore ressentir pendant plusieurs générations».

«Le président Steve Jobs a introduit de nombreux changements révolutionnaires dans le secteur des technologies de l’information, et était un grand entrepreneur», a affirmé de son côté G.S. Choi, le patron de Samsung, dont la société mène une guerre sans merci contre les produits Apple. Pour Sony, qui a perdu sa suprématie sur les baladeurs audio avec l’arrivée de l’iPod d’Apple au début des années 2000, «l’ère numérique a perdu son étoile, mais l’inventivité et la créativité de Steve vont continuer d’inspirer des générations de rêveurs et penseurs», a déclaré son PDG Howard Stringer.

«Steve, merci d’avoir été un mentor et un ami. Merci d’avoir montré que ce qu’on construit peut changer le monde. Tu me manqueras»,a marqué sur son profil Facebook Mark Zuckerberg, créateur du réseau social. Le géant taïwanais Foxconn, qui assemble pour le compte d’Apple les iPhones et les iPad, salue de son côté «un visionnaire, un véritable partenaire pour notre entreprise, et un ami cher». «Tout le secteur de l’électronique a bénéficié de ses efforts pour rendre la technologie compréhensible, belle et surtout accessible à tout âge».

Le distributeur exclusif de l’iPhone au Japon, Softbank, s’est également désolé de la nouvelle. «Je suis extrêmement triste», a déclaré son PDG Masayoshi Son, qui entretenait des liens amicaux avec Steve Jobs. «Il était réellement un génie de son époque, tant sur le plan technique qu’artistique. Dans des siècles, on se souviendra encore de lui comme de Léonard de Vinci. Ses créations continueront éternellement de briller».

Les hommes politiques s’expriment également. Le président américain Barack Obama s’est déclaré «attristé». Michael Bloomberg, le maire de New York et fondateur de l’agence de presse Bloomberg, assure que «l’Amérique a perdu un génie dont on se souviendra comme d’Edison et d’Einstein, et dont les idées vont façonner le monde pendant plusieurs générations».

Côté médias, le site du magazine Wired, référence dans l’actualité high tech, a crée une page d’accueil spéciale. Sur un fond noir, une photo de Steve Jobs émerge, accompagnée des réactions des différents acteurs de l’industrie.

» BLOG – Les hommages de la planète geek

Les réseaux sociaux ont également été inondés de messages d’hommage envers Steve Jobs, qu’ils proviennent de simples particuliers ou de stars d’Hollywood, comme Eva Longoria. Plusieurs vidéos-hommages de particuliers fleurissent sur Youtube.

Certains fans de la marque Apple se sont également rendus devant les différents Apple Store pour déposer des fleurs, des bougies et des messages. «Mon collègue m’a appelé pour me le dire. Je n’y ai pas cru, je croyais que c’était une blague. C’est tellement ironique: nous sommes venus avec ma femme pour acheter un iPad pour elle juste au moment où il est mort», explique un acheteur devant un des Apple Store de New York. Des gestes similaires ont eu lieu au siège d’Apple, à Cupertino (Californie).

Quant à savoir si le groupe pourra continuer à fonctionner sans son emblématique dirigeant, les bourses répondent positivement : le titre a perdu 0,27% à 225 dollars dans les échanges qui ont suivi la clôture à Wall Street. Steve Jobs, malade depuis plusieurs années, avait préparé sa succession. Et depuis son retrait de la direction du groupe, il y a un mois, Apple est devenu la première capitalisation boursière du monde, et le groupe dispose d’innovations pour les quatre années à venir.

Lefigaro.fr par Mathilde Golla, Chloé Woitier

Apple devient l’entreprise la plus chère du monde

août 11, 2011

La firme à la pomme bloque la commercialisation en Europe de la Galaxy Tab de Samsung.

Il y a eu General Electric, Exxon et maintenant ­Apple. L’industrie lourde, le pétrole et l’entreprise qui symbolise la diffusion de la micro-informatique dans le grand public. Apple est devenue l’entreprise la plus chère en Bourse.

Après une incursion mardi à la première place, Apple a confirmé mercredi son leadership. Le spécialiste de l’informatique a mieux résisté à la tourmente que le pétrolier à la dérive des marchés, valant jusqu’à 6 milliards de plus que lui. En 2007, année du lancement de l’iPhone, Apple était valorisé 133 milliards de dollars, tandis qu’Exxon valait 500 milliards. Mercredi, les capitalisations des deux entreprises ont évolué dans une zone comprise entre 333 et 341 milliards. Après avoir doublé Microsoft l’année dernière, pour devenir le groupe informatique le plus cher au monde, la firme à la pomme est aujourd’hui sacrée à la première place toutes catégories et tous pays confondus (y compris les mastodontes chinois).

Dans un paysage aussi bousculé, cela confère à Apple un quasi-statut de valeur refuge, témoin de la confiance des marchés en sa capacité à continuer à apporter des produits répondant aux attentes des consommateurs. Les espérances autour du lancement de l’iPhone 5 – attendu pour l’automne – n’y sont pas étrangères. Les prévisions les plus optimistes misent sur la vente de 30 millions d’exemplaires en trois mois. Avec des marges de près de 50 %, ces perspectives ont de quoi séduire les investisseurs. Voire d’effacer, du moins provisoirement, les inquiétudes sur la santé de Steve Jobs et le secret toujours maintenu sur la mise en place d’un plan de succession.

Bataille juridique

La bataille juridique qu’Apple vient de remporter face à Samsung conforte encore le statut de l’américain. Une décision de la cour régionale de Düsseldorf interdit depuis mardi 9 août la vente des Galaxy Tab de Samsung en Europe. Une très mauvaise nouvelle pour le coréen dont la nouvelle tablette, la Galaxy Tab 10.1, a commencé à être commercialisée le 8 août, en France. Mais il profite aussi de ce délai de 24 heures. Les produits qui sont en magasin depuis lundi ne sont donc pas touchés par cette décision, en revanche, les réassorts risquent de ne pas être possibles. Autre point encore flou : Samsung n’est pas en mesure d’établir si toutes ses tablettes sont concernées ou seulement la dernière, la Galaxy Tab 10.1, dont le design serait plus proche de celui de l’iPad. «Samsung a l’intention d’agir immédiatement pour défendre ses droits de propriété intellectuelle», a déclaré une porte-parole du groupe, qui pourrait faire appel.

Cet épisode est le dernier d’une bataille judiciaire commencée en avril et qui oppose les deux rivaux et partenaires commerciaux. Samsung fournit notamment Apple en cartes mémoire. Ce qui n’a pas empêché le coréen de riposter aux assauts de l’américain en l’attaquant pour viol de brevet devant les tribunaux sud-coréen, japonais, allemand et américain.

«Cette bataille commerciale permet à Apple d’acheter des parts de marché à l’iPad», explique un analyste. En retardant le lancement d’un sérieux concurrent, le fabricant de l’iPad préserve la suprématie de son produit qui détient environ 80 % du marché des tablettes en Europe et 70 % aux États-Unis.

Lefigaro.fr par Elsa Bembaron