Posts Tagged ‘isabelle adjani’

Isabelle Adjani, soutien indéfectible de Salman Rushdie

août 14, 2022

Trente ans après avoir lu un extrait des « Versets sataniques » aux César, l’actrice rend un nouvel hommage à l’écrivain visé par une fatwa et agressé vendredi.

Isabelle Adjani, entouree de Claudia Cardinale et de Jean-Pierre Aumont, lorsqu'elle cite Salman Rushdie sur la scene des Cesar, le 4 mars 1989 a Paris.
Isabelle Adjani, entourée de Claudia Cardinale et de Jean-Pierre Aumont, lorsqu’elle cite Salman Rushdie sur la scène des César, le 4 mars 1989 à Paris.© PIERRE VERDY, PIERRE VERDY / AFP

« Parce qu’on croyait révolues l’exclusion de l’artiste et sa condamnation à mort, permettez-moi de vous lire quelques lignes. » Récompensée pour sa performance dans le biopic Camille ClaudelIsabelle Adjani monte, en mars 1989, sur la scène du théâtre de l’Empire pour recevoir son césar de la meilleure actrice. En guise de discours de remerciement, la comédienne, alors âgée de 33 ans, choisit de lire un extrait des Versets sataniques (1988), œuvre de Salman Rushdie. Depuis la parution de ce livre, romançant la vie du prophète Mahomet, l’écrivain est la cible d’une fatwa de l’Iran. Après son agression vendredi dans l’État de New York, cette séquence de la 14e cérémonie des César a ressurgi sur les réseaux sociaux. Trente ans après cette lecture, Isabelle Adjani réitère son soutien à l’auteur auprès du Parisien, samedi 13 août.

L’actrice se remémore premièrement « les mots de sororité » de Simone Veil, sa voisine de siège, lors de cette grand-messe du cinéma français. Son « meilleur souvenir » de cette soirée, affirme Isabelle Adjani. « Un artiste est à défendre inlassablement. Quand l’artiste est opprimé, c’est la liberté de chacun qui est menacée », indique-t-elle, avant d’inviter à la lecture d’une lettre qu’elle a écrite à Salman Rushdie en 2018, dans le cadre de l’émission La Grande Librairie sur France 5. Un texte, « hélas, trop actuel ».

« Le danger du règne de la terreur »

Ne pouvant pas être présente sur le plateau, Isabelle Adjani avait enregistré quelques mots à destination de Salman Rushdie pour les besoins de l’émission présentée par François Busnel. En voix off, elle remerciait alors l’écrivain d’avoir « ouvert nos yeux sur l’imminence du danger d’un règne de la terreur » et saluait son « immense courage visionnaire ». « Vous écrivez pour que nous puissions rester libres », assurait dans son message la comédienne. En réaction, l’écrivain avait fait savoir qu’il se souvenait « très bien des propos d’Isabelle Adjani » en sa défense.

Isabelle Adjani, César 1989 de la Meilleure Actrice dans CAMILLE CLAUDEL from Académie des César on Vimeo.

Avec Le Point

Isabelle Adjani dit ce qu’elle pense de l’af­faire Nabilla

novembre 23, 2014

Nabilla et Isabelle Adjani

Nabilla et Isabelle Adjani

« Ce qui se passe avec Nabilla, quelle cruauté ! »

Dans une inter­view accor­dée à Nice-Matin, Isabelle Adjani évoque « ce qui se passe avec Nabilla » et avoue qu’elle ne se recon­naît pas dans ce monde.

L’af­faire Nabilla fait couler beau­coup d’encre, et trouve même une petite place dans les paroles d’Isabelle Adjani. L’ac­trice de 59 ans s’est confiée au quoti­dien Nice-Matin. Elle a évoqué sa carrière et ses projets, certes, mais elle n’a pas hésité à balan­cer ce qu’elle pensait du star-system, dénonçant au passage la grande hypo­cri­sie qui entoure les stars de télé-réalité.

Isabelle Adjani commence son raison­ne­ment par ces « gens qui se mettent à critiquer en balançant des salo­pe­ries sur Inter­net. Mais de quel droit ? La vulga­rité de cette atti­tude est sidé­rante. Ça me désole sur la nature humaine. Un climat actuel pour le moins révol­tant, qui consacre aujourd’­hui, notam­ment, les candi­dats de télé-réalité ». Et juste­ment là-dessus, elle a un avis très tran­ché. « On offre à ces personnes une place empoi­son­née et empoi­son­nante. »

« Quand je vois ce qui se passe avec Nabilla, quelle cruauté ! Ce n’est pas mon monde. » La façon dont est trai­tée cette affaire, qui fait le buzz actuel­le­ment, écoeure un peu Isabelle Adjani. « Parfois j’ai honte quand je me retrouve sur une couver­ture d’un maga­zine et constate la semaine suivante que quelqu’un qui n’est célèbre pour rien, fait la une. »

Voici.fr par L M

Isabelle Adjani : L’actrice explique pourquoi elle a laissé le tomber le film d’Abel Ferrara

mai 6, 2013

                                                                                                                                              
Dans une interview accordée au site TV Mag, l’actrice explique sa décision de ne pas participer au film d’Abel Ferrara sur Dominique Strauss-Kahn et le scandale du Sofitel. Elle devait jouer le rôle d’Anne Sinclair, la compagne de l’ex-directeur du FMI.

                                                                                                                                                           
Que s’est-il passé? Pourquoi Isabelle Adjani a-t-elle laissé tombé le réalisateur Abel Ferrara? «La proposition de départ était de faire un film «inspiré» du scandale DSK. Mais il n’y avait pas de contrat passé, pas même de négociations entamées, confie l’actrice à nos confrères de TV Mag. Et puis les dates changeaient tout le temps. Il n’y a pas eu le financement complet pour le faire».

Lasse d’attendre, de ne pas savoir dans quoi elle s’embarquait, Isabelle Adjani a claqué la porte. Et comme nous vous le révélions en exclusivité, c’est Jacqueline Bisset qui l’a remplacée dans le rôle d’Anne Sinclair, et qui donnera la réplique à Gérard Depardieu. 

De toute façon, Isabelle Adjani, avec toutes les polémiques qui ont entaché la réalisation du film ne se voyait plus jouer le rôle de la compagne de DSK: «Pour moi, interpréter quelqu’un de vivant, qui a traversé des évènements si menaçants, est intrusif par rapport à sa vie. Et puis il y a eu cette romancière qui a défrayé la chronique avec ses révélations sur sa liaison avec DSK… Je ne voulais pas participer à cette curie. C’était juste impossible».

Selon elle, le film était «devenu un rapport de police», et aujourd’hui l’actrice dit ne pas savoir «où en est l’aventure»: «Aux dernières nouvelles, il serait question que la victime Nafissatou Diallo joue son propre rôle! Si c’est exact, on est dans d’autres sphères».

Isabelle Adjani ne regrette donc rien. Il faut dire qu’elle n’a pas le temps de s’ennuyer. L’actrice tourne cet été à Paris, «Ce sera quelque chose de très joyeux. Dont je parlerai quand j’aurai joué ma première scène». Florian Zeller lui a également écrit une pièce. Rassurez-vous, on reverra très vite Isabelle Adjani.

Gala.fr

Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôle

mai 5, 2013

Une grande première 

 
 Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôle

 Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôle Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôle Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôle Film sur DSK : Adjani souffle que Nafissatou Diallo jouerait son propre rôleIsabelle AdjaniGérard Depardieu

Dans une interview TV Mag, Isabelle Adjani lance comme ça en riant que Nafissatou Diallo pourrait jouer son propre rôle dans le film sur DSK. Rien que ça.

Isabelle Adjani a lancé une petite bombe dans une interview pour TV Mag. Interrogée sur sur sa décision de ne pas participer au film d’Abel Ferrara sur Dominique Strauss-Kahn l’actrice évoque le changement de direction pris par la production : « La proposition de départ était de faire un film « inspiré » du scandale DSK. Mais il n’y avait pas de contrat passé, pas même de négociations entamées. Et puis les dates changeaient tout le temps. Il n’y a pas eu le financement complet pour le faire… Et, soudain le film a changé de nationalité. Il est devenu américain et le projet a été collé aux évènements réels de l’affaire DSK. C’est devenu un rapport de police ! »
 
De quoi réviser son jugement et, comme elle l’avait déjà expliqué en mars dernier, refuser par respect pour la vie privée de DSK. Mais le moment croustillant de l’interview arrive à la toute fin de sa réponse. Mine de rien Isabelle Adjani évoque le rôle de la victime qui pourrait être jouée… par Nafissatou Diallo elle-même ! « Aux dernières nouvelles, il serait question que la victime Nafissatou Diallo joue son propre rôle ! Si c’est exact, on est dans d’autres sphères… (Rires.) » Alors humour noir ou réelle rumeur ? Il faudra attendre un démenti de l’actrice pour le savoir.

Voici.fr par L.M

Claude Miller, le père de L’effrontée, est décédé

avril 5, 2012

Claude Miller, réalisateur de Garde à vue, L’effrontée ou encore récemment Le Secret, est mort mercredi soir 4 avril à l’âge de 70 ans, d’après sa maison de production.

Claude Miller, réalisateur notamment de La Meilleure Façon de marcher (1976) de Mortelle randonnée (1983) et de La Petite Voleuse (1988) est mort mercredi soir 4 avril à l’âge de 70 ans, a annoncé ce matin sa maison de production.

Dans une jeunesse où le jeune Claude Miller se passionne pour le cinéma, il côtoie Godard, Carné, Truffaut ou encore Démy. Il débute sa carrière de réalisateur avec trois courts métrages, dont Une question ordinaire, un réquisitoire contre la torture qui sera censuré après avoir été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

Remarqué après son premier long métrage en 1975, La meilleure façon de marcher, avec Patrick Dewaere et Patrick Bouchitey, Claude Miller connaît la consécration en 1981 avec Garde à vue. Dans ce polar haletant, Miller dirige Lino Ventura, Michel Serrault et Romy Schneider. Son film glane quatre César dont celui du meilleur acteur pour Michel Serrault.

La suite ne sera qu’enchaînement de succès. Dans Mortelle randonnée (1983), il sublime Isabelle Adjani. S’attaquant aux tourments de l’adolescence, Claude Miller va révéler les talents d’actrice de Charlotte Gainsbourg (L’Effrontée, La Petite Voleuse) et Romane Bohringer (L’accompagnatrice). Il poursuite sa plongée dans l’enfance avec la Classe de neige, Prix du jury à Cannes en 1998.

Dans les années 2000, Claude Miller tourne La Petite Lili, rencontre un succès immense avec Un Secret, avant de sortir récemment Voyez comme ils dansent en 2011. Le réalisateur travailler sur l’adaptation Thérèse Desqueyroux, où il dirigeait Audrey Tautou, Gilles Lellouche et Anaïs Demoustier. Le film doit sortir le 21 novembre prochain.

Lexpress.fr