Posts Tagged ‘Italie’

Richard Gere demande à l’Italie d’arrêter de «diaboliser» les migrants

août 10, 2019

U.S. actor Richard Gere holds a news conference in support of an NGO ship "Open Arms", which carries stranded migrants, in Lampedusa

L’acteur américain Richard Gere a tenu une conférence de presse à Lampedusa ce samedi, aux côtés du fondateur de l’ONG espagnole Proactivia. GUGLIELMO MANGIAPANE/REUTERS

L’acteur américain a appelé le gouvernement italien à venir en aide aux migrants, alors que le navire Open Arms est bloqué depuis neuf jours au large de Lampedusa avec plus d’une centaine de personnes à son bord.

Ce samedi 10 août, l’acteur américain Richard Gere a appelé le gouvernement italien à venir en aide aux migrants bloqués sur l’Open Arms, navire de l’ONG espagnole Proactivia bloqué depuis une semaine au large de Lampedusa, au lieu de les «diaboliser». «La plupart des gens en parlent comme de migrants mais pour moi ce sont des réfugiés en fuite», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Lampedusa aux côtés de dirigeants de Proactiva.

«Ce sont 121 histoires différentes, ce sont des gens extraordinaires, ils sont si forts, ils ont vécu des horreurs, un enfer, la torture, les viols, l’emprisonnement», a ajouté l’acteur, en disant n’«en avoir rien à faire de la politique» et «vouloir seulement aider des gens en détresse».

Il a fait allusion à la «très bizarre situation politique» américaine «avec un président qui place beaucoup d’énergie dans la déshumanisation». «Nous avons nos réfugiés venant du Honduras, du Salvador, du Nicaragua, du Mexique, c’est très similaire à ce qu’il se passe ici.» Mais «partout sur Terre, il faut arrêter de diaboliser les êtres humains», a plaidé l’acteur.

Vendredi, la star était montée à bord du navire humanitaire pour rencontrer l’équipage et les migrants dont une trentaine sont mineurs et leur apporter de l’eau et de la nourriture. Les migrants lui ont paru «en bonne forme mais ils se rapprochent du point de rupture», avait-il souligné. «J’espère qu’il bronze un peu et qu’il en profite», avait raillé le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, à propos de l’acteur, en lui conseillant d’emmener les migrants à Ibiza.

ITALY-SPAIN-EUROPE-MIGRANTS-PEOPLE

Richard Gere, vendredi, sur l’Open arms. HO/AFP

Ce samedi, Malte a dit, dans un communiqué, avoir «proposé de transférer les 39 migrants à bord d’un navire des forces militaires, et de les débarquer sur le sol maltais car ils ont été récupérés dans la zone de secours de compétence de Malte et coordonnée par le Centre de secours RCC», mais refuse de laisser débarquer les 121 autres présents sur le navire.

«On ne peut pas évacuer 39 personnes et dire aux 121 autres qu’elles ne peuvent pas débarquer, ce n’est ni juste ni logique»

Oscar Camps, fondateur de Proactiva Open Arms

«Après le sauvetage il y a quelques heures, Malte accepte seulement d’amener à terre 39 personnes [et] refuse de laisser débarquer les 121 personnes qui sont à bord depuis neuf jours», s’est indigné le fondateur de Proactiva Open Arms, Oscar Camps. Selon lui, la décision de Malte «a provoqué un sérieux problème de sécurité à bord. Le niveau d’anxiété de ces personnes est insoutenable». «On ne peut pas évacuer 39 personnes et dire aux 121 autres qu’elles ne peuvent pas débarquer, ce n’est ni juste ni logique.»

Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, avait déjà renvoyé vers l’Espagne les migrants bloqués à bord du navire humanitaire. «Que l’Open Arms ne l’oublie pas, les eaux territoriales italiennes sont fermées pour lui et nous sommes prêts à confisquer le navire», avait-il précisé, alors que le Parlement italien a adopté lundi soir une nouvelle loi sur la «sécurité». Cette loi prévoie notamment des amendes jusqu’à un million d’euros et la saisie du navire pour les ONG qui violeraient l’interdiction d’entrée dans les eaux territoriales italiennes.

Depuis l’été dernier, tous les migrants secourus par l’Open Arms ont par ailleurs débarqué en Espagne. Mais les autorités espagnoles avaient interdit au navire de retourner au large de la Libye, sous peine, selon l’ONG, d’une amende de 200.000 à 900.000 euros.

L’Open Arms n’est pas le seul navire à parcourir les eaux dans le but de venir en aide aux migrants. À peine arrivé dans la vaste zone des secours au large de la Libye, l’Ocean Viking, remplaçant de l’Aquarius , a également recueilli 85 migrants ce vendredi. Parti de Libye, un petit canot pneumatique avait été signalé jeudi soir à l’Ocean Viking.

Le navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) a recueilli 85 personnes originaires du Sénégal, du Mali, de Côte d’Ivoire ou encore du Soudan. Parmi eux, cinq femmes, onze adolescents et quatre enfants dont le plus jeune n’a qu’un an.

Matteo Salvini, qui a fait éclater jeudi la coalition populiste en Italie, a immédiatement adressé un courrier au gouvernement de la Norvège, dont le navire bat pavillon. «L’Italie n’est pas juridiquement tenue, ni disposée à accueillir les immigrés clandestins non identifiés, se trouvant à bord de l’Ocean Viking», a-t-il écrit.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

L’Italie plonge dans la crise politique

août 9, 2019

FILE PHOTO: Italy's Minister of Labor and Industry Luigi Di Maio, Prime Minister Giuseppe Conte and Interior Minister Matteo Salvini leave at the end of a news conference after a cabinet meeting at Chigi Palace in Rome

Luigi Di Maio, Giuseppe Conte et Matteo Salvini, en 2018, à Rome. Remo Casilli/REUTERS

 

Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a pris ses adversaires de court en réclamant des élections anticipées. Crédité d’une large avance dans les sondages, il espère pouvoir gouverner seul à l’issue du scrutin.

Ceux qui espéraient encore éviter une crise politique en Italie ont dû se rendre à l’évidence. La langueur estivale est finie et la politique a repris ses droits. Le réveil a été sonné par Matteo Salvini, chef de La Ligue et vice-premier ministre, jeudi soir, dans un communiqué où il annonçait son envie de «rapidement redonner le choix aux électeurs». Vendredi, son parti s’est exécuté en déposant une motion de censure devant le Sénat, ce qui signe presque de facto la chute de gouvernement et de l’improbable coalition à la tête de l’Italie depuis mars 2018.

Les tensions entre les partenaires gouvernementaux, la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) étaient certes connues, mais la brutalité de la décision des leghisti a pris tout le monde de court, à commencer par ses ex-alliés. Luigi Di Maio, le chef de M5S et lui aussi vice-premier ministre, a accusé Salvini de vouloir capitaliser sur ses bons sondages, sans se soucier de l’intérêt des Italiens. Plus étonnant, l’habituellement très silencieux premier ministre, Giuseppe Conte, a lui aussi fait montre de son agacement, rappelant que ce «n’est pas au ministre de l’Intérieur de déclencher une crise».«Le gouvernement travaille. Il n’est pas à la plage», a-t-il expliqué, dans une critique à peine voilée de Matteo Salvini dont les photos, dansant torse nu sur le sable, s’étalent sur les réseaux sociaux. Ce dernier justifie sa colère par des «blocages» au sein du gouvernement, notamment ceux entourant la construction de la ligne TGV Lyon-Turin, que la Ligue soutient, mais dont le M5S ne veut pas entendre parler.

Le choix est entre les mains du président de la République, Sergio Mattarella, qui décidera avec qui et quand auront lieu ces législatives.

Ces récriminations n’enfoncent qu’un peu plus l’Italie dans l’incertitude. Si l’hypothèse d’une élection anticipée apparaît quasi certaine, le chemin qui mène aux urnes, lui, ne l’est pas. Le choix est entre les mains du président de la République, Sergio Mattarella, qui décidera avec qui et quand auront lieu ces législatives. Les complexes lois italiennes lui offrent plusieurs possibilités, notamment maintenir l’actuel exécutif pour expédier les affaires courantes ou nommer un gouvernement technique. Il peut aussi tenter de gagner du temps, ou accélérer le calendrier. Matteo Salvini penche clairement pour cette dernière option. Il a déjà réclamé une convocation extraordinaire du Parlement, pour l’instant en vacances, sommant, avec son habituel langage fleuri, les élus «de se bouger le cul».

La présidente du Sénat a convoqué les chefs des groupes parlementaires de la Chambre haute lundi pour établir avec eux la date à laquelle sera discutée la mention de censure contre le gouvernement. À la Chambre des députés, cette réunion est prévue mardi midi. Selon les médias italiens, la Ligue voudrait que les élections législatives se déroulent dans la seconde moitié d’octobre.

L’extraordinaire poussée de son parti

En précipitant le retour aux urnes, Matteo Salvini, en position de force, fait en réalité un pari. Celui de pouvoir gouverner seul avec La Ligue ou, au pire, avec les nationalistes de Fratelli d’Italia, dont les voix lui sont déjà acquises. L’extraordinaire poussée de son parti a, en 14 mois de pouvoir, inversé le rapport de force au sein de l’ex-coalition. La Ligue est aujourd’hui créditée de 36, voire 38 % des intentions de vote (contre 17 % en 2018), tandis que le M5S ne cesse de s’effondrer, avec des sondages autour de 17 %, la moitié de son score de 2018.

À Bruxelles, cette crise est suivie avec effroi.

À Bruxelles, cette crise est suivie avec effroi. Elle peut certes faciliter la formation de la prochaine Commission européenne. Les capitales ayant jusqu’au 26 août pour nommer leur commissaire, la confusion actuelle obligerait le premier ministre Giuseppe Conte à désigner un technocrate. «Cela serait beaucoup plus facile à gérer qu’un candidat issu de la Ligue», confie un diplomate. Mais il s’agit de l’unique point positif. L’hypothèse d’un raz-de-marée d’extrême droite provoque des sueurs froides. Ayant toujours fustigé les «diktats» de Bruxelles, le patron de la Ligue pourrait prendre une série de décisions jugées dangereuses pour l’Italie et l’Union européenne. Le gouvernement de Giuseppe Conte avait accepté de diminuer le déficit public du pays. «Avec Salvini au pouvoir, ces engagements s’évaporeront», pronostique un fonctionnaire européen.

Le Figaro.fr par Tanguy Berthemet

Italie : le salut fasciste doit être condamné, selon la Cour de cassation

mai 16, 2019

 

La Cour de cassation italienne, la plus haute juridiction, a affirmé ce jeudi que le salut fasciste, ou salut romain, doit être condamné et ne peut être considéré comme un délit «léger».

Le salut romain «constitue une manifestation gestuelle qui renvoie à l’idéologie fasciste et aux valeurs politiques de discrimination raciale et d’intolérance», a estimé la Cour dans ses attendus en confirmant la condamnation d’un avocat, selon l’agence AGI. L’avocat en question avait fait le salut romain lors d’une réunion en 2013 au sein du conseil municipal de Milan (nord) qui débattait de la question des Roms.

En vertu de lois italiennes interdisant la résurgence de partis, comportements ou symboles liés au fascisme, il avait été condamné à un mois et dix jours de prison et une amende de 100 euros mais avait déposé un recours évoquant «la légèreté» du délit reproché. La Cour de cassation a rejeté ce recours, soulignant que «la liberté de manifestation de la pensée cesse quand elle devient instigation à la discrimination et à la violence de type raciste

Par Le Figaro.fr avec AFP

Femme retrouvée dans une valise: le suspect est mort en Italie

mai 10, 2019

 

Un homme soupçonné du meurtre d’une femme dont le corps avait été découvert dans une valise flottant dans l’Oise fin avril a été retrouvé mort en Italie, a appris l’AFP vendredi de sources proches du dossier.

Cet homme, l’ex-compagnon de la victime, était visé par un mandat d’arrêt international, a indiqué l’une de ces sources, qui a évoqué un suicide. Sollicité, le parquet de Pontoise n’a pas souhaité communiquer à ce stade de l’enquête.

Le corps de la victime, une consultante scientifique franco-américaine de 53 ans, avait été découvert dans un bon état de conservation le 22 avril, à l’intérieur d’une valise repérée par un batelier à hauteur de Neuville-sur-Oise (Val-d’Oise). Sa disparition avait été signalée à Puteaux (Hauts-de-Seine) peu de temps avant. L’enquête, ouverte pour homicide, a été confiée à la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Versailles.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Italie: A Rome, l’hôpital Gemelli rend un hommage géant à Léonard de Vinci

mai 10, 2019

 

L’hôpital Gemelli de Rome a choisi de célébrer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci en invitant un artiste de rue à réaliser une monumentale «Madone Litta», chef-d’oeuvre attribué au maître de la Renaissance.

Célèbre pour ses reproductions géantes d’oeuvres classiques – notamment du Caravage -, l’artiste italien Andrea Ravo Mattoni s’est attaqué lundi à celle de la «Madone Litta» sur l’un des murs de l’hôpital Gemelli, l’un des plus réputés d’Italie. Il a prévu d’achever sa peinture ce samedi. Andrea Ravo Mattoni avait récemment été invité en résidence au château royal d’Amboise (dans le centre de la France), où se trouve la tombe de De Vinci, pour y réaliser cinq toiles de grandes dimensions s’inspirant du tableau de François-Guillaume Ménageot (1744-1816) «La Mort de Léonard de Vinci».

Conçue par De Vinci, la «Madone Litta» est un tableau représentant une «Vierge à l’Enfant» faisant partie de la collection du Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg (Russie). Datant de 1790, son exécution finale est toutefois attribuée à Giovanni Antonio Boltraffio, d’après un dessin préparatoire de De Vinci.

Par Le Figaro.fr avec AFP

La maison italienne Versace en passe d’être vendue, selon un quotidien italien

septembre 24, 2018

La maison italienne Versace en passe d’être vendue / © AFP/Archives / MIGUEL MEDINA

La maison de mode italienne Versace, l’une des rares à être encore indépendante, serait en passe d’être vendue, affirme lundi le quotidien italien Il Corriere della Sera, citant des sources anonymes.

Le journal indique que l’annonce pourrait être faite « dès mardi, Donatella Versace (directrice artistique et vice-présidente du groupe, NDLR) ayant convoqué les employés ce jour-là ».

Le journal évoque comme possible acheteur le groupe de mode américain Michael Kors, le célèbre chausseur Jimmy Choo ou le joaillier Tiffany & Co.

Contacté par l’AFP, Versace n’a pas commenté dans l’immédiat cette information.

Il Corriere estime que la maison milanaise serait valorisée deux milliards de dollars (1,7 milliard d’euros).

Versace est actuellement détenue à 20% par le fonds américain Blackrock et le reste par la famille.

Le groupe italien a enregistré en 2016 un chiffre d’affaires de 686 millions d’euros. Son directeur général Jonathan Akeroyd a indiqué en juin que le groupe visait un milliard d’euros à « court terme ».

Romandie.com avec(©AFP / (24 septembre 2018 15h51)

Pont effondré de Gênes: féroce controverse entre le gouvernement et le gestionnaire

août 17, 2018

Les secours continuent de fouiller les décombres du viaduc effondré à Gênes, le 17 août 2018 / © AFP / MARCO BERTORELLO

L’Italie s’apprête à enterrer ses dizaines de morts en pleine polémique alors que les sauveteurs continuaient vendredi inlassablement à chercher les disparus sous les décombres du pont autoroutier effondré à Gênes.

La féroce controverse entre le gouvernement italien et la société autoroutière gestionnaire de l’ouvrage, Autostrade per l’Italia, occupe tout le terrain médiatique avec une rhétorique de surenchère.

Le gouvernement a annoncé son intention de révoquer la concession d’Autostrada per l’Italia sur le tronçon d’autoroute où se trouve le pont effondré.

« On ne peut pas mourir en payant le péage en Italie », a ainsi lancé jeudi le vice-Premier ministre Luigi Di Maio, ministre du Développement économique et chef de file du populiste Mouvement 5 étoiles (M5S).

« Si j’avais été un dirigeant d’Autostrade per l’Italia, j’aurais suspendu quelques péages, mais dans l’heure qui a suivi » le drame, a déclaré l’autre vice-Premier ministre, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite).

« Nous ne pouvons pas attendre la justice pénale », a estimé le chef du gouvernement, Giuseppe Conte. « Autostrade avait le devoir et l’obligation, l’engagement, d’assurer l’entretien de ce viaduc et la sécurité de tous ceux qui voyageaient dessus. »

La société, qui appartient au groupe Atlantia, lui-même contrôlé à 30% par la famille Benetton, a assuré que ses contrôles de sécurité étaient sérieux.

La holding de Benetton, Edizione (actionnaire de référence), a exprimé sa proximité aux familles jeudi et indiqué qu’elle fera tout pour pointer du doigt les responsabilités dans ce drame.

Atlantia / © AFP / Jean Michel CORNU

Atlantia a de son côté déclaré qu’une reconstruction du pont pourrait « être achevée dans les cinq mois » une fois le site accessible après la fin des recherches et des relevés d’enquête.

Atlantia, dont le titre a plongé de 25% en Bourse la veille et qui repris 6% vendredi, a critiqué une annonce gouvernementale faite « en l’absence de toute certitude sur les causes effectives » du drame. Le groupe a prévenu que la révocation coûterait cher en indemnités à l’Etat. Selon des médias italiens, cela se chiffrerait en milliards d’euros.

– l’UE une cible –

Autre cible du gouvernement: l’Union européenne et sa politique d’austérité, accusée par le nouveau gouvernement populiste d’empêcher les investissements.

La Commission européenne a réagi en assurant avoir encouragé l’Italie à investir dans ses infrastructures et en rappelant que les Etats membres étaient « libres de fixer » leurs priorités.

Alors que le championnat de football doit reprendre ce week-end, les matches prévus dimanche de la Sampdoria et du Genoa, les deux équipes de Gênes, ont été reportés à une date ultérieure. Pour les autres rencontres, les joueurs observeront une minute de silence et porteront un brassard noir.

– des funérailles solennelles –

Gênes: les premiers habitants autorisés à rentrer chez eux / © AFP / Anahide Merayan, Remi Banet, Reinolf Reis

Des funérailles solennelles sont prévues samedi en fin de matinée dans un hall du centre d’exposition de Gênes, avec une messe célébrée par l’archevêque de Milan en présence de toutes les plus hautes autorités de l’Etat dont le président Sergio Mattarella.

Une cérémonie d’Etat qui s’annonce toutefois potentiellement embarrassante pour les institutions italiennes. Selon un décompte, noms à l’appui, de La Stampa, les familles de 17 des 38 victimes préfèrent s’abstenir et 7 familles n’ont pas encore pris de décision.

« C’est l’Etat qui a provoqué cela, qu’ils ne montrent pas leurs faces: le défilé des politiques a été honteux », réagit dans les colonnes du quotidien, Nunzia, la mère d’un des quatre jeunes italiens de Torre del Greco (commune de Naples) décédés sur la route des leurs vacances.

« Mon fils ne deviendra pas un numéro dans le catalogue des morts provoqués par les manquements italiens », a réagit pour sa part sur les réseaux sociaux Roberto, le père d’un autre des garçons. « Nous ne voulons pas une farce de funérailles, mais une cérémonie à la maison, dans notre église de Torre del Greco », a-t-il assené.

Les photos des quatre jeunes devraient néanmoins être présentes à la cérémonie d’Etat samedi.

Les secouristes cherchent encore 10 à 20 disparus, susceptibles d’être passées sur le pont et qui n’ont plus donné de nouvelles depuis l’effondrement, dont le bilan officiel provisoire est toujours de 38 morts et 15 blessés.

Selon la préfecture, un millier de personnes sont toujours engagées sur le site, dont près de 350 pompiers.

Romandie.com avec(©AFP / (17 août 2018 12h47)

La miraculeuse épopée du camion vert de Gênes

août 15, 2018

Un camion arrêté au bord du vide lors de l’effondrement du viaduc d’autoroute à Gênes, photographié le 15 août 2018 au lendemain du dramen / © AFP / Valery HACHE

Sur les photos du pont effondré mardi à Gênes, son camion vert arrêté à quelques mètres du vide donne le vertige: un chauffeur italien de 37 ans a raconté au Corriere della Sera ses quelques minutes d' »enfer ».

« Il pleuvait, il pleuvait beaucoup et il n’était pas possible d’aller vite. Quand une voiture m’a dépassé, j’ai ralenti pour maintenir une certaine distance de sécurité parce que freiner avec cette pluie était impossible, on n’y voyait pas grand-chose », a raconté ce Gênois, en état de choc.

« A un certain moment, tout a tremblé. La voiture qui se trouvait devant moi a disparu et semblait engloutie par les nuages. J’ai levé les yeux et j’ai vu le pylône du pont tomber », a-t-il poursuivi.

« Instinctivement, quand je me suis trouvé devant le vide, j’ai mis la marche arrière, comme pour essayer d’échapper à cet enfer », a-t-il expliqué, sans pouvoir dire de combien de mètres il a reculé.

Afifi Idriss, chauffeur routier marocain de 39 ans, roulait derrière: « J’ai vu le camion vert s’arrêter et faire marche arrière, je me suis arrêté, j’ai fermé le camion et je suis parti en courant », a-t-il raconté à l’AFP.

Mercredi soir, le camion vert était toujours au bord du vide, surplombant les centaines de secouristes à la recherche de survivants parmi l’amas de béton et de ferraille qui a englouti plus d’une trentaine de véhicules, et au moins une quarantaine de vies, en contrebas.

Romandie.com avec(©AFP / (15 août 2018 18h22)

Italie: un viaduc d’autoroute s’effondre à Gênes, au moins vingt morts

août 14, 2018

Une portin d’un viaduc qui s’est écroulé à Gênes, dans le nord de l’Italie, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Une longue portion d’un viaduc de l’autoroute A10 s’est effondrée mardi à Gênes, dans le nord de l’Italie, faisant des « dizaines de victimes », dont au moins morts, tandis que le ministre des Transports a dit redouter « une immense tragédie ».

Selon plusieurs médias citant des sources du ministère de l’Intérieur, la catastrophe a fait au moins 20 morts et cinq blessés graves.

Le directeur du centre d’appel des urgences de Gênes, a parlé à quelques médias de « dizaines de victimes », sans préciser s’il s’agissait de morts ou de blessés, des propos confirmés à l’AFP par son entourage.

« Je suis avec une immense appréhension ce qui est arrivé à Gênes et qui se profile comme une immense tragédie », a réagi le ministre des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli.

« Nous suivons la situation minute par minute, je remercie les 200 pompiers qui sont à l’oeuvre pour sauver des vies », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini.

Un viaduc s’effondre à Gênes / © AFP / Simon MALFATTO

Les images de télévision montrent des dizaines de secouristes s’activant autour de carcasses de camions et de voitures précipités dans le vide, sur une soixantaine de mètres.

Selon les pompiers, le pont dit Morandi s’est effondré vers 12H00 (10H00 GMT). « Les équipes des pompiers sont engagés en masse, les équipes de recherches et cynophiles sont activées », avaient-ils annoncé plus tôt sur Twitter.

D’après la direction régionale des pompiers de Gênes, l’infrastructure s’est en grande partie écroulée sur des voies ferrées qu’elle croise.

L’effondrement du viaduc a effleuré les locaux d’une usine produisant de l’énergie dont l’entrée se trouve en contrebas, mais seul le parking semble avoir été touché. L’entreprise était vide à l’approche du 15 août, un jour férié, à l’exception de la présence d’une équipe de maintenance.

Des secouristes à l’oeuvre à Gênes, en Italie, après l’effondrement d’un viaduc d’autoroute, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Les images diffusées montrent le viaduc avec plusieurs dizaines de mètres manquants, dans une zone industrielle. Sur les premiers clichés, on voit une scène dans la brume. Les services météorologiques avaient émis une alerte aux orages et aux fortes pluie en Ligurie.

En raison du relief très accidenté de la région de Gênes, entre mer et montagne, le parcours de l’autoroute est jalonné de longs viaducs et de tunnels.

Le pont Morandi qui s’est écroulé avait déjà essuyé des critiques dans le passé. Selon le site internet ingegneri.info, le pont d’une longueur de 1.182 mètres a été inauguré en 1967. Il a été construit entre 1963 et 1967 avec une structure mixte, en ciment armé précontraint et en ciment armé ordinaire.

Romandie.com avec(©AFP / (14 août 2018 15h05)

Italie: 11 travailleurs migrants meurent dans un accident de la route

août 6, 2018

Rome – Onze ouvriers agricoles étrangers sont morts lundi dans une collision entre la fourgonnette qui les ramenait des champs et un camion de tomates, en pleine saison des récoltes dans le sud de l’Italie, ont annoncé les pompiers.

Samedi, quatre ouvriers agricoles africains avaient déjà été tués et quatre autres grièvement blessés dans une autre collision avec un camion de tomates dont le chargement s’était répandu sur la chaussée.

Les deux accidents ont eu lieu dans la région de Foggia, dans les Pouilles, où des milliers d’ouvriers agricoles africains mais aussi polonais, bulgares ou roumains passent l’été à ramasser les tomates sous un soleil de plomb.

Bien qu’ils soient en général tous en situation régulière, rares sont ceux qui bénéficient des conditions de travail et de rémunération requises par la loi et beaucoup logent dans des squats ou des bidonvilles.

Ils sont souvent à la merci de « caporali » parfois liés aux réseaux mafieux qui font les intermédiaires avec des exploitants agricoles, eux-mêmes soumis à la pression de la grande distribution.

Depuis des années, les syndicats et associations qui viennent en aide aux travailleurs migrants réclament la mise en place d’un système de transports publics pendant la haute saison des récoltes autour de Foggia.

Lors d’une assemblée organisée dimanche, après le premier accident, dans l’un des bidonvilles de la région, des dizaines d’ouvriers agricoles africains ont décidé d’une journée de grève mercredi, a annoncé à l’AFP Aboubakar Soumahoro, délégué du syndicat USB.

« A l’aube, les ouvriers agricoles vont marcher dans les campagnes pour aller jusqu’à Foggia, afin de réclamer des conditions de travail dignes », a-t-il expliqué.

Romandie.com avec(©AFP / 06 août 2018 15h09)