Posts Tagged ‘Janet Museveni’

Ouganda-Rwanda : Muhoozi fête son anniversaire en grande pompe, et avec Kagame

avril 26, 2022

Les festivités organisées en l’honneur du fils du chef de l’État confirment son ascension, tout comme la venue du président rwandais. De retour en Ouganda pour la première fois depuis deux ans, ce dernier en a profité pour s’entretenir avec son homologue, Yoweri Museveni.

Le président rwandais Paul Kagame, le lieutenant-général Muhoozi Kainerugaba, la première dame Janet Museveni et le président ougandais Museveni lors du dîner organisé pour le 48e anniversaire de Muhoozi à la State House d’Entebbe, le dimanche 24 avril 2022. © Yoweri K. Museveni/Flickr

Avec plus de 90 minutes de retard et une arrivée maintes fois reportée, Muhoozi Kainerugaba s’avance finalement sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Kololo, à Kampala. Il n’est pas encore 9 heures du matin, ce samedi 23 avril, mais les festivités peuvent commencer.

Une ribambelle de hauts gradés

Vêtu d’une tenue militaire, le fils du président Yoweri Museveni s’extrait de son Toyota Land Cruiser de couleur verte sous les vivats de plusieurs dizaines de ses partisans, venus acclamer le commandant des forces terrestres et conseiller spécial du chef de l’État.

Une ribambelle de hauts gradés ont fait le déplacement. Parmi eux, le général Leopold Kyanda, chef d’état-major de l’armée ougandaise ; le général Don Nabasa, commandant de la police militaire et ancien commandant du Commandement des forces spéciales (SFC) ; le général James Birungi, chef du renseignement militaire ; le général Johnson Namanya, actuellement affecté au bureau de l’immigration et le général Chris Serunjogi Ddamulira, chef du renseignement criminel. Les généraux Felix Busizoori, actuel patron du SFC chargé notamment de la protection de la famille présidentielle, et son adjoint, Charity Bainababo étaient également présents.

LA STAR DU JOUR REÇOIT MÊME UN PRIX POUR SON ACTION EN FAVEUR DE LA PAIX

Ce jour-là, tous sont venus participer aux festivités organisées pour le 48ème anniversaire de Muhoozi. Cette année, l’ampleur des célébrations est sans précédent. Depuis plusieurs jours déjà, des fêtes résonnent dans plusieurs régions du pays, de la nourriture et des boissons sont distribuées gratuitement, des spectacles sont donnés… Depuis près d’une semaine, le hashtag #MKAt48 est même en vogue sur les réseaux sociaux.

Sur la piste d’atterrissage de Kololo, la sécurité est à son maximum. On joue l’hymne national, on chante “Joyeux anniversaire”. La star du jour reçoit même un prix pour son action en faveur de la paix que lui décerne un certain Club patriotique ougandais, tandis qu’un journaliste qui passe pour être l’un de ses plus proches confidents, Andrew Mwenda, prend la parole et enchaîne éloges et superlatifs.

Un parfum d’Idi Amin Dada

À l’en croire, le fils du chef de l’État ougandais est le président des partis communistes du Vietnam, de Chine, de Cuba, de Corée du Nord, des républiques d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale, le commandant en chef de toutes les forces révolutionnaires en butte à l’impérialisme et au néocolonialisme, ainsi que le chef suprême des peuples d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale.

Surtout, Muhoozi est le principal porte-parole des masses opprimées de ce monde, conclut Mwenda. L’énumération, interminable et dithyrambique, n’est pas sans rappeler celles qui accompagnaient les apparitions d’Idi Amin Dada dans les années 1970.

Ce samedi matin, Muhoozi ne reste pas longtemps à Kololo. La fête se poursuit au stade Lugogo, attirant plusieurs milliers de personnes jusqu’à une heure avancée de la nuit. Les grands axes de la capitale ougandaise ont été fermés à la circulation, de même que la principale route du pays, celle qui relie l’Ouganda au Kenya.

À DEUX REPRISES DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE 2022, IL S’EST RENDU À KIGALI POUR S’ENTRETENIR AVEC PAUL KAGAME

À Kampala, danseurs et musiciens ont été mis à contribution, des affiches ont été déployées dans la ville en l’honneur de “MKAt48”. Politiques, économiques ou militaires, les VIP sont tous là, y compris le Premier ministre Robinah Nabbanja.

Cette fois, Muhoozi prend son temps : il veut parler de la pandémie qui a ravagé l’Ouganda et le monde, et de l’amélioration des relations de l’Ouganda avec le Rwanda. À deux reprises depuis le début de l’année 2022, il s’est rendu à Kigali pour s’entretenir avec Paul Kagame et c’est en partie grâce à lui si le chef de l’État rwandais à accepter de rouvrir l’important poste-frontière de Gatuna, fermé depuis près de deux ans.

« Nous avions de mauvaises relations avec l’un de nos voisins les plus proches, le Rwanda, lance-t-il. [Aujourd’hui] nos relations sont bonnes et vont encore s’améliorer. Nous remercions Dieu pour ce cadeau. C’est pourquoi je pense que nous devrions célébrer ensemble. »

Kagame, invité d’honneur

Si cet anniversaire fait autant parler, c’est parce que le fils du président ougandais a eu soin de convier plusieurs invités de marque : le chef de l’État kenyan, même si Uhuru Kenyatta n’a pas donné suite, mais surtout Paul Kagame, qui, lui, a fait le déplacement.

De retour en Ouganda pour la première fois depuis fin 2019, il a participé au dîner d’anniversaire donné, le dimanche 24 avril, à la State House en présence du président et de la première dame, Janet Museveni. La presse n’était pas conviée mais, selon nos informations, Kagame s’est dit heureux que Muhoozi l’ait appelé sur sa ligne directe pour apaiser les tensions. Il l’a félicité pour sa maturité, le mettant au défi de garder le rythme et de viser plus haut. Il lui a aussi donné quelques conseils sur sa manière de communiquer via Twitter.

Influence grandissante

Pour Museveni et Kagame, cette visite a bien sûr été l’occasion d’aborder les questions de stabilité et de coopération régionales. Le premier a rendu hommage au second pour le rôle joué par les Rwandais lors de la guerre qui l’a amené au pouvoir, dans les années 1980.

Quant à celui que Muhoozi a joué dans le dégel des relations entre les deux pays, son père a déclaré que ce n’était pas une surprise tant son fils et le chef d’État rwandais se connaissent depuis longtemps.

De toute évidence, Muhoozi a pris du galon ces derniers mois. Outre sa double visite à Kigali, il a été envoyé auprès de l’Égyptien Abdel Fattah al-Sisi, mais aussi chez le Kenyan Uhuru Kenyatta (à deux reprises) et chez le Sud-Africain Cyril Ramaphosa. Signe de son influence grandissante, l’ambassade de Russie à Kampala n’a pas manqué de lui souhaiter un bon anniversaire.

Succèdera-t-il à son père en 2026 ? C’est la question que tout le monde se pose à Kampala et dans la sous-région. Ses partisans affirment que nul n’est mieux placé et mettent en avant son expérience acquise après deux décennies passées dans l’armée.

Mais ses adversaires sont tout aussi nombreux, qui pointent le risque d’une transmission dynastique du pouvoir et critiquent le fait qu’un militaire sorte de la réserve qui devrait être la sienne pour se lancer en politique.

L’ascension de Muhoozi augure-t-elle de prochaines dissensions au sein du Mouvement de la résistance nationale (NRM), le parti au pouvoir ? Odrek Rwabwogo, un parent de Museveni en rupture de ban a déjà mis en garde contre « les schémas de succession » et « les possibles retours de bâton » qui pourraient « coûter très cher au parti ».

Avec Jeune Afrique par Musinguzi Blanshe

Ouganda : Janet Museveni, première dame, nouveau ministre de l’Education

juin 9, 2016

Ce n’est pas le premier exemple du genre dans cette sous-région. Après l’accession à l’indépendance du Mozambique, en 1975, le président, Samora Machel, nomma, son épouse, Graça Machel, ministre de la Culture et de l’Éducation nationale. Une responsabilité qu’elle assura, de 1975 à 1989, avec beaucoup de compétence, étant, par ailleurs, régulièrement, sollicitée par l’Unesco, dans des conférences internationales. Son époux décéda en 1986. C’est en 1998 qu’elle devint, officiellement, Madame Mandela.

L’Ouganda prend la même trajectoire. Réélu en février dernier, pour un cinquième mandat, Yoweri Kaguta Museveni a nommé son épouse ministre de l’Éducation et des Sports dans le nouveau gouvernement.

Ancienne députée, Janet Museveni, 67 ans, n’est pas une inconnue sur la scène politique ougandaise. Elle occupait, depuis 2011, le poste de ministre en charge du Karamoja, une région peu développée du Nord-Est de l’Ouganda.

Sa nomination a été annoncée dans un communiqué de la présidence détaillant des remaniements mineurs au sein du gouvernement, fort de 80 ministres et secrétaires d’Etat.

Titulaire d’une licence en sciences de l’éducation de l’Université de Makerere, Janet Museveni a poursuivi ses études en Suède avant de décrocher, en octobre dernier, un master en gestion des organisations au Uganda Christian University de Mukono (notre photo avec Yoweri Museveni au sortir de la cérémonie de délivrance des diplômes). Mais, même si, sur le plan de la compétence individuelle, Janet Museveni est bien apte à occuper cette fonction, cette nomination n’est pas toujours bien acceptée : « Cette nouvelle nomination était attendue, Museveni met en place un agenda familial au sein de la politique ougandaise », a, par exemple, accusé Ken Lukyamuzi, ancien député de l’opposition, ayant siégé avec Janet Museveni au parlement. Et de cogner dur sur le président : « Il a récemment promu son fils au rang de général de division et maintenant sa femme est à nouveau nommée ministre ».

C’est une ancienne pratique sur le continent. On se souvient que, Nicéphore Soglo, président du Bénin de 1991 à 1996, faisant l’objet de beaucoup de critiques parce qu’il veillait à la promotion de ses deux fils, avait demandé s’ils devaient être, injustement, pénalisés sous le prétexte qu’il est leur père ? Pour revenir à Museveni, devrait-il désavantager les membres de sa famille qui affichent des compétences parce qu’il veut éviter les critiques des Ougandais ? En réalité, on ne voit pas pourquoi il pénaliserait son fils s’il est capable de produire un bon travail à un poste qu’il lui confierait. Il en est de même pour sa femme.

Le 25 mai, Muhoozi Kainerugaba, fils de Yoweri Museveni, avait été promu au rang de général de division en charge du commandement des forces spéciales. Ce dernier avait, alors, démenti vouloir succéder à son père à la tête du pays alors que l’opposition avait affirmé que Yoweri Museveni le préparait à prendre sa relève.

Afriqueeducation.com