Posts Tagged ‘Japon’

Le pape va créer 14 nouveaux cardinaux, dont le patriarche des chaldéens d’Irak

mai 20, 2018

 

Louis Raphael Sako, le patriarche des chaldéens d’Irak choisi par le pape François pour devenir cardinal électeur, ici en janvier 2018 à Tal Kaïf, au nord de Mossoul / © AFP/Archives / Ahmad MUWAFAQ

Le pape François a annoncé dimanche la tenue d’un consistoire le 29 juin au cours duquel il va créer quatorze nouveaux cardinaux, parmi lesquels le patriarche de l’Eglise catholique chaldéenne d’Irak, Mgr Louis Raphaël Sako.

En cas de conclave, onze d’entre eux (les moins de 80 ans) pourront participer à l’élection du successeur de François.

« Je suis heureux d’annoncer que le 29 juin aura lieu un consistoire pour la création de quatorze nouveaux cardinaux. Leur provenance exprime l’universalité de l’Eglise », a déclaré le pape, en créant la surprise juste après la prière traditionnelle de la Pentecôte prononcée depuis le palais apostolique sur la place Saint-Pierre.

Parmi les futurs cardinaux électeurs figure Mgr Louis Raphaël Sako, 69 ans, patriarche de l’Eglise catholique chaldéenne (Irak), qui rencontre souvent le pape et s’exprime publiquement sur la souffrance des fidèles de son pays. Cet érudit polyglotte né en Irak, qui a notamment obtenu un doctorat d’histoire de la Sorbonne, avait été élu patriarche de cette église orientale en 2013.

De passage à Paris en mars, le patriarche avait évoqué un « espoir fragile » de paix en Irak, alors que selon lui un tiers des familles chrétiennes du nord du pays ont pu regagner leur terre après la débâcle du groupe Etat islamique (sur les 1,5 million de chrétiens présents avant la chute du régime de Saddam Hussein en 2003).

Fin 2016, le pape François avait déjà fait un choix original en notamment cardinal Mario Zenari, le « nonce apostolique » (ambassadeur du pape) en Syrie, autre pays « martyr » au coeur de ses préoccupations. De telles promotions donnent plus de poids aux représentants de l’Eglise dans des pays où les chrétiens sont en danger.

Trois futurs cardinaux, tous Européens, ont des fonctions au sein du Vatican, ce qui va à contre-courant de précédents consistoires mais donne des indices sur les proches alliés du pape.

– Pakistan, Japon et Madagascar –

Il s’agit du jésuite espagnol Mgr Luis Ladaria Ferrer, 74 ans, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (gardien du dogme) depuis juillet dernier, l’Italien Mgr Angelo Becciu, 70 ans en juin, substitut aux Affaires générales de la Secrétairerie d’Etat, Mgr Konrad Krajewski, 54 ans, aumônier responsable des oeuvres de charité du pape. Est également promu l’Italien Mgr Angelo De Donatis, 64 ans, vicaire du diocèse de Rome.

Deviendront aussi cardinaux Mgr Joseph Coutts, archevêque de Karachi (Pakistan), Mgr Antonio dos Santos Marto, évêque de Leiria-Fatima (Portugal), Mgr Perdo Barreto, archevêque de Huancayo (Pérou), Mgr Désiré Tsarahazana, évêque de Toamasina (Madagascar), Mgr Giuseppe Petrocchi, archevêque de L’Aquila (Italie) et Mgr Thomas Aquinas Manyo, archevêque d’Osaka (Japon).

Le Pakistan, le Japon et Madagascar étaient dépourvus de cardinaux depuis les décès de trois prélats occupant cette fonction.

Le pape a aussi choisi trois hommes « qui se sont distingués par leur service à l’Eglise » mais ne seront pas des électeurs en raison de leur âge. Il s’agit de Mgr Sergio Obeso Rivera, archevêque émérite de Xalapa (Mexique), Mgr Toribio Ticona Porco, prélat émérite de Corocoro (Bolivie) et le père missionnaire espagnol et auteur de livres Aquilino Bocos Merino.

Le pape François façonne progressivement un collège de cardinaux à son image, moins européen, souvent engagé dans la paix ou la justice sociale.

Chaque nouveau « prince de l’Eglise » s’agenouillera le 29 juin dans la basilique Saint-Pierre devant le pape pour recevoir sa « barrette » pourpre, une coiffe ecclésiastique en forme de toque quadrangulaire, ainsi qu’une bague.

Selon un décompte du site spécialisé Vatican Insider, à l’issue de cette cérémoinie, la majorité des cardinaux électeurs auront été choisis directement par le pape argentin, soit 59 cardinaux sur 125. Le college des cardinaux compte au total 227 prélats.

Romandie.com avec (©AFP / 20 mai 2018 16h31)

Publicités

Japon: le ministère des Finances admet le harcèlement sexuel d’une journaliste

avril 27, 2018

Tokyo – Le ministère japonais des Finances a admis vendredi que son plus haut fonctionnaire avait harcelé sexuellement une jeune journaliste après avoir été vivement critiqué pour sa réaction jugée légère.

« Le ministère des Finances a conclu que s’était produit un acte de harcèlement sexuel et a décidé de prendre des mesures disciplinaires », a déclaré Koji Yano, vice-ministre adjoint des Finances, au sujet de l’ancien vice-ministre Junichi Fukuda, qui a démissionné cette semaine à la suite d’accusation de harcèlement d’une journaliste de la chaîne TV Asahi.

« Le harcèlement sexuel et l’abus de pouvoir ne peuvent être tolérés. Nous ne devons pas être considérés comme une organisation laxiste sur ces questions. Nous devons changer », a déclaré M. Yano au cours d’une conférence de presse télévisée.

Ces aveux interviennent dans un contexte de scandales qui ont récemment affecté la cote de popularité du gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe, dont deux affaires de favoritisme accompagnées d’accusations de falsifications de documents. L’incident semble également marquer le début d’un mouvement #MeToo dans un pays resté jusqu’ici relativement à l’écart.

M. Fukuda a rejeté les allégations le concernant, qui avaient été publiées dans un hebdomadaire. Le magazine avait ensuite diffusé un enregistrement de propos à connotation sexuelle, disant qu’ils avaient été prononcés par M. Fukuda dans un bar où il se trouvait avec la jeune femme.

« Je vais t’attacher les mains. Je peux toucher tes seins? », dit une voix d’homme. « Si on avait une liaison, une fois que le budget sera approuvé? ».

Le magazine affirme que plusieurs autres femmes journalistes ont dit avoir été harcelées par ce haut fonctionnaire, qui leur aurait demandé de pouvoir les embrasser et les emmener dans un hôtel.

Quand les accusations étaient sorties dans la presse, le ministre des Finances Taro Aso avait d’abord semblé minimiser les accusations, affirmant avoir lancé un « avertissement oral » au fonctionnaire au sujet de sa conduite et estimant que son subalterne s’était montré « suffisamment repentant ». Il avait aussi dit qu’il ne comptait pas engager d’enquête.

Les critiques prenant de l’ampleur, il avait ensuite assuré que M. Fukuda serait licencié si les faits étaient prouvés, puis le ministère a finalement ouvert une enquête.

M. Fukuda nie tout harcèlement mais admet avoir rencontré la journaliste de TV Asahi, a précisé le ministère, ajoutant que le fonctionnaire n’a pas fourni d’explications suffisantes pour démentir ses accusations.

Romandie.com avec(©AFP / 27 avril 2018 13h51)                                            

Chasse à la baleine: le Japon tue 333 cétacés dans l’Antarctique

mars 31, 2018

Photographie non datée d’une baleine de Minke sur le pont d’un navire dans l’océan Antarctique, fournie par l’Institut de recherche sur les cétacés le 18 novembre 2014 / © FILES/AFP/Archives / Institute of Cetacean Research

Des baleiniers japonais sont rentrés au port samedi après avoir capturé 333 cétacés dans l’océan Antarctique sans avoir été confrontés à la moindre manifestation de protestation par des organisations opposées à cette chasse, ont annoncé les autorités.

Une flotte de cinq navires avait entamé sa campagne en novembre dans le cadre de la très controversée chasse à la baleine dite « scientifique » menée par le Japon.

Trois baleiniers, y compris le principal navire de la flotte, le Nisshin Maru, sont arrivés samedi matin au port de Shimonoseki, dans l’ouest du Japon, a indiqué un responsable du port.

Au total, les cinq baleiniers ont capturé 333 baleines de Minke (petits rorquals) comme prévu sans avoir été interrompus par des opposants à ces campagnes, a affirmé l’Agence de la pêche dans un communiqué.

Les baleiniers japonais ont été confrontés dans le passé à des organisations de défense des animaux, notamment à Sea Shepherd. L’ONG avait annoncé l’année dernière qu’elle ne projetait pas d’opération de protestation en mer cette saison.

Le Japon est signataire du moratoire sur la chasse de la Commission baleinière internationale, mais utilise une faille du texte qui autorise la chasse aux cétacés pour des visées scientifiques. La Cour internationale de Justice avait sommé le Japon en 2014 de mettre fin à ses campagnes de chasse régulières dans les eaux de l’Antarctique, soulignant qu’elles ne correspondaient pas aux critères scientifiques requis.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a réitéré fin janvier la volonté de son pays de poursuivre la chasse à la baleine dite « scientifique » dans l’Antarctique et de reprendre à terme la pêche commerciale.

La consommation de baleine a une longue histoire au Japon, où elle a été chassée pendant des siècles. L’industrie baleinière a connu son essor après la Seconde guerre mondiale, pour apporter des protéines animales aux habitants du pays. La demande des consommateurs japonais a cependant considérablement diminué ces dernières années.

Romandie.com avec(©AFP / 31 mars 2018 13h36)                

Sept ans après Fukushima, des associations dénoncent le « mythe d’un nucléaire sans danger »

mars 11, 2018

Paris – Sept ans après la catastrophe de Fukushima, plusieurs centaines de manifestants se sont réunis dimanche à Paris à l’appel du réseau « Sortir du nucléaire » pour dénoncer le « mythe d’un nucléaire sans danger », a constaté un journaliste de l’AFP.

A 14h46, heure où un tremblement de terre a frappé le Japon le 11 mars 2011, une centaine d’entre eux se sont allongés en hommage aux victimes du tsunami meurtrier et de la catastrophe nucléaire qui l’a suivi.

Les associations du réseau demandent la fermeture des centrales françaises et le désarmement nucléaire de la France, s’opposant notamment aux projets de Bure (enfouissement) et Flamanville (nouveau réacteur EPR).

« Aucune solution satisfaisante n’existe actuellement pour la gestion des déchets à long terme », a martelé Catherine Fumé, administratrice du réseau « Sortir du nucléaire », dénonçant la situation des travailleurs du nucléaire et les nombreux incidents dans les centrales françaises.

« L’opposition au nucléaire, quand elle n’est pas criminalisée, est considérée comme une atteinte à la grandeur de la France », a condamné Catherine Fumé, alors que le groupe français EDF a signé samedi en Inde un accord portant sur le schéma industriel du projet de centrale de Jaitapur, présenté comme le plus grand projet nucléaire au monde.

La chercheuse en santé publique Annie Thébaud-Mony a dénoncé de son côté le « mythe d’un nucléaire sans danger » et rendu hommage aux travailleurs du nucléaire « irradiés autant qu’invisibles », « face au cynisme de ceux qui les emploient ».

Cette manifestation parisienne a aussi donné le coup d’envoi d’une votation sur la sortie du nucléaire, organisée par la France insoumise et ligne et dans des bureaux de vote du 11 au 18 mars.

L’ancien Premier ministre japonais Naoto Kan, en poste lors de la catastrophe et devenu un fervent militant antinucléaire, doit se rendre lundi à Paris où il va entamer une tournée qui passera par l’Assemblée nationale, Flamanville et le parlement européen.

« Si tout se passe mal, un accident nucléaire a des conséquences bien plus terribles que la plus terribles des guerres », a déclaré Naoto Kan dans Le Parisien daté de dimanche.

Romandie.com avec(©AFP / 11 mars 2018 17h09)                                            

Japon: du saumon élevé sur la terre ferme

février 28, 2018

L’homme d’affaires japonais Tetsuro Sogo, qui expérimente une nouvelle technique d’élevage, regarde des saumons gris dans un bassin, le 30 janvier 2018 à Saitama / © AFP / Farzaneh KHADEMIAN

Le Japon a beau être un archipel, c’est à terre que l’homme d’affaires Tetsuro Sogo s’est lancé dans l’élevage du saumon, le poisson le plus apprécié du pays pour les traditionnels sushis.

A Saitama, une ville située dans une région montagneuse au nord de Tokyo, une nuée de jeunes saumons gris s’agitent dans un grand bassin rempli d’eau.

Très sérieux dans son costume, M. Sogo surveille avec attention les petits poissons comme s’il veillait sur ses propres enfants.

Au sein de la start-up baptisée FRD Japan, soutenue par une grande maison de négoce japonaise, le jeune trentenaire expérimente une nouvelle technique d’élevage qui lui permettra, espère-t-il, de produire du saumon de manière rentable pour que les Japonais puissent déguster du poisson élevé localement.

« Nous serons en mesure de produire facilement du saumon de qualité n’importe où », assure-t-il à l’AFP.

La consommation de saumon a explosé dans le monde depuis les années 1980, notamment aux Etats-Unis, en Russie, en Europe ou au Japon.

Pour satisfaire cette demande, l’élevage a progressivement supplanté la pêche, la Norvège et le Chili dominant l’aquaculture mondiale. Elle se pratique principalement dans des fermes installées en mer mais cela est difficile au Japon car les eaux sont trop chaudes en été.

D’où l’idée de M. Sogo de se lancer dans l’aquaculture terrestre. Les défis toutefois étaient grands: conserver des bassins propres requiert beaucoup d’eau et d’énergie, ce qui renchérit le coût de production des poissons.

– Bactérie nettoyante –

« Nous avions besoin de développer une nouvelle technique pour produire plus de saumon » sans pour autant déployer d’équipements très énergivores, explique Tetsuro Sogo.

L’entreprise a ajouté du sel de mer artificiel dans de l’eau non salée, ce qui lui permet d’installer une ferme n’importe où, à partir du moment où une source d’eau douce est disponible. Et, étape cruciale, elle a conçu un procédé de nettoyage de l’eau qui utilise une bactérie pour décomposer l’acide nitrique indirectement produit par les poissons.

« Si nous parvenons à être rentable, nous serons les premiers à réussir ce type d’élevage du saumon », dit M. Sogo.

En cas de succès, ce procédé pourrait permettre au Japon de réduire sa dépendance aux importations car seul le poisson d’élevage, traité et surveillé pour éviter les maladies, est dégusté cru. L’archipel a importé en 2016 près des deux tiers du saumon qu’il consomme, selon des statistiques officielles.

M. Sogo espère que bientôt son entreprise pourra devenir un producteur important, et pourquoi pas exporter sa technologie. « La demande dans le reste de l’Asie va certainement croître plus fortement que le marché japonais », affirme-t-il.

– Autres initiatives –

Après une période de tests l’an dernier, pendant laquelle l’entreprise a pu produire une tonne de saumon, FRD prévoit de mettre en service une ferme pilote plus importante d’ici juillet, qui devrait produire 30 tonnes par an.

D’ici 2020, il espère lancer une ferme de taille commerciale d’une capacité de 1.500 tonnes de saumon annuelles.

Cette start-up n’est pas la seule à s’intéresser au saumon d’élevage à terre.

A Imizu, une ville du centre du Japon, une ferme a démarré en 2015 l’élevage de « sakura-masu », réputé pour sa couleur rose et considéré comme un produit de luxe. Elle utilise toutefois les techniques traditionnelles et ne peut encore produire que de faibles quantités (15 tonnes par an).

« Nous augmenterons la production dès que nous aurons résolu notre problème de capacité car il y a une forte demande de ce poisson particulièrement goûteux dans la région de Tokyo », explique Tetsuya Murashita, responsable de la commune chargé du projet.

Le groupe spécialiste des produits de la mer Maruha Nichiro a également construit une ferme aquacole l’an dernier pour élever la même variété de saumon.

Ailleurs dans le monde, d’autres projets d’élevage à terre de saumons existent, notamment en Chine, au Canada et aux Etats-Unis comme celui annoncé récemment par le Norvégien Nordic Aquafarms dans l’Etat du Maine.

Au Japon, toutes variétés de poissons confondues, l’aquaculture représentait en 2015 près d’un quart de la production nationale de poissons, et la quasi-totalité des fermes se trouvent en milieu marin.

Romandie.com avec(©AFP / 28 février 2018 14h13)                

Congo: le Japon casse sa tirelire pour aider les populations vulnérables du Pool à hauteur de 1,3 milliards de FCFA

février 13, 2018

 

Aide japonaise aux populations vulnérables du Pool
Le Japon a octroyé lundi 12 février au Congo, selon un accord de don, une aide de 2,75 millions de dollars (plus de 1,3 milliard de FCFA) destinée au financement d’un projet de promotion des moyens de subsistance durable dans le département du Pool (sud) en faveur de ses populations vulnérables qui sortent d’une latente crise.Cet appui financier qui arrive à point nommé, selon les autorités congolaises, sera géré par la Banque mondiale.

Cette aide va toucher également le volet DDR (Démobilisation, désarmement et réinsertion) qui est lui-même diversifié, selon les explications d’Euloge Landry Kolélas, Haut-Commissaire à la réinsertion des ex-combattants.

Les Echos du Congo Brazzaville par Edwige KISSINGER

Neige au Japon: des dizaines de blessés, des centaines de vols annulés

janvier 22, 2018

Un homme marche à côté de son vélo, le 22 janvier 2018, à Tokyo où l’agence météorologique du Japon a émis sa première alerte aux chutes de neige depuis quatre ans / © AFP/Archives / Behrouz MEHRI

Une forte tempête de neige a fait plusieurs dizaines de blessés et cloué au sol de nombreux avions lundi à Tokyo, où les autorités avaient émis leur première alerte aux chutes de neige depuis quatre ans.

Plus de 330 vols intérieurs au départ et à destination de la capitale nippone et des trains régionaux ont été supprimés en raison des chutes de neige, ont rapporté des médias locaux.

« Au moins 67 personnes ont été blessées dans des accidents liés aux chutes de neige à Tokyo », a déclaré un porte-parole des sapeurs-pompiers de la ville, sans plus de précisions.

« Et le nombre de blessés devrait augmenter étant donné les appels d’urgence qui continuent d’affluer », a-t-il précisé à l’AFP.

Le nord du Japon est habitué aux abondantes chutes de neige mais de telles conditions sont rares à Tokyo.

Face au risque de chaos dans les transports, l’agence météorologique du Japon a également appelé à quitter les lieux de travail plus tôt.

« Des chutes de neige intenses sont attendues ce soir » à Tokyo, a déclaré le météorologiste en chef, Tsumoru Matsumoto, prévenant que « la neige risque d’affecter les transports en commun ».

Mais au début des heures de pointe du soir, une foule importante bravait la neige à Shinjuku, la station de train la plus fréquentée du monde.

L’agence météorologique n’émet d’alerte à la neige que lorsque existent des craintes de dommages matériels ou de perturbations de la circulation.

« A Tokyo, nous mettons en garde contre la neige abondante à partir d’une prévision d’accumulation de plus de 10 cm en 12 heures », a expliqué à l’AFP Sakiko Nishioka, de l’agence météorologique.

La dernière fois qu’une telle alerte a été lancée dans la capitale, en février 2014, Tokyo avait enregistré 27 centimètres de neige.

Romandie.com avec(©AFP / 22 janvier 2018 17h05)                

Décès de Tatsuro Toyoda, l’ancien président de Toyota

janvier 6, 2018

Tatsuro Toyoda a été président de Toyota entre 1992 et 1995 / © AFP / TORU YAMANAKA

L’ancien président de Toyota, Tatsuro Toyoda, qui avait réussi à implanter son entreprise en Amérique du Nord, est mort à l’âge de 88 ans, a annoncé samedi le constructeur automobile nippon.

Tatsuro Toyoda, l’oncle de l’actuel PDG de Toyota, Akio Toyoda, est décédé le 30 décembre des suites d’une pneumonie, a précisé l’entreprise dans un communiqué.

La cérémonie funèbre a déjà eu lieu en présence des plus proches du défunt, mais Toyota entend organiser un événement spécifique pour sa disparition.

Tatsuro Toyoda avait rejoint l’entreprise fondée par son père Kiichiro Toyoda en 1953. Il fut le président de Toyota de 1992 à 1995.

Il avait également été le premier président d’une nouvelle compagnie formée de Toyota et General Motors. Cette co-entreprise basée en Californie illustrait l’ambition de Toyota d’élargir sa production et ses parts de marché en Amérique du Nord. L’usine a produit près de huit millions de véhicules avant sa fermeture en 2010, selon Toyota.

Romandie.com avec(©AFP / 06 janvier 2018 13h34)                

Le Japon prévoit d’acheter des missiles de longue portée face aux menaces de Pyongyang

décembre 8, 2017

North Korea has threatened to sink Japan into the sea and has fired missiles over the country / © AFP / KAZUHIRO NOGI

Le Japon prévoit d’acquérir des missiles offensifs air-sol pour contrer la menace militaire nord-coréenne, a déclaré vendredi son ministre de la Défense, un projet qui devrait soulever des questions sur sa politique pacifiste.

Itsunori Onodera a précisé que son ministère comptait demander un budget spécial pour l’année budgétaire commençant en avril 2018 afin d’acheter des missiles de longue portée qui seraient déployés sur les avions de chasse.

Selon les médias japonais, le ministère voudrait acquérir auprès de sociétés américaines des missiles de croisière JASSM et LRASM d’une portée de 900 kilomètres.

Il prévoit également de se procurer des missiles Joint Strike d’une portée de 500 km auprès du groupe norvégien Kongsberg Defence and Aerospace, indiquent des informations de presse.

Ces projets devraient susciter la controverse, Tokyo ayant maintenu depuis la guerre une politique défensive, conformément à sa Constitution pacifiste, qui lui interdit l’usage de la force comme moyen de résoudre les différends internationaux.

Ces missiles sont destinés « à nous permettre de faire face à l’adversaire depuis un lieu situé au-delà de la portée des menaces », a déclaré le ministre à la presse.

La politique militaire du Japon se limite à l’autodéfense et le pays dépend des Etats-Unis pour sa protection, dans le cadre d’une alliance nippo-américaine de sécurité.

Les essais de missiles de la Corée du Nord représentent une « menace imminente » pour le Japon, avaient estimé lundi les sénateurs japonais, tandis que le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, a déclaré que discuter avec Pyongyang n’avait « pas de sens ».

La chambre haute du Parlement nippon a adopté lundi à l’unanimité une résolution de protestation contre le dernier essai en date de missile intercontinental nord-coréen, le 29 novembre, qui s’est abîmé en mer du Japon.

L’appel de Washington la semaine dernière à couper toutes les relations commerciales et diplomatiques avec la Corée du Nord a été rejeté par Moscou et Pékin, partisans de négociations avec Pyongyang.

Romandie.com avec(©AFP / 08 décembre 2017 08h56)                

Large victoire du Premier ministre Abe au Japon

octobre 22, 2017

Le Premier ministre conservateur japonais Shinzo Abe, le 22 octobre 2017 à Tokyo / © AFP / Toru YAMANAKA

Le Premier ministre conservateur japonais, Shinzo Abe, a remporté dimanche une large victoire aux législatives anticipées selon les premiers sondages, gagnant ainsi son pari d’obtenir un nouveau mandat à la tête de la troisième économie mondiale, sur fond de menace nord-coréenne.

La coalition formée par le Parti libéral-démocrate (PLD, droite) de M. Abe et le parti Komeito (centre-droit) était en passe de remporter 311 sièges sur les 465 de la chambre basse, soit une majorité des deux tiers, selon des estimations de la chaîne privée TBS fondées sur les sondages de sortie des bureaux de vote diffusés après 20H00 (11H00 GMT).

Au pouvoir depuis fin 2012, après un premier exercice raté en 2006-2007, M. Abe, 63 ans, pourrait ainsi rester aux commandes jusqu’en 2021, le record de longévité d’un Premier ministre japonais.

Avant ces élections, sa coalition gouvernementale disposait de 318 sièges à la chambre basse du Parlement, mais des scandales à répétition avaient terni son image et faisaient courir le risque d’une défaite lors de législatives initialement prévues dans un an.

M. Abe a décidé le mois dernier de déclencher des élections anticipées, profitant d’une opposition morcelée.

Avec sa confortable majorité, il se trouvera encore davantage légitimé dans sa fermeté vis-à-vis de la Corée du Nord, qui a déjà tiré deux missiles au dessus de l’archipel nippon. M. Abe est favorable à la position de l’allié américain consistant à maintenir « toutes les options », y compris l’option militaire, sur la table.

« Ma tâche imminente est d’agir avec fermeté envers la Corée du Nord. Pour cela, une diplomatie forte est nécessaire. Je veux renforcer notre puissance diplomatique après la confiance que nous avons obtenue », a-t-il déclaré à la télévision dimanche soir.

– Echec du Parti de l’espoir –

A l’issue d’une brève campagne de 12 jours centrée sur l’économie et la question nord-coréenne, des millions de Japonais ont bravé dimanche des pluies diluviennes à l’approche d’un puissant typhon.

Si les intempéries n’ont globalement pas perturbé la logistique du scrutin, elles pourraient avoir favorisé l’abstention, bien s’il soit possible au Japon de voter plusieurs jours à l’avance.

A 19H30 (10H30 GMT), le taux de participation atteignait seulement 31,82%, contre 37,72% aux précédentes législatives de 2014. Mais ce chiffre ne prenait en compte que les votes de dimanche, alors que quelque 21,4 millions d’électeurs, sur environ 100 millions de Japonais en âge de voter, avaient déposé leurs bulletins dans l’urne avant dimanche, un record.

Le Parti de l’espoir, récemment créé et dirigé par la charismatique gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, devrait remporter 50 sièges, selon TBS. Soit moins que l’autre principale formation d’opposition, le Parti démocrate constitutionnel, qui gagnerait 58 sièges.

« Je crois que le résultat sera très sévère », a déclaré Mme Koike dimanche après les premiers sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote, alors qu’elle se trouvait à Paris pour assister à une conférence internationale de maires engagés contre la pollution atmosphérique.

« Les raisons (de la défaite) devront être examinées ultérieurement, mais je dois m’excuser auprès des électeurs si mes mots et ma conduite les ont dérangés », a ajouté Mme Koike.

Elle est restée vague sur son avenir à la tête de la formation: « En tant que fondatrice du parti, je prendrai mes responsabilités » a-t-elle déclaré.

Cette femme de droite de 65 ans, une ex-vedette de la télévision au sens aigu de la communication, ancienne ministre de M. Abe et elle aussi nationaliste, a vu fondre sa cote de popularité en ne se présentant pas au Parlement, dans un pays où la Constitution impose que le Premier ministre soit choisi parmi les députés ou les sénateurs.

– Débat sur la réforme constitutionnelle –

La coalition de M. Abe serait donc en passe de maintenir sa majorité des deux tiers à la chambre basse, comme c’est déjà le cas au Sénat.

Il s’agit là d’une condition nécessaire pour convoquer un référendum proposant de réviser la Constitution pacifiste, dictée en 1947 par les Etats-Unis après la reddition du Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dont l’article 9 consacre la renonciation « à jamais » à la guerre.

Un voeu cher aux nationalistes japonais qui soutiennent M. Abe. Toutefois celui-ci ne s’est pas montré pressé dimanche soir d’amender la Constitution, désireux visiblement de dégager un consensus le plus large possible: « Je ne prévois pas de proposer (l’amendement) avec la seule coalition au pouvoir. Nous essayerons d’avoir le soutien du plus grand nombre possible », a-t-il dit, espérant « discuter » de ce sujet avec le Parti de l’espoir et d’autres formations.

Romandie.com avec(©AFP / 22 octobre 2017 16h33)