Posts Tagged ‘Japonais’

Un Japonais de 112 ans nouveau doyen masculin de l’humanité

février 12, 2020

Un Japonais âgé de 112 ans s’est vu décerner le titre de nouveau doyen masculin de l’humanité par le Guinness des records. Chitetsu Watanabe est né le 5 mars 1907 à Niigata, dans le nord-ouest du Japon. Il a reçu officiellement son titre Guinness mercredi dans la maison de retraite où il réside, toujours dans sa ville natale. Le précédent détenteur du record, Masazo Nonaka, un autre Japonais, est décédé le mois dernier à 112 ans et 266 jours.

Chitetsu Watanabe, qui a eu cinq enfants, a déclaré que le secret de sa longévité était simplement «de ne pas se mettre en colère et de garder le sourire». Il a reconnu un péché mignon – des sucreries comme le pudding au caramel – mais visiblement cela ne lui a pas fait de mal.

Le doyen actuel de l’humanité, tout genre confondu, est une Japonaise, Kane Tanaka, qui a soufflé le mois dernier ses 117 bougies. Le Japon a l’une des espérances de vie les plus élevées au monde: plus de 70.000 centenaires vivent dans le pays, sur une population totale d’environ 126 millions d’habitants, en fort déclin démographique.

Le record mondial absolu de longévité masculine est celui d’un autre Japonais décédé en 2013 peu après son 116e anniversaire, Jiroemon Kimura. Selon le Guinness, le record de longévité pouvant être prouvé officiellement reste détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à l’âge de 122 ans et 164 jours.

Par Le Figaro avec AFP

Arrêté ivre au volant, un Japonais invoque le syndrome de l’auto-brasserie

mai 28, 2019

 

Le 22 mai, un électricien japonais de 28 ans a été arrêté ivre au volant de sa voiture, à Itami, au nord d’Osaka. D’après un quotidien japonais, repris pas le site Ulyces, ce dernier à invoqué le syndrome de l’auto-brasserie.

« Je suis d’une constitution unique. Lorsque je suis nerveux, mon corps produit de l’al­cool » a déclaré cet électricien aux policiers, qui l’ont tout de même arrêté.

Aucune information n’a été donnée concernant son taux d’alcool dans le sang, mais son explication est plausible. Il existe en effet une pathologie rare qui peut correspondre : le syndrome d’auto-brasserie, une infection très rare causée par un taux élevé de levures dans l’estomac.

«Paf, et j’étais bourré»

Ce fut le cas de Nick Hess, un Britannique, qui avait raconté en 2015 vomir toutes les nuits. Mais son ivresse était d’origine biologique, une maladie rare appelée syndrome d’auto-brasserie, qui a pu être traité.

Par Le Figaro.fr

Missiles nord-coréens: faut-il intercepter? Le dilemme des Américains et Japonais

septembre 18, 2017

Photo fournie le 16 septembre 2017 par l’agence officielle nord-coréenne d’un tir de missile balistique Hwasong-12 dans un endroit non précisé / © KCNA VIA KNS/AFP /

Le dernier tir d’un missile intercontinental par la Corée du Nord, vendredi, a déclenché des sirènes et des alarmes au Japon. Mais ni l’armée japonaise, ni les Américains n’ont tenté d’abattre la fusée.

Les deux alliés ont pourtant vanté ces derniers mois leurs systèmes de défense antimissiles, de coûteuses technologies militaires dont le président Donald Trump souhaite équiper encore plus la Corée du Sud et le Japon.

La prochaine fois, a lancé l’élu républicain américain Dana Rohrabacher, « j’espère qu’on abattra le missile pour envoyer un message aux Nord-Coréens et aux gens qui comptent sur nous, comme les Japonais ».

Jamais Pyongyang n’avait envoyé de missile à une distance aussi grande: 3.700 km, selon le commandement pacifique américain. Le missile s’est abîmé dans le Pacifique, mais non sans avoir survolé l’île septentrionale de l’archipel japonais, Hokkaido.

A Washington, les experts Evans Revere et Jonathan Pollack, du centre de réflexion Brookings Institution, ont recommandé que les Etats-Unis déclarent que tout futur tir de missile en direction des Etats-Unis ou du territoire d’un allié soit considéré comme une menace directe nécessitant une réponse « de la totalité des capacités défensives des Etats-Unis et des alliés ».

Cette fois, les Etats-Unis et le Japon ont estimé que le missile ne représentait pas une menace directe.

S’ils avaient « estimé qu’il y avait une menace directe, nous l’aurions abattu », a déclaré le porte-parole du Pentagone, Rob Manning, en soulignant que l’arsenal américain était très varié.

– Ne pas rater –

Quels sont ces moyens de défense?

Les Japonais possèdent des batteries antimissiles Patriot, conçues pour intercepter des missiles à basse altitude; et des missiles SM-3, développées en partenariat avec les Américains, qui interviennent à haute altitude contre des missiles de portée courte et intermédiaire.

Ces technologies n’ont pas un taux de réussite de 100%, mais le Pentagone, lors d’essais, a démontré sa capacité à atteindre des missiles intercontinentaux.

Dans le cas du missile de vendredi, selon Bruce Klingner, chercheur au centre de réflexion conservateur Heritage Foundation, la trajectoire était toutefois trop élevée pour qu’aucun système d’interception présent dans la région ait pu fonctionner, même les SM-3.

A cela s’ajoute une limitation politique: le Japon, pays pacifiste, ne peut d’après sa Constitution lancer d’action militaire que de façon défensive.

Tokyo a donc comme doctrine de ne tenter d’intercepter que les missiles qui menacent de frapper le territoire japonais, explique Hideshi Takesada, expert de la Corée du Nord et professeur à l’Université Takushoku à Tokyo, à l’AFP. Ce qui n’était pas le cas vendredi.

« Ce qui explique que le gouvernement n’a pas donné d’ordre de destruction », dit l’expert.

Il y a aussi une contrainte technique. L’archipel japonais est si étendu qu’il est difficile de le protéger entièrement par des systèmes d’interception.

« Il est également compliqué d’estimer tout de suite si un missile peut poser une menace directe contre le territoire japonais », ajoute Akira Kato, professeur de politique internationale à l’Université J.F. Oberlin University à Tokyo.

Face à ces contraintes, Japon et Etats-Unis ne veulent pas risquer une interception qui raterait sa cible. Un échec pourrait provoquer la panique dans la région, et dévoiler à Pyongyang les lacunes militaires des alliés.

« Un échec d’interception donnerait l’impression que les capacités défensives du Japon sont insuffisantes », détaille le professeur Kato à l’AFP.

Les Japonais disposent aussi de destroyers équipés de missiles Aegis. Donald Trump aimerait que Tokyo et Séoul achètent notamment sa version terrestre.

Est-il possible d’intervenir plus tôt contre un tir de missile?

Selon le New York Times, les Etats-Unis avaient repéré un jour avant le tir que les Nord-Coréens remplissaient de carburant leur missile.

Le Pentagone souhaite développer des technologies qui permettraient d’intercepter le missile juste après le lancement, quand ils sont lourds de carburant et volent à une vitesse moins rapide que dans les phases intermédiaires ou finales. Cela impliquerait de tirer des missiles depuis des sites plus rapprochés.

Reste enfin la possibilité de lancer des cyberattaques, ou d’équiper des drones de lasers capables d’abattre les missiles intercontinentaux peu après leur lancement.

Romandie.com avec(©AFP / 18 septembre 2017 10h39)                

Un Japonais abattu au Bangladesh après un Italien : l’EI revendique

octobre 3, 2015

Dacca – Un Japonais a été abattu samedi au Bangladesh par des hommes armés, cinq jours après qu’un travailleur humanitaire italien eut été tué de la même manière, deux attaques qui ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.

La police a indiqué que la victime, Hoshi Kunio, 66 ans, se trouvait dans un pousse-pousse, lorsqu’il a été abattu dans la ville de Kaunia, dans le district de Rangpur vers 10H30 (04H30 GMT).

Il se rendait dans la ville de Kaunia en provenance de la ville de Rangpur, où il résidait, quand son véhicule a été arrêté par trois hommes à moto, a indiqué à l’AFP un responsable de la police de Rangpur, Saifur Rahman.

Deux des assaillants lui ont tiré deux fois dessus dans la poitrine avec des pistolets tandis que l’autre attendait avec la moto prêt à fuir, selon un autre responsable de la police locale, Rezaul Karim, qui a ajouté que quatre personnes avaient été interrogés mais qu’il n’y avait eu aucune arrestation.

Le groupe Etat islamique a plus tard revendiqué le meurtre du Japonais sur Twitter, selon le site américain SITE Intelligence Group, qui publie des messages et vidéos émanant d’organisations jihadistes.

L’attaque est intervenue moins d’une semaine après le meurtre d’un travailleur humanitaire italien, également revendiqué par l’EI, que le gouvernement avait qualifié d’acte isolé, afin de dissiper les craintes dans le pays.

L’Italien Cesare Tavella avait été abattu le 28 septembre de trois balles par des agresseurs qui avaient fui en moto.

Le gouvernement du Bangladesh a déclaré qu’il prenait les deux meurtres très au sérieux.

Le ministre de l’Intérieur Asaduzzaman Kamal a établi un lien entre les deux attentats: on voit que le mode opératoire des deux meurtres est similaire. Les assaillants sont à moto, ils sont trois, arrivent par derrière et tirent avec des pistolets, a-t-il déclaré.

De tels meurtres d’innocents visent à créer l’instabilité dans le pays, a ajouté M. Kamal.

La représentante des Etats-Unis au Bangladesh Marcia Bernicat a exprimé sa profonde tristesse et demandé au gouvernement du pays d’enquêter sur chaque aspect de ce crime et de traduire en justice ses auteurs dès que possible.

Le Bangladesh revendique un statut de pays musulman modéré. Mais une série d’assassinats de blogueurs athées cette année a secoué le pays et déclenché une vague de répression contre des groupes islamistes locaux.

Romandie.com avec(©AFP / 03 octobre 2015 22h53)

La Chine annonce l’arrestation de deux Japonais pour espionnage

septembre 30, 2015

Pékin – La Chine a annoncé mercredi l’arrestation de deux ressortissants japonais soupçonnés d’espionnage, confirmant des informations de médias nippons, une affaire susceptible d’aviver les tensions entre Pékin et Tokyo.

La Chine a arrêté deux Japonais soupçonnés de mener des activités d’espionnage, a indiqué Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’un point de presse régulier.

Nous avons déjà alerté les autorités japonaises sur cette situation, a-t-il ajouté.

Des médias nippons avaient rapporté mercredi que deux citoyens japonais avaient été interpellés en Chine, l’un à la frontière nord-coréenne dans la province du Liaoning (nord-est), l’autre dans le Zhejiang (est). Selon la télévision publique NHK et le quotidien Asahi, ils ont été placés en détention depuis mai.

Tous deux ont été mis en examen pour une série de chefs d’accusation, incluant des violations des lois anti-espionnage chinoises, précisait Asahi.

Ces deux personnes ont été arrêtés dans le respect de la loi, et nous traitons cette affaire conformément à la loi, a insisté Hong Lei, sans livrer de plus amples détails.

Yoshihide Suga, porte-parole du gouvernement japonais, a démenti farouchement mercredi que Tokyo puisse conduire des activités d’espionnage.

Je ne peux pas me prononcer sur des comportements individuels (…) mais notre pays n’est pas engagé dans de telles activités, a-t-il insisté lors d’une conférence de presse quotidienne.

Ces arrestations interviennent sur fond d’aggravation des tensions entre les deux pays, dont les relations sont empoisonnées par de vifs contentieux historiques et un différend territorial concernant un archipel inhabité en mer de Chine orientale, contrôlé par le Japon mais dont Pékin revendique la souveraineté.

Quatre employés japonais du groupe nippon Fujita avaient été arrêtés en 2010 dans la province chinoise du Hebei (nord). Ils avaient admis avoir filmé une zone militaire en ignorant que c’était prohibé, et avaient ultérieurement été renvoyés au Japon.

Romandie.com avec(©AFP / 30 septembre 2015 10h28)

Deux otages japonais exécutés : familles éplorées, population choquée

février 1, 2015

Tokyo – La mère du second otage japonais exécuté par le groupe Etat islamique est restée dimanche sans voix après la mort annoncée de son fils, le journaliste Kenji Goto, un meurtre qui a choqué la population nippone.

C’est regrettable, mais Kenji est parti. Je ne peux trouver de mots face à cette triste mort, a dit Mme Junko Ishido, selon des images diffusées par la chaîne publique de télévision japonaise NHK.

Le père du premier Japonais tué, Haruna Yukawa, avait exprimé le même sentiment la semaine passée.

Je pensais qu’il reviendrait peut-être. Mais cette annonce est arrivée… Je souhaitais qu’il rentre vivant, mais cela ne pourra plus jamais se produire. Je le regrette vraiment, a poursuivi Mme Ishido.

Cette réaction est intervenue après la diffusion sur internet d’une vidéo annonçant la décapitation de Kenji Goto, un document attribué à l’organisation jihadiste EI.

S’en est suivie une condamnation immédiate de Tokyo, Paris, Londres, Amman, Berlin ou Washington.

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a fait part de ses regrets aux proches de Kenji Goto et déploré que tous les efforts du gouvernement n’aient pas permis de le sauver.

Je n’ai pas de mots pour dire la peine que la famille doit ressentir, le gouvernement a fait le maximum pour gérer cette crise, c’est très regrettable (qu’on en arrive à cette issue), a reconnu le Premier ministre.

Des journalistes aux experts, en passant par les citoyens toutes générations confondues, la population était atterrée.

C’est une immense tristesse, j’avais pourtant vu des signes laissant espérer une possible libération, a confié à l’AFP l’islamologue et expert du Moyen-Orient Masanori Naito, de l’Université Doshisha.

J’en ai pleuré ce matin. Je ne pouvais pas retenir mes larmes. Le Japon vit une période très difficile. Nous devons nous unir et faire en sorte de ne pas être impliqués (dans de tels incidents), a réagi un Japonais de 80 ans, Hideko Kamijima.

C’est si cruel de l’avoir ainsi tué. C’est arrivé en un lieu éloigné du Japon, mais les victimes sont des Japonais, a déploré Rio Murata, un lycéen de 18 ans.

Peu importe que nous disions que le Japon fournit de l’aide humanitaire (aux réfugiés d’Irak et de Syrie), cela ne veut rien dire pour des gens qui croient en une justice totalement différente de la nôtre, a regretté Akira Shimamura, 60 ans.

Et le même d’ajouter : La seule chose que nous puissions faire est de recueillir des informations sur les risques et de partager les donnés collectées par les services de renseignement. Je suis inquiet pour la sécurité au Japon.

Quelles que soient les menaces proférées à son égard, le gouvernement du Japon a juré dimanche qu’il ne cèderait pas face au terrorisme.

Romandie.com avec(©AFP / 01 février 2015 15h34)

Le Japon exige la libération du deuxième otage de l’EI

janvier 25, 2015

Japon, Etats-Unis Grande-Bretagne et Allemagne ont fermement condamné samedi et dimanche l’exécution sommaire d’un Japonais otage du groupe Etat islamique (EI). Le Premier ministre nippon et le président américain ont exigé « la libération immédiate » du deuxième Japonais aux mains des djihadistes.

« Un tel acte de terrorisme est ignoble et inadmissible, je le condamne avec la plus grande fermeté », s’est indigné Shinzo Abe. M. Abe a exprimé ses condoléances à la famille de son compatriote assassiné, Haruna Yukawa, vraisemblablement enlevé en Syrie en août dernier.

Il a de nouveau exigé que soit relâché sans délai l’otage restant, le journaliste Kenji Goto, probablement capturé par l’EI fin octobre. « Nous allons continuer de combattre le terrorisme au côté de la communauté internationale », a assuré le Premier ministre.

Barack Obama a déclaré de son côté que les Etats-Unis se tenaient « aux côtés de leur allié japonais et applaudissaient le dévouement du Japon pour la paix et pour le développement » dans une région loin de ses frontières. « Nous continuerons à travailler ensemble pour traduire ces meurtriers en justice et continuerons à mener des actions pour affaiblir et au final éliminer l’EI », a-t-il conclu.

Se dresser contre la terreur
Le Premier ministre britannique David Cameron a de son côté estimé que « le meurtre brutal présumé de Haruna Yukawa et les autres menaces faites par l’EI rappellent une nouvelle fois la barbarie meurtrière de ces terroristes ».

Cet assassinat « odieux » renforce « notre volonté de continuer, avec toutes les forces qui s’y opposent, à nous dresser contre la terreur inhumaine de cette organisation », a renchéri le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. Et le président français François Hollande a salué « l’engagement déterminé du Japon dans la lutte contre le terrorisme international ».

Vidéo hautement crédible
Bien que des doutes ait été initialement exprimés sur l’authenticité de la vidéo mise en ligne pour annoncer la mort de M. Yukawa, le Premier ministre Abe a jugé qu’elle était hautement crédible.

D’une durée de près de trois minutes, cette vidéo montre une image fixe de M. Goto en tunique orange. Il tient dans les mains une photo de ce qui semble être le corps de M. Yukawa.

Cette exécution est intervenue moins de deux jours après l’expiration de l’ultimatum de 72 heures posé mardi dernier par les islamistes de l’EI. Ces derniers menaçaient de tuer les deux Japonais à moins de recevoir une rançon de 200 millions de dollars. La priorité du gouvernement Abe est désormais de sauver Kenji Goto.

Romandie.com