Posts Tagged ‘jean pierre jouyet’

Nicolas Sarkozy sacré meilleur menteur en politique de l’année

février 10, 2015

L’ancien chef de l’Etat a été récompensé pour « ses 17 mensonges répétés en boucle » pendant la campagne pour la présidence de l’UMP. Jérôme Cahuzac, Jean-Pierre Jouyet et Guillaume Peltier ont quant à eux décroché des « prix spéciaux ».

Nicolas Sarkozy sacré meilleur menteur en politique de l'année

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, lors d’un meeting de campagne le 7 novembre 2014.

REUTERS / Philippe Wojazer

« Avec une majorité large. » Les six jurés du Prix du meilleur menteur en politique semblent n’avoir que très peu hésité à couronner Nicolas Sarkozy. Le président de l’UMP a été distingué ce vendredi pour tous les « mensonges qu’il a répété en boucle » pendant sa campagne de réélection à la tête de son parti. Une liste que l’on retrouve dans la rubrique Désintox du quotidien Libération.

Des chiffres de la délinquance à ceux de l’Aide médicale d’Etat, en passant par le bilan de son quinquennat et les promesses de campagne de François Hollande: le journal avait décompté 17 approximations -voire inventions- de l’ancien chef de l’Etat. « Il doit déjà être au courant de sa victoire », croit savoir Thomas Guénolé, politologue à l’origine de la création du Prix le 19 janvier dernier. À ses côtés, pour le décerner, des journalistes de droite comme de gauche issus des rédactions de Libération, du Figaro Vox, du Monde ou encore du site Slate.

Neuf autres candidats déchus

« Nous voulions décerner ce prix, avec humour, pour trois raisons principales, axées autour de la sensibilisation », explique-t-il ainsi à L’Express. « Celle de la classe politique, d’abord, que nous voulons inciter à moins mentir. Celle des journalistes politiques, ensuite, pour les encourager à développer le fact checking. Et celle du grand public, enfin, pour le pousser à toujours plus vérifier la véracité de ce qui lui est dit. »

Une course dans laquelle l’ancien président l’a emporté face à neuf concurrents. Parmi lesquels notamment le tandem Anne Hidalgo/Nathalie Kosciusko-Morizet, pour leur « campagne municipale », Marine Le Pen, pour « ses exagérations », Jean-Luc Mélenchon, pour « nier son abstéisme parlementaire« , ou encore Thomas Thévenoud, pour ses déboires fiscaux.

Une cérémonie prévue pour l’année prochaine

Mais Nicolas Sarkozy, ne lui en déplaise, n’est pas le seul à avoir été décoré. Jérôme Cahuzac a ainsi également été récompensé, à l’unanimité, « pour l’ensemble de son oeuvre« . Jean-Pierre Jouyet, ancien secrétaire général de l’Elysée, l’a lui été pour avoir « démenti son propre démenti » dans l’affaire Fillon-Sarkozy. Et Guillaume Peltier, cofondateur de la Droite forte, a été désigné « jeune espoir ».

Tous ces « heureux » gagnants n’auront toutefois pas le plaisir de se voir matériellement récompensés pour leurs mensonges. « Je ne sais pas s’ils en auraient été si fiers » s’amuse Thomas Guénolé, qui regrette avoir eu cette idée trop tard pour pouvoir organiser une cérémonie. « Nous le ferons en revanche l’année prochaine », jure-t-il ainsi. À moins que l’opération, en laquelle il voit déjà « un succès », ne porte bel et bien ses fruits. Et qu’il n’y ait en 2016 aucun menteur à couronner. Le rendez-vous est pris.

Lexpress.fr par

France: le bras droit de Hollande sur la sellette, reçoit le soutien du gouvernement

novembre 12, 2014

Paris – Le numéro deux de la présidence socialiste française, Jean-Pierre Jouyet, mis en cause dans une affaire impliquant aussi l’ex-Premier ministre de droite François Fillon, a reçu mercredi le soutien du gouvernement face aux appels multiples à sa démission.

M. Jouyet est le secrétaire général de l’Elysée, il le reste et il était là ce matin, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l’issue du conseil des ministres hebdomadaire réuni à Paris.

Il avance, il est au travail, sereinement, a renchéri au sortir de la réunion la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, en appelant à passer à d’autres sujets.

Jean-Pierre Jouyet est sur la sellette depuis plusieurs jours pour avoir rapporté à deux journalistes du quotidien Le Monde que l’ancien Premier ministre de droite François Fillon lui avait demandé en juin de faire accélérer des enquêtes judiciaires visant l’ex-président Nicolas Sarkozy, un de ses rivaux pour la présidentielle de 2017.

Dans ses déclarations, le bras droit du président François Hollande aurait affirmé, selon les journalistes du Monde, avoir fait part de cette requête au chef de l’Etat qui l’aurait écartée.

Après avoir démenti de tels propos, M. Jouyet les a ensuite confirmés. Sa volte-face a donné l’impression d’une grande confusion au sommet de l’Etat et déclenché à droite une vague d’appels à son départ et semé le doute sur d’éventuelles manoeuvres de l’Elysée.

M. Fillon, qui nie catégoriquement toute demande de pression, réclame désormais en justice de récupérer une copie intégrale de la conversation enregistrée par les deux journalistes du Monde avec le secrétaire général de l’Elysée.

Le Premier ministre Manuel Valls a réaffirmé mercredi devant les députés qu’il n’y avait eu aucune intervention de l’exécutif depuis 2012 dans les dossiers judiciaires qui menacent l’ancien président, et notamment ceux concernant les comptes de sa campagne 2012.

Le chef du gouvernement a aussi rappelé que François Fillon avait dès juillet souhaité que les juges fassent la lumière sur le scandale financier majeur des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Proche ami de François Hollande, Jean-Pierre Jouyet est en poste à l’Elysée depuis avril dernier. Cet ancien haut fonctionnaire, âgé de 60 ans et venu à la politique active sur le tard, présente la particularité d’avoir été auparavant… ministre des Affaires européennes de François Fillon sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2014 16h46)

Décès Margerie: le contraire d’un mondain, pour Jouyet

octobre 21, 2014

Paris – Le secrétaire général de l’Elysée Jean-Pierre Jouyet, qui avait avec Christophe de Margerie des liens familiaux, a déclaré mardi que le patron de Total était le contraire d’un mondain, et a qualifié son décès accidentel de drame.

C’était quelqu’un qui était extrêmement proche des gens, qui disait toujours de qu’il pensait, qui le disait avec faconde et enthousiasme, et qui était le contraire d’un mondain, a dit M. Jouyet sur France Info.

Je n’arrive pas à réaliser ce qui se produit, ce drame que nous vivons, a dit le secrétaire général de l’Elysée, marié à une cousine de M. de Margerie, Brigitte Taittinger.

Evoquant la relation entre le grand patron et le président François Hollande, il l’a qualifiée de très conviviale et amicale.

Romandie.com avec(©AFP / 21 octobre 2014 13h17)

Ségolène Royal trouve un point de chute à la BPI

février 20, 2013

 Ségolène Royal va être nommée vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI), a annoncé mercredi le président de la BPI Jean-Pierre Jouyet. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau
  • Ségolène Royal va être nommée vice-présidente de la Banque publique d’investissement (BPI), a annoncé mercredi le président de la BPI Jean-Pierre Jouyet. /Photo d’archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) – L’ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle Ségolène Royal va être nommée vice-présidente de la Banque publique d’investissement, a annoncé mercredi le président de l’institution, Jean-Pierre Jouyet.

« Elle sera donc vice-présidente de la Banque publique d’investissement », a déclaré sur France Inter le directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), un proche du chef de l’Etat François Hollande.

Le nom de la présidente de la région Poitou-Charentes, ancienne compagne du président de la République, sera proposé lors du premier conseil d’administration de la BPI qui doit se tenir jeudi, a précisé Jean-Pierre Jouyet.

« Compte tenu de ses capacités, si j’ose m’exprimer ainsi, en termes de communication, elle pourra jouer un rôle important en tant que porte-parole de la BPI », a-t-il indiqué. »Comme c’est un conseil paritaire, le fait qu’il y ait un président homme et une vice-présidente femme est une bonne chose et puis c’est un tandem entre un haut fonctionnaire et une grande responsable politique », a-t-il poursuivi. « Je pense qu’elle saura bien porter la parole de la Banque publique d’investissement sur le plan politique ».

Sur son compte Twitter, Ségolène Royal a expliqué qu’elle allait « servir modestement mais efficacement une grande idée : la BPI, banque des territoires, des PME, de la mutation écologique. »

« Au sein du Conseil d’administration de la BPI, comportement exemplaire : fonction gratuite, pas de rémunération et surveillance des dépenses », a-t-elle ajouté.

Depuis sa défaite aux élections législatives à La Rochelle face au dissident socialiste Olivier Falorni et son rêve brisé d’accéder à la présidence de l’Assemblée, Ségolène Royal a affirmé sa volonté d’être « utile à son pays ».

La banque publique d’investissement est chargée d’apporter un soutien financier aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire.

La BPI, dont l’Etat et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sont actionnaires, doit permettre de réunir dans chaque région, grâce à des guichets uniques, plusieurs structures déjà existantes, notamment le Fonds stratégique d’investissement (FSI), OSEO – la banque des PME – et CDC Entreprises, une filiale de la CDC.

Reuters