Posts Tagged ‘jeux paralympiques’

Une récolte canadienne de 21 médailles à des Jeux paralympiques uniques

septembre 5, 2021

Le rideau s’est fermé dimanche à Tokyo après les Jeux paralympiques les plus uniques de l’histoire, où les compléter a été une victoire majeure en soi.

© Fournis par La Presse Canadienne

Mené par la nageuse Aurélie Rivard et le coureur en fauteuil roulant Brent Lakatos, le Canada a remporté 21 médailles, dont cinq d’or. Cela est huit podiums de moins qu’il y a cinq ans, à Rio.

Vu l’approche prudente du Canada face à la pandémie, qui a rendu l’entraînement difficile et la compétition presque impossible, au cours de la dernière année et demie, le Canada n’a pas fixé d’objectif de médaille à Tokyo. 

Un sentiment partagé parmi les athlètes était d’apprécier énormément de pouvoir participer aux compétitions, tout simplement.

«Je suis privilégié que le Japon soit allé de l’avant, a déclaré le coureur de demi-fond Nate Riech de Victoria, qui a remporté l’or au 1500 mètres.

«Vous ne savez jamais si vous serez aussi en forme dans trois ans (pour les Jeux paralympiques de Paris), ou à votre prochaine opportunité.»

Lakatos, de Dorval, a porté le drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture.

Lakatos a remporté quatre médailles d’argent lors de ses six courses, complétant un programme chargé avec le quatrième rang au marathon.

Le premier ministre Justin Trudeau a offert ses félicitations aux athlètes canadiens.

«Au cours des deux dernières semaines, les meilleurs Paralympiens canadiens ont visé la médaille d’or et ont montré au monde ce que cela signifie d’être Canadien, a-t-il déclaré dans un communiqué.

«La victoire de ces Paralympiens est une victoire pour tous les Canadiens – pour les amis proches, la famille et leurs communautés, pour tous ceux qui ont regardé de chez eux. Félicitations à Équipe Canada. Vous nous avez tous rendus si fiers.»

Depuis plus de 70 ans, les Jeux paralympiques mettent en vedette les meilleurs athlètes atteints de divers handicaps. Ils se sont développés autour d'un petit groupe d'anciens combattants britanniques pour devenir l'un des plus grands événements sportifs internationaux au monde, auquel participent des milliers de concurrents provenant de plus de 100 pays.Voici quelques-uns des grands moments de l'histoire illustre et inspirante des Jeux paralympiques.

Rivard, de Saint-Jean-sur-Richelieu, a remporté cinq médailles, dont deux d’or, malgré le fait que les Jeux étaient sa première compétition depuis le début de la pandémie.

«Les athlètes se sont battus si fort pour être ici. Ils ont dû s’adapter. Nous avons vu des athlètes créer des environnements d’entraînement chez eux. L’année a été très difficile», a déclaré la chef de mission du Canada Stephanie Dixon, qui totalise 19 médailles aux Paralympiques.

«Les médailles, c’est bien, mais ce n’est pas la juste mesure du succès à ces Jeux.»

Plus de 4500 athlètes de 162 pays ont participé aux plus grands Jeux paralympiques de l’histoire, un exploit remarquable, compte tenu des immenses défis créés par la pandémie.

Une préoccupation était qu’une éclosion aux Jeux olympiques un mois plus tôt annulerait complètement les Jeux paralympiques.

«Nous nous pinçons tous un peu, a déclaré Dixon. Tokyo 2020 a fait un travail incroyable pour créer un environnement sûr pour nos athlètes, ainsi qu’un environnement où ils pourraient performer au mieux de leurs capacités.

«Je suis très impressionné par le niveau d’exécution de ces Jeux, compte tenu de ce que nous vivons dans le monde et de ce qui se passe même au Japon. J’avais l’impression que nous étions dans des bulles de plastique.»

Les deux Jeux se sont déroulés en état d’urgence, vu l’augmentation des cas de COVID-19 au Japon. Les événements ont eu lieu dans des arènes dépourvues de fans.

«Que dire de plus que ‘Arigato Tokyo’, a dit Andrew Parsons, président du Comité international paralympique. Ensemble, contre toute attente, nous l’avons fait. Les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 n’ont pas seulement été historiques, ils ont été fantastiques.»

Les Jeux se sont clôturés par une cérémonie intitulée « Cacophonie harmonieuse », couronnée par une explosion de feux d’artifice, au Stade national.

En plus de l’absence de partisans en raison de la pandémie, les protocoles empêchaient les membres de la famille de se rendre au Japon.

Les athlètes, cependant, étaient unis dans leurs éloges pour le peuple japonais.

«Merci au Japon. Ils ont fait un excellent travail, a confié Lakatos, à propos des organisateurs et des bénévoles. Sans eux, des athlètes comme nous, qui nous entraînent toute notre vie, n’y arriveraient pas.» 

Le Comité paralympique canadien se tourne maintenant vers les Jeux de Pékin 2022, qui débuteront le 4 mars.

Avec Lori Ewing, La Presse Canadienne

L’athlète sud-africain Oscar Pistorius inculpé du meurtre de sa compagne

février 14, 2013

Oscar Pistorius aux J.O. paralympiques de Londres, en septembre 2012. Oscar Pistorius aux J.O. paralympiques de Londres, en septembre 2012. © AFP

Le champion d’athlétisme Oscar Pistorius a été arrêté et inculpé par la police sud-africaine, jeudi 14 février, pour le meurtre de sa compagne. Tuée par balles, la jeune femme a été retrouvée morte au domicile de l’athlète. « Blade runner » aurait pu l’abattre par erreur après l’avoir confondue avec un voleur.

L’athlète paralympique Oscar Pistorius a été arrêté, jeudi 14 février, dans le cadre de l’affaire du meurtre de sa compagne, Reeva Steenkamp, une mannequin sud-africaine de 29 ans. La jeune femme a été retrouvée morte dans la nuit de mercredi à jeudi au domicile du sportif à Pretoria, atteinte par balles au bras et à la tête.

« Nous n’avons pas beaucoup d’informations à ce stade, a déclaré Henke Pistorius, le père de l’athlète, joint par téléphone par l’AFP. Je ne l’ai pas vu, il est avec la police et l’affaire est entre les mains des autorités. Évidemment nous sommes sous le choc ». Selon la presse, Oscar Pistorius, 26 ans, a tiré par erreur sur sa fiancée dans la nuit en la prenant pour un voleur introduit dans leur résidence de Pretoria.

Handicapé chez les « valides »

Oscar Pistorius, surnomée « blade runner »,  était devenu le premier double amputé à participer aux J.O., en août 2012, mais avait perdu le mois suivant son titre de médaillé d’or sur 200 m aux Jeux Paralympiques de Londres. Battu à la surprise générale par un jeune Brésilien, il avait aussitôt dénoncé une course rendue inéquitable, selon lui, par la longueur des lames de ses adversaires.

Aux Mondiaux de Daegu, en Corée du Sud, l’année précédente, il avait décroché une médaille d’argent avec le relais sud-africain du 4×400 mètres. Il était alors devenu le premier athlète handicapé médaillé chez les « valides ».

Jeuneafrique.com avec Agences