Posts Tagged ‘Job’

Comment concilier un job et des études ?

août 16, 2016

Septembre 2015 - Un étudiant devant un panneau d’information de l’université de Caen

Septembre 2015 – Un étudiant devant un panneau d’information de l’université de Caen CHARLY TRIBALLEAU / AFP
D’après une enquête de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) publiée en juin, 46 % des étudiants exercent une activité rémunérée pendant l’année universitaire. Une étude du syndicat étudiant UNEF parue le 14 août évoque même « 50 % » d’étudiants « en emploi », dont « 30 % » à temps plein. « Ils sont de plus en plus nombreux à travailler, et la nouveauté, c’est qu’ils s’y mettent dès leur première année de licence, alors qu’auparavant ils y venaient plus tard », observe Barbara Muntaner, rédactrice en chef du site Internet du Centre d’information et de documentation jeunesse.

Lire aussi :   Un emploi étudiant, oui, mais à petites doses

Dans l’industrie, le commerce, la restauration, il est possible de décrocher des contrats à temps partiel – le soir après les cours ou les fins de semaine – conciliables avec des études. Comment s’y prendre ? Barbara Muntaner conseille de miser sur la proximité. « Il ne faut pas hésiter à faire du porte-à-porte, à se présenter au supermarché ou au restaurant du coin avec un CV soigné, ou à déposer des annonces dans les commerces de son quartier. » Et pour cause : un job trop éloigné du domicile ou de l’université fait perdre du temps dans les transports et fatigue. Il est important de se montrer opiniâtre, de rappeler les entreprises auprès desquelles on a postulé, sans se décourager.

« Il y a tellement d’étudiants qui cherchent que les places sont chères », estime Mickaël Gros-Prugny, 20 ans, en deuxième année d’économie-gestion à l’université Paris-Saclay. Après avoir travaillé dans une grande enseigne de vêtements puis une chaîne de restauration rapide, jusqu’à vingt-cinq heures par semaine pendant les vacances, il a décidé de se concentrer sur ses études. Il devrait cependant, à partir de septembre, s’orienter vers du baby-sitting et des cours de soutien en mathématiques et français pour des enfants en primaire. Sage décision : « Le job étudiant doit rester un travail d’appoint. Si les études sont menacées, il faut trouver autre chose », insiste Barbara Muntaner.

Lire aussi :   Ces boulots étudiants qui vous ont changé la vie

Un emploi sur le campus

L’aide aux devoirs, les cours de soutien, le baby-sitting sont des classiques. Là encore, le contact direct est à privilégier. « Attention aux petites annonces d’inconnus sur Internet ! Nous avons récemment eu le cas de jeunes piégés par des familles bidons qui leur demandaient d’acheter en ligne du matériel pour jeunes enfants », raconte Barbara Muntaner.

L’idéal pour concilier job et études est de dénicher un emploi sur le campus. Cette solution a l’avantage de maintenir l’étudiant dans un environnement studieux. Accueil des nouveaux arrivants, aide auprès d’étudiants à mobilité réduite, travail en bibliothèque universitaire… Les universités et les écoles proposent divers emplois en début d’année. Dayalini Vasanthan, 26 ans, travaille ainsi quinze à vingt heures par mois à la bibliothèque de la faculté de médecine d’Aix-Marseille, où elle est étudiante en quatrième année, pour une rémunération d’environ 160 euros par mois. « Sur place, j’emprunte les livres dont j’ai besoin, je peux également réviser pendant les temps morts. Surtout, mon employeur s’adapte à mon calendrier d’examens : pendant mes partiels, je lève le pied sans problème », s’enthousiasme la jeune femme.

Ultimes conseils de Barbara Muntaner : « Signez un contrat de travail et exigez une fiche de paie ! » Le travail au noir ne permet pas à l’étudiant de cotiser et le laisse sans protection sociale si un accident du travail se produit.

Lemonde.fr par Françoise Marmouyet , Journaliste au Monde

États-Unis: Sasha Obama, 15 ans, a un job d’été -presque- comme les autres adolescents

août 6, 2016

Sasha (à droite) et Malia Obama lors de la fête de Thanksgiving 2013.

Sasha (à droite) et Malia Obama lors de la fête de Thanksgiving 2013.Reuters

La cadette du président Obama ne chôme pas durant l’été. Et pour cause, pendant que sa grande soeur Malia profite de ses vacances, Sasha débarrasse les tables d’un restaurant de fruits de mer du Massachusetts.

Les filles Obama seraient donc des adolescentes comme les autres. Deux jours après que le monde a découvert le twerk endiablé de Malia Obama, la fille aînée du président américain, au festival Lollapalooza, c’est au tour de Sasha de faire parler d’elle.

A la surprise générale, la cadette du président a décroché un job d’été comme serveuse dans un restaurant de fruits de mer dans le Massachusetts, le Nancy’s, situé sur l’île de Martha’s Vineyard qui est un lieu prisé par les célébrités américaines et les présidents des Etats-Unis.

D’après le Boston Herald’s, la jeune fille de quinze ans -qui se fait appeler Natasha, son vrai nom- exécute les mêmes tâches que les autres: elle encaisse les commandes, prépare les tables avant le déjeuner…

Six personnes chargées de sa sécurité

Mais elle ne travaille pas dans les mêmes conditions que ses collègues autres puisqu’elle est accompagnée en permanence de six agents secrets chargés de sa sécurité.

« Nous nous demandions bien pourquoi il y avait six personnes autour de cette fille, puis nous avons compris qui elle était, » raconte un serveur du restaurant.

« Une vie aussi normale que possible »

Interrogée au sujet de l’éducation de ses enfants dans l’émission Entertainment tonight, Michelle Obama insiste sur les efforts qu’elle et son mari font pour que leurs filles aient une vie « aussi normale que possible« .

LIRE AUSSI >> Malia Obama, en stage sur le tournage de la série Girls

Dans l’un de ses podcasts hebdomadaires, Barack Obama a même évoqué les craintes qu’il avait lors de sa prise de fonctions: « avec Michelle, notre plus grande inquiétude était de les voir se transformer en filles gâtées, ou de croire que tout le monde mange dans de la porcelaine de Chine ». Mais il semble aujourd’hui rassuré: « Elles ont confiance en elles, sans être prétentieuses. Elles ont des amis formidables. Elles ne sont pas enfermées dans une bulle comme moi. Elles vont au centre commercial. Elles dorment chez des copines. Elles sont invitées au bal de promo. Elles s’en sortent très bien ».

Lexpress.fr

France/Julien Lepers : Profondément meurtri, Cyril Hanouna lui propose un job !

janvier 14, 2016

cyril-hanouna-dans-touche-

 Julien Lepers s'est fait tatouer le visage de Cyril Hanouna dans l'émission "Touche pas à mon poste" sur D8. Le 13 janvier 2016. Julien Lepers - Obsèques de Michel Delpech en l'église Saint-Sulpice à Paris, le 8 janvier 2016. L'animateur Julien Lepers s'exprime sur son renvoi et souhaite bonne chance à son remplaçant dans "Le grand direct des médias" sur Europe 1. Le 14 janvier 2016. 
Julien Lepers a fait de sacrées révélations ce matin dans « Le Grand Direct des médias » (Europe 1).

Libre de parler puisqu’il « est sorti de France Télévisions« , Julien Lepers fait actuellement la tournée des médias afin de donner son ressenti concernant son éviction, après vingt-huit ans de bons et loyaux services. Ce matin, c’est dans Le Grand Direct des médias sur Europe 1 qu’il était interrogé. L’occasion pour lui de crier une nouvelle fois au scandale et de parler de son remplaçant, Samuel Etienne.

« Je suis dans un état d’esprit moyen, je ne suis pas content du tout. Personne ne comprend. Je reçois des centaines de demandes d’interview, c’est un cauchemar que l’on vit. Quel crime ai-je commis pour mériter ça ?« , a déclaré d’entrée l’animateur historique de Questions pour un champion.

« Bon vent » à Samuel Étienne

Choqué et agacé par la façon dont il a été viré – « du jour au lendemain«  comme il le dit -, le présentateur de 66 ans a ensuite expliqué au micro de la célèbre station de radio comment s’est déroulé son face-à-face avec Dana Hastier, directrice des programmes de France 3 : « C’était un dialogue de sourds. Elle m’a montré un papier et m’a dit : ‘Je pense que cette étude montre vraiment qu’on ne veut plus de vous, visiblement les gens ne vous aiment pas.’ Je n’y crois pas, c’est bidon ! »

Persuadé que sa désormais ex-patronne ne l’apprécie pas, Julien Lepers a ensuite réagi à la nomination de Samuel Étienne à sa place : « Je ne le connais pas. Je n’en pense rien et je lui souhaite bonne chance. Ce n’est pas de sa faute, on lui propose ça, il l’a pris même s’il n’était pas obligé. Bon vent. » Conscient que son départ pourrait affecter les audiences de Questions pour un champion et, qui sait, amener la chaîne à lui demander de revenir, l’animateur a ensuite déclaré de façon très directe : « Je ne reviendrai pas. Le mal est fait et je suis très meurtri. Je me suis donné pour ce jeu durant vingt-huit ans de ma vie et la façon dont j’ai été traité est inadmissible. » De toute façon, Julien Lepers ne compte plus travailler à l’avenir pour le service public, du moins tant que Dana Hastier sera aux commandes.

Viré comme un malpropre, Julien Lepers attaquera-t-il la chaîne en justice ? Questionné deux fois à ce sujet, l’homme aux célèbres « oui, oui, oui », a répondu : « Je ne sais pas, tout ça c’est dans les mains des avocats. Aujourd’hui, je ne sais pas… Mais légalement… On est dans un pays de droit. Le préavis, je l’ai fait ? Ce n’est pas bien. De A à Z, tout est nul. »

Julien Lepers bientôt dans TPMP ?

Révélant hier soir dans Touche pas à mon poste (D8) vouloir animer un late show, Julien Lepers a profité de son passage sur Europe 1 pour confirmer le fait que Cyril Hanouna lui a proposé une place au sein de son équipe de chroniqueurs. Mais, pour le moment, il n’a pas dit oui et attend de voir ce qu’on lui propose. « Tout ce que je veux, c’est travailler avec des gens qui m’aiment et que j’aime« , a-t-il continué. En tout cas, hier soir sur D8, l’animateur a prouvé son amour pour le trublion de D8 en honorant un sacré pari : se faire tatouer la tête de Cyril Hanouna sur les fesses. Même s’il s’agit d’un dessin, et non d’un vrai tatouage, la séquence a eu le mérite d’être hilarante.

 

Purepeople.com Le 14 Janvier 201